AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.39 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Waco , le 28/08/1916
Mort(e) à : Nyack , le 20/03/1962
Biographie :

Charles Wright Mills est un sociologue américain.

Professeur de sociologie à l’université Columbia à New York, il s’est distingué par sa réflexion sur les élites aux États-Unis, développée dans ses deux principaux ouvrages "L'élite au pouvoir" (The Power Elite, 1956) et "Les cols blancs" (White Collar, 1951).

À contre-courant de l’approche sociologique dominante, alors incarnée par Talcott Parsons, dont il a dénoncé le théoricisme dans L'Imagination sociologique (1961), il s’inscrit dans une tradition de sociologie critique.

Contre l’idéologie américaine de la société ouverte, il défend la thèse de la fermeture des élites à l’égard des autres couches sociales. Si une forme de mobilité est importante aux États-Unis, elle se limite selon lui à la circulation des élites entre les trois principaux secteurs du pouvoir (politique, économique et militaire).

Bibliographie:
1948 : "The new men of power : America's labor leaders"
1951 : "White Collar: The American Middle Classes" ("Les cols blancs")
1956 : "The Power Elite" ("L'Élite du pouvoir").
1958 : "The Causes of World War Three"
1959 : "The Sociological Imagination" ("L'imagination sociologique")
1960 : "Listen, Yankee: The Revolution in Cuba"
1962 : "The Marxists"
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Heval   05 septembre 2015
L'imagination sociologique de Charles Wright Mills
(...) le produit de l'éducation libératrice, c'est l'autodidacte; en somme, c'est l'individu libre et rationnel. Une société où prédomine ce type d'homme est proprement démocratique. C'est aussi une société faite de collectivités véritables, et non pas de masses. Je veux dire ceci: qu'ils les connaissent ou non, les hommes qui traversent des épreuves dans une société de masse sont incapables d'en faire des enjeux sociaux. Ils ne comprennent pas les interférences entre ces épreuves de milieu et les problèmes de structures sociale. C'est exactement ce que l'homme averti, membre d'une collectivité authentique, est à même de faire, contrairement aux autres: ce qu'il vit sur le mode d'épreuves personnelles, il sait très bien que d'autres le vivent aussi comme problèmes, et qu'on ne peut les résoudre individuellement, mais qu'il faut modifier les structures des groupes où il vit et d'aventure la structure de la société entière. Les hommes de masse ont leurs épreuves, mais ils n'en savent pas l'origine ni la signification; les hommes de collectivité se mesurent à des enjeux et ils prennent généralement conscience de leur dimension collective.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Heval   05 septembre 2015
L'imagination sociologique de Charles Wright Mills
Devant ces effets de la grande ligne de force qu'est la rationalisation, l'individu "fait de son mieux". Il règle ses aspirations et son travail sur la situation où il se trouve et dont il ne connaît pas d'issue. Tôt ou tard, il renonce à en cherche une; il s'adapte. Le temps que lui laisse le travail, il le consacre à jouer, à consommer, à "rigoler". Mais cet univers de consommation se rationalise lui aussi. Aliéné de la production, aliéné de son travail, il finit par être également aliéné de la consommation et des vrais loisirs. Cette adaptation individuelle et les effets qu'elle entraîne sur le moi et le milieu font perdre à l'homme ses moindres chances, ses moindres facultés et ses moindres velléités de raison; mais ce n'est pas tout; il y perd également toute chance et toute faculté d'agir en homme libre. A tel point qu'il paraît ignorer les valeurs mêmes de raison et de liberté.
Commenter  J’apprécie          60
Heval   13 décembre 2013
L'imagination sociologique de Charles Wright Mills
Il est vrai de dire, avec les psychanalystes, que les gens "se sentent de plus en plus à la merci de forces obscures, qui les habitent et qu'ils sont incapables de définir." Mais il n'est pas vrai de dire, avec Ernest Jones, que "le plus grand ennemi de l'homme et son plus grand péril résident dans sa nature désordonnée et dans les forces obscures refoulées au plus profond de lui-même". C'est tout le contraire. Le "plus grand péril" de l'homme réside dans les forces désordonnées de la société contemporaine elle-même, l'aliénation qu'entraînent ses méthodes de production, ses techniques enveloppantes de domination politique, son anarchie internationale- en un mot comme en cent, dans les transformations tentaculaires qu'elle fait subir à la "nature" de l'homme, aux conditions et aux objectifs de sa vie.
Commenter  J’apprécie          50
Heval   05 septembre 2015
L'imagination sociologique de Charles Wright Mills
