AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.1 /5 (sur 87 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne-Billancourt , le 17/03/1970
Biographie :

Célia Houdart est née le 17 mars 1970 à Boulogne Billancourt. Après des études de lettres et de philosophie et des assistanats à la mise en scène, elle se consacre depuis 1997 à la réalisation de ses propres travaux (théâtre, performances, radio, théâtre musical, installations).
Elle a été lauréate de la Villa Médicis hors-les-murs/AFAA (1999) et de la Fondation Beaumarchais-art lyrique (2004) pour Fréquences, livret d'opéra.

Elle reçoit le Prix Henri de Régnier de l'Académie Française en 2008 pour "Les Merveilles du monde" et le Prix du Festival Livres & Musiques de Deauville 2015 pour "Gil"


On peut retrouver ses projets en cours sur son site:
http://www.celiahoudart.com/hp.php

Source : POL
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Célia Houdart le Scribe
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
Eve-Yeshe   25 mars 2018
Tout un monde lointain de Célia Houdart
De la plage, la villa apparaissait comme un navire blanc mis en cale sèche à flanc de colline. Gréco admira longuement les lignes, les ouvertures, les jalousies de bois, le balcon-coursive qui ressemblait à un bastingage, l’étrange verrière comme une cheminée de paquebot dépassant du toit, l’équilibre du tout. Même abandonnée, un peu délabrée, la villa l’émerveillait encore. P 31
Commenter  J’apprécie          240
Annette55   15 février 2018
Tout un monde lointain de Célia Houdart
" Leurs rires craquaient comme des pommes de pin qu'on écrase .

Les aloès et les lauriers palpitaient doucement dans le crépuscule ....."
Commenter  J’apprécie          200
MarianneL   25 mai 2020
Le Scribe de Célia Houdart
Quand il se rendait à l’Institut Henri-Poincaré, Chandra avait pris l’habitude d’emprunter le quai de Béthune, qui descendait puis remontait en pente douce. De là il pouvait voir les aménagements de Seine et le reflet des péniches aux hublots cernés de cuivre amarrées port de la Tournelle. Sur le quai, le revêtement du parapet était abîmé, raccommodé, reprisé comme un vieux manteau fatigué auquel on avait dû adjoindre des pièces, en l’occurrence des rubans de ciment. Dans les anfractuosités poussaient de minuscules plantes ou des mousses dont s’élevaient des tiges très fines, surmontées de petites graines que Chandra avait envie de toucher. C’était un jardin miniature sur un sol étrange. Une lune fertile. À un endroit, Chandra crut reconnaître ce jour-là des entailles dont les traits, mis bout à bout, formaient comme des grilles ouvertes ou des lettres en majuscule.
Commenter  J’apprécie          00
MarianneL   25 mai 2020
Le Scribe de Célia Houdart
Les yeux du douanier restèrent un moment fixés sur les lignes du passeport qui n’étaient pas écrites en anglais. Il avait pourtant déjà eu, à plusieurs reprises, l’occasion de contrôler l’identité de passagers en provenance de New Delhi, Bombay ou Calcutta. Mais cette fois encore le hindi, sans majuscules, avec ses ligatures et ce trait horizontal supérieur qui liait les caractères entre eux, le fascinait. Il regarda ensuite le jeune homme aux cils foncés qui se tenait immobile devant lui et qui avait, à un mois près, l’âge exact de son fils. Il chercha à retrouver dans les yeux de ce jeune Indien, dans le battement de ses longs cils, au fond de ses pupilles noires dilatées légèrement éblouies par les néons de l’aéroport, quelque chose du rythme de cette écriture et de son histoire.
Commenter  J’apprécie          00
Jeannepe   30 juin 2017
Carrare de Célia Houdart
À la gare de Carrare des blocs de marbre et de granit étaient posés sur des wagons plate-forme le long des voies de triage. D’autres attendaient sur des palettes au bout d’un quai. Ce qui avait d’abord frappé Léa, la première fois qu’elle était venue, c’était la variété des pierres en transit et la forêt de grues. Alentour s’étaient installées des entreprises de découpe et d’import-export qui, depuis le premier choc pétrolier et la chute du marché saoudien, travaillent au ralenti.
Commenter  J’apprécie          70
BandiFuyons   09 septembre 2019
Villa Crimée de Célia Houdart
Je lis dans le numéro 623 de La NRF un entretien avec Jean-Yves Tadié, le spécialiste de l'oeuvre de Marcel Proust, qui cite une phrase de l'auteur d'À la recherche du temps perdu : "Là où la vie emmure, l'intelligence perce une issue".
Commenter  J’apprécie          60
Jeannepe   29 avril 2017
Gil de Célia Houdart
Gil se rapprocha du piano et joua un do. La note se décrocha du silence. Gil tâcha de conserver en lui le son.



Il revint à sa place. Posa les mains sur ses côtes et respira un moment par le ventre.



Il fixa un point sur un mur en face de lui pour se concentrer.



Il inspira. L’air comprimait ses poumons. La sensation était celle qu’il éprouvait lorsqu’il bloquait sa respiration pour chasser un hoquet. Il effectua une première série de vocalises. Il trouva les sons trop volatils ou trop durs.



Gil s’arrêta à un la, très voilé, presque blanc, avec le sentiment qu’il s’agissait pour lui d’un cap infranchissable.
Commenter  J’apprécie          50
Alice_   05 février 2017
Le Patron de Célia Houdart
L'heure où les persiennes restituaient la chaleur du jour était l'heure où les carpes se décidaient à mordre.
Commenter  J’apprécie          60
Fleitour   19 juillet 2015
Gil de Célia Houdart
Lucile , la mère de Gil , suivit tous ses gestes , la moindre expression de son visage , elle était médusée.

Les premières notes que gil chanta produisirent sur elle un choc auquel rien ne l'avait préparée.

La jeune aide soignante , mesurant son trouble la surveillait du coin de l’œil.

Lucile voyait son fils ... l'intimidait et la fascinait, elle aurait pu se lever . mais non .

Ne broncha pas , le spectacle fit simplement venir à ses yeux des larmes qu'elle n'essuya pas .

P226
Commenter  J’apprécie          40
Olivia-A   17 juin 2014
Carrare de Célia Houdart
Après les cinq heures trente qu'avaient duré l'audience, Marian était assise à son bureau, les coudes posés sur un sous-main. elle revoyait les visages, des détails figés: les tics nerveux du préfet, le calme de Marco Ipranossian, ses yeux verts, l'expression inquiète de Me Onofrio, son avocat, lorsqu'il avait cherché un soutien dans le regard de son client.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quizz sur La Parure de Guy de Maupassant

Comment s'appelle la femme dans La Parure

Jane
Claudia
Mathilde
Agathe

10 questions
126 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur