AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.16 /5 (sur 38 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1973
Biographie :

Auteure Seine et Marnaise, et maman active, très impliquée dans le milieu associatif, Cécile Pellault, a signé en 2016 son troisième roman aux Editions Le Manuscrit, Le Brouillard d’une vie, un thriller familial, un roman d’une facture totalement différente de Serial Belle Fille en 2005 et On ne choisit pas sa famille en 2007 qui exploraient le ressort comique et satirique des relations familiales. Le prix du rendez-vous littéraire lui a été décerné pour ce premier roman noir lors du salon 2016 de Moret sur Loing.
Elle est également auteure de nouvelles, dont Désespoir Fraternel publié aux Editions Souffle court, et de poésies, dont le secret des curieuses par le Musée du Luxembourg pour une exposition sur le peintre Fragonard et Le grésillement de la radio publié dans le numéro 12 de La Revue méninge.
Son deuxième thriller « Les voix meurtries », subtil et haletant, est sorti le 6 juin 2019 aux Editions du Loir. Elle aborde une nouvelle fois ses thèmes de prédilection : le voyage, l'exil, les liens familiaux subis ou choisis. « Les voix meurtries » est son quatrième roman.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Cecile Pellault   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La nouvelle à l'origine du roman " Le brouillard d'une vie" qui vient de paraître aux Éditions Le Manuscrit, disponible sur Amazon en version papier et Kindle et dans tous les bonnes librairies


Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolar   19 septembre 2021
On ne choisit pas sa famille. de Cecile Pellault
Les missives de Fanny H pour Collectif Polar

Agée d'une trentaine d'années, Camille Julien travaille dans une entreprise sous le joug de Sylvie, sa cheffe, qu'elle ne supporte plus et qui ne la laisse pas évoluer. Mais, heureusement, elle a deux supers collègues sur qui elle peut toujours compter. Célibataires et fêtards, elle rêve de les voir un jour ensemble. Camille n'est pas son prénom, vous apprendrez dans ce roman quel est le vrai. Elle est une jeune femme dynamique avec ses doutes et ses peurs, surtout avec son compagnon, Richard, qui lui met la pression pour avoir un bébé.



Elle fait partie d'une joyeuse famille hétéroclite. En effet, sa mère vient d'adopter une 4ème grand-mère ! Ils ont l'habitude le dimanche de se retrouver tous ensemble. Camille souhaiterait juste un peu plus de calme dans sa vie. Pour cela, il faudrait également qu'elle écoute les autres plutôt que sa ou ses voix intérieures. Car voyez-vous, elle a un énorme défaut : la fâcheuse manie de dire tout haut tout ce qu'elle pense ! Ce qui la met bien souvent dans des situations plus ou moins embarrassantes pour elle et ses interlocuteurs. Malgré son jeune âge, elle est souvent perçue comme une mégère ronchonneuse.



Et un lundi (oui son jour préféré le lundi...), elle apprend que son frère s'est fait arrêter en essayant d'empêcher sa femme et son fils de se faire embarquer par la police de l'immigration en Floride. Le calme auquel elle aspirait ne sera pas pour aujourd'hui, ni demain la veille... Non seulement elle apprend que son frère Tom est en prison et en plus qu'il est marié et père alors que cela ne fait que 6 mois qu'il est en voyage ! Elle va donc partir à son secours.



Arrivée sur place, elle peut compter sur son cousin Mike et son réseau d'amis.



Que découvrira réellement Camille là-bas ? S'entendra-t-elle avec cette nouvelle belle-sœur ? Et l'enfant, le supportera-t-elle ?

Par excès de zèle, le shérif et quelques politiciens locaux veulent faire un exemple de sévérité au lieu de libérer immédiatement Tom et de plus, la presse s'en mêle. Branle bas de combat même pour la famille et les amis restaient en France, cela ne va pas se passer comme ça.





