AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.2 /5 (sur 100 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Franche-Comté , 1974
Biographie :

Cécile Ama Courtois est une auteure de romans fantasy, contes de fées modernes, romance et fantastique.

Le désir d'écrire, d'abord de la poésie (sous le pseudonyme Amapoesia), puis des fictions lui est venu très tôt, dès l'adolescence.

Aujourd'hui, mariée et mère de deux garçons presque adultes, c'est toujours dans l'écriture qu'elle s'épanouit en donnant naissance, à travers ses mots, aux mondes qui peuplent ses rêves.

Ses autres passions, le chant et les chevaux, la tiennent en équilibre entre ses deux mondes.

site : www.cecileamacourtois.com

page Facebook :
https://www.facebook.com/AmaCourtois

Instagram : cecileamacourtois

Twitter : https://twitter.com/cecileama

Édition indépendante
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Cécile Ama Courtois   (14)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Tatooa   18 janvier 2016
Ève aux sables dormant de Cécile Ama Courtois
En Egypte, le soleil était un dieu, et en tant qu'apprenti égyptologue, étudiant en histoire de l'art et futur archéologue, Guillaume avait appris l'importance des symboles et des rites. Pour lui, rendre hommage au soleil levant tenait de l'évidence, du devoir sacré.
Commenter  J’apprécie          90
CecileAmaCourtois   28 avril 2018
Deijan de Cécile Ama Courtois
— Vous avez mal aux yeux ? me demanda-t-elle dans un froncement de sourcils.

À mon air surpris, voire effaré, elle plissa davantage les paupières.

— Vous avez cligné fortement des paupières, se sentit-elle le besoin d'expliquer. Est-ce que cela vous brûle ?

Malédiction ! Elle ne connaissait pas le langage dont Guilendria avait eu l'idée. Comment allais-je me faire comprendre ? Je soupirai de frustration et la colère crispa mes mâchoires. J'inspirai un grand coup et braquai mon regard sur le sien, puis je fermai lentement les yeux. Deux fois. Avant de la fixer à nouveau. Je haussai un sourcil. Bon, c'était clair, non ?

— Est-ce que… observa l'une des autres femmes, il tenterait de communiquer ?

Bien joué, sœurette !! On va pouvoir avancer ! Je lui dédiai mon plus beau sourire de gratitude et eus même le plaisir de la voir rosir.

— Avec qui conversiez-vous de cette manière, au château ? s'enquit la supérieure, qui avait enfin engrené.

Je pinçai les lèvres de dépit. Comment voulait-elle que je réponde à cette question ?

— Vous ne pouvez répondre que par oui ou par non, n'est-ce pas ? intervint encore ma sauveuse.

Il fallait que j'essaie de connaître son nom.

Je clignai ostensiblement des yeux. Une fois.

— C'est oui ! s'exclama-t-elle. Tentons le non. Pouvez-vous vous lever ?

Je sentis mes lèvres s'étirer en un large sourire. Elle me rappelait Guilendria.

Je fermai à nouveau les paupières. Deux fois.

— Voilà le non ! C'est facile ! Une fois, c'est oui, deux fois, c'est non !

— Oui, Sœur Brindille, j'avais compris, la calma Mère Sourire d'un ton légèrement agacé.

Sœur Brindille ? Si j'avais pu, j'aurais éclaté de rire. Sœur Brindille possédait à peu près le tour de taille d'une barrique de deux cents litres. Celles dans lesquelles le vieux Morand brassait la meilleure bière de la vallée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CecileAmaCourtois   16 avril 2021
Le conte des sept chants, tome 1 : La délégation de Cécile Ama Courtois
Une dizaine de guerriers félides les attendaient sur la route, armés jusqu’aux dents. S’ils n’avaient été alliés, Edoran aurait pu se sentir en danger tant il percevait de combativité et d’arrogance émanant de leur groupe. Instinctivement, les sept voyageurs resserrèrent les rangs derrière le jeune prince lycante. Et lui, si fier lors de sa nomination au titre de chef, se prit un instant à regretter que le commandement n’eût échu à Malcolm. Mais il était chevalier et prince de Lycantie, il n’allait pas déjà faire honte à son père ! S’avançant vers les félides, il les jaugea discrètement, observa leur attitude et leurs regards, puis il paria sur celui qui devait être le plus gradé, car rien dans leur vêture ne pouvait le laisser deviner. Il mit pied à terre et s’adressa au guerrier qui se tenait le plus à gauche.



— Je suis le prince Edoran, ambassadeur de Lycantie pour l’Assemblée Décennale. Nous nous rendons, mes compagnons et moi-même, auprès du seigneur Elgard qui doit conduire la délégation des peuples de Métamorphia jusqu’en Allorée.



— Et moi, je suis la reine des elfes, répondit le félide avec suffisance. Je n’ai pas l’intention d’autoriser le passage d’une meute de loups sur mes terres, fussent-ils accompagnés du roi de Lycantie en personne. Et pas question qu’on vous escorte !



Edoran avait donc vu juste et s’était bien adressé au meneur. L’attitude du félide, en revanche, était des plus inattendue. Le prince connaissait les hommes-félins comme un peuple fier, pourtant il n’avait jamais entendu dire qu’ils méprisaient les lycantes. Et quand bien même cela aurait été le cas, il était abasourdi qu’un soldat se permette de traiter de la sorte un ambassadeur étranger, quel qu’il soit. Il sentait d’ailleurs déjà Malcolm fulminer derrière lui et Boris n’avait pu retenir un hoquet de stupeur et de rage. Si l’un ou l’autre répondait à la provocation, il pourrait y avoir du grabuge. C’était à lui de calmer les esprits.



— Fort bien. C’est très aimable à vous, soldat, ironisa Edoran avec un sourire dur, mais vous ne m’avez pas encore dit comment vous vous appeliez ni quel grade était le vôtre… J’aurai plaisir à rendre compte de votre accueil au seigneur Elgard quand notre délégation sera parvenue jusqu’à lui. Car elle y parviendra, avec ou sans votre aide, je vous l’assure.



La menace était claire, bien que le ton fût on ne peut plus courtois, et le prince eut la satisfaction de voir pâlir son interlocuteur.



— Panthrace, lâcha le félide avec plus de circonspection. Je conduis les guerriers de mon secteur.



— Êtes-vous placé sous un commandement supérieur, soldat Panthrace, ou agissez-vous de vous-même ? poursuivit le prince lycante.



— Non, je suis sous l’autorité de la Mère de mon village, grommela Panthrace, et celle du gouverneur de la Défense, et du Conseil des Mères aussi, ça vous va ?



— Parfaitement, répliqua sèchement son interlocuteur. À présent, contentez-vous de nous indiquer où nous pourrons trouver le seigneur Elgard, nous nous passerons de votre escorte. Et j’accepterai d’oublier jusqu’à votre nom si vous vous arrangez pour que l’on ne soit plus retardés de la sorte !



Le ton désormais froid et hautain d’Edoran fit merveille, son aura d’aristocrate exsudait de tout son être, telle une onde de puissance magique. Il était vraiment impressionnant. Boris ne put s’empêcher de se rengorger, vibrant de fierté. Il avait toujours été en admiration devant le jeune seigneur et, tout louveteau, rêvait déjà de lui ressembler. Aussi n’en était-il pas revenu d’avoir été choisi pour devenir son écuyer. En cet instant, il voyait son maître comme un dieu et l’aurait suivi jusqu’en enfer s’il le lui avait demandé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszs   28 août 2021
Le conte des sept chants, tome 3 : Le duel de Cécile Ama Courtois
Pour parcourir les plaines, Thorak avait repris les airs, chevauché par Olbur et Zya. Thésis avait abandonné ses ailes pour le dos de Sorcha, qui lui avait généreusement proposé de la prendre en croupe. Ainsi, les deux jeunes femmes pouvaient-elles parler et faire connaissance, tout en demeurant en contact avec le dragon, dont l'ouïe exceptionnelle lui permettait de suivre leurs conversations.

Au fil des jours, la guerrière aelder découvrit une personne enjouée et intelligente, courageuse et passionnée. Sorcha racontait sa jeunesse avec enthousiasme, les parties de chasse, la vie en bande, les amis, la liberté… mais jamais elle n'évoquait son présent. Elle éludait systématiquement toute allusion à son choix de vie. Et la raison pour laquelle elle avait fermé la porte de son passé joyeux. Au quotidien, elle tentait de maintenir sa personnalité vibrante derrière un mur de tristesse et de résignation. Thésis n'osait pas aborder le sujet de front. Pourtant, elle pressentait que les états d'âme de la centauresse, et les secrets qui semblaient en être la cause, risquaient de gêner la quête à un moment ou à un autre si l'on n'y mettait pas bon ordre. Sans insister plus, elle se promit de s'en ouvrir à Zya, dont l'intuition et le tact dépassaient largement les siens. Elle, mieux que personne, saurait amener la novice à se confier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszs   07 février 2019
Mère-Fée de Cécile Ama Courtois
Elle avait certainement dû fermer les yeux à un moment ou à un autre, bien qu'elle n'en eût aucun souvenir, parce que lorsqu'elle les rouvrit, le soleil se levait et elle était allongée sur un épais matelas de feuilles et de fleurs. Elle ne se rappelait rien entre cet instant de fin d'après-midi, où Puck avait coupé court à leur conversation ubuesque en lissant son oreille avec sa patte, et cette aube radieuse qui la trouvait fraîche et reposée comme jamais.
Commenter  J’apprécie          20
gabrielleviszs   11 juin 2021
Le conte des Sept Chants, tome 2 : La quête de Cécile Ama Courtois
À leur arrivée aux portes du royaume d’Aldur Poing d’acier, Edoran, Saraë, Hermanus, Thésis, Olbur et Aromë découvrirent qu’ils étaient attendus par toute une armée de nains aux traits durs et figés. Ces derniers se dressaient entre le groupe de voyageurs et l’arcade rocheuse matérialisant l’entrée de leur domaine. Ils formaient une espèce de masse compacte et grise, constituée de cottes de mailles, de barbes et de haches. Les petits guerriers avaient l’air statufiés, néanmoins Edoran ne douta pas un instant qu’ils fussent on ne peut plus réels et vivants… et dangereux. Le lycante avait combattu aux côtés de leurs semblables sur le Palar Tàra. Son ami Dragsen, Sonja, l’étonnante forgeronne-guerrière, Durban, l’imposant chef de la guilde des mineurs, et tous les autres… Il avait pu constater leur discipline, leur courage et leur force. Leur sauvagerie aussi, lorsque l’espoir s’amenuisait. Quand ils n’avaient plus rien à perdre, les nains devenaient incontrôlables.

