AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.34 /5 (sur 79 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Aulaines (Sarthe) , le 04/08/1926
Mort(e) à : Le Mans , le 22/04/2020
Biographie :

Catherine Paysan, née Annie Roulette, est un écrivain français, auteur de romans et de nouvelles, ainsi que de récits autobiographiques et de poèmes.

Après une enfance heureuse et l'obtention du certificat d'études, Annie Roulette va partir en internat au Mans. De 1938 à 1944, elle y fera ses études secondaires avec succès remportant souvent les prix d'excellence. Dans son œuvre autobiographique Le passage du SS, elle raconte la douloureuse séparation de sa famille, ses difficultés à se faire à la vie en internat.

A dix-huit ans, elle écrira son premier recueil de poèmes Tous deux. À la surprise générale, tous les exemplaires qu'elle autofinance avec l'argent que son père lui a avancé se vendent comme des petits pains. Ensuite suit un départ pour Paris avec le début de ses études pour devenir enseignante.

A la suite d'une rencontre avec un prisonnier de guerre allemand dans la forêt de Bonnétable, et d'un coup de foudre réciproque, Annie Roulette va partir pour l'Allemagne et sera de 1946 à 1948, professeur de français dans la zone occupée par les Forces Françaises en Allemagne, à Speyer. Mais, son amoureux qui devait la rejoindre, se désengage. Cette période est décrite dans L'amour là-bas en Allemagne, roman autobiographique paru en 2006.

En 1948, Annie Roulette revient en France, vit à Paris pour y travailler en tant qu'enseignante à La Courneuve. Son premier roman, Nous les Sanchez, paraît en 1961.

Depuis 1974 Catherine Paysan se consacre exclusivement à la littérature. Elle vit actuellement à Aulaines commune de Bonnétable, dans la maison de ses parents.

Site internet officiel de la maison d'école natale de l'écrivain Catherine Paysan : www.catherinepaysan.jimdo.com

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

[Catherine Paysan]
Entretien avec Catherine PAYSAN à propos de son livre "La route vers la fiancée" (aux éditions Albin Michel).Elle parle du métier d'écrivain, de l'histoire de son livre et des personnages, compare le VIème et le XXème siècle et parle de son travail.

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
araucaria   23 février 2014
Nous autres, les Sanchez de Catherine Paysan
Devant ce rictus, sans doute souffrit-elle, une fois de plus, cruellement, car elle s'arrêta net de marcher et, nous serrant les poignets à les briser, nous ramenant contre elle, les veines de son cou tendues sous l'épiderme comme des cordes, elle interpella d'une voix sourde, mais assez terrible, l'employée :

"Vous n'avez jamais vu de petits métis, eh bien regardez-les, ils ont du sang indien, espagnol, noir et normand. Ils ont deux yeux, une bouche, dix doigts et même un derrière, Madame. Ils sont vivants, ce sont mes enfants, ils sont intelligents, bien élevés, ils n'ôtent le pain de la bouche de personne; ils ont même, par-dessus le marché, le droit d'être différents de vous, comme vous avez le droit d'être différente d'eux."
Commenter  J’apprécie          370
Catherine Paysan
carre   22 avril 2020
Catherine Paysan
"Je crois à la conversation avec les morts, cela m’aide à vivre. Écrire, c’est ma façon de prier".

Ouest France janvier 2017
Commenter  J’apprécie          340
araucaria   25 février 2014
Nous autres, les Sanchez de Catherine Paysan
- Mon petit enfant, ta Maman et ton Papa peuvent avoir eu une discussion légère sans que cela soit si grave.

- Ma Maman a du chagrin, insistai-je, et Papa est parti en disant qu'il n'était qu'un péon, qu'il était né du coït d'un Espagnol et d'une Indienne morte de peur, qu'il n'aimait pas les prêtres et qu'il ne voulait pas que nous allions au catéchisme."

Cette fois, le prêtre sursauta. Je savais que je l'avais bouleversé, j'étais allé jusqu'à l'extrême limite de ma sincérité. Je ne suis jamais allé plus loin que ce jour-là, par la suite, dans ma vie d'homme.
Commenter  J’apprécie          210
Catherine Paysan
pgremaud   29 janvier 2015
Catherine Paysan
On vieillit. On s'aperçoit que la seule chose qui vous emplisse les mains n'est jamais ce qu'on a pris, mais ce qu'on a donné.
Commenter  J’apprécie          130
araucaria   26 février 2014
Nous autres, les Sanchez de Catherine Paysan
Le petit beurre que je croquais était délicieusement sec avec, dans sa pâte croustillante, des raisins. Je buvais mon cassis; un peu de rouge devait s'installer sur le bistre de mes pommettes, car l'abbé sourit. Je me rappelle ce sentiment de bonheur qui m'envahit sous son regard. J'avais péché et je n'avais pas été rejeté, il connaissait désormais mon âme, aussi pouvais-je me mouvoir librement devant ses yeux et l'aimer désormais.

Je pris congé, transporté, un peu soûlé par le cassis, infiniment joyeux. Je songeais que notre Père avait dû rencontrer de mauvais prêtres, mais que celui-ci était à l'image du Seigneur.
Commenter  J’apprécie          100
paraty62   05 novembre 2013
Nous autres, les Sanchez de Catherine Paysan
Ce jour-là,il enjamba le marchepied avec un grand rire qui fit sursauter tous les passagers. Sa vieille valise cabossée lui étirait l'épaule gauche. Un mystérieux colis ficelé dans un papier rouge à la main droite, son foulard de soie jaune bouchonné autour du cou, son pantalon de velours froissé et terni aux genoux, ses souliers mal cirés, férocement, magistralement beau, il leva le bras droit à l'extrémité duquel le paquet suspendu se balançait comme un lampion ventru de fête foraine, et prononça solennellement :

"Je vous salue,Amigos..."

Nous l'attendions au port d'armes.C'était notre père.

Commenter  J’apprécie          60
crapette   01 décembre 2010
Comme l'or d'un anneau de Catherine Paysan
Cette femme en voulait au passé au point de refuser ce qui aurait pu lui rester d'avenir.
Commenter  J’apprécie          60
Helenkerr   10 avril 2013
Histoire d une salamandre de Catherine Paysan
Quand on aime une femme, on ne la condamne pas aux rendez-vous furtifs.
Commenter  J’apprécie          50
litolff   19 septembre 2017
L'enterrement d'un juif hongrois de Catherine Paysan
Il faudrait que la promesse, celle de la résurrection des morts, soit tenue, ici même, à cette heure et devant témoins, et non point remise à plus tard. Qu'elle cesse d'être indéfiniment repoussée, de courir le risque d'être rangée, de guerre lasse, à la rubrique des contes de Noël pour enfants. D'être une duperie. Il faudrait que ce cercueil explose. Que toi et moi puissions recommencer à respirer de concert. A nous tenir debout accrochés l'un à l'autre.
Commenter  J’apprécie          30
Taraxacum   11 janvier 2019
Je m'appelle Jéricho de Catherine Paysan
A la vitrine, parmi la vaisselle bon marché, les céramiques voyantes, les bols et les saladiers de plastique, s'épanouit un panier d'osier rebondi, tout rouge, avec un couvercle noir vernissé. J'ai envie de l'acheter pour Marie. Et puis non! Décidément, l'air du pays me rend sentimental. Je me mens à moi-même. Il me vient des désirs de donner des preuves d'amour sans véritable amour, qui ressemblent à des attendrissements d'ivrogne.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..