AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.38 /5 (sur 3211 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1963
Biographie :

Ancienne élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm et agrégée de lettres classiques, elle a enseigné la littérature française du XVIIIe siècle à l'université Yale, aux États-Unis, pendant douze ans.

Elle vit à New York avec son mari américain et sa fille.

Elle est l’auteur de onze romans parus chez Gallimard entre 1990 et 2016. Elle est traduite dans une quinzaine de langues.

"Un brillant avenir" a obtenu le prix Goncourt des lycéens en 2008.

"L'autre qu'on adorait", paru en 2016, figure parmi les 4 finalistes du prix Goncourt. Il reçoit le prix "Liste Goncourt/le choix de la Suisse.

En 2017 est publié son ouvrage "Vie de David Hockney". L'auteure imagine dans ce roman la vie du peintre anglais David Hockney en s'inspirant des biographies et des interviews de l'artiste. Le livre est lauréat du Prix Anaïs-Nin 2018.
+ Voir plus
Source : catherinecusset.co.uk
Ajouter des informations
Bibliographie de Catherine Cusset   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

8 février 2013 : - "Indigo", Catherine Cusset, Gallimard - Un festival culturel rassemble pendant huit jours en Inde quatre Français, deux hommes et deux femmes, qui ne se connaissent pas. Une surprise attend chacun d'eux et les confronte avec leur passé. Cette semaine bouleverse leur vie. de Delhi à Kovalam, dans le Sud, ils voyagent dans une Inde sur le qui-vive où, juste un an après les attentats de Bombay, se fait partout sentir la menace terroriste. Une Inde où leur jeune accompagnateur indien déclare ouvertement sa haine des États-Unis. Une Inde où n'ont pas cours la légèreté et la raison françaises, où la chaleur exacerbe les sentiments, où le ciel avant l'orage est couleur indigo. Tout en enchaînant les événements selon une mécanique narrative précise et efficace, ce nouveau roman de Catherine Cusset nous fait découvrir une humanité complexe, tourmentée, captivante. - "Le Dieu des petits riens", Arundhati Roy, Gallimard - Rahel et Estha Kochamma, des jumeaux de huit ans, vivent en Inde, entourés de leur grand-mère, Mammachi, qui fabrique des confitures trop sucrées, de l'oncle Chacko, un coureur de jupons invétéré, esprit romantique converti au marxisme pour les besoins de son portefeuille, de la grand-tante Baby Kochamma, qui nourrit un amour mystique pour un prêtre irlandais, et de leur mère Ammu, abandonnée par son mari, qui aime secrètement Velutha, un Intouchable. Un drame va ébranler leur existence et les séparer. Comment réagir quand, à huit ans, on vous somme de savoir «qui aimer, comment et jusqu'où» ? Comment survivre quand, après un événement affreux dont on a été témoin, on vous demande de trahir la vérité pour l'amour d'une mère ?

+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (398) Voir plus Ajouter une citation
Ladybirdy   17 mars 2019
Un brillant avenir de Catherine Cusset
« Vous pensez que votre fils est quelqu’un de fiable ? »

La flèche atteint Hélène en plein cœur. Elle rit faiblement.

« C’est mon fils », dit-elle.
Commenter  J’apprécie          393
Eve-Yeshe   09 décembre 2016
L'autre qu'on adorait de Catherine Cusset
Tu es parfois sujet à des accès de dépression pendant lesquels ta vision du monde est d’un pessimisme absolu. C’est le cas en ce moment. Tu as hésité à me parler de cette humeur qui envahit ta vie, telle une marée noire et tue en toi tout désir, de ce vide qui t’engloutit comme des sables mouvants.
Commenter  J’apprécie          313
Aela   07 février 2013
Indigo de Catherine Cusset
- Tu es content de ton séjour en Inde?

- Je suis content de rentrer. Il fait trop chaud, c'est sale. Je n'aime pas voyager.

La réponse n'était guère courtoise, mais le ton restait amical.

