AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Bromley (Kent , le 22/01/1894
Mort(e) à : Londres , le 6/02/1958
Biographie :

Charles Morgan est un écrivain britannique né le 22 janvier 1894 à Bromley (Kent), décédé le 6 février 1958 à Londres, auteur de romans, d'essais, de poèmes et de pièces de théâtre.
Cadet de la Marine à 12 ans, il navigue jusqu'en 1913, puis démissionne pour préparer l'examen d'entrée à l'université d'Oxford. En 1914, lors de la déclaration de guerre, il s'engage, est fait prisonnier, interné en Hollande et libéré en 1917. De ces expériences, il tirera les éléments du célèbre roman Fontaine, paru en 1932.
Après ses études à Oxford (1919-1921), il collabore à la critique littéraire et dramatique du Times. Quand éclate la IIe Guerre mondiale en 1939, il reprend du service dans l'Amirauté. Ce grand ami de notre pays (où il jouit d'une haute estime) publie en 1942 un hommage à la Résistance
L'Ode à la France.
Comme dans Fontaine et Portrait dans un miroir (Prix Fémina - Vie Heureuse 1929), le néo-platonisme de Charles Morgan s'affirme dans Sparkenbroke (1936), Le Voyage (1940), et aussi dans ses œuvres dramatiques : Le fleuve étincelant (1938,), The River Line (1952), qui ont connu un vif succès.
Charles Morgan a publié également un certain nombre d'essais remarqués.
Il a reçu le Hawthornden Prize en 1932 pour Fontaine et le James Tait Black Memorial Prize en 1940 pour son roman The Voyage.

+ Voir plus
Source : Wikipedia et Le livre de poche
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Charles Morgan
Kittiwake   18 mars 2014
Charles Morgan
Le plus bel hommage que nous puissions rendre à un auteur n'est pas de rester attachés à la lecture de ses pages, mais plutôt de cesser inconsciemment de lire, de reposer le livre, de le méditer et de voir au-deLà de ses intentions avec des yeux neuf
Commenter  J’apprécie          380
stcyr04   08 janvier 2013
Sparkenbroke de Charles Morgan
Sous le choc d’une œuvre d’art, nous passons par une sorte de conversion. Notre raideur fond, notre cours reprend; nous avons la sensation, plus qu’à aucun autre moment, d’une prolongation en nous, comme si on nous donnait des yeux pour contempler le fleuve en amont et en aval, bien au delà de cette petite fraction qui est notre part de vie en ce monde.
Commenter  J’apprécie          130
FabienneCarpentier   21 février 2016
Sparkenbroke de Charles Morgan
Qui se lamente ? Un imbécile aux yeux mortels

Ose pleurer Sparkenbroke ?

Pleure sur ton propre exil, non sur ma vie.

Avec la Terre pour mère, le Sommeil pour femme,

Ici dans la matrice l'hiver est printanier.

Qui s'attarde ? Un Imbécile. Qui frappe ? Un Roi.
Commenter  J’apprécie          120
stcyr04   14 janvier 2013
Sparkenbroke de Charles Morgan
Oublier c’est tuer, se souvenir c’est recréer; et l’art de la vie consiste à s’accorder avec ses changements, en sorte qu’une perte , tout en restant une perte, n’est pas un corps en décomposition enfoui dans la terre, ou attaché à l’être captif, mais un principe permanent qui inspire l’homme libéré;
Commenter  J’apprécie          100
stcyr04   13 janvier 2013
Sparkenbroke de Charles Morgan
Ils arrivaient au pied du remblai intérieur des remparts. Un banc se trouvait placé en retrait du chemin qui descend la côte, en face de deux petits lions de marbre, fragments d’un escalier démoli. Une patine lustrée de vieil ivoire éclairait leurs flancs et les rainures de leurs crinières; Sparkenbrooke en observa les lueurs gaufrées, en songeant que les choses inanimées sont les miroirs de la vie du spectateur : elles changent sans cesse, comme lui; à chaque rencontre elles paraissent nouvelles, sinon c’est le spectateur qui reste inerte. Ces lions semblables à des jouets, sont transformés parce que Mary est ici, se dit-il. Jamais jusque là je ne leur ai trouvé de personnalité, et à partir d’aujourd’hui ils ne cesseront d’en avoir; ce sont des compagnons qui écoutent, éveillés par elle, et qui savent qu’un jour, je passerai ici et me dirai : c’est à cet endroit que nous étions assis, elle et moi.

Commenter  J’apprécie          60
stcyr04   14 janvier 2013
Sparkenbroke de Charles Morgan
Il ne faut s’accrocher à aucune chose à cause de sa valeur propre, car sa valeur définitive n’est atteinte que par son abandon. La perte des choses passées ne saurait exister : ou bien elles ont atteint leur degré de perfection et ne doivent pas être pleurées, ou bien elles sont incomplètes et la nature les rejette
Commenter  J’apprécie          70
gorjuss   30 décembre 2013
Fontaine de Charles Morgan
Arriver par un chemin quelconque à un état d'âme

en dehors duquel rien n'existe

est le but de chaque homme.

Il s'accroche à la moindre promesse qui semble l'en approcher ;

ses joies, ses amours sur terre, son art ou sa philosophie

n'ont de valeur qu'en proportion de la force de cette promesse.



S'il perd le monde par amour, c'est qu'au fond du cœur il désire le perdre,

s'en détacher et s'armer contre lui de la force de son extase.



Il perçoit le mouvement des choses,

le flux et le reflux des connaissances et il aspire,

ne fût-ce que pour un instant, à être semblable aux dieux,

invulnérable, tranquille.
Commenter  J’apprécie          40
Charles Morgan
cecile29   17 février 2014
Charles Morgan
« Il me semble qu'on résout le problème de la vie, quand on a découvert ce qui doit prendre le premier rang. »

Commenter  J’apprécie          51
Zephirine   30 août 2020
Portrait dans un miroir de Charles Morgan
- Alors vous ne voulez pas faire le portrait de Claire? commença-t-elle lorsque je fus en face d'elle.

- Il ne s'agit pas nullement d'une question de volonté, répondis-je.

-Vous ne le pouvez donc pas, voilà qui est plus grave. Pourquoi? Vélasquez était bien un peintre de cour, vous imaginez-vous qu'il choisissait ses modèles? Je lui accorde plus d'estime.

- Mais je ne suis pas Vélasquez.
Commenter  J’apprécie          20
Charles Morgan
THEWINDFIRE   23 avril 2019
Charles Morgan
Un jour viendra peut-être - qui sait si ce n'est pas aujourd'hui ? - où la science reprendra sa figure normale : source de sagesse et non de puissance, à l'égal de la musique et de la poésie : une interprétation de la Nature, et non une exploitation éhontée. (Le Cristal ardent)
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Littérature anglaise

Parmi ces quatre oeuvres, laquelle William Shakespeare n’a PAS écrit ?

Le Paradis perdu
des sonnets
Hamlet
Le Marchand de Venise

10 questions
250 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaiseCréer un quiz sur cet auteur