AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.08 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) le : 11/07/1888
Mort(e) le : 7/04/1985
Biographie :

Carl Schmitt (11 juillet 1888 - 7 avril 1985) était un juriste (constitutionnaliste, théoricien et professeur de droit), un philosophe et un intellectuel catholique allemand.

Professeur de droit public sous la république de Weimar, il soutient le régime nazi, y compris les théories et les pratiques raciales et antisémites. Il adhère formellement au parti nazi en 1933. Après la défaite allemande, il est écarté de l'enseignement universitaire. Il ne manifestera jamais aucun regret concernant ses opinions antisémites ou ses positions politiques.

Ses principales œuvres sont : Théologie politique (1922), La notion du politique (1933), Le Nomos de la Terre (1950), Théorie du partisan (1963), Théorie de la Constitution et Le Léviathan dans la doctrine de l’État de Thomas Hobbes (1938).

Auteur d'une réflexion sur la nature de l'État et des constitutions, il considère, dans la filiation de la pensée de Jean Bodin, que la souveraineté étatique est absolue ou n'est pas. L'autonomie étatique, selon Schmitt, repose sur la possibilité de l'État de s'autoconserver, en dehors même de la norme juridique, par une action qui prouvera cette souveraineté.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeux   09 août 2017
Terre et Mer de Carl Schmitt
La question mérite donc d'être posée : quel est notre élément ? Sommes-nous fils de la terre ou de la mer ? La réponse ne peut être tranchée : nous ne sommes ni l'un ni l'autre totalement. Des mythes immémoriaux, les hypothèses des sciences naturelles modernes et les résultats de la recherche préhistorique autorisent les deux réponses.
Commenter  J’apprécie          60
enkidu_   07 mars 2017
La notion de politique. Théorie du partisan de Carl Schmitt
Lénine (…) a discerné que le recours à la force et les guerres révolutionnaires sanglantes, civiles et interétatiques, étaient inévitables et pourquoi il a aussi approuvé la guerre de comme un ingrédient nécessaire du processus révolutionnaire global. Lénine fut le premier à avoir conscience que le partisan était une figure importante de la guerre civile nationale et internationale, le premier aussi à chercher à le transformer en un instrument efficace aux mains de la direction centrale parti communiste.

(…)

L'article de Lénine sur le partisan porte sur la tactique de la guerre civile socialiste et est contre l'opinion répandue à l'époque parmi les socio-démocrates, selon laquelle la révolution allait, en tant que mouvement de masses, atteindre son but d'elle-même dans les pays parlementaires, rendant périmées les méthodes de recours direct à violence. Aux yeux de Lénine, la guerre de partisans entre dans les méthodes de la guerre civile et intéresse, comme le reste, la question purement tactique ou stratégique de la situation concrète. La guerre de est, au dire de Lénine, « une forme de combat inévitable » dont on se servira sans dogmatisme ni préconçus, tout comme il faudra se servir selon circonstances d'autres méthodes et moyens légaux (…) le but est la révolution communiste dans tous les pays du monde ; tout ce qui sert ce but est bon et juste. Il s'ensuit que le problème du partisan est également très facile à résoudre : les partisans sous direction de la centrale communiste sont des combattants de la paix et de glorieux héro s; les partisans qui se dérobent à cette direction sont de la racaille anarchiste et des ennemis du genre humain.



Lénine était un grand familier et admirateur de Clausewitz. Il s'est adonné à une étude intensive de son livre De la guerre durant la Première Guerre mondiale, en 1915, et il en a transcrit des extraits en langue allemande, avec des notes marginales en russe, des mots soulignés et des points d'interrogation dans son cahier de notes, la Tetradka. Il a créé de la sorte un des documents les plus grandioses de l'histoire universelle et de l'histoire des idées. Un examen approfondi de ces extraits, notes et signes divers permet d'en déduire la nouvelle théorie de la guerre absolue et de l'hostilité absolue qui commande l'ère de la guerre révolutionnaire et les méthodes de la guerre froide moderne.

(…)

Ce que Lénine a pu apprendre de Clausewitz, et il l'a appris à fond, ce n'est pas seulement la célèbre formule de la guerre, continuation de la poli¬tique. C'est aussi cette conviction que la distinction de l’ami et de l'ennemi est, à l'ère révolutionnaire, la démarche primaire et qu'elle commande aussi bien la guerre que la politique. Seule la guerre révolutionnaire est une guerre véritable aux yeux de Lénine, parce qu'elle naît de l'hostilité absolue. Tout le reste n'est qu'un jeu conventionnel. (pp. 255-257)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_   07 mars 2017
La notion de politique. Théorie du partisan de Carl Schmitt
Les combats de partisans de la Seconde Guerre mondiale et ceux des années qui la suivirent en Indochine et dans d'autres pays, et que les noms de Mao Tsé-toung, Ho Chi-minh et Fidel Castro désignent assez nettement, font apparaître, eux aussi, que le lien avec le sol, avec la population autochtone et avec la configuration géographique du pays, montagnes, forêts, jungle ou désert, n'a rien perdu de son actualité. Le partisan est et demeure distinct non seulement du pirate mais encore du corsaire, tout comme la terre et la mer demeurent distinctes en tant qu'espaces élémentaires différents où se situent l’activité humaine et les affrontements belliqueux entre nations. La terre et la mer ont développée non seulement des véhicules stratégiques différents, non seulement des théâtres d'opérations de types différents, mais encore des concepts différents de guerre, d'ennemi et de prise de guerre.



