AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Critiques de Caroline Feh (16)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Le Corps ne fait pas le genre

Coucou, tout le monde se sent bien dans sa peau ? Aujourd’hui nous allons parler d’un sujet sérieux : je vais vous présenter deux personnes en une. Vous ne comprenez pas ? Ce n’est pas grave, je vous explique !



Voici, François, un petit garçon, tout mignon, tout gentil, qui s’aperçoit qu’il préfère être entouré de filles, qu’il adore porter leurs vêtements et qu’il est attiré par tout ce qui représente la féminité… Mais voilà, dans les années 60, les esprits étaient un peu étriqués, vous étiez fille ou garçon selon votre état civil, et hop, circulez !



Alors François a avancé, cahin-caha, il s’est marié et a eu une fille, son grand bonheur ! Seulement, quand votre vie ne ressemble pas à vos rêves, on se sent un peu bancale. Et Caroline, la part féminine de François est venue insidieusement grignoter du terrain. Au début, François est un peu gêné, mais en homme galant, il laisse un peu d’espace à Caroline. Jusqu’au jour où il en parle à son épouse ; ils divorcent (sans esclandre) et François attendra des années avant de parler de Caroline à sa fille (mais jamais il ne la lui présentera ; Caroline s’explique dans une lettre à sa fille au début du livre).



François et Caroline cherchent, et finissent par trouver. Au début, Caroline apparaît de temps en temps, puis, l’heure de la retraite ayant sonné, elle prend de plus en plus souvent le devant de la scène, et François reste bienveillant en arrière.



Caroline n’a pas écrit ce livre pour faire pleurer dans les chaumières ; d’ailleurs les paroles malveillantes, les mauvais moments, les rebuffades, elle a choisi de ne pas les aborder ; elle préfère nous parler des personnes qui l’ont soutenue, aidée, acceptée (entre autre sa formidable psychologue).



Caroline explique tout simplement son parcours d’une femme qui n’a pas choisi de naître dans un corps d’homme et qui a été obligée de composer avec. Elle a voulu témoigner pour aider ceux qui se trouvent dans la même situation qu’elle, ou les parents dont les enfants ont les mêmes difficultés. Pour comprendre et dédramatiser.



Pas de traitements chimiques, pas d’opération chirurgicale, non, simplement une transformation dont elle vous confie les secrets !



Elle est vraiment touchante Caroline dans son obstination à parvenir à ses fins, sa ténacité pour vivre des expériences souvent réservées au corps féminin, dans sa façon d’idéaliser les femmes...



Et puis de temps en temps, hop ! François réapparaît, et emmène sa fille au restaurant par exemple ; mais il n’y a jamais ni conflit, ni rejet, il y a simplement un corps qui héberge un peu François et beaucoup Caroline !



Je ne vais pas vous dévoiler toute l’histoire, je vous laisse la découvrir, d’autant plus que Caroline a généreusement décidé de verser les revenus générés par les ventes à une association qui œuvre pour scolariser les filles dans le monde !



Bref, un livre qui m’a touchée et quelque peu énervée ! Effectivement, en 2023 nous manquons encore de tolérance, et pourquoi devoir toujours choisir ou être cantonné dans un camp ? Pourquoi un petit garçon n’aurait-il pas le droit de jouer à la poupée ou de porter des chaussettes roses ? Ça veut dire quoi, être féminine ? Soyez ce que vous avez envie d’être… Na ! Je me suis lâchée un peu, ça va mieux !



Maintenant n’oubliez pas d’aller acheter le livre pour faire une bonne action et éventuellement d’offrir un ou deux exemplaires autour de vous (Noël approche…)



À lire habillé(e) dans les fringues qui vous plaisent sans vous occuper de votre sexe, et même à poil si ça vous chante (n’oubliez pas de remonter le chauffage) ; en grignotant des financiers avec une tasse de thé noir Orange Jaipur ! Bonne lecture !



