AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.07 /5 (sur 101 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , 1975
Biographie :

Catherine Rolland fait ses études de médecine, puis s'installe comme médecin généraliste dans les Monts du Lyonnais en 2003. Elle partage son temps entre son mari et ses deux enfants, son activité de médecin et l'écriture, qui l'accompagne depuis plus de vingt ans.

Ajouter des informations
Bibliographie de Catherine Rolland   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Catherine Rolland - Ecrivain et médecin urgentiste : Le coeur au bout de la plume ! Confinement et déconfinement, le retour à la "vie d'avant", Catherine Rolland, médecin urgentiste dans une unité COVID suisse, écrivain doté d'une grande sensiblité, s'interroge sur cette "peur de l'inconnu" après deux mois de confinement.


Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
SeriallectriceSV   21 juin 2019
Le cas singulier de Benjamin T. de Catherine Rolland
... elle avait raison, que durant toutes ces années qu'avait duré notre mariage, je n'avais jamais tellement prêté attention à ses aspirations et à ses désirs, imaginant toujours qu'elle partageait les miens, naïvement émerveillé d'une communauté d'esprit qui de sa part n'était pas autre chose que de l'abnégation.
Commenter  J’apprécie          100
devoreusedelivresch   17 juin 2022
Emma Paddington, tome 2 : Le fantôme hypocondriaque de Catherine Rolland
- ... Et moi, je te répète qu'un crocodile à deux têtes n'a pas sa place dans un cabinet de psychologue, Vingt-sept et demi ! martela Emma avec une légère impatience.



Les deux gueules de Leon claquèrent de dépit à l'unisson, et la jeune femme réprima de son mieux un petit frisson. Bien qu'elle sache que le Patrouilleur lui était tout dévoué et qu'elle ne risquait rien, il était tout de même impressionnant.



- Nous pourrions vous servir d'assistant.



- Les psychologues n'ont pas d'assistant.



- D'animal de compagnie, alors ! Nous ous installerions là, sur le tapis, ajouta-t-il avec espoir, remuant ses deux énormes queues à la manière d'un chien. Nous nous ferions tout petit. Nous ne dirions pas un mot. Aucun de vos patients ne se douterait que nous les comprenons.
Commenter  J’apprécie          50
devoreusedelivresch   03 juin 2022
Les inexistants de Catherine Rolland
Je chasse.



Pour me distraire, je repense à toi, au moment délicieux où j'ai enfoncé mon couteau dans ton nombril et où je t'ai ouvert le ventre. J'ai regardé tes tripes dégueuler sur le trottoir, et je t'ai forcée à regarder aussi, à patauger dans ton sang et ta merde qui se répandaient.



J'entends encore ta voix quand tu suppliais, quand tu implorais mon pardon, juste avant de crever.



Il n'y avait rien à pardonner, mais je te jure, j'ai pris mon pied.



La première fois, c'est vrai, j'ai trouvé que tuer était une chose difficile. Mais ensuite...



Ensuite, c'est comme pour tout. On y prend goût.
Commenter  J’apprécie          50
devoreusedelivresch   15 décembre 2021
Emma Paddington, tome 1 : Le manoir de Dark Road End de Catherine Rolland
Moins d'une minute après son départ, une sorte de grésillement s'éleva au milieu du couloir. Cela semblait venir du sol. L'air se troubla, comme épaissi et se chargea d'une légère odeur de mandarine. Il y avait à présent, à mi-chemin entre la porte de la chambre et celle de la cuisine, une forme aux contours flous, à peine visible dans la pénombre. Cela resta immobile un long moment en suspension au-dessus des cadres et des photos détruits, oscillant à peine, au coeur du chaos. Puis cela s'approcha du mur.



Des lettres, alors, apparurent l'une après l'autre, tracées à l'encre rouge par une main invisible.



Son message délivré, la silhouette disparut, et l'odeur avec elle.



Sur le mur, était écrit "ORDURE"
Commenter  J’apprécie          30
SeriallectriceSV   21 juin 2019
Le cas singulier de Benjamin T. de Catherine Rolland
Le petit village de montagne était écrasé de soleil.

Les rues tortueuses, étroites, rappelaient le temps pas si lointain que où aucune voie n'était goudronnée, et où seules les charrettes à bras montaient jusque-là.

[...]

A cette heure du milieu de l'après-midi, il n'y avait pas un bruit, tous les habitants terrés chez eux pour passer le gros de la chaleur.

