AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.05 /5 (sur 152 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Valenciennes (Nord) , 1974
Biographie :

Caroline Deyns, de son vrai nom Denys, vit et travaille en Franche-Comté.

Caroline Deyns est née en 1974 à Valenciennes.

Ajouter des informations
Bibliographie de Caroline Deyns   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec Caroline Deyns - Librairie Meura


Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
paroles   26 septembre 2020
Trencadis de Caroline Deyns
C’était cela, cette ouverture aux autres, qui était formidable dans son travail. Certaines oeuvres d’art se contentent de soliloquer, toutes repliées qu’elles sont dans leur hermétisme. Les siennes jamais. Même nées de son histoire, d’un magma d’émotions intimes, les oeuvres de Niki de Saint Phalle ont toujours été accessibles, compréhensibles, tournées vers le monde, retournées au monde : adressées.
Commenter  J’apprécie          162
fanfanouche24   14 septembre 2020
Trencadis de Caroline Deyns
Et de nouveau la dysphorie. Etre une bonne mère et une bonne épouse et une bonne hôtesse, elle l'a voulu, voulu très fort. Et puis, soudain, malgré les efforts, la lutte intérieure, l'acharnement, elle ne peut plus, ne le supporte plus. A Harry qui ne comprend rien:

Je refuse de n'être qu'une femme d'écrivain qui fait de la peinture !

C'est dit, martelé, pleuré, craché, hurlé. (p. 75)
Commenter  J’apprécie          160
fanfanouche24   08 février 2022
Trencadis de Caroline Deyns
Est-ce que les femmes doivent être nues pour entrer au Musée ? Moins de 4 % d'artistes sont des femmes mais 85 % des nus sont féminins.

Guérilla Girls, 1985
Commenter  J’apprécie          150
fanfanouche24   12 septembre 2020
Trencadis de Caroline Deyns
Harry (...)

C'est un bon compagnon parce qu'il la comprend, et la fraternité vaut plus que la fidélité. Ils ne se sont, après tout, pas mariés pour autre chose. deux sensibilités en miroir, deux cancres de la vie mondaine (...) Sans autre but alors que de faire péter le cadre familial (...) (p. 51)
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24   10 septembre 2020
Trencadis de Caroline Deyns
- Je savais bien que tu viendrais ruiner mon projet avec ta petite logique raisonneuse. Tant pis. Je construirai mon propre endroit magique.

- Les Français disent bâtir un château en Espagne.

- C'est ce que je ferai !

- Ils disent cela pour se moquer de l'inconstructible.

- Les Français fantasment et les Américains entreprennent.Je suis franco- américaine, mon château, je l'imaginerai et le construirai avec des courbes comme des bras qui vous entourent, et de la couleur, de la couleur à rendre ivre. Tu m'aideras, dis Harry ? (p. 60)
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24   09 février 2022
Trencadis de Caroline Deyns
Bien sûr c’était n’importe quoi, bien sûr je savais qu’elle avait visé volontairement, j’en mets ma main au feu, l’endroit où se cachaient les poches de peinture rouge, mais c’était, comment vous dire ? Plus fort que moi, j’étais comme entraîné, happé, dévoré par le spectacle de cette fille folle de rage, folle tout court, qui se déchargeait de je ne sais quelle rancune de la manière la plus miraculeuse qui soit- en créant quelque chose-afin d’éviter le pire : se faire sauter le caisson. C’était tellement étrange ce truc qu’elle avait choisi de diriger, à la fois festif et dévastateur, convivial et égocentré. (…)

Et puis , une fois, des années plus tard, en 1983 ou 84 je ne sais plus, elle est apparue dans mon téléviseur, au journal du soir, et je me suis mis à gueuler dans la caravane. C’est elle, c’était elle, la fille, Calamity Jane Jessie James, celle qui avait fauché ma pétoire pour exploser son propre tableau, celle qui voulait que je participe à cette mise à mort / mise au monde, Niki !!! (p. 120-121)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   09 septembre 2020
Trencadis de Caroline Deyns
Parce que le monde a recommencé à exister petitement. (...) Ses premiers collages ressemblent ainsi à des actes de réconciliation; Et c'est ce qu'elle ressent, vraiment, quand elle est assise à la grande table du réfectoire, absente aux autres qui crayonnent furieusement à ses côtés, vagissent ou soliloquent dans leur coin, trop absorbée par son travail d'assemblage, de reconstruction, car reconstruction est le mot juste- ou réparation. (p. 55)
Commenter  J’apprécie          90
cami_mondo   11 avril 2021
Trencadis de Caroline Deyns
L’artiste, elle s’appelle Niki. Il a retenu son nom parce que le chat des voisins s’appelle pareil. Niki, c’est joli. Elle est jolie aussi sur la photo accrochée au tableau, avec son chapeau à plume et sa tasse à thé qui fait penser à Alice quand elle doit goûter avec le Chapelier Fou. (...) Peut-être que les couleurs de Niki c’est du carnaval aussi? Un costume qu’elle enfilerait, follement gai, terriblement menteur, pour prétendre qu’elle a envie de faire la fête, chanter et rigoler très fort, même si, en vrai et pareil que maman, elle préférait aller se fourrer au fond du lit en croquant des médicaments pour dormir aussi profond qu’une morte.
Commenter  J’apprécie          70
Hebephrenie   07 mai 2011
Tour de Plume de Caroline Deyns
Dans sa prime jeunesse, il avait été atteint de la maladie du livre, sous l'une de ses formes les plus virulentes. Les docteurs avaient d'abord peiné à établir leur diagnostic, inspectant les larges poches brunissant sous les yeux hagards (deux petites valises où entasser le nécessaire pour partir la nuit en voyage immobile, à la lueur de la lampe de poche), le galet rose et poli des genoux jamais écorchés (pupitre si commode!), la propreté alarmante des mains (lent métronome battant la mesure des pages), et cela divaguant autour d'un corps chétif. La maman était soucieuse, la grippe, pensez-vous? Non, plus grave car incurable. En plus de poli, hagard et chétif, le petit resterait à jamais difforme, promenant l'excroissance d'un livre sur une main, sous un bras ou sur une cuisse.
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24   14 septembre 2020
Trencadis de Caroline Deyns
-Si je devais la définir ? Eh bien je dirais en trois mots : drôle, compliquée, passionnée. Vive , tordue, déterminée. Avant Jean [Tinguely ], je l'ai aimée. Et avant lui, j'ai senti leur attirance inévitable même si, à première vue, on n'aurait pas misé deux sous sur la longévité du duo. Mais moi je les ai vus tels qu'ils étaient réellement, à la fois trop différents et trop semblables: deux morceaux d'assiette brisée qui n'attendaient que leur rencontre pour retrouver la forme originelle (...) (p. 99)
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

UNE question (potache) : QUI ❓❓

Lors d'un périple en Chine, j'ai découvert que cet écrivain y avait longtemps (indice) séjourné ...

joseph kessel
honoré de balzac
andré gide
alfred de musset
marcel proust
sylvain tesson
jules verne

1 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : blague , potache , écrivain , voyages , humour , jeux de mots , calembours , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur