AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 79 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Namur , le 12/12/1952
Biographie :

Cécile Oumhani, née le 12 décembre 1952 à Namur (Belgique), est une écrivaine franco-britanno-tunisienne. Elle a grandi entre le français et l’anglais, dans un environnement multiculturel. Très marquée par les séjours effectués pendant son enfance dans sa famille maternelle au Canada anglophone, elle a développé une familiarité avec des univers variés : Belgique, Inde, Allemagne, Écosse… Et donc sa rencontre avec la Tunisie à l’âge adulte est venue presque naturellement s’ajouter aux autres facettes de son imaginaire. Très tôt, elle a découvert l’écrit comme un remède à l’absence et à l’éloignement. Son rapport avec les mots s’est nourri de littératures francophones et anglophones abordées dès le début dans leur langue d’origine, développant ainsi un fort intérêt pour ce qui se laisse apercevoir et se dérobe inévitablement dans l’entre-deux langues ou plus simplement l’entre-les-langues.

Poète et romancière, Cécile Oumhani est aussi maître de conférences à l’université de Paris XII. Elle est l’auteure d’une quinzaine d’ouvrages (recueils de poèmes traduits dans plusieurs langues, nouvelles, romans, essai). Ses textes sont présents dans de nombreuses revues et anthologies. Les liens qu'elle a noués avec la Tunisie ont nourri plusieurs de ses romans, Une odeur de henné (1999), Les racines du mandarinier (2001), Un jardin à La Marsa (2003) (publiés chez Paris-Méditerranée), Plus loin que la nuit (l’Aube, 2007). Son écriture aime à investir des lieux et des cultures autres.

Le café d'Yllka, roman paru aux éditions elyzad (2008), reçoit le Prix Littéraire Européen de l'Adelf (Association des Ecrivains de Langue Française) 2009.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

[Auteurs Elyzad - Confinement] - Cécile Oumhani partage avec nous l'histoire réelle qui a inspiré son #roman "L'atelier des Strésor" et vous en lit un #extrait. Retrouvez-la ce Vendredi 3 Avril sur notre page Facebook pour un #live à partir de 18h.


Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   06 septembre 2017
Chant d'herbe vive de Cécile Oumhani
Le silence a dépouillé nos gestes

Évidant cette absence à nous-mêmes

De la limaille d'un temps gaspillé



Restent les amarres tressées de lin fou

Et le retour de l'onde

Pour scander les monstres familiers
Commenter  J’apprécie          200
Cécile Oumhani
sabine59   23 février 2017
Cécile Oumhani
Le vent t'offre un lit de brume

