AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.71 /5 (sur 34 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Martigues (Bouches-du-Rhône) , le 20/04/1868
Mort(e) à : Saint-Symphorien-lès-Tours, (Indre-et-Loire) , le 16/11/1952
Biographie :

Charles-Marie-Photius Maurras est un journaliste, essayiste, homme politique et poète français, théoricien du nationalisme intégral.

Écrivain provençal appartenant au Félibrige, et agnostique paganisant dans sa jeunesse, il se rapproche ensuite des catholiques et dirige le journal L'Action française, fer de lance du mouvement Action française, autour de Léon Daudet, Jacques Bainville, et Maurice Pujo.

Nationaliste et contre-révolutionnaire, l'Action française prône alors une monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée, mais également un antisémitisme d'État et devient le principal mouvement intellectuel et politique d'extrême droite sous la Troisième république.

Il eut une grande influence sur une partie de la jeunesse, celle qui se groupa dans le mouvement des Camelots du roi.

Maurras est élu à l’Académie française le 9 juin 1938.

Maurras soutient le régime de Vichy, ce qui lui vaudra d'être condamné pour intelligence avec l'ennemi à la réclusion criminelle à perpétuité et à la dégradation nationale, le 28 janvier 1945. Il fut interné à Riom, puis à Clairvaux.

De cette dernière condamnation découle son exclusion automatique de l'Académie française.

En 1952, sa santé déclinante le fit admettre à la clinique de Saint-Symphorien-lès-Tours, où il devait s’éteindre. Il a été gracié en 1952 quelques mois avant sa mort.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Histoire de l'Action Française

Podcasts (1)


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Charles Maurras
tynn   15 juin 2017
Charles Maurras
Ni aujourd'hui ni jamais, la richesse ne suffit à classer un homme, mais aujourd'hui plus que jamais la pauvreté déclasse.
Commenter  J’apprécie          130
Charles Maurras
hotaru   11 avril 2013
Charles Maurras
La neutralité est un mensonge. Il n'y a point d'Etat, sans doctrine d'Etat.
Commenter  J’apprécie          90
Mero   13 février 2018
Enquête sur la monarchie de Charles Maurras
Ces institutions « meurtrières », comme les a précisément nommées M. Paul Bourget, travaillent depuis cent ans à affaiblir, faute de pouvoir les détruire complètement, la famille, l'association, la commune, la province

et, en bref, tout ce qui seconde et fortifie l'individu, tout ce qui n'enferme pas le citoyen dans son maigre statut personnel. Chacune des faiblesses de la France moderne coule de ces institutions comme de sa source première. De là vient l'importance de l'Etat juif au milieu de nous.
Commenter  J’apprécie          60
Mero   13 février 2018
Enquête sur la monarchie de Charles Maurras
Quand une République tend aux formes démocratiques, elle passe d'un régime de production régulière et coordonnée à un régime de pure consommation. C'est le pillage et le partage des ressources morales et physiques de l'Etat. Les intérêts particuliers se font les destructeurs de l'intérêt général; parasites, ils en vivent, ils ne peuvent plus le servir : une divergence funeste, toujours accrue, éclate entre les citoyens, qui sont

voués dès lors à la tyrannie des factions (souvent représentées par un nom d'homme), puis, à la conquête étrangère précédée ou suivie d'un épuisement général.
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLET   03 février 2012
La bonne mort de Charles Maurras
"Le suicide au scapulaire" permet d'associer la mort libératrice avec la beauté et la morale. "Ah ! Mourir, mon Seigneur, en Vous ! Mourir vêtu du scapulaire... Pur, en vêtements blancs comme un ange de Pâques... La corde au cou (cordelette du scapulaire), Octave est monté sur le parapet. Il prépare le petit geste qui va suffire à le tirer de l'inquiétude... Il resserre le noeud qu'il a formé lui-même autour de sa gorge, s'élance du balcon de pierre et fait comme il a résolu... son corps fluet se balance dans la lumière..."
Commenter  J’apprécie          40
Mero   11 février 2018
Enquête sur la monarchie de Charles Maurras
Un président de la République, ce n'est rien. Un dictateur, c'est trop. Ou plutôt, ce n'est pas assez, car le dictateur, c'est lui-même et non pas la France. Pour personnifier la Patrie, toute la Patrie, il nous faut un Roi.
Commenter  J’apprécie          41
Mero   13 février 2018
Enquête sur la monarchie de Charles Maurras
Un écrivain espagnol, qui n'est cependant point des nôtres, me disait dernièrement : « Comme Paris est changé ! Je ne retrouve plus son luxe, son élégance, sa joie d'autrefois ! » C'est la vérité. On ne reconnaît plus Paris, on ne reconnaît plus les villes de France. La République qui n'a le temps que d'élever ses palais de carton-pâte, s'attaque avec rage à tout ce qui est noble et durable, à tout ce qui rappelle la splendeur de notre passé, aux châteaux, aux jardins des rois. Elle en est si humiliée I
Commenter  J’apprécie          30
Taraxacum   11 mars 2020
Les Amants de Venise : George Sand et Musset de Charles Maurras
On doute qu'il y ait en politique une justice. Il n'y en a pas en amour. Dans l'ordre délicat des choses du coeur et des sens, c'était cet amoureux injuste, infidèle et violent qui avait raison. Quel que fût le contraste de sa passion et de sa conduite, de ses exigences et de ses faiblesses, il croyait aimer et il était seul à pouvoir aimer sans une autre raison étrangère à l'amour. George avait beau garder le foyer comme une Lucrèce, cent fois l'heure elle le quittait au profit des gens et des choses.
Commenter  J’apprécie          20
Mero   10 février 2018
Enquête sur la monarchie de Charles Maurras
Il n'y a rien de plus coûteux que le gouvernement de la Démocratie. Il n'y a rien qui mette en mouvement un plus grand nombre d'individus animés de plus de cupidités sournoises en des conditions d'anonymat et d'irresponsabilité plus favorables. Toutes les fois que la démocratie française a coulé à pleins bords, elle a jeté l'argent par la fenêtre.
Commenter  J’apprécie          20
Charles Maurras
PierredeLaCoste   04 août 2013
Charles Maurras
Le petit poussin brise sa coquille et se met à courir.



Peu de choses lui manque pour crier : “ Je suis libre ... ” Mais le petit homme ?



Au petit homme, il manque tout. Bien avant de courir, il a besoin d’être tiré de sa mère, lavé, couvert, nourri. Avant que d’être instruit des premiers pas, des premiers mots, il doit être gardé de risques mortels. Le peu qu’il a d’instinct est impuissant à lui procurer les soins nécessaires, il faut qu’il les reçoive, tout ordonnés, d’autrui.



Il est né. Sa volonté n’est pas née, ni son action proprement dite. Il n’a pas dit Je ni Moi , et il en est fort loin, qu’un cercle de rapides actions prévenantes s’est dessiné autours de lui. Le petit homme presque inerte, qui périrait s’il affrontait la nature brute, est reçu dans l’enceinte d’une autre nature empressée, clémente et humaine : il ne vit que parce qu’il en est le petit citoyen.

Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..