AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.05 /5 (sur 31 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Varsovie , le 08/04/1929
Mort(e) le : 29/9/2014
Biographie :

Charles Dobzynski est un écrivain et poète français.

Il naît en Pologne, mais sa famille émigre en France lorsqu'il est à peine âgé d'un an.

Il publie son premier poème en 1944 dans un journal de jeunes issu de la Résistance, Jeune Combat. Fin 1949, Paul Éluard présente les premiers poèmes de Charles Dobzynski dans Les Lettres françaises. Sur proposition d’Aragon il entre à la rédaction du quotidien Ce soir.

Il a été un chroniqueur notable aux Lettres françaises et ses contributions à Action poétique sont importantes. Il collabore à de nombreuses autres revues et traduit Rainer Maria Rilke.

Par ailleurs, il appartient à l'équipe de direction de la revue Europe dès le début des années 1970, aux côtés de Pierre Abraham et de Pierre Gamarra, puis il en devient le directeur de publication.

La bourse Goncourt de poésie a été attribuée à Charles Dobzynski en 2005 pour l'ensemble de son œuvre. Il est Chevalier des Arts et Lettres, membre de l'Académie Mallarmé et président du jury du prix Guillaume Apollinaire.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Charles Dobzynski : ses conseils aux auteurs de poésie .
L'écrivain et poète Charles Dobzynski a bien connu Paul Eluard, Elsa Triolet ou encore Louis Aragon. Lauréat du prix Goncourt de la poésie en 2005, Charles Dobzynski donne des conseils aux auteurs de poésie.
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (178) Voir plus Ajouter une citation
Charles Dobzynski
sagesse66   03 avril 2020
Charles Dobzynski
La tomate



Trop timide, la tomate

Devient écarlate

Quand on lui dit qu'elle est belle

Un rien l'épate.



Elle se dresse sur ses pattes

Pour imiter les hirondelles

Elle rêve d'avoir des ailes,

S'arrondit, se gratte,

Se gonfle d'eau, se dilate,

Mais a chaque fois ça rate :

Aucune plume ne pousse

A son épaule tendre et douce.



La tomate échec et mat

Se résigne, s'acclimate,

Mais sous son air ombrageux,

Puisque le ciel est paradis perdu

Elle mijote son jus d'aromates,

Un songe rouge et nuageux.



(Extrait de Qu’est-ce qui mijote dans ma marmite à mots)
Commenter  J’apprécie          4910
Charles Dobzynski
Piatka   04 août 2014
Charles Dobzynski
La poésie, c'est toujours l'inattendu.
Commenter  J’apprécie          350
Lali   03 mars 2013
Anthologie de la poésie yiddish : Le miroir d'un peuple de Charles Dobzynski
Cherche l’amour



Cherche l’amour, mais n’en demande point mesure,

de lui n’exige point exactitude et loi.

La vague vient portant une averse d’écume

Elle te lave avec les astres et l’azur.



Cherche l’amour, mais ne rappelle point son nom

Au port dans le tumulte des navires,

Se gonflent les courants, flammes et tourbillons,

Mais dans les profondeurs les perles se retirent.



Cherche l’amour à la margelle des étoiles,

Au loin, là-bas où se nouent tant de voiles,

Où la mer sur le ciel déverse tout son sable

Et le tamise avec le tamis de la lune.



Cherche l'amour, mais ne l’attache point à l'ancre,

Prends à la mer un seul instant de bleu lustral

Et quand s'enfuit la vague — alors remercie-la

Et que la suive ton regard : deux calmes voiles.



Arie Shamri (1907-1978)
Commenter  J’apprécie          180
patrick75   03 juin 2015
Anthologie de la poésie yiddish : Le miroir d'un peuple de Charles Dobzynski
ULTIME BILAN



Au moment où j'établis

L'ultime bilan,

Comptant et mesurant

Comme sur un échiquier le mouvement

De mon parcours sur les sentiers

Depuis le berceau jusqu'à l'instant présent,

Il me semble

Qu'à moi même

Je fus et suis restée aveugle,

J'ai cherché chez les autres les failles.

Je n'ai jamais assez

Aimé. Loué. Accordé ma confiance.

Entre le oui et le non

Je n'ai su construire aucun pont.

J'ai trop haï plutôt que de comprendre,

Et trop souvent je me suis tue

Lorsqu'il fallait jeter la pierre.

J'ai cru que chaque jour était un fruit

Succulent et mûr

La nuit une forteresse

Et le rêve un toit.

Je n'ai pas su

Que la vie - dur métier,

Il te faut en faire l'épreuve

Et l'exercer.



Dora Teitelboïm
Commenter  J’apprécie          170
coco4649   07 août 2020
Anthologie de la poésie yiddish : Le miroir d'un peuple de Charles Dobzynski
Prière à soi-même







Extrait 1



À moi-même ainsi qu’à un étranger je colle mon oreille,

Et mes yeux débordants de visions chantantes,

Je me ramifie dans tes profondeurs comme les veines dans

  le marbre :

Par qui tous tes secrets furent-ils ensevelis ?

Pour qui la musique de tes secrets non révélés ?

Musique de mains et de lèvres. Sons-symboles dans les ténèbres.

Musique de pluie, d’arc-en-ciel. Plus loin, plus loin, plus loin...



Tu es ruche que le feu cerne et je ne puis m’en approcher.

Tu me nourris du bruit brisé de tes abeilles.

Parfois une abeille s’égare, elle vole vers le désert,

Cherche une brindille de chair et la beauté la rend aveugle,

Une autre voudrait embrasser la fleur venimeuse et mourir.







