AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.5 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1969
Biographie :

Ecrivain française née à Paris et vivant à Bruxelles.

Elle se consacre à l'écriture de romans affirmant l'auteur contre la langue et l'opinion

"Irène, Nestor et la Vérité" est son premier roman.

2014 "À vous tous, je rends la couronne"

Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (1)


Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2   05 avril 2013
Irène, Nestor et la vérité de Catherine Ysmal
J’avance et elle recule. Elle m’échappe, Irène, contrepied, pas de danse. Réellement. Et c’est peut-être dans ce doute que je m’égare, qu’elle ait pu le faire ainsi, de côté, pas de face, pas comme un taureau fou qu’elle était pourtant, puissante, cornes toute dressées, venant au combat et poussant de ses forces. Au début, elle charge. Je le dis au présent, je veux toujours dire au présent même si je ne fais que me souvenir.

Je la tiens.
Commenter  J’apprécie          50
MarianneL   04 mai 2013
Irène, Nestor et la vérité de Catherine Ysmal
Pour Irène, douter était vivre, balbutier, revenait à penser. Je le voyais une fois encore, à tout l’espace qu’elle laissait entre les lignes de son cahier ou, à cette manière de le prendre a l’envers. Ce n’est pas pour autant qu’elle était plus bavarde, au contraire. Elle le noircissait des journées entières, en réclamait d’autres, des carnets et des heures qu’elle volait au quotidien, à ce qu’elle aurait du faire, laissant la maison en l’état et le lit défait, les tasses du petit-déjeuner sur la table à midi. La seule chose qu’elle maintenait était ses disparitions l’après-midi, accompagnée de son carnet que j’ai cherché pour le lire, qu’elle fourrait je ne sais où et ne veux pas le savoir, par peur, je l’avoue. De cette peur qui augmente à mesure que je remarque les faits, que je les attache les uns aux autres ou que je les examine séparément, je me dirige vers cette image qui ne dira rien d’autre que la vérité.

Elle devenait plus folle, personne atteinte de troubles mentaux.

Commenter  J’apprécie          40
Alice_   04 avril 2017
Irène, Nestor et la vérité de Catherine Ysmal
Un port, cela me revient, les sentinelles marines. J'allais chaque matin discuter avec une mouette et revenais satisfaite et ragaillardie, détournée par rien et que rien ne permettait d'interrompre, pas même le garçon de café qui me demandait toutes les heures si je souhaitais autre chose, comme s'il fallait payer pour être là, au bord de la falaise, en bas exactement, pour échanger des cris, muets bien sûr, avec l'oiseau blanc qui me tenait lieu ici d'unique ami. Il se posait sur le guéridon et restait immobile sur ses hautes pattes tandis que je tournais la cuillère dans la tasse vide, tenant d'aluminium à la porcelaine en petits coups rapides et ordonnés.
Commenter  J’apprécie          40
Alice_   05 avril 2017
Irène, Nestor et la vérité de Catherine Ysmal
C'est la vérité. Je n'ai jamais eu d'aventure avec Pierrot et s'il connaissait ma cicatrice, c'était de l'avoir vue un jour dans un champ car j'avais levé ma robe, c'est vrai, pour la baisser aussitôt, c'est vrai, avec, encore, ce rouge aux joues qui chauffe et qui dit un désir peut-être mais de moi-même, du soleil, de cette minute où l'on se rejoint pour s'offrir entière, unie et sans précaution - c'est-à-dire sans visée.
Commenter  J’apprécie          43
Charybde2   06 juin 2014
À vous tous, je rends la couronne de Catherine Ysmal
- Taisez-vous, fantoches autoritaires, faiseurs de mots, dompteurs crétins, bateleurs impuissants à ramener la cacophonie en chaos véritable, les vers à la vie, contre ceux qui malgré tout s’échappent du corps, quadrillages sur les hanches, têtes d’épingle, furoncles emmanchés sous la peau et que vous lisez d’une langue inadaptée aux déroulés fleuves. Je ne veux pas que l’on me ferme les frontières de l’invisible, ni faire mien un réel dévasté et preuve, la richesse des galets au regard de la tristesse de vos tombes. Vert marbre contre minéral. Caporal-chef ès miel duveteux contre éboulis. Je vous tuerai tous. Un à un. Et morts, je vous tue sans relâche, et coupe vos gangues.
Commenter  J’apprécie          20
Alice_   06 avril 2017
Irène, Nestor et la vérité de Catherine Ysmal
La ligne tue, j'en suis certaines. Du moins dans mon esprit de rocailles qui chante les songe-creux et qui ne supporte que du pli, le pli d'une robe, le faux pli que je lisse la journée durant prenant ma paume pour un fer chaud. Ce pli, symbole de ce que je serais, tout entière et donnée comme un pli du hasard. A voix haute, j'affirme qu'un chemin n'a pas l'utilité d'une route, qu'il n'est pas forcément tracé. J'y mets ma liberté.
Commenter  J’apprécie          20
Racines   20 mars 2013
Irène, Nestor et la vérité de Catherine Ysmal
Brinquebaler du squelette chaque jour, non pas d’un pied devant l’autre, non, adopter plutôt la déambulation du crabe : aller de biais.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   06 juin 2014
À vous tous, je rends la couronne de Catherine Ysmal
Mes langues qui, à coup de grandes pelletées, pourfendent leur atavisme et traquent leurs ombres puisque partout des mots depuis l’enfance. Graphies sur boîtes, étiquettes, chansons, néons clignant de sens, obus, béton, tags, pubs, discours ferrés dans des formules.

Puisque partout, à l’âge d’homme, des mots entravés dans des échafaudages d’architectes sous contrat, de graphomanes nostalgiques, de cultivateurs sédentaires, idiomes promus à la hauteur d’un clocher urbain, lui-même battant prétendument sa coulpe. Hou Hou, doigt tendu. Ah, Ah, la liberté, la Liberté !"
Commenter  J’apprécie          10
Etsisite   14 janvier 2017
À vous tous, je rends la couronne de Catherine Ysmal
Taisez-vous. Crachoirs, réceptacles de mots prudents, jolis-jolis. Vous, vidanges de ceux que vous preniez malin plaisir à policer. Il n’y a rien de beau au monde crasse. Ou votre bohème. Rien de beau en effet à l’armure que je porte, protection aux claques, et rien de beau non plus, à son clapet qui me ferme.



Regardez mes mains ! Elles passent et repassent sur vos verbes. J’effacerai tout. Tout de ton nom gavé d’éternité.
Commenter  J’apprécie          10
Alice_   06 avril 2017
Irène, Nestor et la vérité de Catherine Ysmal
J'aurais aimé ni mourir, ni renaître. Trouver à dire. Ne pas être une bouche ouverte, fermée. Un gouffre, un orifice à prendre. Ne pas être un corps incisé dans lequel l'eau se faufile, gèle, éclate, creuse. Être autre qu'un coeur réservé, qu'une catin, une midinette puérile ; autre qu'une chose à parler, qu'une ficelle que l'on débobine et rembobine, écheveau de rien.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les livres les plus populaires de tous les temps

Qui trouve-t-on sur le rivage pour Murakami ?

Kant
Kafka
Kavinsky
Kaka

20 questions
620 lecteurs ont répondu
Thèmes : livres et lecture , auteurs différents , lecteurCréer un quiz sur cet auteur