AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 5 /5 (sur 1 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Catherine Kerbrat-Orecchioni est une linguiste française.

Elle est enseignante-chercheuse à l'Université Lyon II, où elle fait partie du laboratoire ICAR (Interactions, Corpus, Apprentissage, Représentations).

Elle a, entre autres, réfléchi de façon théorique à la question du dialogue, mettant au point la notion de « trope communicationnel », qui définit la manière dont un énoncé adressé à quelqu'un peut contenir en fait un message indirectement adressé à une autre personne témoin de la discussion.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
rkhettaoui   23 décembre 2017
L'énonciation : De la subjectivité dans le langage de Catherine Kerbrat-Orecchioni
(« L’énonciation sera pour nous l’activité langagière exercée par celui qui parle... ») : c’est l’émetteur du message ; privilège que connote et conforte à la fois le terme un peu malencontreux d’« énonciation », car même si l’usage linguistique prétend en faire un archilexème neutralisant l’opposition encodage/décodage, l’usage commun (« énoncer », c’est produire, plutôt qu’interpréter, un message) tend obstinément à le contaminer. C’est pourquoi le terme d’« énonciation », outre le transfert métonymique précédemment signalé, est fréquemment affecté d’un autre type de glissement sémantique, qui lui relève de la « spécialisation » (réduction d’extension) : au lieu d’englober la totalité du parcours communicationnel, l’énonciation est alors définie comme le mécanisme d’engendrement d’un texte, le surgissement dans l’énoncé du sujet d’énonciation, l’insertion du locuteur au sein de sa parole.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   23 décembre 2017
L'énonciation : De la subjectivité dans le langage de Catherine Kerbrat-Orecchioni
– Certains faits énonciatifs, comme ceux qui reflètent la relation que l’émetteur entretient, via l’énoncé, avec le récepteur, ne trouvent place dans aucune de ces trois rubriques.

– D’autres en revanche en chevauchent plusieurs. C’est ainsi par exemple que le fonctionnement des déictiques met en cause : le locuteur + l’allocutaire (secondairement) + la situation spatio-temporelle de L (et éventuellement de A).
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   23 décembre 2017
L'énonciation : De la subjectivité dans le langage de Catherine Kerbrat-Orecchioni
« Une fille blonde » : il y a dénomination « absolue ». Le choix de l’étiquette signifiante est bien entendu arbitraire, c’est-à-dire relatif à un système linguistique particulier. Mais nous parlons de référence absolue dans la mesure seulement où, pour dénommer x, il suffit de prendre en considération cet objet x, sans l’apport d’aucune information annexe.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Catherine Kerbrat-Orecchioni (23)Voir plus


Quiz Voir plus

Éléments chimiques

Qui n'est pas un gaz rare ?

Argon (Ar)
Xénon (Xe)
Chlore (Cl)
Radon (Rn)

12 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : chimie , périodique , élémentsCréer un quiz sur cet auteur