AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.25 /5 (sur 38 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tours , le 14/02/1989
Biographie :

Cassandra Bouclé est une Tourangelle, qui a toujours vécu entourée d'animaux et de sa famille.

Elle doit sa brûlante passion pour l'écriture, à deux personnes : à sa mère, une amoureuse des livres, ainsi qu'à un professeur l'ayant encouragée dans cette voie.

Cassandra écrit des petites nouvelles depuis l'âge de 9 ans, mais elle a véritablement commencé à créer des romans vers 13 ans.
L'auteur qui l'inspire encore aujourd'hui est Stephen King, ainsi que K. A. Applegate, le créateur de la série "Animorphs" qu'elle a dévorée durant son adolescence.

Elle est titulaire dans B.T.S. Gestion et protection de la nature. De plus, elle travaille en collaboration avec une association de sauvegarde des animaux sauvages de la région Centre.

Bien sûr, sa passion ne s'arrête pas là. Elle adore également tout ce qui touche à l'art, comme le dessin, la peinture, ou encore la photographie. Son objectif serait de pouvoir toucher à toutes les formes d'arts existants au monde.

page Facebook : https://www.facebook.com/ecrivainCB/?hc_ref=SEARCH&fref=nf

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
rose3711   30 avril 2017
Le Journal du Petit Cancrelat de Cassandra Bouclé
Ça y est. La réponse était là. Elle était évidente ! Il se devait d'écrire un journal, relater les faits sommairement, pas avec de longs discours, juste avec des mots jetés sur un cahier. De retour à la maison, il aurait tout son temps pour entourer ces mots avec d'autres mots et former des phrases joliment liées (et maintenant, il se voyait un peu poète).

Horreur! Petit Cancrelat se souvint alors d'une chose essentielle: il ne savait pas écrire.

En vérité, il écrivait quelques trucs surtout des textes recopiés dans ses livres favoris, mais il ne connaissait pas la grammaire et encore moins la conjugaison. Misère…

« Bof, se dit-il, tant pis pour la syntaxe ».

Et ce mot le fit rire, mais rire, il l'utilisait et c'était un mot de grand.

Il riait comme un fou « syntaxe ». Il ne savait même pas ce que ce mot voulait dire, mais il l'aimait bien, avec un Y et un X.
Commenter  J’apprécie          20
rose3711   30 avril 2017
Une si jolie maison de Cassandra Bouclé
Je crois bien que c'est à ce moment-là que maman s'en est rendue compte. Anton parlait tout seul. Nous nous sommes jeté un coup d’œil, elle n'a rien dit, moi non plus. Son regard avait pris une drôle de couleur comme s'il s'était brusquement réveillé après des années de sommeil. Elle est restée accroupie, des Legos dans le creux de sa main, observant, je devrais dire, décortiquant les gestes de son fils.

Je suppose que c'est comme, lorsque l’on regarde intensément un objet pour le dépouiller de tous ses détails. J'ai déjà fait ça, la sensation est bizarre. J'ai juste récolté un bon mal de tête et puis cette impression d'être une toute petite chose perdue, devant des meubles aux dimensions gigantesques. Ce ne sont que des effets d'optiques, mais quelle ivresse ! Aussi puissante que les fonds de verre abandonnés sur la table du salon. (Une expérience de jeunesse qui m'a fait détester l'alcool tout le reste de ma vie, sauf le cognac pour les langoustines.)

Maman n'était ni inquiète, ni effrayée, seulement curieuse. Étonnant n'est-ce pas de découvrir son fils en plein bavardage avec on ne sait qui ?

« Tiens, prends ça », et il tend un jouet dans le vide. L'espace d'un instant, on aurait pu croire que le Lego s'envolerait dans les airs, comme si, par une formule magique « ô temps suspend ton vol », le cube rouge restait coincé une seconde dans l'espace.

Bien sûr, ce ne fut pas le cas. Je me dis parfois que mon imagination dépasse les bornes. La formule magique s'est transformée en un joyeux « t'as la cervelle qui déraille, ma fille. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rose3711   30 avril 2017
L'été d'un chien de Cassandra Bouclé
Inquiet, je me tournai vers Alban, lui demandant comment, je pourrais être adopté.

Il me répondit dans un ton neutre « qu’il fallait avoir quelque chose que les autres n'ont pas ».

Bref, il fallait se différencier des autres, être unique, comme avoir un air doux, ou être intelligent.

Ou pire encore avoir un pelage au motif rare et peu répandu.