Mon compte Instagram : @la_cath_a_strophes



La_cath_a_strophes est également sur Facebook
Commenter  J’apprécie          240
Le Corps ne fait pas le genre

Le corps ne fait pas le genre est un témoignage fort sur l’identité dans notre société. Il permet de comprendre le parcours à la fois de François et celui de Caroline dans cette acceptation de soi.



« Dans ma peau d’homme, je suis femme. « Différente » certes, mais tellement femme. » Cette phrase à elle seule décrit parfaitement ce livre. François a toujours ressenti cette part de féminité en lui, depuis son enfance. Il l’a repoussée, l’a cachée. Jusqu’au jour où Caroline a pris sa place.



Ils sont deux. L’un porte le corps. L’autre l’utilise. Il ne doit pas être facile de jongler de l’un à l’autre. Psychologiquement parlant. Néanmoins, Caroline est très soutenue. Le bonheur est la clef. Elle est elle. Elle dans un corps d’homme. L’épanouissant féminin est présent. Elle est femme à part entière à quelques exceptions près (état civil, attribut masculin, démarches administratives…).



Il n’y a pas d’étiquette. Il n’y a que le bonheur et le ressenti qui compte. L’important est de vivre pleinement comme chacun l’entend. Pourquoi se cacher lorsque l’on sait ce qu’on ressent ? Lorsque l’on sait qui on est ?



Écrit comme des billets sur un blog, Caroline raconte ses rencontres, ses doutes, ses anecdotes, son suivi, son évolution.



Je la remercie pour sa confiance pour m’avoir mis son histoire entre les mains et pour nos échanges pendant ma lecture.
Commenter  J’apprécie          40
Le Corps ne fait pas le genre

Ce livre est un récit fort, touchant et criant de vérité. La vérité de Caroline, qui nous raconte sa construction, son parcours parfois semé d'obstacles mais surtout ponctué de moments de joies et de victoires . Et si j'étais né dans le mauvais corps ? C'est le questionnement viscérale de Caroline, né·e François.



Même si Caroline est une femme assumée, elle arrive à vivre avec François qu'elle ne rejette pas, ils vivent ensemble ou côte a côte. Elle nous explique dans ce témoignage son cheminement de vie, son parcours. Parfois difficile, les regards, les opinions des gens et leurs jugements, l'incompréhension, tout ceci avec une grande sincérité.



J'ai beaucoup aimé la plume. C'est fluide , c'est sans chichis, c'est un peu comme si elle nous racontait son histoire autour d'un verre ou d'un repas, c'est franc c'est vrai, c'est sa vie! J'ai aimé tous ses passages où elle a souhaité vivre, "des tranches de vie", des expériences, des premières fois. On ressent au fils de ses écrits qu'elle s'épanouit toujours un peu plus comme un bouton de fleurs qui se déploie. 



Une jolie histoire de vie, et tout ceci sans voyeurisme ou parodie aucune, juste la découverte de la féminité de l'autrice et de celle de toutes les femmes en générale.

Un très bon moment !



Merci Caroline de m'avoir confié votre histoire.



Commenter  J’apprécie          40
Le Corps ne fait pas le genre

C'est une autobiographie assez particulière que je vous présente, un témoignage duquel on ne sort pas indemne. C'est une histoire touchante, poignante et réaliste.



Qui ne s'est jamais demandé : et si j'étais né dans le mauvais corps ? C'est qui est arrivé à Caroline, né·e François.



Caroline nous raconte son parcours, ses embûches, sa construction, ses joies.



Un cheminement de vie, un parcours, très dur, à cause des regards et jugements encore aujourd'hui.



Être dans le mauvais corps, se sentir totalement incomprise, et parfois reniée.



Caroline est une personne comme nous. Sauf qu'elle a sa « p’tite » différence : elle vit dans les deux genres, mais je vous laisse deviner quel est celui qu’elle préfère ♀️. C'est ce qui fait d'elle une personne honnête et une personne fabuleuse.