Dès le début, ce roman est un plaisant tourbillon. Entre les mamies, leurs blagounettes et leur excentricité, cette sympathique tribu évolue dans un méli-mélo de bonne humeur. Cécile Pellault s'est lâchée et s'est fait plaisir, cela se ressent bien. Il faut tout de même bien suivre car on aurait vite fait de ne plus savoir qui est le beau-frère du cousin de la tante de la sœur tellement ils sont nombreux.



Mais mine de rien, l'auteure évoque deux sujets très importants : celui de l'immigration clandestine (illégale ou irrégulière) ainsi que l'utilisation et la maltraitance des dauphins dans des enclos d'élevage. De tout temps, il y a eu colonisation et ensuite immigration aux Etats-Unis, mais avec l'appauvrissement des pays limitrophes cela ne s'arrange pas.

Diverses associations se battent pour la cause des dauphins à travers le monde car beaucoup trop d'entre eux sont entassés dans de toutes petites structures et en souffrent énormément.



Dans On ne choisit pas sa famille on ne s'ennuie pas un seul instant, tout comme chaque membre de cette famille. C'est frais, pétillant et ça vanne à tout va. Ce roman se lit rapidement sans prise de tête. Juste un bon moment. Alors laissez-vous transporter dans ce sympathique brouhaha familial et par la bonne humeur communicative que nous transmet Cécile Pellault.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar   04 août 2019
Les voix meurtries de Cecile Pellault
Cassandra serrait le volant . Elle tentait de voir la route malgré les larmes et les sanglots qui menaçaient de bousculer ce qui lui restait de concentration . Elle avait frappé Mike . Elle avait frappé Mike son seul et unique amour. Elle se retenait de ne pas faire demi-tour pour aller implorer son pardon . Le gosse n'y survivrait pas.
Commenter  J’apprécie          60
collectifpolar   03 septembre 2021
On ne choisit pas sa famille de Cecile Pellault
L’avenue principale. On se moque de l’aspect bidonné de Disneyland, mais ce n’est que la juste réplique des rues les plus pittoresques des villages américains ; le corner shop, le bagel deli’s, le city hall, l’alignement quasi militaire des maisons. Au secours. Présente depuis moins de cinq minutes dans cette ville et je deviens déjà claustro. Je veux des crottes de chien, des ruelles qui sentent le pipi, des poubelles qui débordent des klaxons, des lézardes sur les murs, des figures inquiétantes.
Commenter  J’apprécie          40
collectifpolar   03 septembre 2021
On ne choisit pas sa famille de Cecile Pellault
— Je t’ai emmenée ce matin dans ce genre d’endroit et on ne peut pas dire que tu as eu l’air enchanté par le décor ! réplique Mike à mes envies de rues parisiennes.

— J’ai parlé tout haut ou tu as développé des dons particuliers dont je n’étais pas au courant ?

— Tu as parlé à voix haute ! Il va falloir que tu maîtrises cela aussi. On va chez le shérif tout de suite. Je parle. Tu opines de la tête. Tu la joues low profile et…

— Low profile, tu te jean-claude van damises à grand écart ! je le taquine sur son franglais que je ne suis pas toujours sûre de comprendre.

— Camille, soupire-t-il une nouvelle fois agacé par sa smart ass de cousine qui se met à utiliser son anglais familier. Je n’y peux rien, j’adore Smart ass ou Cul intelligent comme insulte.

— Je la boucle ! j’opine du cul intelligent et un peu moins.

— Merci ! Donc, profil bas, je dirai que tu es une stagiaire française ce qui expliquera ton anglais pourri et cela te permettra de voir Tom, tout de suite.

— OK, je ferai bien une remarque sur mon anglais pourri, mais j’ai compris. Je serai ton assistante ou stagiaire soumise. Mais je peux te faire une promesse, tu me le paieras !

— Tu vois quand tu veux un vrai petit ange de discrétion et de compréhension… Allez, prend ta respiration, on arrive.

— Tu crois qu’ils ont une bible que je puisse partager avec eux la merveilleuse expérience d’une prière collective parce que « Thanks God, we are in America ! » ?

