AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.55 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 13/03/1820
Mort(e) à : Châtelguyon , le 25/07/1874
Biographie :

Charles Asselineau (13 mars 1820 à Paris – 25 juillet 1874 à Châtelguyon) est un homme de lettres, écrivain et critique d’art. Il fait ses études au collège Bourbon (actuel lycée Condorcet). Il est alors condisciple de Félix Tournachon (Nadar), avec lequel il se lie. Comme ce dernier, il commence des études de médecine. Cependant, assez rapidement, il se tourne vers la littérature. Il collabore à différentes revues littéraires et artistiques, comme Le Courrier artistique – travaillera pour la bibliothèque Mazarine, et écrira différents ouvrages : un recueil de nouvelles La double vie (1858), L’enfer du bibliophile (1860), Mélanges tirés d’une petite bibliothèque romantique (1866), L'Italie et Constantinople (1869), André Boulle, ébéniste de Louis XIV (1872), Bibliographie romantique (1872), etc.

En 1845, il rencontre Baudelaire, dont il deviendra un ami fidèle. Ainsi, il le soutiendra lors de la parution en 1857 des Fleurs du mal, ouvrage dont il publiera avec Banville en 1868 une 3e édition. En 1869, il écrit la première biographie de Baudelaire : Charles Baudelaire, sa vie et son œuvre.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LydiaB   01 octobre 2013
Notice sur Jean de Schelandre, poète verdunois (1585-1635) de Charles Asselineau
Contre Malherbe :



J’aime Du Bartas et Ronsard ;

Toute censure m’est suspecte,

Quelque raison que l’on m’objecte,

De celui qui fait bande à part.



C’est fort bien d’enrichir son art,

Pourvu que trop on ne l’affecte ;

Mais d’en dresser nouvelle secte,

Notre siècle est venu trop tard.



Ô censeurs des mots et des rimes,

Souvent vos ponces et vos limes

Ôtent le beau pour le joli !



En soldat j’en parle et j’en use.

Le bon ressort, non le poli,

Fait le bon rouet d’arquebuse.
Commenter  J’apprécie          223
fanfanouche24   15 août 2016
Le Paradis des gens de lettres de Charles Asselineau
Vous êtes la voix éloquente de nos douleurs et de nos joies, de nos regrets et de nos désirs. Vous êtes le Savoir, la Poésie et le Bonheur. (...)

Et émerveillé de ce que j'entendais, j'interrogeai le divin Guide, et je lui dis:

-Qui êtes -vous ? Et qui sont ces hommes que la foule célèbre avec tant de respect et tant d'amour?

Et il me répondit:

-CE SONT DES GENS DE LETTRES. (p.14)
Commenter  J’apprécie          140
kuroineko   04 janvier 2019
L'Enfer du bibliophile suivi du Paradis des Gens de Lettres de Charles Asselineau
Aussi l'amateur des quais est-il nécessairement un littérateur qui connaît son avenir. Riez tant que vous voudrez en lui voyant acheter des babioles dont vous ne voudriez pas pour rien, il se console en disant en lui-même : dans dix ans, dans vingt ans, tu viendras me les demander à genoux; tu ne les auras pas!



L'Enfer du bibliophile
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24   01 octobre 2013
L'enfer du bibliophile de Charles Asselineau
C'est sur les quais que se forment les collections impossibles, que se ramassent les riens qui vaudront de l'or. Aussi, s'il ne faut à l'amateur ordinaire que de l'argent et du goût (et encore chez plus d'un d'entre eux le premier supplée le second), il faut à l'amateur des quais, généralement pauvre et sans crédit, outre une patience de fourmi, le génie d'un inventeur. (p.16)
Commenter  J’apprécie          20
kuroineko   04 janvier 2019
L'Enfer du bibliophile suivi du Paradis des Gens de Lettres de Charles Asselineau
C'est sur les quais que se forment les collections impossibles, que se ramassent les riens qui vaudront de l'or.



L'Enfer du bibliophile
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur