AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.12 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : château de Heidelberg , le 27/05/1652
Mort(e) à : château de Saint-Cloud , le 08/12/1722
Biographie :

La princesse Élisabeth-Charlotte du Palatinat (en allemand, Elisabeth Charlotte, Prinzessin von der Pfalz) est une princesse palatine, fille du comte Charles Ier Louis (1617-1680) et de la princesse Charlotte de Hesse-Cassel (1627-1686).

En 1671, en épousant Philippe d’Orléans (1640-1701), frère du roi Louis XIV (1638-1715), Élisabeth-Charlotte devient duchesse d’Orléans et porte à la cour le titre de "Madame".

Seconde femme du duc d'Orléans, elle est la mère du Régent - Philippe d'Orléans (1674-1723).

Son union avec Monsieur, épousé par raison d'Etat (Louis XIV avait tenu à s'assurer les droits d'Elisabeth-Charlotte sur le Palatinat), la transféra brutalement, à 19 ans, d'un cadre austère, l'entourage de sa tante, l'Electrice Sophie de Hanovre, dans un milieu éclatant et dissolu, la cour du Roi-Soleil.

Elle s’accommode assez bien de l'étiquette de la cour de France, car elle est très attachée à son rang, mais a beaucoup plus de peine à s'adapter à son atmosphère et consacre ses loisirs à noircir des dizaines de lettres à l'intention de ses parents et amis allemands.

Cette correspondance, d'une franchise qui va jusqu'à la cruauté, est une chronique précieuse de la vie à Versailles et nous en révèle l'envers du décor.

Elle achève sa vie à l'écart des remous de la Régence, soucieuse seulement de la santé de son fils, dont elle avait blâmé le mariage avec Mlle de Blois (Françoise-Marie de Bourbon, 1677-1749) qui bien que fille légitimée du roi Louis XIV, étant issue de l’union doublement adultérine de ce dernier avec Mme de Montespan. Le mariage n’en a pas moins lieu, le 18 février 1692. Ils eurent néanmoins huit enfants.

On a publié en 1788 des fragments des Lettres originales de Madame, etc., écrites de 1715 à 1720 au duc Ulrich de Brunswick et à la princesse de Galles ; réimprimés en 1823 sous le titre de Mémoires sur la cour de Louis XIV et de la Régence, extraits de la correspondance de Mme Élisabeth Charlotte, etc.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
krzysvanco   23 août 2020
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
À la Raugrave Louise

Saint-Cloud, le 4 septembre 1697

...

L’amour dans le mariage n’est plus du tout de mode ; les époux qui s’aiment bien paraissent ridicules. Les catholiques, dans leur catéchisme, rangent le mariage parmi les sacrements, mais dans le fait ils vivent avec leurs femmes comme ceux qui ne croient pas que ce soit un sacrement et plus mal encore : c’est chose convenue que les hommes ont des liaisons galantes et dédaignent leurs femmes...
Commenter  J’apprécie          231
krzysvanco   20 septembre 2020
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
Paris, le 27 avril 1719, 7 h du matin



... Le duc de Richelieu est un archidébauché, un vaurien, un poltron qui nonobstant ne croit ni à Dieu ni à sa parole. De sa vie, il n’a rien valu et ne vaudra jamais rien, il est faux et menteur, ambitieux avec cela comme le diable...
Commenter  J’apprécie          180
Henri-l-oiseleur   26 octobre 2015
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
Port-Royal, le 22 août 1698

Quand on est belle cela ne dure guère, un beau visage change bien vite, mais avoir bon coeur, voilà ce qu'il fait bon posséder en tout temps. Il faut que vous ayez perdu tout souvenir de moi pour que vous ne me rangiez pas parmi les laides : je l'ai toujours été et le suis devenue davantage encore par suite de la petite vérole : de plus ma taille est monstrueuse, je suis carrée comme un dé, la peau est d'un rouge mélangé de jaune, je commence à grisonner, j'ai les cheveux poivre et sel, le front et le pourtour des yeux sont ridés, le nez est de travers comme jadis, mais festonné par la petite vérole, de même que les joues ; je les ai pendantes, de grandes mâchoires, des dents délabrées ; la bouche aussi est un peu changée, car elle est devenue plus grande et les rides sont aux coins : voilà la belle figure que j'ai, chère Amelise !



p. 238
Commenter  J’apprécie          131
pierre31   27 mai 2020
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
Il y avait donc un écolier faisant toute sorte d'espiègleries : il vaguait toute la nuit au lieu de dormir dans sa chambre. Les pères le menacèrent, s'il n'y restait pas la nuit, de le fouetter d'importance. Le gamin s'en va chez un peintre et le prie de lui peindre deux saints sur les deux fesses, à savoir : saint Ignace à droite et saint François de Xavière à gauche. Ce que fait le peintre. L'autre remet bonnement ses hauts-de-chausses, s'en revient au collège, et commence cent méchantes affaires. Les pères l'appréhendent au corps et disent : « Pour cette fois-cy vous ores le foüet. » Le gamin se débat et supplie, mais ils lui répondent que les supplications n'y feront rien. Alors l'écolier se jette à genoux et dit : « Ô saint Ignace, ô saint Xavière, ayez pitie de moy et faitte quelque miracle en ma faveur pour monstrer mon inocensse. » Là-dessus les pères lui descendent la culotte et comme ils lui lèvent la chemise pour le fesser, le gamin dit : « Je prie avec tant de ferveur que je suis sur que mon invocation ora effet. » Quand les pères aperçoivent les deux saints, ils s'écrient : « Miracle ! seluy que nous croyons un fripon est un saint », se jettent à genoux, impriment des baisers sur le postérieur, et réunissent tous les élèves...