En fin de journée, ils ouvriraient leurs portes, ils sortiraient à pas lents, de ce pas qu'ont les vieux dont la vie est derrière, et qui semblent ne se déplacer qu'à contrecœur, avec la conscience aiguë que rien ne les attend plus. Certains installeraient un fauteuil sur leur seuil, les femmes sortiraient leur ouvrage, les hommes le journal, le tabac et un verre. Ils deviseraient, d'un bout de la rue à l'autre, du temps qu'il fait et de celui qui passe, inéluctablement.
Commenter  J’apprécie          20
SeriallectriceSV   21 juin 2019
Le cas singulier de Benjamin T. de Catherine Rolland
J'aimais le futur qu'elle me vendait, une existence simple et paisible où nous vivions de l'élevage, des légumes et des fruits que nous produirions, où grandirait tout un tas d'enfants au milieu de la nature et des chèvres, où il n'y aurait plus ni la guerre, ni le malheur, ni la peur. Le dimanche nous irions à l'église, et en août à la fête des moissons. L'hiver nous resterions en ermites, bienheureux dans notre cocon de neige et seuls au monde, et au printemps nous redescendrions dans la plaine, il y aurait des fêtes et des rires, nous nous amuserions et chéririons l'existence, parce que disait Mélaine, il n'y a pas de plus grand bonheur que celui qu'on croyait à jamais perdu et que le Seigneur nous rend.
Commenter  J’apprécie          20
SeriallectriceSV   21 juin 2019
Le cas singulier de Benjamin T. de Catherine Rolland
En dehors de David, ne compter sur la planète entière que dans le coeur d'un ancien combattant de presque cent ans rongé par le crabe était probablement pathétique, mais c'était tout ce que j'avais, et sa sollicitude me faisait du bien.
Commenter  J’apprécie          30
SeriallectriceSV   21 juin 2019
Le cas singulier de Benjamin T. de Catherine Rolland
- Celui-là seul connaît l'amour qui aime sans espoir, déclamai-je à mi-voix.

Silverman parut interdit, et je me sentis obligé d'ajouter :

- Ce n'est pas de moi. Schiller, un poète allemand du XVIIIéme.

Le vieil homme continuait de me dévisager, manifestement troublé. Il mit longtemps à répondre, dans un murmure :

- Je sais qui est Schiller. Le meilleur ami de Goethe. Mais je m'étonne que vous, vous le connaissiez

- Même les ambulanciers lisent, de temps à autre monsieur Silverman...

- J'ai connu un homme, jadis, qui le citait souvent

... C'était un homme bon.
Commenter  J’apprécie          20
VALENTYNE   28 mai 2020
Le cas singulier de Benjamin T. de Catherine Rolland
Je n’aurais jamais imaginé que tester de nouveaux médicaments soit aussi réglementé.

Tout était chronométré, organisé à la milliseconde selon un décompte qui devait ressembler aux minutes précédant le décollage de fusée, à Cap Canaveral.

Allongé dans mon lit comme un pantin docile à l’instar des autres volontaires, j’étais bardé d’électrodes fixées sur ma tête et mon torse, enregistrant en permanence mes paramètres vitaux. Immobile, j’observais le ballet enfiévré des blouses blanches, rythmé par les ordres que Aubervilliers scandait d’une voix inhabituellement grave. Progressivement, la tension nous avait tous gagnés , et c’est assez inquiet que j’absorbai, à 11h36 précisément, la première dose de Xylophénolate, le médicament expérimental censé révolutionner le traitement de l’épilepsie.

À 11h37, j’étais toujours en vie, le soulagement apparent de l’équipe médicale laissant supposer que dans le fond, ils n’étaient pas absolument convaincus que ce serait le cas.
Commenter  J’apprécie          10
BabaLoe   25 août 2018
Le cas singulier de Benjamin T. de Catherine Rolland
Qu’est-ce qui était en train de m’arriver, bon sang ? Je ne connaissais pas cet endroit, je n’avais aucune idée de la manière dont j’y étais arrivé. Pourtant, le visage de cet homme et sa voix m’étaient familiers, sa présence à mes côtés une évidence.

Il faisait la moue, l’air à moitié satisfait. Il se releva souplement, et je remarquai à ce moment-là qu’il portait une soutane. Je me figeai, interrompant le mouvement que j’avais amorcé pour saisir la main qu’il me tendait. L’espace d’une seconde, je le vis, les yeux bandés, face à un peloton d’exécution prêt à tirer.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Comme c'est étrange !

" Il avait conscience d'un partage douloureux dont sa personne faisait les frais. Sollicité parle passé et le présent, par la Russie et la France, il flottait sans se décider entre ces deux tentations contraires. "Je ne suis ni d'ici, ni de là. Français en Russie, Russe en France je resterai toute ma vie un étranger."

Etrangers sur la terre
Mort en terre étrangère
L'étranger
Les étrangers dans la maison

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , littérature étrangèreCréer un quiz sur cet auteur