— Camille, Shut the fuck up ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   09 août 2019
Le brouillard d'une vie de Cecile Pellault
Les bruits de pas dans la rue derrière elle, les buissons qui s’agitent à son passage, les craquements du parquet, les chuchotements dans un rayon de supermarché, les cliquetis de clés dans la main d’un inconnu, les claquements d’une portière, le frôlement d’une main dans son dos dans une gare routière emplissait Lilly de terreur. Chaque instant de sa journée, les sens aux aguets, elle interprétait chaque bruit, chaque mouvement comme une menace potentielle. Lilly était une survivante depuis 10 ans et une fugitive depuis 4 ans
Commenter  J’apprécie          30
boulou7797   02 octobre 2019
Les voix meurtries de Cecile Pellault
Nicolas posa enfin son arme de désespoir. La bouteille tomba sur le sol à mesure qu’il reprenait l’envie d’être un homme, un père à nouveau. Il caressa celle qui pouvait peut-être le sauver. Il en avait l’intuition depuis leur séjour sur cette plage de Floride. Il ne serait pas le Chevalier Blanc d’une princesse de la chanson mais ils devraient leur salut à l’équipe qu’ils formeraient. Eux seuls face au monde, ce serait ce soir-là promesse silencieuse quoique passionnée qu’ils s’échangeaient.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   07 septembre 2021
On ne choisit pas sa famille. de Cecile Pellault
Mon frère prisonnier des geôles américaines, de l'empire américano-globalo-militéro-hégémonio...je me lèverai tel David contre Goliath pour défendre mon frère. Je les écraserai par la pureté de ma quête, par la quintessence même de ma bravoure face à la tyrannie de la première puissance mondiale. Et je suis en plein délire. Et, je ne devrais pas commencer à penser ce genre d'insanités dignes de mes plus grandes débilités profondes. Le décalage horaire, le manque de sommeil, la dégénérescence  génétique ou tout simplement le manque de magnésium, je crois que je vais faire semblant quelques minutes de ne pas être réveillée. Ne pas compromettre notre mission, sauver mon héros de frère qui se bat contre l'injustice de ce monde doit être mon seul objectif. Bon, je recommence. Je me tais et je me laisse guider jusqu'à ce que je sois capable de reprendre le contrôle de mon cerveau en roues libres.

L'avenue principale. On se moque de l'aspect bidonné de Disneyland, mais ce n'est que la juste réplique des rues les plus pittoresque des villages américains ; le l corner shop, le bagel deli's, le city hall, l'alignement quasi militaire des maisons. Au secours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   04 novembre 2020
Serial Belle-Fille de Cecile Pellault
Je ne sais pas si on doit en rire ou en pleurer. C’est une chose de plaisanter sur les supplices en réunion, de nous défouler comme des gamines de nos frustrations de belle-fille à défaut d’aller à la confrontation avec nos belles-mères. Ce sont tout de même les mères de nos maris, concubins, voir concubines et comme on ne peut pas exiger de couper les ponts.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   07 septembre 2021
On ne choisit pas sa famille de Cecile Pellault
Et je suis en plein délire. Et, je ne devrais pas commencer à penser ce genre d'insanités dignes de mes plus grandes débilités profondes. Le décalage horaire, le manque de sommeil, la dégénérescence  génétique ou tout simplement le manque de magnésium, je crois que je vais faire semblant quelques minutes de ne pas être réveillée.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   07 septembre 2021
On ne choisit pas sa famille de Cecile Pellault
Mon frère prisonnier des geôles américaines, de l'empire américano-globalo-militéro-hégémonio...je me lèverai tel David contre Goliath pour défendre mon frère. Je les écraserai par la pureté de ma quête, par la quintessence même de ma bravoure face à la tyrannie de la première puissance mondiale. Et je suis en plein délire.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Ca nous marque !

Le tigre

moteur
chocolat
automobile
cirage
fromage
sucre
riz
WC
Coq
Ourson
lessive

12 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : publicité , Marques , animauxCréer un quiz sur cet auteur

.. ..