Une belle leçon de vie et de combat ! Je remercie Caroline de m'avoir confié son histoire.
Commenter  J’apprécie          40
Le Corps ne fait pas le genre

La couverture représente Caroline qui réalise son rêve de petite fille. Depuis tout petit François ne se sent pas à sa place. Il adore se déguiser en fille mais ne peut pas en côtoyer. Sa famille n'est faite que de garçons et à l'école les filles et les garçons ne sont pas mélangés. Né dans les années 60, à cette époque un garçon doit faire des trucs de "mecs" et une fille doit se comporter comme telle. Les esprits étant également beaucoup moins ouverts qu'actuellement, il n'a pas pu évoquer ce qu'il ressentait. Il a dû rentrer dans les cases et mettre de côté ce qu'il était vraiment pour vivre une vie d'homme. Lorsque Caroline est apparue et a voulu prendre sa place c'est tout naturellement que François la lui a cédée. Il est obligé de la reprendre de temps en temps pour quelques obligations, mais c'est Caroline qui est la plus épanouie. Grâce à ses amies, elle a pu trouver la place qu'elle aurait dû avoir dès sa naissance. Maintenant ce n'est plus un déguisement que François met pour devenir Caroline, il laisse sa vraie personnalité ressortir. Un témoignage qui m'a mis une sacrée claque. Un combat de tous les jours face à un monde peu enclin à accepter la "différence", heureusement que les esprits s'ouvrent de plus en plus et qu'elle a su s'entourer des bonnes personnes. Une autobiographie à coeur ouvert, sans tabous pour nous faire rentrer dans la vie de Caroline et apprendre à la connaître. Le roman a été écrit à deux mais nous retrouvons François que quelques pages. J'ai apprécié les photos de l'évolution de Caroline, de ses petits "couacs" dont l'un d'eux m'a vraiment fait rire
Commenter  J’apprécie          10
Le Corps ne fait pas le genre

Né François devenue Caroline par nécessité de vivre enfin sa seconde vie, celle où elle pourrait être elle même.



C’est tout l’objet de ce livre, de cette autobiographie. Nécessaire pour notre société pour casser les stéréotypes, les avis contraires parce que OUI, nombreux sont ceux qui ne naissent pas avec le bon genre et qui en souffre et passe parfois à côté de leurs vies par peur de parler pour arrêter de souffrir.



Ce témoignage est important, pour ceux qui le vivent car poignant et vrai ! Mais aussi pour l’entourage de ceux qui vivent la même chose pour aider à la compréhension.



Bravo Caroline pour ce parcours, pour ces moments de sourires et de larmes que j’ai eu tout au long du rire. Ta voix est importante!



L’écriture de cette autobiographie est vraie, simple et efficace. Elle dit les choses sans fioritures. Le style de l’autrice veut que ça soit redondant et ça donne un vrai sens au livre.



Merci d’avoir ouvert ton cœur et laissé un bout de ton âme dans ce livre
Commenter  J’apprécie          10
Le Corps ne fait pas le genre

Une personne, témoigne de sa vie.

Né François au début des années 60 , cette personne aime se déguiser, aime la compagnie des femmes.

Après un parcours plutôt masqué, Caroline se dévoile dans la vie et dans ce livre.

5 jours femme et 2 jours homme car cette personne a été mariée à une femme et a eu une fille.

Elle n’est pas transgenre ce n’est pas son objectif. Cette personne aime être en femme.

Si c’est ce qu’elle aime pourquoi pas.

Je pense qu’il lui a fallu une bonne dose de courage pour se dévoiler dans ce livre et raconter des moments de sa propre intimité.

Dans un journal télévisé, où elle apparait comme Caroline, elle indique que pour venir elle était en homme. Est-ce c’est encore difficile de sortir de chez soi en femme ?

Il semble que dans son envie d’être femme, il y a du respect pour ceux qui l’ont connu homme. Et peut-être son but est aussi de ne pas « choquer » .

Ce livre est un témoignage étonnant. Ce n’est pas de la grande littérature ; le style d’écriture est assez particulier mais il montre que tout peut être possible.

Caroline a trouvé un équilibre et c’est tant mieux, loin de tous les stéréotypes qu’on connait ;

Par contre, pour moi, c’est plus un témoignage qu’une autobiographie. Et je m’interroge sur un point : comment Caroline vit-elle sa sexualité ? je ne me rappelle pas avoir vu ce sujet abordé.



