AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.85 /5 (sur 150 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Cambridge, Angleterre , 1975
Biographie :

Née de parents uruguayens, Carolina De Robertis passe son enfance en Angleterre et en Suisse. La famille part ensuite s'installer aux États-Unis en 1985.

Elle travaille pendant environ dix ans pour des organisations de défense des droits de la femme. Elle est également traductrice.

"La Montagne invisible" (The Invisible Mountain, 2009), son premier roman, a connu un succès international et a été traduit dans dix-sept pays.

Elle a enseigné à l'Université d'État de San Francisco et vit actuellement à Oakland en Californie.

son site : http://www.carolinaderobertis.com/
Twitter : https://twitter.com/caroderobertis

Source : Edition Belfond ; carolinaderobertis.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Carolina de Robertis signe avec ce roman un texte d?une grande sensualité, une ode à la liberté, à la passion, à la vie. Pour accompagner la destinée de ces personnages sublimes et poignants, le tango, omniprésent, résonne à chaque page. Plus qu?un roman, ce texte est aussi un témoignage captivant sur la Buenos Aires du début du XXe siècle, et un document rare sur la naissance du tango. En savoir plus : http://bit.ly/2oDfSfK Lire un extrait : Où nous trouver ? Facebook : https://www.facebook.com/lecherchemidi.editeur/ Twitter : https://twitter.com/lecherchemidi/ Instagram : https://instagram.com/cherche_midi_editeur_/ Pinterest : https://fr.pinterest.com/lecherchemidi/
+ Lire la suite

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
Stelphique   23 mai 2017
Les dieux du tango de Carolina De Robertis
Il a joué un chant funèbre qui semblait s'élever tout droit du coeur sanglant de la terre.
Commenter  J’apprécie          220
Stelphique   02 juin 2017
Les dieux du tango de Carolina De Robertis
Toutes les créatures sur Terre dorment le jour ou la nuit, mais Buenos Aires ne dormait jamais. C'était donc une créature qui n'était pas de ce monde.
Commenter  J’apprécie          180
Kittiwake   28 mai 2012
La montagne invisible de Carolina De Robertis
À elle seule, la poésie ne changera pas le monde. Mais sans elle, où en serions-nous? Dépourvus de mystère de passion, de tout ce qui nous tient éveillés malgré l'ineptie de nos vies
Commenter  J’apprécie          170
leolechat   14 mai 2017
Les dieux du tango de Carolina De Robertis
La musique.

Elle s'éleva des cordes et des doigts dans une communion éblouissante, comme un sanglot de plaisir sous l'archet. Les cordes de la guitare vibraient et intensifiaient ce puits de chagrin.

Carlo se mit à chanter. Il parla de la nuit qui étreignait son cœur, d'une femme, d'une mauvaise femme.

Elle n'arrivait pas à tout comprendre mais le son la tenait captive. Il pénétrait ses os, fouettait son sang. Elle ne se connaissait pas elle-même ; elle ne le comprenait que maintenant et elle n'avait jamais rien su. Jusqu'à ce jour. A présent, elle savait qu'une telle sensation existait, qu'il existait dans le monde un tel son, un tel éveil, une mélodie aussi riche que la nuit.
Commenter  J’apprécie          140
Acoun   31 décembre 2017
Les dieux du tango de Carolina De Robertis
Ils jouaient toute la nuit, ils jouaient pour que le soleil se lève au-dessus des toits. Ils jouaient pour les pauvres, pour les riches qui venaient s’encanailler avec les pauvres, pour les femmes payées à danser, et les femmes payées à danser et baiser, et quand ils avaient vraiment besoin d'argent, ils jouaient même pour les femmes payées à baiser, qui baisaient tant qu'elles ne pouvaient jamais danser.
Commenter  J’apprécie          120
tynn   19 avril 2014
La montagne invisible de Carolina De Robertis
-...Roberto, lui disait son père, dans la vie, il n'existe que trois événements importants. Tu les connais?

-Oui, répondait Roberto en attendant la suite.

-La naissance, le mariage et la mort. Un point c'est tout. Et tu ne peux en contrôler qu'un! Le mariage! Alors tu as intérêt à bien choisir!
Commenter  J’apprécie          120
Annette55   12 octobre 2017
Les dieux du tango de Carolina De Robertis
"Toutes les créatures sur Terre dorment le jour ou la nuit, mais Buenos Aires ne dormait jamais.C'était donc une créature qui n'était pas de ce monde.

Toute la nuit, les cafés restaient illuminés, la plupart avec les lampes à pétrole, certains avec la lueur arrogante de l'électricité.Les hommes dansaient, buvaient et montaient avec des femmes de petite vertu.Dante vit des couples dans un coin ou contre un mur, les jupes de la femme retroussées, une jambe enroulée autour de l'homme en rut...........La vision lui faisait monter le feu aux joues.

