AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.6/5 (sur 62 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Agrégée de lettres classiques, Céline Maltère enseigne et écrit. Si le fantastique et le bizarre font partie de ses inspirations, elle s’appuie aussi sur le réel et puise ses idées dans la culture antique et les mythes, s’intéressant aux rapports entre l’homme et l’animal.
À la Clef d’Argent, elle a publié une trilogie romanesque, Le Cycle de Goth (2016-2020), mettant en scène des reines dans un univers médiéval réinventé ; elle a aussi contribué à la collection LoKhaLe avec Le Cabinet du Diable (2016) et Liviyatan (2021), publié La Déception des fantômes (2018), Les Thanatocrates (2023) et a participé avec des nouvelles à des anthologies (sur les plantes, la Commune et le Farwest).
Ses derniers ouvrages font partie du cycle othilien, ensemble vaste de textes regroupant la trilogie chiroptère, des histoires étranges empreintes de chauves-souris et de châteaux (Les Rhinolophes, Vie de Mancus, 2020-2021, éd. Les Deux Crânes)
Elle écrit des articles pour la revue Littératures & Cie et pour Le Manoir des lettres.
Son dernier roman en date s’appelle La Tour des Dames (éd. Bonneton, 2022).

Lien : https://www.facebook.com/celine.maltere/
Bibliographie complète : https://lemanoirdeslettres.forumactif.com/t8-bibliographie
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Céline Maltère   (33)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Je suis Hubert Lantier, pirate bibliophile, passionné d'histoire et de généalogie. J'ai vécu bien du temps en mer, mais il est un temps où l'on quitte le navire, vous connaissez cette expression...Je passe mes journées dans les livres désormais.
Commenter  J’apprécie          171
Pour lui, le pouvoir revenait aux femmes, plus froides, plus dignes et plus barbares.
Commenter  J’apprécie          100
Une nuit où la lune semblait plus proche de la terre, nous sentîmes, raidis sur nos sièges, que quelque chose se passait. Une émanation silencieuse s’échappait du luisel, une respiration d’outre-tombe qui ne me trompa point. Alors, elle se leva très lentement de sa couche mortuaire et, je vous jure qu’en ce vingtième jour de janvier, je vécus une épiphanie incroyable : cette femme inquiéta mes sommeils. Je savais que les soirs où viendraient me rejoindre les dames du sérail, je me laisserais caresser, et j’imaginerais que ce serait sa main, d’une blancheur éblouissante, qui glisserait sur ma peau. Rien que cette pensée du plaisir à venir m’inspirait des frissons voluptueux. Mon cœur avait ourdi sa chute : il battait à tout rompre dans mes entrailles ! »
Commenter  J’apprécie          70
ses regrets tombaient de son crâne, sur les épaules de son chemisier jaune.
Commenter  J’apprécie          70
La sorcière que j’étais arriva chez le chevalier rouge avec la bête de somme, la chouette et le nourrisson qui braillait. Elle demanda qu’on lui donnât asile pour la nuit car la route l’avait harassée. On voulut qu’elle se présentât: qui était-elle, d’où venait-elle, où allait-elle? Pourquoi avait-elle gravi cette montagne? Elle n’accepta de fournir des explications qu’au seigneur du château. Avec son attirail dont elle refusait de se séparer, on la fit entrer dans une salle où le chevalier dînait: assis, il paraissait plus grand qu’un chevalier debout. Il était long et plat, anguleux et juteux du sang dont il ne se lavait pas. À sa vue, elle fut mal à l’aise… C’était un échalas douteux comme l’était sa demeure: la toiture était trouée de toutes parts; les tapisseries, mangées par la vermine, pendaient prodigieusement aux murs qui s’effritaient; une dalle sur trois, par son absence, risquait de vous faire trébucher…
C’est là que la sorcière revit Helga! Ses jambes faillirent se dérober devant la beauté retrouvée! Mais, aussitôt, le suzerain la pressa de répondre aux questions qui lui avaient été faites: pour ne pas importuner le seigneur, elle avait d’abord demandé à des gens des bourgs alentour de lui donner un lit; ils l’avaient chassée au lance-pierres, tel un corbeau, avaient maudit l’oiseau de mauvais augure; elle venait de Sibérie, avait marché des mois enceinte, et elle avait mis bas non loin de là. Elle se nommait Grischter.
Commenter  J’apprécie          40
Plus près d’elles, je pus voir la verdeur de leur corps qui se tortillait à la lune. Leur peau décomposée s’offrait le luxe hypodermique d’une blancheur d’os.
Commenter  J’apprécie          60
La lune est froide au Mont Parnasse
Où les ventres nus se déchirent.
Le sergent suçote et aspire
Dans la nuit les tendres carcasses.
Commenter  J’apprécie          50
Le phare qui balayait régulièrement mon visage faisait naviguer ma silhouette sur le mur de ma chambre. Il semblait vouloir se mêler à la conversation, comme s'il voulait me retenir en Bretagne.
Serge Gonzales ( A condition que le temps soit clair).
Commenter  J’apprécie          40
Le vent la porta doucement jusqu'à une terre où se dressait un phare. Ce genre de construction l'avait toujours émerveillée ; elle rêvait de s'enfoncer dans l'un des ces drôles d'œsophages.
Céline Maltère (Migdalor)
Commenter  J’apprécie          40
Le phare se dresse, impassible. Tout autour, l'océan gronde. A cet endroit, l'on ne saurait éviter les courants. Les bateaux le connaissent, ce lieu beau et trompeur. On ne l'appelle pas l'enfer pour rien. Lui, il reste là, hiératique. Il est un point de repère, inaltérable. Une mouette le survole en riant.
Geneviève Le Bras (Les pierres noires).
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Céline Maltère (42)Voir plus

Quiz Voir plus

Arnaldur Indridason ou Camilia Läckberg

L’enfant allemand ?

Arnaldur Indridason
Camilia Läckberg

10 questions
66 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..