AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.68 /5 (sur 31 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Romancière, nouvelliste, essayiste, Chantal Portillo est aussi art-thérapeute.

Passionnée par la littérature contemporaine, elle anime ateliers de lecture et rencontres littéraires.

Elle a reçu la mention Attention talent Fnac pour La femme pluie, son troisième roman.

Elle vit dans une maison, à Montreuil, avec son chien, Merlin, et sa chatte, La Louve, tous les deux intimement liés à son écriture.

Source : www.actes-sud-junior.
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
mandarine43   20 février 2012
Journal d'une vieille sournoise et vilaine, en plus... de Chantal Portillo


[ Incipit ]



Dans la cour...



Je suis sournoise et vilaine, en plus d'être vieille. J'habite au fond de la cour, derrière les poubelles. J'ai une fenêtre. A doubles ventaux. De ma fenêtre, je vois la porte d'entrée. Tous les gens qui entrent, je les vois. Et je note. Tout. Sur des calepins à spirales à petits carreaux. Au crayon. Au crayon de papier attaché avec un lacet rouge. Les lacets rouges, ce n'est pas si simple à trouver. Je cherche, je préfère les rouges. Les spirales, c'est mieux pour arracher les pages. Je n'efface pas. Je ne rature pas. Je déchire. Tous ceux qui ne me plaisent pas. Le crayon de papier, ce n'est donc pas pour effacer. C'est pour marquer le temps. Peu à peu, on s'amenuise, on disparaît. Les carnets, c'est parfait pour les poches. D'ailleurs, j'en ai partout, des poches. C'est une obsession. Sans doute parce que j'ai manqué quand j'étais petite. De nourriture. D'affection. Mais aussi de petites choses frivoles et délicieuses : une tartine de pain croustillant revêtue de beurre et saupoudrée de cacao, j'en ai salivé pendant des années, ou posséder une jupe à volants qui tourne avec une poupée aux cheveux d'or lisse dans les bras. On devient une autre avec une jupe qui tourne. Ou bien se frotter à une joue duveteuse poudrée d'iris, des joues de velours odorantes pour petite fille affamée. Le rêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
raynald66   17 septembre 2017
Gandhi : ''Non à la violence'' de Chantal Portillo
La non-violence n'est pas soumission, elle oppose toute la force d'âme

d'un être, d'un peuple, à une volonté de tyran. on sourit, on reste calme,

on ne plie pas. On résiste. La résistance passive est une action.
Commenter  J’apprécie          70
mandarine43   26 février 2012
Journal d'une vieille sournoise et vilaine, en plus... de Chantal Portillo
Alors, je chante ! C'est ma façon de pleurer en-dedans.
Commenter  J’apprécie          80
mandarine43   24 février 2012
Journal d'une vieille sournoise et vilaine, en plus... de Chantal Portillo
J'ai résisté au couple en tout genre, à la maternité, à l'exclusivité. J'ai choisi. Ils m'ont aimée et je leur ai bien rendu quoiqu'ils en pensent. Je ne pouvais pas être à un seul. Donner la vie. Je ne voulais pas perpétuer mon nom, ma chair. Je voulais être libre de vivre. De mourir. Quand je le voulais. Comme je le voulais.
Commenter  J’apprécie          40
lesagentslitt   28 mars 2011
Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe de Chantal Portillo
Glisse glisse la nuit sur la jupe de cuit bleu si courte et si étroite qu’elle oblige Bleuet à marcher à tout petits pas. Ses talons frappent le sol sans qu’elle y mettre aucun effet de hanches. Simplement ils frappent et martèlent le bitume comme le font les femmes depuis la nuit des temps. Et le jeu de ses jambes découvertes quelle que soit la saison incite les regards des hommes qui s’arriment à ses pas.
Commenter  J’apprécie          20
Madimado   23 mars 2016
Tsigane Oiseau de Chantal Portillo
C'est compliqué, c'est difficile de donner. Je suis capable de soigner une plaie, d'être patient, de laisser respirer. Mais donner ? Donner c'est aimer et aimer c'est ne pas attendre en retour, c'est accueillir, laisser vivre.

Mais suis-je capable d'aimer ?
Commenter  J’apprécie          20
lesagentslitt   28 mars 2011
Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe de Chantal Portillo
Et la mère parlait, parlait des martyrs, des résistants, du souvenir. Bleuet ne disait rien. Ne lui avait jamais rien dit. Elle était muette depuis sa naissance, comme si, déjà, dans le ventre maternel, elle avait compris que sa mère avait une telle souffrance en elle qu’il n’y avait pas de place pour autre chose. Elle s’était recroquevillée en prenant le moins de place possible. Tellement recroquevillée qu’aucune parole ne pouvait respirer, encore moins se dire.
Commenter  J’apprécie          10
raynald66   17 septembre 2017
Gandhi : ''Non à la violence'' de Chantal Portillo
Que le système des castes en Inde était injuste. Je ne l'ai jamais oublié, comme je n'ai jamais oublié Uka, mon ami. Il est un enfant de Dieu tout comme moi.
Commenter  J’apprécie          20
raynald66   17 septembre 2017
Gandhi : ''Non à la violence'' de Chantal Portillo
Une terre de bonté. L'Inde est un grand corps fertile semé de tant de langues,

de tant d'ethnies, de tant de religions... aussi riches et diverses que les chemins que nous trouvons pour parvenir à l'essentiel. Mais comment les faire cohabiter, se respecter ?
Commenter  J’apprécie          10
BruC   17 mars 2020
Tsigane Oiseau de Chantal Portillo
Le monde des coqs c’est le monde des mecs, et c’est un monde de vrai. Le vrai monde. Tu dois accepter que tu vas faire mourir un coq que t’aimes et que t’aimes si fort, parce que c’est comme ça la vie, y’a toujours un gagnant et un perdant. Et qu’on ne peut pas faire autrement que de vouloir être le plus fort. C’est l’épreuve du sang qui fait devenir un homme.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Allemand ou Autrichien ?

L'écrivain Thomas Mann (1875-1955) était-il Autrichien ?

Oui
Non

15 questions
8 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..