De Honte. D'Excitation.De Peur ou de Désir ?"
Commenter  J’apprécie          110
Nuageuse   11 août 2019
Les dieux du tango de Carolina De Robertis
Et ce que Leda vit dans ses yeux lui ôta l'énergie de se battre. Elle n'y vit pas de la folie mais quelque chose d'autre, quelque chose qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Ce soir-là, sur la piazza baignée de lune, retenue par la poigne de la femme du boulanger, Leda sentit quelque chose se défaire en elle. Elle sentit céder les fragiles agrafes qui maintiennent l'esprit en place et l'empêchent de se déliter, de se perdre dans le chaos. Elle ne savait rien, ne pouvait rien faire, n'avait rien à quoi se raccrocher sinon cet air que Cora gardait sans cesse à la bouche et dont le sens, soudain, avala la nuit.
Commenter  J’apprécie          90
AMR   04 juin 2017
Les dieux du tango de Carolina De Robertis
Elle grimpa sur la passerelle et rejoignit le pont. Elle se rapprochait des Amériques, de Dante, son cousin, son époux, et à présent qu’elle ne marchait plus sur la terre ferme mais sur une longue passerelle suspendue dans l’air, elle se sentit comme une émigrée. Un entredeux, se dit-elle lorsque ses pieds foulèrent le pont. Une épouse mais encore vierge, entre l’Italie et l’Amérique du Sud. Je suis l’impossible et je suis ce qui fait que tout est possible, comme une fuite dans la digue du temps. Cette pensait la rendait confuse et l’excitait tout à la fois. Elle ne savait plus ce que racontait son propre esprit.



[…]



La musique était une flèche qui transperçait les murs les plus épais. La musique faisait oublier les inégalités. La musique transcendait les siècles. C’était le nectar des démons, l’ambroisie de Dieu.



[…]



La solitude la prenait à la gorge comme un fil de fer meurtrier. Personne ne la voyait comme elle était vraiment ; il n’y avait pas d’issue possible à cette mascarade et à son histoire. Ce n’était pas qu’elle ne voulait pas vivre dans la peau de ce nouveau Dante, mais en cachant la moitié de son histoire elle avait l’impression de devenir invisible, ou à moitié visible, comme la lune quand une de ses faces est voilée. Et il y avait des moments où elle avait envie qu’on la voie, qu’on la touche. Comme ce n’était pas possible, elle repoussait ces idées de son esprit. Elle était heureuse que personne ne puisse la voir, en tout cas, pas toute entière. C’était son salut. Les gens ne peuvent pas voir ce qu’ils ne peuvent pas imaginer, et même à ses propres yeux elle défiait l’imagination. Elle était comme un accroc dans le tissu du réel. Aucune femme n’avait jamais fait ça, si ?



[…]



Ce son les réunissait et Dante se sentit soudain très proche des autres hommes. C’était presque une fusion, mais plus immédiate qu’avec le sexe, ou en tout cas ce qu’elle en imaginait d’après ce qu’elle avait glané auprès des matrones d’Alazano, dans les bordels et les bars. Il n’y avait rien de la relation marie et femme ou homme et putain dans cet échange. Pas de soumission, pas de conquête. Chaque musicien pénétrait les autres en même temps qu’il était pénétré, chaque homme s’exposait : toi, tu souffres comme ça, et voici ce qui te fait vibrer. Et moi, voici ma douleur, mon plaisir. Chaque être humain a sa propre géographie intérieure, bien cachée au fond de lui, mais calez-vous sur le même rythme et alors tous les secrets enfouis remontent et s’illuminent.



[…]



« Le tango est à nous. Rappelle-toi ça, rappelle-toi d’où il vient. Pour chaque personne qui connaît ses racines, il y en a cent qui ne les connaissent pas. Et peut-être qu’un jour ceux qui savent auront tous disparu. Mais le secret vivra toujours, son cœur bat dans les percussions et dans son rythme syncopé. Même quand les percussions auront disparu, il vivra dans les pas des danseurs qui ne sauront même pas qu’ils imitent les pas d’une vielle religion arrivée ici dans le ventre purulent des négriers. Le seul plaisir qui survit à l’enfer. Un dieu et une déesse qui dansent côte à côte comme ils le faisaient avant que le tango ne les fasse se mettre face à face et s’enlacer. Et ces blancs se demandent pourquoi ils se sentent si vivants avec le tango. Ne t’inquiète pas pour ça. N’essaie même pas de le leur dire. Contente-toi de leur donner cette musique et laisse-la faire le reste. »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
myriampele   12 septembre 2017
La montagne invisible de Carolina De Robertis
Il ne fallait pas poser certaines questions. Par exemple ne pas demander pourquoi Papa était de l'autre côté du fleuve alors qu'on ne voyait rien d'autre qu'une étendue de ciel.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Carolina De Robertis (185)Voir plus


Quiz Voir plus

Culture générale en blanc.

Dans la symbolique asiatique, le blanc est associé à :

la virginité
la richesse
la mort
la pauvreté

12 questions
57 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , Chansons françaises , nature , poésie , cinemaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..