Ces créatures adaptées ne sont pas nécessairement stupides, mêmes après avoir longtemps vécu, travaillé et joué dans un tel univers. Karl Mannheim a fort bien précisé les choses en parlant d' "auto-rationalisation", processus par lequel un individu, prisonnier des segments restreints de grandes organisations rationnelles, finit par ajuster étroitement ses élans et ses aspirations, son mode de vie et ses façons de penser aux "règles et aux règlements de l'organisation". L'organisation rationnelle est, de ce fait, aliénante: les principes directeurs de la conduite et de la réflexion, et, tôt ou tard, ceux de l'affectivité aussi, ne sont pas inscrits dans la conscience individuelle de l'homme de la Réforme, ou dans la raison indépendante de l'homme cartésien. Les principes directeurs sont en fait étrangers et contraires à tout ce qu'on a pris, au cour de l'histoire, pour l'individualité. On peut dire qu'à l'extrême limite, la raison dépérit à mesure que croît la rationalité, et à mesure qu'elle cesse d'appartenir et d'obéir à l'individu, pour passer du côté des organisations géantes. C'est alors qu'il y a rationalité sans raison. Cette rationalité ne coïncide plus avec la liberté, mais lui porte un coup fatal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Heval   05 septembre 2015
L'imagination sociologique de Charles Wright Mills
Un niveau élevé de technologie et de rationalisme bureaucratique ne va pas forcément de pair avec un niveau équivalent d'intelligence individuelle ou d'intelligence sociale. Le second ne s'ensuit pas logiquement du premier. Le rationalisme social, technologique ou bureaucratique ne décuple pas chez l'individu la volonté ni la faculté de raisonner. Au contraire il semble qu'il les ébranle. Les dispositifs sociaux mis en place selon la raison n'engendrent pas nécessairement une plus grande liberté, ni pour l'individu, ni pour la société. Ils apparaissent bien souvent comme un instrument de tyrannie et de manipulation, comme un moyen de saboter les chances de la raison et la faculté même d'agir en homme libre.
Commenter  J’apprécie          30
Heval   04 septembre 2015
L'imagination sociologique de Charles Wright Mills
C'est seulement lorsque s'allument de nouveaux foyers de pouvoir, pas encore légitimés, incapables de se draper dans des symboles d'autorités consacrés, que le besoin d'idéologies et de justifications se fait sentir.
Commenter  J’apprécie          40
Heval   04 septembre 2015
L'imagination sociologique de Charles Wright Mills
L'enjeu est clair: si la sociologie n'est pas autonome, elle ne saurait être une entreprise à responsabilité collective. A mesure que les moyens de recherche s'accroissent et demande davantage de crédits, ils sont peu à peu "expropriés"; aussi cette sociologie ne peut-elle être vraiment autonome qu'à une seule condition, que les sociologues, collectivement, aient la haute main sur les moyens de recherches. Dans la mesure où le sociologue isolé laisse des bureaucraties s'immiscer dans son travail, il perd son autonomie de chercheur; dans la mesure où la sociologie s'identifie à un travail bureaucratique, elle perd son autonomie sociale et politique. Je dis bien "dans la mesure où", car il s'agit évidemment d'une tendance et non d'un état de fait général.
Commenter  J’apprécie          10
Heval   04 septembre 2015
L'imagination sociologique de Charles Wright Mills
Chez certains, l'intelligence divorce d'avec la personnalité; ce n'est plus pour eux qu'une sorte de truc pratique qu'ils comptent monnayer un bon prix. Ils ont perdu le sens de l'humanisme et vivent pour des valeurs que n'inspire plus jamais le respect de la raison humaine. Voilà des techniciens ambitieux et énergiques qu'une demande avilissante et une routine pédagogique défectueuse ont rendus incapables d'acquérir l'imagination sociologique.
Commenter  J’apprécie          10
Heval   05 septembre 2015
L'imagination sociologique de Charles Wright Mills
(...) le problème de la liberté consiste à savoir comment sont prises les décisions qui engagent l'avenir des affaires humaines, et qui les prend. Sur le plan de l'organisation, il s'agit de mettre au point un bon appareil de décision. Sur le plan moral, il s'agit de poser le problème de la responsabilité politique. Sur le plan intellectuel, il s'agit de savoir quels sont les avenirs possibles des affaires humaines.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Charles Wright Mills (10)Voir plus


Quiz Voir plus

Rum, Sodomy and the lash

À qui doit-on la grande enquête vaticane parue sous le titre « Sodoma » ?

Theodore Mac Carrick
Carlo Maria Vigano
Frédéric Martel

9 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , Moeurs et coutumesCréer un quiz sur cet auteur