//Avrom Sutzkever (1913 – 2010)



/Traduit du yiddish par Charles Dobzynski,
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   07 août 2020
Anthologie de la poésie yiddish : Le miroir d'un peuple de Charles Dobzynski
Prière à soi-même







Extrait 2



J’écoute et je vois, tous les sons-symboles me sont des aiguilles

Pour recoudre les plaies sur les muscles blancs du papier.

Mais tout cela que j’ai chanté jusqu’à présent me semble pauvre

Comparé aux trésors qu’en moi tu as éparpillés.

Et chaque son est un écho du mystère des profondeurs,

La ruche s’éloigne et se voile encore plus à chaque pas.



Le temps est fait de cire bleue. Elle va fondre goutte à goutte,

Ô silence déshabillé du temps ! Voici que les abeilles

Reviennent déjà de leur long voyage ensoleillé.

Une fois au moins laisse-moi rentrer en moi-même ainsi que

  le sang dans le sang.

J’attends le coup de dard de leur reine sauvage.





//Avrom Sutzkever (1913 – 2010)



/Traduit du yiddish par Charles Dobzynski,
Commenter  J’apprécie          00
Lali   05 mars 2013
Anthologie de la poésie yiddish : Le miroir d'un peuple de Charles Dobzynski
Je t’ai cherché



Je t’ai cherché, mon bien-aimé, dans tous les espaces secrets,

Dans la forêt de laine blanche des nuages

Suspendus au matin tels les fruits bleus du gel.

Là le vent est un Dieu sur la fin de notre âge,

Il joue avec des astres morts et des naines de neige.

Là le vent boréal accroche ses cloches d’argent

Parmi d’aveugles ouragans, et son souffle secoue

Les bivouacs de la nuit, disperse à l’aube les étoiles.

Là, sur tous les chemins du temps, les convois infinis et bleus

Où dansent des spectres de feu transpercés d’éclats du soleil,

Là où scintillent les photons nouveau-nés, là

Où rougeoient les cœurs mystérieux des Céphéides,

J’ai cherché ta trace, partout, et j’avais les yeux de la foudre,

Du tonnerre j’avais la voix, t’appelant durant tant d’années,

Je chantais ton nom dans la nuit comme jadis les troubadours,

J’étais folle de nostalgie et j’étais malade d’amour.



Dora Teitelboïm (1914-1992)
Commenter  J’apprécie          150
coco4649   21 novembre 2019
Anthologie de la poésie yiddish : Le miroir d'un peuple de Charles Dobzynski
La vie a noué sa cravate…





La vie a noué sa cravate,

s’est aspergée d’eau de Cologne

et s’en est allée au théâtre.



Elle a chaussé ses lunettes

– la vie est un peu myope –

et s’est mise à observer la scène.



Au premier acte, sur le plateau,

c’était une fête exceptionnelle,

une fête comme elle n’en avait jamais vu.

Des amoureux apparaissaient

qui parlaient un langage tel que la vie, depuis qu’elle vit,

n’en avait jamais entendu.



Dieu, la vie ouït-elle jamais de pareils propos !

Au deuxième et au troisième acte survinrent des malheurs

si originaux que la vie dut ôter ses lunettes pour les essuyer.



Jamais, en nul lieu, en nul temps,

la vie n’avait vu des gens se comporter de cette façon.

Le rideau est tombé sur le dernier acte

et la vie a applaudi, crié bravo.



Quand la vie a quitté la représentation, il était déjà tard.

Elle a comparé ce qu’elle avait vu au théâtre

et en a conclu que la vie ne sait pas du tout vivre.

Qu’il lui faudrait, de temps à autre, faire un saut au théâtre

pour apprendre comment les gens se comportent,

afin de savoir quoi faire en des circonstances analogues.



Et, depuis lors, la vie va régulièrement au théâtre,

et la vie devient chaque jour plus intéressante,

meilleure, plus raffinée, plus dramatique.





//Moshe Nadir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
coco4649   19 novembre 2019
Anthologie de la poésie yiddish : Le miroir d'un peuple de Charles Dobzynski
TOUS LES DEUX





Moi et la mouche – tous les deux

Notre tête cogne aux fenêtres

Moi et – la mouche.



Moi et le lion – tous les deux

Nous hurlons à travers les grilles

Moi et – le lion.



Moi et le monde – tous les deux

Nous nous étreignons par les yeux

Moi et – le monde.





//Moshe Nadir
Commenter  J’apprécie          140
Lali   25 février 2013
Anthologie de la poésie yiddish : Le miroir d'un peuple de Charles Dobzynski
Ton appel



Je ne sais pas si j’ai vécu. Je ne sais pas

Si je vis. Je regarde le ciel

Et ne reconnais pas le monde.



Mon corps s’en va vers la nuit,

L’amour, les fleurs des images

D’un sens à l’autre sens m’appellent.



Ne laisse pas ma main privée de bougie

Quand ma chambre s’obscurcira.

Comment dans la blancheur verrai-je ton éclat?



Ton appel comment l’entendrai-je

Quand je resterai seul sur min lit

Quand mon corps connaîtra le silence et le froid?



Marc Chagall (1887-1985)
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Merveilles à dire ou à chanter !

En sortant de l’école / nous avons rencontré / un grand chemin de fer / qui nous a emmenés / tout autour de la terre / dans un wagon doré… est un poème de Jacques Prévert qui a été chanté par :

Charles Trenet et les frères Jacques
Mireille et Jean Nohain
Yves Montand et Renan Luce
Gilbert Bécaud et Alain Souchon

10 questions
35 lecteurs ont répondu
Thèmes : poèmes , chanson , musiques et chansonsCréer un quiz sur cet auteur