AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.33 /5 (sur 77 notes)

Né(e) à : Orléans , le 09/07/1969
Biographie :

Caroline de Bodinat est journaliste.

Elle a travaillé dans un hebdomadaire local, "La semaine de Nîmes" et au Midi Libre, sur les suppléments du week-end.

Elle débute en 2006, en tant que pigiste à "Libération" à la rubrique Vous, puis passe à la rubrique portrait en quatrième de couverture.

De «L’Humanité» à «Madame Figaro», elle a collaboré à de nombreux médias français.

Elle nous fait aujourd’hui partager ses péripéties de marâtre dans un roman où l’humour est roi ("Marâtre", Éditions Fayard, 2012).

Caroline de Bodinat a quitté Paris pour Lausanne en 2007.

Source : lelivresurlesquais.ch
Ajouter des informations
Bibliographie de Caroline de Bodinat   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1   31 août 2013
Marâtre de Caroline de Bodinat
- Votre jupe, Rocheron, elle est tellement courte que s'il fallait emballer un sushi avec, meme le riz dépasserait.

Commenter  J’apprécie          170
Nadael   07 juin 2012
Marâtre de Caroline de Bodinat
« – Mais t'assumes pas quoi ? Demanda-t-il en tentant de garder son calme.

– Tout, rien, les enfants... je n'assume pas le côté trois pour le prix d'un, cette sensation de toujours devoir quémander un signe, un sourire de leur part, une approbation de la tienne, Françoise que ne lâche rien, mon incapacité à m'imposer, tes chemisettes, les rouleaux de PQ qu'on se trimballe par lots de quinze, les samedis à l'Hippopotamus, tout ça. »
Commenter  J’apprécie          150
Nadael   07 juin 2012
Marâtre de Caroline de Bodinat
« – Je peux vous dire que depuis le soir où je vous ai croisé, je pense à vous comme si vous me manquiez. Si je joue, oui, c'est uniquement des cils. Je peux vous dire que je n'ai jamais demandé qui que ce soit en mariage, je ne cherche pas un géniteur pour des enfants, ni à m'embourgeoiser. Moi aussi, j'ai réussi à foirer des histoires d'amour. Plein. J'ai dit oui, une fois, à une demande faîte par fax jusqu'à la fin d'un rouleau de papier, parce que je trouvais ça romanesque, j'avais vingt-trois ans. On m'a trompé et j'ai trompé. (…) Quand je vous parle, mon assurance se déballonne. J'aime votre voix qui prononce mon prénom, il vous va bien. Quand vous me regardez comme vous le faites maintenant, j'ai envie de vous. J'ai envie de marcher avec vous, j'ai envie de légèreté, de vous connaître, de vous aimer. Je vous prends avec vos défauts et je crève de soif, je commanderais bien une menthe à l'eau. »
Commenter  J’apprécie          121
Annette55   14 septembre 2020
Marâtre de Caroline de Bodinat
«  Une paire de patins sur chaque épaule, la mienne en travers des bras, je regagnai la voiture en râlant.

Jamais, par amour, je n’avais fait autant d’efforts, rien ne m’était épargné , il n’y avait pas de justice » ..p 111.
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz   24 novembre 2013
Marâtre de Caroline de Bodinat
- Depuis ton divorce, tu te sens coupable, [tes enfants] le savent et ils en jouent.

(p. 106)
Commenter  J’apprécie          83
Ziliz   23 novembre 2013
Marâtre de Caroline de Bodinat
(...) j'ouvris mon ordinateur sur le monde merveilleux de Disneyland. Rubrique hôtels, quatre clefs d'or en forme de Mickey. Je fis dérouler le texte, m'arrêtai sur le panégyrique de la suite Cendrillon. Les tournures de phrases me filèrent le bourdon. "... vos pantoufles de vair se sentiront comme à la maison." Papiers peints surmontés de frises rose malabar, canapés en satin, bouillonnés de rideaux.