Merci à l’association « Mieux-vivre » de la Saussaye (27 France)de m’avoir fait découvrir ce témoignage.



Commenter  J’apprécie          11
Le Corps ne fait pas le genre

Un Livre dont la présentation est original de part la police qui est de taille normale, et qui tout d’un coup, devient énorme comme pour interpeller le lecteur.

Le sujet est très intéressant. Je le connaissais qu’un tout petit peu n’y étant pas concerné. Pour un public, un peu distant de ce sujet, ce livre permet d’en savoir plus.

Une jolie autobiographie que je vous recommande de lire.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          10
Le Corps ne fait pas le genre

Je tiens à remercier Caroline de m'avoir fait découvrir son livre. Je n'ai pas trop l'habitude de lire des autobiographies.



Je trouve que ce roman est une énorme preuve de courage parce que l'autrice n'hésite pas à nous raconter en détails, ses appréhensions, ses peurs, ses doutes mais également, ses aventures, ses anecdotes pour que Caroline ait enfin la place qu'elle mérite dans la société.



La plume de l'autrice est simple et efficace. Mais je regrette que certains extraits soient parfois redondants. Mais c'est mon avis personnel car l'autrice explique dès le début pourquoi ces redondances sont présentes dans le livre.

La présence de poèmes à certains endroits stratégiques du livre donne un relief peu commun à cette autobiographie. Les émotions ressenties par l'autrice au moment d'écrire ces poèmes nous frappent de plein fouet.



Ce livre est à lire au moins une fois car la vie de l'autrice mérite d'être connue et je lui témoigne tout mon respect pour avoir eu l'audace d'écrire ce livre 🙂.

Caroline sera d'ailleurs présente au Salon du Livre de Wallonie si jamais vous souhaitez découvrir son autobiographie.

Commenter  J’apprécie          10
Le Corps ne fait pas le genre

Je remercie Caroline FEH de m’avoir confié son service presse, mais aussi pour sa confiance. La quatrième de couverture m’a interpellée, car elle laissait présager un récit riche en enseignements et en émotions. Cependant, je ne lis pas d’autobiographie, je suis donc sortie de ma zone de confort, d’autant plus que celle-ci est particulière.



Nous faisons connaissance de Caroline. Elle s’est toujours sentie femme, mais vivait dans le corps de François. Durant plus de trente ans, elle a dû garder ce secret et se conformer à la « norme », si tant est qu’il y en ait une.



Puis, elle a souhaité lever le voile derrière lequel elle se cachait depuis toujours pour essayer d’éclore en tant que femme. À partir de cet instant, nous suivons son cheminement dans ce véritable parcours du combattant et au fil des pages nous la voyons évoluer et s’épanouir.



Cependant, l’auteure mène deux vies : celle de Caroline sans oublier François. Elle gère de mieux en mieux cette situation et s’en accommode parfaitement. Au fil du temps, notre combattante trouve son équilibre en surfant en le "il" et le "ELLE". Elle en a besoin et cela permet de préserver certains membres de son entourage.



L’auteure ne s’attarde pas sur sa souffrance. Au contraire, elle nous parle des différentes rencontres positives qui lui ont permis d’avancer vers son avenir au féminin. Sur son chemin, elle croisera des femmes qui l’aideront à franchir de nombreuses étapes et à éviter certains obstacles. Elles deviendront de vraies amies sur lesquelles elle pourra réellement compter.



Elle nous expliquera les faits marquants de ce périple à haut risque. Par exemple, le jour où elle a commencé à exister socialement en travaillant bénévolement dans un Ehpad.



Sachez que tout au long de son parcours, Caroline a été suivie et conseillée par du personnel soignant qualifié qui a  su lui tendre la main et lui donner confiance.



Accompagnée d’amies sincères, elle s’est lancé des défis pour dépasser ses appréhensions, mais aussi pour s’approprier des ressentis de femmes. En toute honnêteté certaines choses m’ont vraiment surprise, sans pour autant porter le moindre jugement. 



