AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.55 /5 (sur 76 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Québec , le 10/12/1943
Biographie :

Charlotte Gingras est une romancière québécoise.

Elle a fait des études en pédagogie et en arts plastiques. Elle a enseigné aux enfants du primaire, elle a animé des ateliers sur la créativité avec les adultes et elle a travaillé comme pigiste dans le milieu des arts visuels.

La liberté ? Connais pas... et Un été de Jade, publiés dans les collections Ado et Ado +, lui ont tous deux permis de recevoir le prestigieux Prix littéraire du Gouverneur général du Canada et sont traduits en plusieurs langues.

Son roman La boîte à bonheur, paru dans la collection Mon Roman, lui a valu le prix du livre M . Christie.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Charlotte Gingras   (17)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Cielvariable   26 avril 2022
No man's land de Charlotte Gingras
Tu aurais aimé leur dire, à tous ceux de l’école et de la

rue, que ton nom était un mensonge, ça oui.

Tu aurais aimé leur dire, à ceux de ta famille, que

tu étais quelqu’un, que tu existais, que tu étais telle-

ment plus belle qu’en personne, que tes seins étaient à

peine nés mais très doux.

Aux jumeaux, tu aurais voulu dire que tu détestais

leur vitalité insolente, à la mère, qu’elle n’en était pas

une, à Fleur, que tu la chérissais et qu’en même temps,

dans le même élan, tu jalousais sa légèreté.

Tu aurais voulu leur dire à tous, tous les êtres hu-

mains de cette planète, tu aurais voulu leur crier que

ton cœur battait, battait, que tu voulais connaître le dé-

sir, l’amour, que tu n’en pouvais plus de solitude.

Mais tu ne savais pas dire ces choses-là parce que

les mots étaient enfouis au plus profond de toi depuis

le début, et même ton cœur qui cognait à mains nues

dans sa cage thoracique ne savait pas comment attein-

dre les autres sans les blesser.



Tu avais quatorze ans, tu faisais preuve de débrouil-

lardise et te taisais la plupart du temps.



On ne se connaissait pas encore, nous deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Sachenka   12 mai 2012
Ophélie de Charlotte Gingras
Dernier jour. Moi et lui, face à face, pendant que nos coeurs brûlaient, on a gardé les yeux ouverts, tout le temps, jusqu'au bout, au coeur de la tempête qui nous secouait. Et j'ai accepté de me perdre, de me liquéfier, de disparaître dans le bleu océan des yeux d'Ulysse. Alors j'ai su que j'étais guérie de mes peurs.
Commenter  J’apprécie          60
Cielvariable   19 février 2022
La fille de la forêt de Charlotte Gingras
Cette histoire commence par une catastrophe. Une catastrophe équivalente au choc d’une comète percutant la surface de la Terre, sauf que c’est moi qui ai été percutée. Trois semaines avant le dégel, maman s’est affaissée sur le carrelage de la bibliothèque municipale. Elle s’est éteinte là, très vite et sans souffrance, au milieu de ses chers livres, comme une bougie sur laquelle on aurait soufflé. On est venu me chercher à l’école, j’ai couru vers elle, jambes tremblantes, balbutiant : « Non, maman, je t’en prie, je vais rester avec toi pour toujours, je te le promets. »



Quand je suis arrivée sur place, elle n’était plus vivante. Une rupture d’anévrisme, ils ont dit. En l’espace de quelques secondes, je me suis retrouvée aussi seule au monde qu’une héroïne de Charles Dickens ou des sœurs Brontë. Maman n’avait aucune famille.



Je ne me rappelle à peu près rien des jours qui ont suivi. Au début, les voisins et les enseignants venaient me porter de la nourriture chaude et s’inquiétaient de moi. Ils voulaient que j’aille habiter chez l’un ou chez l’autre, mais je refusais. Je ne voulais pas non plus retourner à l’école. « Avril est en état de choc, murmurait-on autour de moi. Il faut la laisser tranquille. La surveiller discrètement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cielvariable   19 février 2022
Guerres de Charlotte Gingras
Toi qui étais prof d’éducation physique à la polyvalente, que toutes mes copines de troisième secondaire trouvent aussi beau qu’un athlète olympique, que jamais je n’aurais échangé pour un autre père, tu as décidé de reprendre du service dans les Forces armées. De partir en mission en Afghanistan pour six mois. De laisser ta famille. De me laisser, moi, ta fille Laurence.