Le sentier que les compagnons avaient gravi débouchait sur une vaste terrasse naturelle d’environ cent mètres de long sur presque une cinquantaine de large. C’était un cul-de-sac. Nul autre passage ni chemin que la porte des cavernes n’en repartait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszs   05 octobre 2020
Le conte des sept chants, tome 1 : La délégation de Cécile Ama Courtois
— Chut ! siffla le lycante en levant une main vers les autres. Je crois qu’on nous observe.

— Mais qui…

Boris ne put jamais terminer sa phrase. Les arundos s’écartèrent soudain, et une horde hurlante et puante en jaillit. Ils étaient laids, brunâtres, leurs crocs dépassaient de leurs bouches hideuses et leurs ongles, oblongs et crochus comme des griffes, lacéraient l’air devant eux comme ils couraient vers leurs proies. Ils étaient une vingtaine. De la taille et de la corpulence d’un homme râblé, ils arboraient des bras trop longs pour leur torse et des jambes tordues comme celles des grands singes. Pourtant leur allure simiesque n’avait rien d’hilarant. Tout en eux hurlait « danger ». De leurs gueules de molosses, armées de dents pointues, à leurs muscles épais, en passant par la cruauté de leurs regards. Ils présentaient le front bas et les yeux enfoncés de la brute parfaite.

Ils étaient des goblins. Ils étaient sanguinaires. Et ils avaient faim.
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszs   07 février 2019
Mère-Fée de Cécile Ama Courtois
Vous aurez sans doute remarqué qu'à aucun moment le fameux dragon n'essaya pas de griller ses brochettes avec son lance-flammes intégré? C'est parce que ça aussi, c'est un truc pour faire vendre du papier. En vérité, les dragons ont bien assez de dents et de serres pour faire peur à tout le monde, sans avoir besoin d'en rajouter une couche. Bref...
Commenter  J’apprécie          20
JeanneSelene   15 août 2015
Ève aux sables dormant de Cécile Ama Courtois
Dans les heures qui suivirent, plusieurs autres ossements furent extraits avec précaution de la roche compactée.
Commenter  J’apprécie          30
CecileAmaCourtois   16 avril 2021
Le conte des sept chants, tome 1 : La délégation de Cécile Ama Courtois
Il n’y a rien de plus grisant que la vitesse, songeait Edoran en dévalant la pente herbeuse. Rien de plus grisant que marteler le sol au rythme effréné de pattes puissantes, au rythme fou d’un cœur qui cogne, au rythme enivrant d’un souffle qui vide et emplit les poumons par saccades. Et nul n’était plus rapide que lui. Les reflets argentés de sa fourrure châtaine projetaient des éclats de lumière mouvante dans les ombres grisées de l’aube. Ses poursuivants le talonnaient, mais lui jouissait à plein de la fièvre qui l’enflammait généralement dans ces moments-là.

Puis soudain, il fut là 

L’odeur de sa peur était si forte qu’elle en devenait provocante. Il se tenait immobile, tremblant, suant, suffocant, à la limite de ses forces. Dans ses yeux, Edoran put voir que la terreur n’avait pourtant pas encore cédé sa place à la résignation. C’était cet instant que le lycante préférait, quand il se savait vainqueur, mais que sa proie ne l’avait toujours pas compris.

Pour un peu, il aurait ralenti afin de prolonger cet état de grâce, toutefois il entendait déjà les autres arriver. Il n’était pas question que l’un de ces jeunes loups lui ravisse son trophée au dernier moment. Alors, d’un puissant coup de reins, Edoran se propulsa vers l’avant et fulgura sur sa proie comme un éclair de feu.

Brûlant, vif, mortel !



Quand ses amis et compagnons approchèrent, grondants et à bout de souffle, l’orignal était à terre, proprement égorgé, et le prince Edoran trônait au-dessus de sa prise, le regard pétillant et la langue pendante sur un rictus joyeux. Encore une fois, il avait su leur montrer qui était le plus fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lien de parenté dans le titre de 10 romans célèbres

Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon ____

grand-mère
grand-père
mère
père
fille
fils
tante
oncle
nièce
neveu

10 questions
216 lecteurs ont répondu
Thèmes : famille , liens familiauxCréer un quiz sur cet auteur