Le partisan va continuer à représenter un type spécifiquement terrien du combattant actif du moins tant que subsistera la possibilité, sur notre planète, de guerres anticolonialistes. (pp. 223-224)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
colimasson   21 juin 2016
Le nomos de la terre dans le droit des gens du Jus publicum europaeum de Carl Schmitt
En premier lieu, la terre féconde porte en elle-même, au sein de sa fécondité, une mesure intérieure. Car la fatigue et le labeur, les semailles et le labour que l’homme consacre à la terre féconde sont rétribués équitablement par la terre sous la forme d’une pousse et d’une récolte. Tout paysan connaît la mesure intérieure de cette justice. 
Commenter  J’apprécie          20
Albucius   07 septembre 2013
Le nomos de la terre dans le droit des gens du Jus publicum europaeum de Carl Schmitt
le

refus schmittien de ne pas traduire nomos par « loi » et d’en revenir à ce sens spatial originel permet

certes de ne pas sombrer dans le positivisme, mais c’est en réalité l’idée même de « loi » qui apparaît

positiviste : toute loi, quel qu’en soit le fondement, est nécessairement positiviste lorsque l’on raisonne

dans un cadre politique ; par conséquent, lutter contre le positivisme juridique, c’est aller jusqu’à refuser

[...] la prééminence du concept même de « loi », et chercher à y substituer des termes plus substantiels,

témoignant d’un arbitraire moindre que celui que véhicule l’idée de loi. Ce terme substantiel, Schmitt

pense paradoxalement le trouver dans ce nomos, que nous traduisons souvent par loi, mais dont il

restitue toute la saveur spatiale et terrestre, de sorte que ce dernier soit un « acte constituant originel qui

ordonne l’espace. »
Commenter  J’apprécie          10
Albucius   07 septembre 2013
Le nomos de la terre dans le droit des gens du Jus publicum europaeum de Carl Schmitt
[...] le problème du fondement d’une entité politique en tant qu’institution ; n’est-il

question que d’une norme, exclusivement dépendante du positivisme qui l’aurait instituée, ou est-il possible de trouver un fondement plus substantiel, moins contingent peut-être, que cet arbitraire positiviste instituant la norme ?
Commenter  J’apprécie          20
Albucius   07 septembre 2013
Le nomos de la terre dans le droit des gens du Jus publicum europaeum de Carl Schmitt
Le monde contemporain, enfin, apparaît aux yeux de Carl Schmitt comme celui qui procède à un double mouvement : d’abord, c’est un monde qui fait de la guerre le crime lui-même. « La guerre elle-même devient un crime dans l’acception pénale du mot. » [11] Ensuite, puisque la guerre devient le

crime en tant que tel, alors celui qui est à l’origine n’est plus précisément ce semblable que l’on combat

dans le cadre de rapports juridiquement réglés, mais il est au contraire la crapule à anéantir ; il y a dans

la guerre contemporaine une inhumanité de l’agresseur, à qui il convient de faire rendre gorge pour sa

laideur morale. « L’action menée contre lui n’est donc pas davantage une guerre que ne l’est l’action de

la police étatique contre un gangster : c’est une simple exécution et, en fin de compte, du fait de la

transformation moderne du droit pénal en lutte contre les nuisances sociales, ce n’est qu’une mesure

contre un agent qui nuit ou qui dérange, contre un perturbateur qui est mis hors d’état de nuire avec

tous les moyens de la technique moderne – par exemple une police bombing. La guerre est abolie, mais

seulement parce que les ennemis ne se reconnaissent plus mutuellement comme égaux sur le plan moral

et juridique. » [12] Pour le dire crûment, la guerre contemporaine désigne moins un ennemi qu’elle ne

désigne un salaud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
colimasson   26 avril 2017
Le Nomos de la terre de Carl Schmitt
La justice de la guerre, lorsqu’elle est rapportée à la justa causa, comporte toujours à l’état latent une amorce de discrimination de l’adversaire injuste […] l’ennemi devient simple criminel, et le reste, à savoir la privation des droits de l’adversaire et le pillage de ses biens, c’est-à-dire la destruction du concept d’ennemi qui formellement présuppose toujours un justis holis, s’ensuit pratiquement tout seul.
Commenter  J’apprécie          10
alzaia   30 avril 2020
Ex Captivitate Salus. : Expériences des années 1945-1947 de Carl Schmitt
Suis-je sur terre pour travailler à ce que la technique nous transforme en rayonnement ? Si oui, à quel commando dois-je me rendre pour entreprendre mon travail ? Car il y a longtemps que je n'existe plus pour moi seul et isolé, il y a longtemps que je suis encaissé dans l'organisation.



p167

sagesse de la cellule
Commenter  J’apprécie          10
colimasson   21 juin 2016
Le nomos de la terre dans le droit des gens du Jus publicum europaeum de Carl Schmitt
C’est aux pacifiques que la terre est promise. L’idée d’un nouveau nomos de la terre ne se révèlera qu’à eux.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur
.. ..