AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.48 /5 (sur 70 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Gand , le 07/08/1976
Biographie :

Caroline de Mulder, née à Gand en 1976, est un écrivain belge de langue française. Elle réside à la fois à Paris et à Namur où elle est chargée de plusieurs cours de littérature aux Facultés Notre- Dame de la Paix.

Élevée en Néerlandais par ses parents, elle alterne ensuite des études en français et en néerlandais, primaires à Mouscron, secondaire à Courtrai, philologie romane à Namur, puis à Gand et enfin à Paris.

L'auteur qui aime dire avoir deux langues maternelles, a donc appris à écrire en néerlandais et à lire en français.

En 2010 , son premier roman "Ego Tango" (consacré au milieu du tango parisien, milieu qu'elle a elle même fréquenté assidûment), lui vaut d'être sélectionnée avec 4 autres écrivains pour la finale du prix Rossel. Elle est la cadette de la sélection et remporte le prix.

Elle publie en 2012 un premier essai : "Libido sciendi : Le Savant, le Désir, la Femme", aux éditions du Seuil. La même année, elle publie également un second roman ("Nous les bêtes traquées", aux éditions Champ Vallon) lors de la rentrée littéraire.

Chez Actes Sud, elle punlie, en 2014, "Bye Bye Elvis" et, en 2017, "Calcaires".

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les désirs comme désordre - Pauvert

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Bazart   02 octobre 2014
Bye Bye Elvis de Caroline de Mulder
Délesté de douze kilos et tout de blanc vêtu, l’Aigle américain grand ouvert sur sa cape, Elvis multiplie les tableaux vivants, Elvis Messie à bras ouverts et les paumes tendues vers vous, Elvis genou à terre, les doigts écartés et l’index pourfendeur, Elvis aux ailes déployées prêt à s’envoler pour d ‘autres cieux, meilleurs. Malgré le régime, la ligne du menton est molle. Dans la salle, ambiance religieuse, ce n’est plus un homme, c’est un monument, ce n’est plus une idole, c’est une relique.
Commenter  J’apprécie          150
Tandarica   05 avril 2015
Ego tango de Caroline de Mulder
Nous avons pour nous l’élégance outrée du riche né d’hier, qui en rajoute des tonnes, qui combine le chiffon mou et le dégriffé, nous avons pour nous le clinquant et les grands mots, l’or plaqué de nos boutons de manchettes, de nos broches fragiles et de nos mains. Nous avons plus de bagues que de doigts. Nous avons pour nous la beauté du grand geste.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui   21 février 2017
Calcaire de Caroline de Mulder
Et tant pis pour celles qui jettent leur âme aux ordures, en pensant que les ordures ça disparaît, comme par magie, vous jetez, et hop ça s’évapore. Je vais vous dire un secret, luitenant, ça s’évapore pas. Pas du tout même. Ça s’entasse, ça dort. Ça vous attend au tournant. Et la mémoire de ces dames, elle reste là, intacte, leur cœur continue à battre au milieu des déchets, leur tête à rêver, tout en mordant à belles dents la poussière. Ah j’aurais pu être maître chanteur ! Les traîtresses, les traîtres cœurs ! L’amour, ce bâtard de Bohême. Mais loin de moi l’idée ! Je suis de leur côté, nous partageons elles et moi cette manie de coucher sur le papier, ce dangereux besoin de mots.
Commenter  J’apprécie          40
nathavh   03 décembre 2012
Ego tango de Caroline de Mulder
Lou et sa tante partagent leur oisiveté avec plusieurs habitués des milongas, qui passent leurs jours à se remettre de leurs nuits, leurs nuits à remonter le sens des aiguilles et à tuer le temps à coups de talon."
Commenter  J’apprécie          50
nathavh   03 décembre 2012
Ego tango de Caroline de Mulder
Lou dit ça, qu'à l'époque, son père avait déjà passé l'arme, grand bien lui fasse, il avait bu la goutte de trop, celle qui a fait déborder le vase de son foie."

Commenter  J’apprécie          50
nathavh   03 décembre 2012
Ego tango de Caroline de Mulder
"Son absence mentale m'irrite presque plus que sa présence"
Commenter  J’apprécie          60
nathavh   03 décembre 2012
Ego tango de Caroline de Mulder
Le tango était tout ce que je n'étais pas, en voulant l'apprendre je me faisais violence, il me plaisait donc d'avance.
Commenter  J’apprécie          50
Labelettedusud   22 octobre 2017
Calcaire de Caroline de Mulder
Il élimine ce qui souille et s'en met plein les doigts. Il veut se rincer l'âme et il a les mains sales. Il veut se venger des monstres qui tuent sa mère et commence à leur ressembler. Que l'ordure périsse avec l'ordure.
Commenter  J’apprécie          40
vdubois   11 décembre 2012
Nous les bêtes traquées de Caroline de Mulder
Lui, c’était les grandes causes. Max avait choisi de ne pas se taire. De parler pour ceux qui n’avaient pas de voix. Vous sauriez tout, ce que vous préféreriez ne pas entendre, il vous le dirait tant et plus, sur tous les toits haut et fort à corps à cris à tu et à toi. Max m’avait habituée aux grands mots qui font monter les larmes. Car chez nous tout est grand, les mots, les gestes, la vie, les sentiments, et tout brille, mille feux monts merveilles. Je ne comprenais pas tout, mais en moi ça résonnait. Surtout, j’avais compris qu’il était de ce bois-là, il disait Max, le sale bois dont on fait les héros. Et moi je le regardais sans mesure j’avalais tout ce qu’il me disait j’en redemandais j’en reprenais s’il te plaît, ressers-moi serre-moi fort. Parfois je perdais le fil, un rien me prend, un rien m’arrache, et il n’aimait pas ça, mais il ne faut pas m’en vouloir Max, d’avoir la tête ainsi défaite, une tête facile à tourner, je ne pensais qu’à tes bras.

Avec les journalistes, il commençait toujours pareil: en ce moment même, x millions de personnes dans le monde croupissent en prison sans procès. Et le journaliste revenait à la charge, mais Max répétait les millions de personnes qui croupissaient, en ce moment même, s’il comprenait bien ce que ça voulait dire, pouvait se l’imprimer, le répéter autour de lui. Max disait: Comprenez-vous ce que cela veut dire. Pouvez-vous vous. L’imprimer. Le. Répéter.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathavh   16 novembre 2014
Bye Bye Elvis de Caroline de Mulder
Par quel miracle se souvient-on le mieux des souvenirs lointains. Sont-ils gravés plus profond quand l'esprit est encore neuf. Est-ce qu'à cause de l'usure et des blessures qui lui tannent le cuir, la marque perd ensuite de sa force et de sa clarté. Au point que, pour les années les plus récentes, on finit par ne plus savoir qui est qui, et si on a aimé ou pas, tout se précipite dans le même brouillard, le temps passe de plus en plus vite.

Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Qui se cache derrière Népomucène ? 🕶 👀

Népomucène.....

...et la vieille dame
...et un vieux drame
....et l'arbre à came

12 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar enquête , héros récurrent , pseudo , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..