Une question a également taraudé mon esprit durant une bonne partie de cette lecture, mais j’ai obtenu la réponse à mon interrogation.



Attention, quelques situations peuvent choquer les bien-pensants, mais le constat est sans appel, aujourd’hui Caroline vit en paix avec elle-même. Elle s’est battue pour se libérer enfin de ses chaînes pour vivre heureuse.

Elle a OSÉ briser le tabou.



Un témoignage fort et courageux qui mérite le respect.



Longue vie à Caroline et F…



Un message d’espoir pour toutes les personnes qui vivent dans la détresse et ne parviennent pas à franchir le cap.



Une autobiographie que je vous invite à découvrir. Vous n’en sortirez pas indemne.
Commenter  J’apprécie          10
Le Corps ne fait pas le genre

J’ai énormément aimé ce beau livre-témoignage qui selon moi traite avant tout de Liberté, même si la Féminité en constitue la thématique principale, à travers les anecdotes drôles ou touchantes qui ont jalonné le quotidien de son auteure depuis qu’elle a décidé de franchir « le pas ». Avec un humour qui se veut souvent léger, portant à la réflexion sur un sujet de société, Caroline ajoute dans son écriture une fraîcheur et la spontanéité qui semblent la caractériser.



Elle a fait le choix de n’évoquer que les bons moments de son parcours de combattante et derrière son enthousiasme à toute épreuve, on perçoit ces petites parcelles de fragilité et de douceur, et surtout cette détermination qui l’a rendu prête à abattre des montagnes de doutes, les siens et ceux des autres.



Au terme « Liberté », j’aimerais associer celui de « Libération », car j’ai lu ce récit de vie non pas comme la transformation d’un homme en femme, mais comme la révélation d’une cohabitation où François restera toujours une partie de Caroline, même si c’est désormais cette dernière qui s’épanouit de jour en jour. J’y ai vu une sorte de gémellité, comme celle qu’on peut ressentir à une autre échelle, car comme chacun sait, nul homme ne saurait vivre sans une part de féminité en lui, aucune femme ne peut renier un petit côté masculin (bon, là je sens qu’elle va avoir son mot à dire, mais après tout c’est ma chronique ^^).



Une précision qui a son importance pour elle : elle a la chance d’être père, et ce rôle, elle y tient de tout son cœur. Ce qui ne l’a pas empêchée de souhaiter vivre une autre belle expérience, que je vous laisse le soin de découvrir par vous-même à travers votre lecture.

J’ai trouvé aussi très émouvant le fait qu’elle soit emportée par une forme de magie, qui la porte et lui donne des ailes pour relever tous ses défis, et que je souhaite à tout le monde, magie qui semble lui donner l’élan de profiter à fond de chaque moment qui passe et lui donner la force de l’aborder avec sérénité. A travers des lignes empreintes de sa sensibilité de femme, elle adresse un message universel et soigneusement construit, à destination notamment de personnes, des plus jeunes aux adultes, qui se trouveraient dans une situation de désarroi par rapport à leur genre.



Caroline aborde une notion très intéressante de « miroir » (symbole de soi et de la vérité), car ayant vécu son adolescence à une époque où Internet n’existait pas, où cette conviction profonde d’être femme ne pouvait pas donner lieu à des échanges, comme c’est le cas maintenant sur les sites et les forums, elle a été en proie à beaucoup de questionnements, de tracasseries. « Les femmes » ont été et restent un modèle pour coller au plus près de son ressenti flagrant, et c’est beau de voir qu’elle en est à la fois le reflet et l’image.

Elle parle aussi souvent de hasards heureux, de rencontres bienveillantes et de ses précieuses amies qui l’ont soutenue dans sa démarche, par amitié bien sûr, mais aussi par évidence envers la femme qu’elle est. Caroline étant très attentive à chaque petite phrase ou mot prononcés, j’ai eu l’impression qu’elle recherchait constamment une confirmation supplémentaire de ce qu’elle sait déjà, dans le regard de l’autre… rien d’étonnant après avoir vécu longtemps une situation compliquée.



