AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.96 /5 (sur 47 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Turin , le 15/04/1939
Biographie :

Carlo Ginzburg est un historien et un historien de l'art italien contemporain, considéré comme l’un des plus importants de sa génération et comme un éminent représentant de la microhistoire. Il est le fils de la romancière italienne Natalia Ginzburg (née Levi) et du journaliste activiste Leone Ginzburg.


Source : Wikipedia.

Ajouter des informations
Bibliographie de Carlo Ginzburg   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'Université Bordeaux Montaigne invite à aller à la rencontre de Michel de Montaigne et de son ?uvre, à travers le regard de chercheurs invités pour un mois de résidence. Cette année, le Moi(s) Montaigne accueille Sanjay Subrahmanyam et Carlo Ginzburg. Retrouvez une sélection de livres : https://www.mollat.com/Recherche?requete=Sanjay%20Subrahmanyam https://www.mollat.com/Recherche?requete=Carlo%20Ginzburg Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
alzaia   22 février 2014
Le Fromage et les vers. L'univers d'un meunier du XVIe siècle de Carlo Ginzburg
En comparant un à un les passages des livres cités par Menocchio avec les conclusions qu'il en a tirées (...) on rencontre invariablement un hiatus (...) toutes tentative pour considérer ces livres comme des "sources" au sens immédiat et mécanique du terme, échoue devant l'originalité agressive de la lecture de Menocchio. Pus que le texte, ce qui apparaît alors important, c'est la clé de lecture, la grille que Menocchio interposait inconsciemment entre lui et la page imprimée, une grille qui mettait en lumière certains passages et en cachait d'autres, qui exaspérait la signification d'un mot isolé de son contexte, qui agissait dans la mémoire de Menocchio en déformant la lettre même du texte. Et cette grille, cette clé de lecture, renvoient continuellement à une culture différente de celle qui s'exprimait dans la page imprimée - une culture orale.

Ce qui ne signifie pas que le livre constitue pour Menocchio un prétexte. Il déclara (...) qu'un livre au moins l'avait profondément inquiété, et l'avait incité, par ses affirmations inattendues, à avoir des pensées neuves. Ce fut le heurt entre la page imprimée et la culture orale dont Menocchio était le dépositaire qui le poussa à formuler - d'abord à lui-même puis dans son village, et enfin au juges - les "opinions" tirées de son cerveau".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
de   09 octobre 2011
Le juge et l'historien. Considérations en marge du procès Sofri de Carlo Ginzburg
Un complot tend presque toujours à en engendrer d’autres : complots véritables qui tendent à le majorer, complots fictifs qui tendent à le masquer, complots de signes contraires qui tendent à le contrecarrer. Mais ce qui est beaucoup plus important, c’est que toute action tendant à une fin – et par conséquent a fortiori tout complot, qui est une action visant des fins particulièrement aléatoires – participe d’un système de forces hétérogènes et imprévisibles.
Commenter  J’apprécie          30
de   09 octobre 2011
Le juge et l'historien. Considérations en marge du procès Sofri de Carlo Ginzburg
l’erreur n’est pas qu’un risque : c’est une dimension où l’on est sans cesse plongé. La connaissance humaine n’est pas seulement faillible de manière intrinsèque : elle avance grâce à l’erreur, en essayant, en se trompant, en s’autocorrigeant. Erreur et vérité s’impliquent l’un l’autre comme l’ombre et la lumière.
Commenter  J’apprécie          30
alzaia   26 avril 2015
Le Fromage et les vers. L'univers d'un meunier du XVIe siècle de Carlo Ginzburg
tout était chaos, c’est-à-dire terre, air, eau et feu tout ensemble… ce volume peu à peu fit une masse, comme se fait le fromage dans le lait, et les vers y apparurent et ce furent les anges… au nombre de ces anges, il y avait aussi Dieu, créé lui aussi de cette masse en ce même temps
Commenter  J’apprécie          30
Carlo Ginzburg
alzaia   02 avril 2017
Carlo Ginzburg
L'analyse tourne essentiellement autour des recoupements de deux langages de l'exclusion, qui tendent à s'exclure l'un de l'autre : celui de la justice et celui de la psychiatrie. La figure de l'assassin, Pierre Rivière, finit par passer au second plan, juste au moment où on publie un mémoire écrit par lui à la demande de ses juges pour expliquer comment il en était arrivé à commettre son triple assassinat. La possibilité d'interpréter ce texte est explicitement exclue, car cela équivaudrait à lui faire violence, en le réduisant à une "raison" qui lui étrangère. Restent seulement la "stupéfaction" et le "silence", uniques réactions légitimes.

