AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 148 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Mons , le 5-10-1919
Mort(e) à : Rhode-Saint-Genèse , le 21-10-2002
Biographie :

Charles Bertin, écrivain, poète, dramaturge, essayiste, neuveu de Charles Plisnier est né à Mons le 5 octobre 1919.
Il est décédé à Rhode-Saint-Genèse le 21 octobre 2002.
Etudes secondaires gréco-latines à l’Athénée de Mons.
Etudes de Droit et de Sciences politiques à l’Université Libre de Bruxelles.
Docteur en Droit, avocat au Barreau de Mons de 1942 à 1947.
Chef de cabinet adjoint au Ministère de Travail et de la Prévoyance Sociale dans le cabinet présidé par Paul-Henri Spaak.
Poursuit ensuite une carrière administrative.
Ce travailleur infatigable laisse une adaptation de "L'oiseau vert" de Carlo Guzzi (1963) ainsi que des traductions nouvelles de Shakespeare. Comme romancier on lui doit "Le bel âge" (1964) prix Rossel et Grand prix de la littérature française et "Journal d'un crime" (réédité en 1983). Les sentiments qui traversent tout l'oeuvre de Bertin : la tragique et irrémédiable solitude de tout être humain et la quête désespérée du bonheur individuel. Charles Bertin était membre de l'Académie de Langue et de Littérature françaises de Belgique
+ Voir plus
Source : http://www.charlesbertin.be/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Charles Bertin


Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
araucaria   22 juin 2014
La Petite Dame en son jardin de Bruges de Charles Bertin
Ma grand-mère ne possédait aucune culture littéraire. Soumise dès la naissance aux lois d'un milieu social qui considérait la lecture comme un luxe interdit aux femmes, mariée très jeune à un homme qui ne s'intéressait qu'à sa profession, bientôt chargée d'enfants, elle avait passé sa vie à sécher sur pied dans une grande faim d'évasion mentale entre les tyrannies de la marmaille et les urgences du pot-au-feu, pour se retrouver, la soixantaine venue, avec une voracité intacte, des loisirs inattendus, et tout aussi ignorante qu'à vingt ans.
Commenter  J’apprécie          280
Piatka   05 août 2015
La Petite Dame en son jardin de Bruges de Charles Bertin
On vous a reproché de prendre vos illusions pour des réalités, mais c'est à force de faire une réalité de votre désir que vous m'avez enseigné la poésie.
Commenter  J’apprécie          280
sylvaine   17 juillet 2012
La Petite Dame en son jardin de Bruges de Charles Bertin
on vous a reproché de prendre vos illusions pour des réalités, mais c'est à force de faire une réalité de votre désir que vous m'avez enseigné la poésie
Commenter  J’apprécie          250
jeunejane   14 juillet 2017
La Petite Dame en son jardin de Bruges de Charles Bertin
Enfin, elle commençait à parler. D'une voix assez basse d'abord, comme si elle avait à forcer quelque interdit de sa nature pour se désenliser du silence.

Commenter  J’apprécie          240
diablotin0   17 décembre 2017
La Petite Dame en son jardin de Bruges de Charles Bertin
On vous a reproché de prendre vos illusions pour des réalités, mais c'est à force de faire une réalité de votre désir que vous m'avez enseigné la poésie.
Commenter  J’apprécie          220
fanfanouche24   03 juin 2020
La Petite Dame en son jardin de Bruges de Charles Bertin
(...) Bruges était pour moi une ville bien vivante. Mélancolique, mais vivante: les morts ne sont pas tristes. J'aurais été incapable d'entamer une discussion sur le sujet, mais ce que j'admirais d'instinct, c'est la dignité rêveuse avec laquelle la cité assumait la déchéance dont la sévérité de l'Histoire l'avait frappée. (p. 63)
Commenter  J’apprécie          204
fanfanouche24   11 septembre 2015
L'art et les hommes de Charles Bertin
Ce que je ne savais pas encore en lisant pour la première fois les pages dorées d'Elie Faure, c'est que ce philosophe à la culture vertigineuse, cet historien qui dominait l'aventure des races et des peuples, ce poète qui jonglait avec l'art de tous les pays et de tous les temps et traitait les civilisations comme des phénomènes lyriques de la France, n'était pas un esthète filant ses longs loisirs dans quelque gentilhommière de province, mais un petit médecin de quartier parisien, sans fortune, accablé de mille devoirs épuisants, qui ne trouvait pas facilement éditeur, et qui, quand il rendait visite à un malade, s'arrêtait parfois dans l'escalier pour prendre des notes sur ses manchettes. (p. 122)
Commenter  J’apprécie          190
latina   01 avril 2019
La Petite Dame en son jardin de Bruges de Charles Bertin
Celui qui prend la peine de gagner des quartiers moins fréquentés, à l'heure où le silence n'est plus troublé que par la rumeur lointaine de la cité et le tintement de quelque cloche dans une église de faubourg, aura peut-être la chance d'accueillir, au long d'un quai bordé par des eaux mortes ou sur le seuil d'une place où sommeillent quelques maisons sans âge, le souvenir poignant des anciens jours: c'est comme une bouffée de musique ténue, un concert de brume aux flambeaux qui affleure à la surface du passé, la vocalise d'une vie antérieure de bonheur insoucieux à peine modulée sur l'écran de la mémoire.
Commenter  J’apprécie          190
majero   14 janvier 2019
La Petite Dame en son jardin de Bruges de Charles Bertin
C’est ainsi que le nom de Bruges a conservé dans mon esprit une connotation festive si intense qu’aujourd’hui encore je ne puis l’entendre prononcer sans un frisson de bonheur, comme si, par-dessus un gouffre de soixante-dix années, il avait le pouvoir de rendre la vie à cet univers de poésie et de liberté auquel le visage de ma grand-mère est si ardemment associé. Depuis ma petite enfance, je lui ai toujours attribué une dignité particulière dans l’aristocratie des mots qui, au-delà de l’étroite signification que leur prête le consentement général, enrichissent le tissu sensoriel du langage de tout un trésor de saveurs, de couleurs et de parfums : la seule magie de sa consonance suscite en moi le sentiment d’une complicité exultante entre l’idée de ville et celle de volupté, de velours et de vacances.
Commenter  J’apprécie          181
andreas50   25 janvier 2019
Journal d'un crime de Charles Bertin
« Mourir est une affaire comme une autre. Elle n'est point si grande que chacun ne la réussisse. »
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Titres gruyère (1)

" Les Hauts de ...... " d' Émily Brontë

Manderley
Hurle-Vent
Tara

18 questions
225 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , titres , motsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..