AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.5 /5 (sur 2 notes)

Né(e) le : 12 nov. 1960
Biographie :

Ancienne de Normale Sup (Sèvres Lettres, 1982). Agrégée de Lettres modernes.
A près 10 ans à Paris IV-SorbonneProfesseur de littérature comparée à l'Université de Poitiers.
Responsable du groupe de recherches Littérature et savoirs à l'épreuve de la violence politique. Génocide et transmission.
Présidente de l'Association Internationale de Recherche sur les Crimes contre l'Humanité et les Génocides

Source : http://www.acam-france.org/bibliographie/auteur.php?cle=coquio-catherine
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Lundi 5 août 2019, dans le cadre du banquet d'été "Transformer, transfigurer" qui s'est déroulé à Lagrasse du 2 au 9 août 2019, Catherine Coquio tenait la conférence : "Transformer le monde ou y croire ?" « Les philosophes n?ont fait qu?interpréter le monde, or ce qui importe c?est de le transformer », disait Marx en 1845. Un siècle plus tard, André Breton : « ?Transformer le monde?, a dit Marx. ?Changer la vie?, a dit Rimbaud : ces deux mots d?ordre pour nous n?en font qu?un. » Il semble que nous ayons perdu l?assurance de ces vieux slogans : nos mantras à nous sont ceux d?un monde si abîmé par d?autres transformations qu?il faut le réparer, sinon le sauver.
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SZRAMOWO   17 avril 2016
La littérature en suspens : Ecritures de la Shoah : le témoignage et les oeuvres de Catherine Coquio
Dans la littérature de la Catastrophe, les fonctions vitales de l’art apparaissent au grand jour, mais infléchies par l’acte de témoigner, qui limite les envolées de l’imagination créatrice et confie à la littérature de tout autres tâches que celles qui lui étaient échues jusque-là : celles non seulement de dire et raconter la “vérité” vue ou vécue, mais de la promettre et de l’assermenter par sa présence à l’événement censée garantir son dire-vrai. Par ce serment, la parole du témoin se rattache toujours, même lointainement, à la sphère juridico-religieuse. Mais ce n’est pas ce serment qui met la littérature en suspens : c’est la réalité qui le rend nécessaire. Et celle-ci transforme l’acte de témoigner lui-même : le témoin de la Catastrophe prête serment aux vivants au nom des morts : par la vérité qu’il énonce il lui faut tenter de rendre justice à des disparus, de ritualiser un deuil et de rétablir un continuum détruit par autre chose que le temps.
Commenter  J’apprécie          50
de   06 août 2015
Le mal de vérité ou l'utopie de la mémoire de Catherine Coquio
C’est donc de l’intérieur que je veux approcher ce mal de vérité et cette maladie de la mémoire, en m’appuyant sur ceux qui pensent à travers l’expérience qu’ils font. Je le ferai en visitant les grands « sites » ou « scènes » : vérité, mémoire, témoignage, catharsis. Je tenterais chaque fois d’y tracer un seuil entre utopie et dystopie, entre mythologie aliénante et puissance critique
Commenter  J’apprécie          50
de   06 août 2015
Le mal de vérité ou l'utopie de la mémoire de Catherine Coquio
Mais pour qu’un « maintenant » ait lieu, il faut que d’un mal de vérité tourmentant quelques-uns naisse une vérité qui s’impose à tous. Il faut qu’une vérité historique ou judiciaire se dégage des disputes politiques, et, souvent, qu’un génocide se distingue d’une guerre. Or, du mal de vérité issu de la destruction du réel naît une vérité sans autorité, défendue par une science et un droit discutés à leur tour, portée par des témoignages qui ne sont pas des preuves. La vérité ici ne « triomphe » jamais, et la guerre devient l’argument du mensonge
Commenter  J’apprécie          40
de   06 août 2015
Le mal de vérité ou l'utopie de la mémoire de Catherine Coquio
Lire ou écouter les témoins oblige les historiens à faire entendre des voix différentes, à faire comprendre le tout à partir des vécus individuels, à composer leurs narrations en montagnes et polyphonies, bref à écrire l’histoire, au sens plein
Commenter  J’apprécie          40
de   06 août 2015
Le mal de vérité ou l'utopie de la mémoire de Catherine Coquio
Ce livre est donc aussi une réflexion sur un processus de sécularisation en cours, plus déréglé et chaotique qu’aucun autre car il se déroule autour d’un nœud non dénoué : celui de la désappartenance humaine comme produit de l’histoire humaine
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
138 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur cet auteur