- Rien ne t'a plu vraiment?

- Ce n'est pas ça. C'est cette misère. ça me donne l'impression d'être un voyeur. Je trouve ça obscène;

- Pourquoi tu as accepté de venir?

Il haussa les épaules.

- Comme ça. Je ne connaissais pas l'Inde. Pour confirmer que je suis mieux chez moi..
Commenter  J’apprécie          290
domisylzen   26 février 2017
L'autre qu'on adorait de Catherine Cusset
C'est à cela que sert une famille . A ramener les siens qui partent à la dérive.

Commenter  J’apprécie          280
LiliGalipette   27 avril 2013
La Haine de la famille de Catherine Cusset
Dans les portraits de famille, d'abord papa : bon père, bon époux, la terreur des femmes de ménage, qui rage, enrage mais finit toujours par accepter ce qu'on lui demande. Il est l'homme sur qui on peut compter. Puis la maman, à laquelle est consacrée le chapitre suivant : une femme (juge) qui hait la famille, ne cesse de le clamer, déteste les fêtes, les repas à préparer, qui préfère son deuxième fils à ses quatre enfants, et que rien ne contente sinon une bonne note à l'école. Enfin, articulés autour de la narratrice (qui n'est autre que l'auteur), les frères, la sœur (tous brillants élèves), toute une famille qui se retrouve en Bretagne, à Ploumor, pour vivre tout simplement sa vie de famille, avec ses hauts et ses bas, ses humeurs, ses petites tragédies, ses bonheurs maritimes.
Commenter  J’apprécie          250
Ziliz   15 août 2016
L'autre qu'on adorait de Catherine Cusset
Tu vas mieux. Sans raison. Ton énergie revient avec le printemps. Quand tu te réveilles le matin, la journée ne t'apparaît plus comme un désert impossible à traverser.

(p. 221)
Commenter  J’apprécie          260
Eve-Yeshe   04 décembre 2016
L'autre qu'on adorait de Catherine Cusset
« Après t’être terré tout l’automne et l’hiver, tu t’éveilles avec le printemps. Tu commences à connaître ce rythme, le très haut suivi du très bas, les montagnes russes des émotions, le bonheur du printemps et de l’été suivi du désastre de l’automne et de l’hiver, suivi d’un nouveau printemps. Proust retrouve le temps, et toi la joie. Sans doute est-ce le rythme de la vie… »
Commenter  J’apprécie          240
fanfanouche24   26 janvier 2018
Vie de David Hockney de Catherine Cusset
David voulait qu'en entrant dans la salle les gens éprouvent un sentiment de vénération religieuse comme dans une cathédrale. La peinture devait englober le spectateur, afin qu'il se sente intuitivement en empathie avec l'oeuvre. Voilà pourquoi elle devait être aussi grande. Sa taille rappellerait à l'homme sa petitesse devant l'immensité. (p. 165)
Commenter  J’apprécie          240
Ziliz   06 août 2016
L'autre qu'on adorait de Catherine Cusset
Si tu aimes tant Proust, c'est pour son intuition fondamentale : la vie véritable est dans les fragments de temps qui échappent au temps. La fameuse madeleine n'est rien d'autre que la rencontre du présent et du passé qui permet de sortir de l'angoisse de la mort en n'étant ni dans le passé ni dans le présent mais entre les deux.

(p. 175)
Commenter  J’apprécie          230
Catherine Cusset
claer   03 juillet 2013
Catherine Cusset
Nombreux sont les amis de circonstance, surtout quand on a des enfants. Mais l'amitié essentielle est aussi rare que l'amour.

Indigo p48
Commenter  J’apprécie          230

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Confession d'une Radine de Catherine Cusset

Qui y a-t-il sous la pile d'habits de la chambre de la grand-mère ?

des bonbons
des livres
du chocolat
des cigarettes

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Confessions d'une radine de Catherine CussetCréer un quiz sur cet auteur

.. ..