Ainsi, les critères pour survivre n'étaient pas d’être une créature vivante comme un chat ou un

chien.

Ni être gentil, délicat ou fidèle.

Non !

Il fallait être un objet rare, comme on pouvait en trouver dans une brocante.

J’avais donc peu de chances d’être choisi.

Pourtant, Alban n’arrêtait pas de dire que « mon jeune âge était un atout ».

À ce moment, je ne le pris pas au sérieux, croyant que j’étais au bord du gouffre.

Pourtant, il existait sûrement pire que moi.
Commenter  J’apprécie          10
rose3711   03 juin 2019
Le journal du petit cancrelat de Cassandra Bouclé
« Zut ! Crotte ! Flûte ! Maman a disparu. »

Pas de doute, le Petit Cancrelat venait d’assister à l’enlèvement de sa mère.

Sa si jolie et si douce maman. Elle aurait dû s’en méfier.

D’ailleurs, elle le lui répétait sans cesse :

« Attention aux chaussures, savates et autres ustensiles pendus aux pieds des humains. »

Et là, alors qu’elle lui faisait un signe de la main tout en trottinant vers les réserves de nourriture de Mr

Trucbonbec, la grosse savate de l’homme les avait impitoyablement séparé.

Il se souvient encore du doux visage de sa maman et de cette botte, qui l’avait fait disparaître devant lui.

« Pauvre Maman… Et pauvre de moi. »



Ainsi par cette belle matinée d’automne, le Petit Cancrelat se retrouvait seul, seul pour la toute première

fois de sa vie.

Le jeune insecte avait envie de pleurer, mais il se rappela des paroles de sa mère disparue :

« Il faut toujours aller de l’avant. »

De l’avant ? Mais où ? À gauche ? À droite ?

Pendant un moment, le petit cancrelat réfléchit, ravalant ses larmes. Puis, il sut quoi faire : il devait

chercher sa maman, partir à l’aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Khiad   15 janvier 2018
Une si jolie maison de Cassandra Bouclé
Nous avons eu droit aux premières gelées. Le jardin est d'une blancheur silencieuse.

Pas un oiseau. Ils attendent le soleil. Celui-là même qui fera fondre les breloques de cristal, bijoux éphémères, suspendus aux dernières feuilles du grand saule. Où l'herbe croustillant sous nos pas va nous abandonner pour le printemps. Impressionnant paysage de brouillard et de silence qui nous projette hors du temps.
Commenter  J’apprécie          00
rose3711   09 juillet 2018
Grand comme un arbre de Cassandra Bouclé
Dans une immense forêt, cachée par les feuillages, existe un petit village, où vit un minuscule et curieux peuple fait de bois et de végétaux. Ces petits êtres vivent en parfaite harmonie avec mère Nature.

Ainsi, à chaque naissance, il contribue à la terre grâce à une tradition sacrée. Dès la naissance d’un bébé, tout le village doit se réunir pour planter une graine.
Commenter  J’apprécie          00
StephanieMarcos   22 novembre 2017
L'été d'un chien de Cassandra Bouclé
Où étaient mes maîtres ?

Après quelques minutes de réflexion, je crois que l'on m'avait enlevé.

Je devais donc m'enfuir de ce lieu !

Mes maîtres devaient sûrement s'inquiéter.

J'avais d'abord essayé de manger les barreaux.

Mais ça n'avait pas marché, j'avais juste eu mal aux dents.
Commenter  J’apprécie          00
Khiad   15 janvier 2018
Une si jolie maison de Cassandra Bouclé
Mardi 17 septembre.



Grande fatigue. Pas d'écriture aujourd'hui. Migraine insoutenable. Esprit et corps comme une serviette froissée jetée dans un coin.

Mauvaise nuit. Humeur idem.
Commenter  J’apprécie          00
Emybook   15 janvier 2020
Le mangeur de rêves de Cassandra Bouclé
Koko est un mangeur de rêves. Son travail consiste à dévorer les rêves des gens pour éviter leur prolifération dans le monde de l’imagination.
Commenter  J’apprécie          00
olympe16   11 juin 2017
L'été d'un chien de Cassandra Bouclé
Peut être qu'Alban avait raison. L'être humain était mauvais. Mais certains pouvaient être bons."



Commenter  J’apprécie          00

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Titres gruyère (2)

La ...... au bois dormant

Séduisante
Belle
Princesse
Magnifique

18 questions
61 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature jeunesse , contes , titresCréer un quiz sur cet auteur