Saint-Cloud, le 13 avril 1681.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
pierre31   25 juillet 2020
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
Vous avez perdu beaucoup des vôtres, mais, chère Louise, le monde est ainsi fait : ou bien il faut mourir soit-même, ou voir mourir ceux qu'on aime. On pourrait appliquer à cela ce que feu Mme de Brégie avait coutume de dire : « Cela est bien désobligent. » Un jour que, dans mon cabinet, elle était assise par terre, dans un coin, elle se mit à faire cette exclamation-là : « Que dites-vous ? lui demandai-je. — Madame, me répondit-elle, je faisais réflexion tout à l'heure, que nous sommes avant de naistre dans un néant très propre ; nous ne demandons point à venir en ce monde, on nous y met sans demander nostre advis, cela est bien désobligent. Nous sommes en ce monde, nous y avons bien du mal, cependant nous nous y accoustumons et nous n'en voulons point sortir. On nous prend, quand nous y songeons le moins, et on nous en fait sortir malgré nous, cela est bien désobligent... »



Marly, le 18 juillet 1715.
Commenter  J’apprécie          110
Alzie   26 septembre 2014
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
Versailles, le 13 mai 1705

[...] j'ai entendu dire que l'empereur [il s'agit de Joseph 1er] ne couchait plus avec sa femme. Mais de cette façon elle ne pourra pas avoir de fils ! Cela se voit souvent que les hommes débauchés ont peu d'enfants. Un médecin d'ici à qui l'on demandait pourquoi les enfants de la reine n'étaient pas sains, répondit : "C'est que le roy n'aporte que la rinsure de ses veres à la reine (sic)..."
Commenter  J’apprécie          110
cecilit   14 mai 2018
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
Quand je choisis mon médecin, je le prévins qu'il ne devait pas s'attendre à une obéissance aveugle de ma part ; je lui permettrais de dire son opinion, mais non de se fâcher si je ne la suivais pas chaque fois. Ma santé et mon corps étant à moi, j'entends, lui dis-je, les gouverner à ma guise.



(Lettre à Louise La Raugrave, Marly le 2 mai 1705)
Commenter  J’apprécie          111
pierre31   03 juin 2020
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
Ce qu'il y a de certain, c'est qu'on donne présentement un tour étrange à la religion et à la piété en ce pays-ci. Cela ne me dit pas le moins du monde et je suis tentée de faire comme cet Anglais que l'on nomme Fildin. Il y a quelques années de cela, Wendt lui demandait à Fontainebleau : « Estes-vous huguenot ? monsieur. — Non dit-il. — Vous estes donc catholique, répliqua Wendt. — Encore moins répond l'Anglais. — Ah, dit Wendt, c'est que vous estes luthérien. — Point du tout dit Fildin. — Et qu'estes vous donc ? reprend Wendt.— Je m'en vay vous le dire, répond l'Anglais, j'ay un petit religion appart moy. » J'estime que moi aussi j'aurais bientôt « un petit religion apart moy. » Et le bon roi Jacques également aurait mieux fait d'agir de la sorte plutôt que de perdre trois royaumes par bigoterie...



Saint-Cloud, le 13 septembre 1690.
Commenter  J’apprécie          100
Alzie   29 décembre 2014
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
A la duchesse de Hanovre - Versailles, le 29 décembre 1701.



... Je suis convaincue que vous n'avez pas autant de rides que moi... mais je ne m'en soucie nullement : n'ayant jamais été belle, je n'y ai pas perdu grand chose. Puis je vois que celles que j'ai connues belles jadis sont, à cette heure, plus laides que moi : âme qui vive ne reconnaîtrait plus Mme de la Vallière ; Mme de Montespan a la peau comme quand les enfants s' amusent à jouer avec du papier, à le plier et à le replier : tout son visage est recouvert de petites rides si rapprochées des unes des autres que c'en est étonnant ; ses beaux cheveux sont blancs comme la neige, et toute la figure est rouge...
Commenter  J’apprécie          100
pierre31   22 juin 2020
Lettres de la princesse Palatine (1672-1722) de Charlotte Elisabeth de Bavière
Quelle fantaisie prend-il donc au roi de Suède de ne plus vouloir souffrir de réformés? Il devrait cependant profiter de l'exemple des autres à qui ce procédé a si mal réussi. Sa cour doit être terriblement ennuyeuse. Je ne puis supporter les rois qui s'imaginent plaire à Dieu en priant. Ce n'est pas pour cela qu'il les a mis sur le trône. Faire le bien, exercer le droit et la justice, contenir les prêtres, et les forcer de s'en tenir à leurs prières sans se mêler d'autres choses, voilà quelle devrait être la vrai dévotion des rois. Qu'un roi fasse sa prière matin et soir, cela suffit; du reste il doit songer à rendre ses sujets heureux autant qu'il est en son pouvoir. Je suis de votre avis; tout est vanité.



Saint-Cloud, le 20 mai 1696.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Charlotte Elisabeth de Bavière (89)Voir plus


Quiz Voir plus

En Russie avec les écrivains

Sylvain Tesson est l'auteur de ...

Dans les forêts de Sibérie
Dans les geôles de Sibérie
des 2 livres

11 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyage en russie , témoignage , ecrivains voyageursCréer un quiz sur cet auteur