Il y aurait encore tant de choses à dire sur ce livre riche et généreux, qui j’en suis sûre saura toucher particulièrement les personnes déboussolées par ce qu’elles vivent dans leur être profond, j’en recommande chaleureusement la lecture également à toutes celles qui ont ce désir de vivre librement ce qui un jour a pu sembler représenter une entrave et qui croient qu’exister pleinement, c’est se donner les moyens de le faire.

Commenter  J’apprécie          10
Le Corps ne fait pas le genre

Celle.ux qui me connaissent savent que j'ai l'esprit assez ouvert et que, depuis leur plus jeune âge, je lutte contre les stéréotypes de genre auprès de mes enfants.



Alors quand Caroline m'a proposé de découvrir son livre "Le corps ne fait pas le genre", je n'ai nullement été choquée par le titre ou le sujet. Au contraire même, j'étais plutôt intriguée.



J'aime découvrir de nouvelles choses et je n'avais jamais eu l'occasion auparavant de discuter avec une personne qui ne vit pas dans le bon corps. Et encore, cette formulation n'est pas vraiment adaptée puisque Caroline ne rejette pas le corps de François, elle vit avec et alterne sa vie avec l'un et l'autre. Bien qu'elle se considère femme à 99%.



"Considère" n'est encore une fois pas le bon terme puisque Caroline est une femme. Et grâce à son autobiographie, j'ai pu découvrir que la nature ne fait pas toujours les choses correctement, qu'il y a des bugs dans la matrice et que, finalement, ce n'est pas grave à partir du moment où on en prend conscience et surtout qu'on s'assume.



Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir beaucoup discuté avec Caroline (oui elle est très bavarde, une vraie nana 😉) mais je n'ai aucunement été choquée par les propos tenus dans son livre, même si certains passages peuvent paraître surprenants mais après tout, pourquoi pas ?



Pourquoi n'aurait-elle pas le droit de vivre la vie qu'elle a choisi ? Ce n'est d'ailleurs pas un choix mais un fait. Caroline est une femme née dans un corps d'homme mais c'est bel(le) et bien une femme !



Et je comprends parfaitement tout ce qu'elle a souhaité vivre comme telle, au maximum du possible. Ce n'est aucunement une caricature ou de la folie, juste un besoin de se rapprocher au plus de la féminité qu'elle ressent et qu'elle respecte chez les femmes de manière générale.



La seule chose qui me dérange est ce besoin qu'a Caroline de rappeler qu'elle est une femme car elle n'a rien à prouver à personne ! Elle est femme et c'est aussi simple que ça.



Je tiens juste à préciser que si vous n'avez pas l'esprit ouvert, si vous pensez ne pas pouvoir passer au dessus de vos a prioris, passez votre chemin ! Parce que Caroline n'a nullement besoin de lire ou d'entendre des propos archaïques et négatifs.



Elle est épanouie, elle a eu le courage de partager son expérience et surtout de vivre SA vie et c'est tout ce qui compte !
Commenter  J’apprécie          10
Le Corps ne fait pas le genre

Dans ce livre Caroline se livre sur sa vie et sur son acceptation en tant que Femme. Elle va se livrer sur son parcours, ses combats, ses premières fois mais aussi ses aventures et expériences en tant que telle.



Le corps ne fait pas le genre reflète complètement sa pensée, puisque née dans un corps d’homme, elle se sent déguisée dans ce corps qui ne correspond pas à ce qu’elle est au plus profond d’elle.



François s’efface de plus en plus pour laisser Caroline s’épanouir et vivre en tant que Femme

Caroline a parcouru du chemin avant d’enfin s’accepter, et de se comprendre telle qu’elle est. C’est avec fierté qu’aujourd’hui elle accepte sa féminité.

Avoir l’assurance d’une Femme n’est pas inné, cela s’apprend et Caroline en est le parfait exemple.



C’est beau, c’est touchant, c’est tout simplement elle, Caroline



Un petit mot pour toi Caroline : merci de la confiance que tu m’as accordée 😘



As-tu lu ce livre?