(p. 38)
Commenter  J’apprécie          60
Omnibusse   07 février 2017
Jean-Louis Fournier, des plats et déliés de Caroline de Bodinat
Ce sont surtout les fruits qui m'ont fait penser au paradis.[...]

J'ai repris un abricot. Puis une prune. Puis plein d'autres. J'ai eu mal au ventre. Tout s'est terminé au fond du jardin, dans le cabinet en bois.

J'ai compris que le paradis, ça ne durait pas une éternité.
Commenter  J’apprécie          60
Gudulle   16 octobre 2015
Marâtre de Caroline de Bodinat
Je peux vous dire que depuis le soir où je vous ai croisé, je pense à vous comme si vous me manquiez. Si je joue, oui, c'est uniquement des cils. Je peux vous dire que je n'ai jamais demandé qui que ce soit en mariage, je ne cherche pas un géniteur pour des enfants, ni à m'embourgeoiser. Moi aussi, j'ai réussi à foirer des histoires d'amour. Plein. J'ai dit oui, une fois, à une demande faite par fax jusqu'à la fin d'un rouleau de papier, parce que je trouvais ça romanesque, j'avais vingt-trois ans. On m'a trompée et j'ai trompé. Alors, j'ai annulé le mariage avant d'envoyer le bon à tirer des faire-part. Je suis une butineuse, c'est vrai. Depuis que je vous ai croisé, les autres ne m'intéressent plus ou pas. Quand je vous parle, mon assurance se déballonne. J'aime votre voix qui prononce mon prénom, il vous va bien. Quand vous me regardez comme vous le faites maintenant, j'ai envie de vous. J'ai envie de marcher avec vous, j'ai envie de légèreté, de vous connaître, de vous aimer.
Commenter  J’apprécie          40
MissFlofloH   01 décembre 2012
Marâtre de Caroline de Bodinat
"- Fini de jouer ?

- Je ne joue pas. Ou si, oui, t'as raison. Je joue un rôle qui ne me convient pas et ça me fait peur. Peur, tu comprends ? Je joue à faire la bouffe, à desservir, à faire le plein de bouffe, à ramasser les pots de yaourts qui trainent sur le canapé, à négocier en permanence pour qu'on daigne m'aider, je joue à me priver de sortie quand ils sont là, à me compliquer la vie avec des gosses qui ne m'aiment pas [...]

Ça ne me ressemble pas, je n'ai pas envie de cette vie-là."
Commenter  J’apprécie          40
sariahlit   26 juin 2013
Marâtre de Caroline de Bodinat
-D'accord, c'est noté. Après, je vous invite à dîner.

-M'inviter à dîner ? C'est très aimable, mais dans quel objectif ?

-Comment ça ?

-Oui, c'est quoi, l'idée ? Parce que me sortir le grand jeu en m'invitant chez un étoilé et me couvrir de fleurs jusqu'à ce que je devienne votre maîtresse, si c'est ça votre idée, je vous en remercie, je suis très flattée mais ça ne m'intéresse pas.

-Et qu'est ce qui vous plairait au juste ?

-Au minimum, que vous m'épousiez. Après, on verra.

Philippe ôta subitement les pieds de son bureau, me cria tout bas « T'es malaaade ? ». De l'autre côté du fil, il y eut un blanc et des points de suspension.

-Je peux vous rappeler ce soit ? Je ne suis plus seul dans mon bureau.

-Vous trouverez mon numéro dans les pages blanches.

-Mathilde ?

-Oui.

-Vous ne demandez quand même pas à tous vos clients de vous épouser ?

-Seulement à ceux qui me trouvent lamentable. Vous êtes le seul. Bonne fin de journée.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le quizz le plus facile au monde

Combien de temps a duré La Guerre de Cent ans ?

100
116
138
466
Elle dure toujours

10 questions
92 lecteurs ont répondu
Thèmes : humour belge , détente , Devinettes et énigmes , méduse , mésolithique , quizz , historiqueCréer un quiz sur cet auteur