et une barque pour franchir le fleuve

l'enfance de l'autre côté

danse dans sa robe de neige

et dresse une table pour toi

l'invitée des abeilles

tu rejoins le passé

dans le marc séché

d'un bol de faïence ébréchė



("Passeurs de rives")
Commenter  J’apprécie          182
Mimeko   15 avril 2019
Une odeur de henné de Cécile Oumhani
L'été était aussi la saison des mariages. Le vent brûlant soulevait une poussière jaunâtre sur la route de montagne où résonnaient les tambours et les hululements des femmes. Leur cortège formait une ligne pourpre qui ondulait dans la lumière de l'après-midi. L'enfant avait vu parmi elles, le cheval qui transportait le palanquin rouge. Elle l'avait scruté, fascinée par les pans de tissu qui dissimulait la mariée aux regards.
Commenter  J’apprécie          120
Mimeko   21 avril 2019
Une odeur de henné de Cécile Oumhani
Elle se souvient qu'elle sera seule aussi, quand elle sera en France, hors de portée des épanchements de sa mère. Bientôt elle sortira du bain et elle retrouvera la lumière du jour; la clarté des visages qu'aucune vapeur ne vient plus dissimuler. Les corps seront à distance, les chairs soustraites au regard et au toucher et le ciel sans limites.
Commenter  J’apprécie          100
Fortuna   26 octobre 2017
Une odeur de henné de Cécile Oumhani
"C'est à son mari qu'on juge les qualités d'une épouse..." La phrase lancinante revient à intervalles réguliers dans la bouche des femmes. Un précepte fondamental à leurs yeux...Kenza le ressasse aux petites heures du matin. Elle prête à l'évocation de l'épouse idéale les traits de Saïda. Rite des vêtements, le matin, puis le soir. Saïda lave, étend, repasse, reprise, range. Saïda ouvre l'armoire vernie, la referme, sans voir dans la glace sa mine lasse, recrue de l'ennui du service de l'ombre. De l'armoire, elle sort le slip, les chaussettes, la chemise, le pantalon, la veste. Elle les dispose sur le lit. Elle les place de manière à ne pas froisser le linge soigneusement repassé. L'homme est là, au-delà du pli méticuleux, encore tenu à distance par l'odeur du savon qui uniformise les attributs de chacun. Ensuite, il y aura les enfants à préparer et il faudra les presser pour arriver à l'heure à l'école...
Commenter  J’apprécie          70
armand7000   15 février 2020
Passeurs de rives de Cécile Oumhani
Le temps

Obscur compagnon. de la neige



Et ce souffle qui poudre les visages



Chaque heure plus légère plus lointaine

Seule trace de ce qui change



Etait-ce un saule

Ou encore un chemin de buis

Au versant d'une nuit inconnue?



Ou seulement cet imparfait

qui sera toujours à venir

brèche au point du jour

fine crevasse où laisse chuchoter

les mots des ruisseaux



Aujourd'hui

tu cherches en vain

dans tes tiroirs



Restent à la vitre

ces poussières

entre toi et le jour



Sables lointains ou miettes d'étoiles

souffle de funambules amoureux

vapeur de petits remorqueurs

bouts de robes taillées à même le ciel

corbeille de fruits à la table de l'ogre

qui vivait là-haut dans les nuages

impalpables tulles de trapézistes
Commenter  J’apprécie          72
zazy   11 novembre 2013
Tunisie, Carnets d'incertitude de Cécile Oumhani
Le peuple se tait

peuple silencieux

souffle suspendu

à peine contenu

digues prêtes à rompre

Commenter  J’apprécie          90
Mimeko   21 avril 2019
Une odeur de henné de Cécile Oumhani
L'enfant ne met plus de noms sur les visages qui ont veillé les premières années de sa vie, qui ont été la toile de fond des moments importants, ceux que l'on vivait tous ensemble.
Commenter  J’apprécie          80
manoloula   14 août 2010
A fleur de mots : La passion de l'écriture de Cécile Oumhani
Il n'est pas d'heure pour écrire, ni de répit pour le texte. On écrit partout, dans la cuisine devant un bol de thé, dans son jardin devant la rhubarbe, en regardant les voyageurs assis dans le wagon du métro et aussi pendant les heures d'insomnie en scrutant le plafond de la chambre silencieuse. Parce qu'on n'écrit pas seulement devant une feuille ou un écran d'ordinateur, même si les mots, les images s'envolent comme l'oiseau dès qu'il se sait observé.
Commenter  J’apprécie          70
cecille   28 juin 2019
Les racines du mandarinier de Cécile Oumhani
Le printemps arrive. L'enfant devient plus pesant et l'entraîne au plus profond de ces obscures régions d'elle même. Le ciel est marbré de nuages et le vent agite les draps là-haut sur la terrasse. Dehors, le monde déborde d'échos et de rumeurs. Elle les entend, sans les rattacher à un visage ou à un geste qui relèvent de l'humain.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz spécial Tintin ! (niveau assez difficile)

Dans quel journal Tintin travaille-t-il ?

Le Monde des Bulles
Le Petit Vingtième
L'illustré
Le journal de Tintin

10 questions
1611 lecteurs ont répondu
Thèmes : tintin , bande dessinéeCréer un quiz sur cet auteur