Si oui, l’as tu aimé ? ✨

Si non, est-ce qu’il te tente ?


Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          00
Le Corps ne fait pas le genre

Dans cette chronique, je ne vais pas m'attarder à raconter ou expliquer que Caroline est une femme, je le sais déjà et elle aussi.



Car plonger dans l'histoire de Caroline, une âme entremêlée sous deux identités, François et Caroline, a été bien plus qu'une simple lecture pour moi.

C'était une immersion dans un océan d'émotions, où chaque vague portait le poids de la découverte de soi et de la lutte pour l'acceptation, celle des autres également sa propre-acceptation.



Ce qui m'a particulièrement touché, c'est la façon dont Caroline a concilier cette dualité, sans jamais renier son passé en tant que père aimant pour sa fille.

Dans ses mots, je pouvais sentir la profondeur de son amour et de son respect pour cette part de son être, incarnée par François.



Caroline nous offre un récit sans fard, une plongée dans les profondeurs de son être, naviguant sans ordre chronologique à travers ses souvenirs et ses propres luttes. Et au cœur de ce voyage, il y a Fanny, sa psy, une étoile qui a guidé Caroline à travers les tempêtes de son identité!



Sa plume franche et directe, loin des artifices littéraires, m'a permis de me connecter profondément à son récit. Chaque ligne était comme un fil ténu, tissant l'histoire de sa métamorphose, de sa renaissance en tant que femme.



Et pourtant, au milieu de cette renaissance, Caroline ne cache pas les réalités brutales du sexisme et des préjugés auxquels elle est confrontée, tout comme les femmes cisgenres.



Son récit est un cri de vérité, un rappel poignant de la nécessité d'une plus grande compréhension et tolérance dans notre monde actuel.



En refermant ce livre, j'ai ressenti un mélange complexe de tristesse, d'admiration et d'espoir.

Caroline incarne la résilience, la quête incessante de vérité et d'acceptation. Elle est un phare dans l'obscurité, une inspiration pour tous ceux qui luttent pour être eux-mêmes dans un monde qui peine parfois à comprendre.



Merci, Caroline, pour avoir partagé ton histoire, pour avoir ouvert ton cœur et illuminé le chemin pour ceux qui te suivent.

Tu es une force de la nature, une âme courageuse qui mérite d'être appréciée et aimée. Ton récit restera gravé dans mon cœur, comme un rappel de la beauté et de la complexité de l'âme humaine, qu'importe son genre, qu'importe son corps.



Et à ceux qui hésitent à plonger dans cette expérience littéraire, je dis ceci : osez ouvrir votre esprit, laissez-vous emporter par la magie des mots de Caroline. Car au-delà de ses pages se trouve une leçon universelle sur l'amour, l'acceptation et la force de l'esprit humain.
Commenter  J’apprécie          00
Le Corps ne fait pas le genre

Un cheminement psychologique incroyable à mes yeux. Je félicite Caroline pour son cran, malgré les difficultés/ obstacles croisés sur sa route.J'admire la force de caractère qu'il a fallu afin que Caroline voit le jour.Extrait lecture : ''Libre, je ne me refuse plus rien. Car plus rien ne m'arrête.''
Commenter  J’apprécie          00
Le Corps ne fait pas le genre

Merci à Caroline de m’avoir fait découvrir son livre qui parle d’Elle. J’ai adoré, j’ai rigolé, j’ai été émue par des passages de sa vie, du bien du mal… et des moments drôles.

Parce que c’est ce dont parle cette histoire, comme si j’étais en compagnie d’une amie, et qu’elle me les racontait.



J’ai vraiment beaucoup apprécié ce moment de lecture et je souhaite à Caroline, une belle et longue vie « en Elle ».

C’est rare de rencontrer de belles personnes comme elle. ❤
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Caroline Feh (17)Voir plus

Quiz Voir plus

quizz one piece

A qui luffy demande de rejoindre son équipage mais qui refuse ?

arlong
jimbei
Shirahoshi
caribou

16 questions
207 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

{* *}