AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques de Caroline Kurhan (3)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Le roi Farouk : Un destin foudroyé
  29 juillet 2021
Le roi Farouk : Un destin foudroyé de Caroline Kurhan
Je remercie les éditions Riveneuve et Babelio pour la découverte de cet ouvrage via une masse critique.



Je tiens à souligner la qualité d'impression de ce livre, cette couverture cartonnée mat et le style d'écriture choisit lui confère une véritable âme, loin des sentiers battus.



Il est tout d'abord important de préciser que cet ouvrage n'est pas destiné à tous les publics,

premièrement, de par sa forme, il est rédigé tel un document scientifique avec de nombreuses notes de bas de page (référence ou explication complémentaire) ce qui peut rendre la lecture complexe,

deuxièmement, de par son fond, en ce qui concerne le début au moins car malheureusement mieux vaut lire les 50 premières pages avec un arbre généalogique sous les yeux voir une connaissance déjà bien solide de cette partie de l'histoire égyptienne, on s'y perd aisément au milieu de cette multitude d'acteurs royaux/politiques.



L'intérêt de cet ouvrage réside dans le fait que d'ordinaire lorsque l'on parle de l'Égypte c'est celle des pharaons qui prime aux yeux du grand public, l'histoire des rois qui ont gouvernés ce pays sous le joug anglais est moins connue.



Hormis comme je le disais le début de l'ouvrage compliqué pour les novices, dès l'entrée en matière de la présentation des rois jusqu'à Farouk, nous avons là une véritable pépite d'information à mettre entre les mains de lecteurs curieux mais avertis.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Le roi Farouk : Un destin foudroyé
  15 juillet 2021
Le roi Farouk : Un destin foudroyé de Caroline Kurhan
Une fois n’est pas coutume, commençons par la forme car, et c’est toujours appréciable, c’est un bien bel objet que ce petit livre que les éditions Riveneuve ont bien voulu m’envoyer dans la cadre d’une opération Masse critique. Une belle couverture sur papier spécial, sans pelliculage, c’est toujours chic. La mise en page intérieure est aérée et agréable à lire.



Pour ce qui est du fond, c’est un bon petit livre d’histoire qui fait plutôt bien le boulot, c’est-à-dire donner les éléments de compréhension d’une époque, en l’occurrence l’Égypte du début du siècle dans une période tourmentée de son histoire. Entre la mainmise du Royaume-Uni, encore très présent et les velléités de nationalisme, voire de panarabisme, c’est effectivement toute une histoire et, c’est important de le préciser, à la portée de tous.

La vie de ce pauvre roi Farouk n’est alors qu’un prétexte à mieux comprendre une époque, c’est davantage un petit essai sur la politique intérieure de l’Égypte que sur un personnage en particulier. Le lecteur notera qu’il faut attendre la moitié du texte, littéralement la page 98 sur 200, pour rencontrer l’objet du titre de l’ouvrage.



Pour ce qui est vraiment le cœur du livre, c’est-à-dire la thèse selon laquelle Farouk, si prometteur en sa qualité de roi d’Égypte, change radicalement de personnalité à la suite d’un accident de voiture pour ne devenir que l’ombre de lui-même et finalement ne pas tellement laisser d’autre choix à d’autres que de lui reprendre le pouvoir. C’est tout à fait intéressant, pertinent et il est même étonnant – puisque tous ses contemporains semblent d’accord sur la question – qu’il n’en soit pas fait mention depuis longtemps dans les nombreuses parutions à son sujet.



Un ou deux petits bémols pour finir : Il eut été vraiment utile d’ajouter, ne serait-ce qu’un arbre généalogique pour permettre au lecteur lambda comme moi de ne pas être totalement perdu au milieu des nombreuses branches de la famille royale. Le contexte familial est très important, les tensions parfois séculaires entre les différentes branches sont primordiales pour comprendre le contexte et les enjeux et clairement, entre les neveux, les cousins, les sœurs et les autres, j’ai vite fini par ne plus m’y retrouver. Enfin, une relecture de plus aurait été bénéfique au livre, il y a des coquilles qui piquent un peu les yeux.



À retenir : un bon petit livre d’histoire pour entrer dans une période méconnue de l’histoire de l’Égypte.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le roi Farouk : Un destin foudroyé
  07 juillet 2021
Le roi Farouk : Un destin foudroyé de Caroline Kurhan
Cet essai historique débute avec un rappel en exergue : le 11 février 1920 naissait le roi Farouk et le 11 février 2011, le président Hosni Moubarak quittait le pouvoir, il était le dernier héritier du coup d'état de 1952 qui avait mis fin au règne de Farouk 1er, dernier roi d'Egypte. C'est un livre intéressant qui décortique dans le détail ce que fut la vie et le règne de ce roi qui meurt à 45 ans, après avoir été roi à 17 ans en 1936 et avoir régné jusqu'en 1952. Au delà de son histoire, c'est l'histoire de l'Egypte, depuis le début du 19ème siècle et la dynastie de Mehmet Ali. On y suit les querelles de famille de ceux qui ont voulu régner sur ce pays, mais surtout son émancipation par rapport à l'empire ottoman. On y apprend les noms et le rôle de ceux qui ont commencé à façonner l'Egypte, Ibrahim pacha et Ismaïl pacha. Ensuite un long chapitre est consacré au roi Fouad, le père du roi Farouk, de cette lecture on découvre que c'est lui le véritable artisan de la construction du pays. Pourquoi un destin foudroyé ? Lorsqu'il accède au pouvoir Farouk est un homme très jeune, intelligent, vif, courtois, clairvoyant, dynamique, beaucoup de témoignages le confirment, il est adulé par son peuple, il se lance immédiatement dans des réformes, le début de son règne prolonge celui de son père pour tendre vers une totale indépendance de l'Egypte vis à vis de l'occupant anglais. Mais, et c'est la théorie de l'historienne Caroline Kurhan, le comportement du roi change radicalement à la suite d'un accident de la circulation entre sa voiture et un camion militaire anglais le 6 novembre 1943, il reste 3 semaines dans un hôpital anglais . Il change physiquement, prend énormément d'embonpoint, rencontre des problèmes de mémoires, présente des addictions étranges, devient taciturne, ne s'intéresse plus à son rôle, ne pense plus qu'à se divertir. Ce sont ces changements qui progressivement vont entraîner sa perte et amener le coup d'état de 1952 qui l'oblige à fuir son pays. Ce qui m'a le plus surpris et que j'ignorais, c'est le rôle des anglais « toujours tapis dans l'ombre et sachant activer les bonnes ficelles pour provoquer des crises qui retardent le mouvement de l'histoire » (citation de l'auteure page 78). Bien sûr, cela ne se lit pas comme un roman, bien que la vie de Farouk soit en quelque sorte romanesque, notamment le chapitre « querelles de famille » car il faut être très attentionné pour suivre les différentes branches familiales qui s'entrecroisent. On s'intéresse souvent plus à l'Egypte des pharaons, on est fasciné par les pyramides, les momies, les fabuleux tombeaux de l'antiquité etc... mais cette plongée dans la création de l'Egypte du 20ème siècle est passionnante.

Merci, à Babelio et aux éditions Riveneuve de m'avoir offert cette bouffée d'histoire égyptienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Prix Nobel ou pas ?

Alexandre Soljenitsyne, prix Nobel ?

Oui
Non

14 questions
77 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , prix nobel de littérature , culture littéraireCréer un quiz sur cet auteur