AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.94 /5 (sur 99 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tulle , le 18/09/1969
Biographie :

Après des études de lettres et à défaut de faire le tour du monde, elle travaille dans l'édition (Chez XO, Cherche Midi, Omnibus, Albin Michel). En 2004, elle publie 'Tombent les avions' son premier roman et obtient le premier prix du roman.

Elle publie ensuite La Maison Tudaure (Buchet/Chastel), en 2006 (Livre de Poche 2008), puis Les Petits Sacrifices (Buchet/Chastel) en 2008.

En 2009, elle fait une incursion dans le polar avec Des voisins qui vous veulent du bien paru aux éditions Parigramme.



Source : Wikipédia, EVENE
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'émission complète : https://www.web-tv-culture.com/emission/caroline-sers-les-belles-esperances-51455.html Depuis son premier roman « Tombent les avions » en 2004, Caroline Sers a développé un univers littéraire qui lui est propre. Elle n?hésite pas à prendre des risques, s?aventurant dans divers registres, du roman social au polar en passant par le récit. Mais le fil rouge qui unit tous les titres de Caroline Sers est bien celui de la famille. Histoires d?héritage, perte d?un enfant, rébellion intergénérationnelle, conflits, secrets ou confidences, l?auteur décortique avec finesse tout ce qui fait le charme des relations familiales. Avec son 8ème roman « Les belles espérances », Caroline Sers nous entraine dans les beaux quartiers de Paris, entre le boulevard St Germain et la rue de Lille, où vit la famille Bouillard. Dans cet appartement cossu et bourgeois, Charlotte règne en despote depuis la mort prématurée de son époux. Sans qu?il s?agisse d?une suite, les lecteurs fidèles à Caroline Sers se souviendront du personnage de Charlotte, apparu dans un précédent roman, « Les petits sacrifices ». Face à ces deux grands fils, Pierre et Fabrice, Charlotte a fort à faire pour maintenir à flot la famille d?autant que nous sommes en mai 1968 et que les pavés volent dans les rues de la capitale. Pierre observera ce monde qui change sans bien le comprendre, restant dans le giron familial tandis que Fabrice, par amour et idéalisme, partira vivre en communauté, élevant des chèvres en Corrèze, avant de revenir quelques années plus tard, tel le fils prodigue. La force de ce roman est de nous raconter une famille française de 1968 à 2018 face aux soubresauts de la société. Au fil des décennies, les générations se succèdent, ceux qui tenaient les rênes sauront-ils laisser la place, ceux qui se croyaient tellement différents parviendront-ils à ne pas trahir leurs idéaux, ceux qui veulent casser les codes et sortir du moule éviteront-elles les sirènes de la liberté ? 50 ans de la vie d?une famille avec ses drames, ses blessures, ses incompréhensions mais aussi la complicité et la fierté d?être du même sang et de prendre sa place dans la ronde du monde. L?écriture de Caroline Sers porte avec justesse et finesse cette histoire dans laquelle chacun pourra se reconnaitre. « Les belles espérances » de Caroline Sers est publié chez Buchet-Chastel.

+ Lire la suite

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
cicou45   07 avril 2012
Le regard de crocodile de Caroline Sers
"L'attente est souvent solitaire."
Commenter  J’apprécie          90
myriampele   29 juillet 2014
Les petits sacrifices de Caroline Sers
" Vous dînerez dans votre chambre, avait articulé sa mère. Vous aurez ainsi le temps de réfléchir à vos actes."

Nicole n'avait pas bronché. Après tout, cela lui éviterait de nouvelles remontrances. Une soirée de silence et de solitude ne lui faisait pas peur.
Commenter  J’apprécie          60
Juin   22 avril 2014
Sans les meubles de Caroline Sers
Il allait y avoir une expertise. Une évaluation des meubles, tableaux, objets. Afin que nul ne soit lésé, comme l'avait martelé Tante Jeanne.

-Il va faloir que nous prenions en compte ce que tu as chez toi, lui avait glissé Tante camille un moment ou sa soeur discutait des détails tecnhiques avec le notaire.

Corinne, ahurie, avait à peine réussi à balbutier un "pardon? " suffoqué.
Commenter  J’apprécie          40
Juin   15 décembre 2018
Maman est en haut de Caroline Sers
- Écoute, quand même, ce n'est pas rien ce qui s'est passé. Je suis inquiète pour toi, franchement...Je....

- Inquiète-toi plutôt pour tes enfants, et fiche-moi la paix !

- Pour mes enfants ? Mais qu'est-ce que tu racontes ?

- Oh, avec Rose qui est d'une impertinence incroyable et Vladimir toujours collé à tes basques, franchement tu as du souci à te faire! (...)

p 117
Commenter  J’apprécie          40
cicou45   07 avril 2012
Le regard de crocodile de Caroline Sers
"Bien sûr, ils doivent respecter la confidentialité, le secret médical, cela va de soi. Mais ne rien savoir, être obligé de tirer soi-même des conclusion de ce que l'on voit, conclusions parfois erronées, plonge dans l'angoisse."
Commenter  J’apprécie          30
Jazzynewyork   06 mai 2019
Les belles espérances de Caroline Sers
Oui, il allait partir dans le Sud et commencer une autre vie. Même si le nouveau monde n'était pas encore pour demain, il allait se construire son nouveau monde à lui, comme il l'entendait. Il était temps de vivre... “
Commenter  J’apprécie          30
Juin   19 avril 2014
Sans les meubles de Caroline Sers
Le Net était la caisse de résonnance de tous les irresponsables de la terre qui cherchaient un bouc émissaire au moindre de leurs faux pas
Commenter  J’apprécie          30
cicou45   07 avril 2012
Le regard de crocodile de Caroline Sers
"Souvent, nous lui expliquons que la "vraie" vie est bien différente de cela. Nous lui parlons de ce que nous ferons lorsque nous sortirons de l'hôpital. Une de mes cousines m'a envoyé un livre avec des photos de son jardin. Fleurs, légumes, jolies couleurs qui plaisent beaucoup à Thomas. Voilà la vie...."
Commenter  J’apprécie          20
flambotte   02 septembre 2019
Maman est en haut de Caroline Sers
Maman sortait, maman s'amusait, maman les laissait seuls et revenait un sourire satisfait aux lèvres, légère, comme si le simple fait de ne plus être en leur compagnie la libérait d'un grand poids. Ces soirs-là, Cerise avait toujours en tête le proverbe familial, attribué à son arrière-grand-père : "Question : "Où est-on mieux qu'au sein de sa famille ?" Réponse : "Partout ailleurs !"" Sa mère le citait avec délectation lorsque, événement rare, elle recevait des amis en présence de ses enfants. Cerise, sourire aux lèvres pour la galerie, avait chaque fois l'impression qu'elle lui plantait un couteau dans le cœur. Elle avait envie de hurler "Pourquoi avoir fait des enfants ?" mais s'abstenait de peur d'obtenir, cette fois, une réponse.
Commenter  J’apprécie          10
luis1952   28 avril 2018
Tombent les avions de Caroline Sers
Cela fait maintenant un moment qu'elle descend vers le ruisseau. Elle sent la fraîcheur monter et regrette de ne pas avoir emporté de pull. Le bruit de ses sandales pieds nus foulant les feuilles est assourdissant. Elle a l'impression d'être une sorte de pachyderme.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..