C'est sur un irrationalisme esthétisant que débouche donc cette orientation de recherche. Le rapport, obscur et contradictoire, de Pierre Rivière avec la culture dominante, est à peine abordé; ses lectures (almanach, livres de piété, mais aussi "le bon sens du curé Meslier") sont totalement ignorées. On préfère le décrire, errant dans les bois après le crime, comme "un homme sans culture et un animal sans instinct... un être mythique, un être monstrueux dont la définition est impossible parce qu'il ne relève d'aucun énonçable". On s'extasie devant une extranéité absolue qui, en réalité, est le fruit du refus d'analyser et d'interpréter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   21 mai 2020
Le fromage et les vers : L'univers d'un meunier du XVIe siècle de Carlo Ginzburg
C’est une coïncidence qui pourrait symboliser la double bataille vers le haut et vers le bas, conduite par la hiérarchie catholique » au cours de la Contre-Réforme.
Commenter  J’apprécie          30
de   09 octobre 2011
Le juge et l'historien. Considérations en marge du procès Sofri de Carlo Ginzburg
L’erreur judiciaire, fût-elle révocable, se traduit toujours pour la justice par une perte sèche
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   07 avril 2019
A distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire de Carlo Ginzburg
Continuité des mots n’est pas toujours continuité de leur sens. Ce que nous appelons philosophie est encore malgré tout la philosophie des Grecs. Notre économie, qu’il s’agisse de la discipline ou de son objet, et l’économie des Grecs n’ont en revanche que peu de choses en commun. Nous parlons souvent de mythe en un sens général ou en un sens spécifique : les mythes des nouvelles générations, les mythes des peuples d’Amazonie, et nous appliquons sans hésiter le terme de mythe à des phénomènes très éloignés dans le temps comme dans l’espace. Doit-on voir là une manifestation de notre superbe ethnocentrique ?
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   07 avril 2019
A distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire de Carlo Ginzburg
Dans un monde que nous savons dominé par le sous-développement et par la cruauté de l’impérialisme, notre indifférence morale est déjà une forme de complicité. (…) On serait tenté de dire que les deux dernières générations ont reçu en dot, contrairement à ce que pensait Benjamin, une force messianique puissante – bien que négative. La fin de l’histoire – non pas dans le sens métaphorique aujourd’hui en vogue, mais dans un sens absolument littéral – est devenue dans le dernier demi-siècle une possibilité technique effective. La destruction virtuelle du genre humain, qui représente en tant que telle un tournant historique décisif, a influé et influera sur la vie et les fragments de mémoire de toutes les générations futures et passées, y compris celles qui, comme dit Aristote, « sont venues il y a dix mille ans ou viendront dans dix mille ans ». Le domaine de ce qu’Aristote appelait la « loi générale » semble parallèlement être devenu beaucoup plus vaste. Mais l’extension de notre compassion aux êtres humains les plus lointains resterait, je le crains, pure rhétorique. Notre capacité de contamination et de destruction du présent, du passé et du futur demeure incomparablement supérieure à notre pauvre imagination morale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   07 avril 2019
A distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire de Carlo Ginzburg
Le passage d’un monde fictif au monde réel et vice versa, d’un monde fictif à un autre, ou du monde des règles à celui des métarègles, appartient certainement aux possibilités de l’espèce humaine en général. Mais c’est dans le cadre d’une culture spécifique (la nôtre) que la distinction entre ces différents registres a été théorisée avec un raffinement parfois extrême sous les impulsions successives et convergentes de la philosophie grecque, du droit romain et de la théologie chrétienne. L’élaboration de concepts tels que μῦθοϛ, fictio, signum n’est que l’un des aspects d’une tentative de manipulation du réel toujours plus efficace. Le résultat est sous nos yeux, incorporé aux objets que nous utilisons (dont l’ordinateur sur lequel j’écris ces mots). Le patrimoine technologique qui a donné aux Européens de conquérir le monde comportait aussi une capacité renforcée au cours des siècles de contrôler la relation entre visible et invisible, entre réalité et fiction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Petit Pays

Comment s'appelle le père de Gabriel ?

Martin
Mathieu
Michel
Mohammed

50 questions
1777 lecteurs ont répondu
Thème : Petit pays de Gaël FayeCréer un quiz sur cet auteur