Je ne sais pas pourquoi tu as pris cette décision. C’est vrai qu’entre toi et Karine, notre mère, ça ne va pas très fort, et je vois bien qu’elle est en désaccord avec toi. La plupart de mes copines, leurs parents sont divorcés, et elles trouvent que les familles reconstituées, c’est pas génial. Moi, je trouve que la vie avec Karine n’a jamais été vraiment géniale, si tu veux savoir. Et depuis la naissance de Mathilde, c’est pire.

Tu es revenu de l’entraînement la semaine dernière pour passer tes vacances avec nous avant ton départ. Je te trouve bizarre, je trouve Karine plus bizarre que d’habitude, et Luka me tombe sur les nerfs avec sa manie de te suivre partout, te posant sans relâche ses questions déconcertantes, comme si tu allais lui donner les bonnes réponses et qu’il redeviendrait comme avant, un petit garçon insouciant, gâté pourri et exaspérant. Seule Mathilde babille et gigote de plaisir dans nos bras, trop petite pour se rendre compte de ce qui se passe. Elle n’a que dix mois.

Tu te retires souvent en toi-même, comme absent. Et tout d’un coup, sans prévenir, tu me serres dans tes bras et chuchotes des mots de tendresse, « ma princesse, mon cœur ». Tu ébouriffes les cheveux de ton fils, lui murmures des paroles un peu bébêtes, « mon champion, mon grand petit garçon ». Avec Mathilde, c’est encore pire, tu atteins des sommets, « ma merveille, mon lapin doré, mon trésor à moi ». Mathilde en profite pour roucouler dadada, sa manière à elle de t’appeler papa, et pour te donner des baisers pleins de bave. Tu adores ça. Mais ça ne t’empêchera pas de partir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   24 mars 2018
La disparition de Charlotte Gingras
J’en sors un carnet rouge et noir à la couverture car-

tonnée, de ceux qu’on trouve dans les magasins à un dol-

lar. Abîmé, taché, avec une odeur de moisi. Je l’ouvre. Sur

la page de garde, écrits en lettres déteintes, effacées par

endroits, quelques mots. Une écriture tremblée.

J’arrête de respirer. Je vacille. Cela ne se peut pas. Je

connais cette écriture. Je la reconnaîtrais entre mille mil-

liards.

— Tu es bien pâle. Qu’est-ce que c’est? marmonne

tante Évelyne.

Mon nom. Avant mon nom, le mot fille, le mot ma,

le mot à.

Remettre à ma fille Viola

. Dessous, l’adresse.

Mes mains prises de panique. Je réussis à glisser l’objet

dans le sac à bulles.

— Rien. Ce n’est rien.

Je ne connais pas cette voix rauque qui sort de ma

gorge. Je ne sais plus de quelle manière on s’y prend pour

remonter les marches. Mais je les remonte. J’entre dans

ma chambre, me laisse tomber sur le lit, jambes fauchées.

Je regarde fixement le colis, je vois le nom de ce vil-

lage perdu estampillé dans le coin droit, à côté des tim-

bres, une série de reines identiques avec une couronne sur la tête. Comment c’est possible, ça? L’univers a viré fou, des points brillants et argentés virevoltent devant mes yeux. Respire, Viola, respire, ça va passer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   12 avril 2013
Un été de Jade de Charlotte Gingras
26 juin, en bas des marches, 14 heures



Je suis prête. Assise sur la dernière marche de l’escalier en colimaçon, mes bagages à mes pieds, j’attends Victor.

Ce matin, avant de partir au travail, ma mère m’a souhaité de bonnes vacances. Hier soir, au téléphone, mon père a fait de même. Ces deux-là ne savent rien de leur fille unique. Rien du tout. Depuis longtemps, je me débrouille très bien toute seule.

C’est drôle... Jusqu’à maintenant, je n’ai jamais pensé écrire. Pendant l’hiver, j’ai commencé à photographier ce qui est fragile et peut disparaître n’importe quand. Mais écrire ? Non, jamais je n’y avais pensé.

Pourtant, la semaine dernière, j’ai acheté ce carnet à la couverture cartonnée rouge et noir. Un carnet chinois. Tout à l’heure, quand je faisais mes bagages, il m’est tombé dans les mains. J’ai glissé, entre ses pages, les polaroïds de la forêt de glace et la vieille photo fripée, la plus ancienne de toutes.
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   24 mars 2018
La disparition de Charlotte Gingras
Le bruit sec d’une canette qu’on décapsule. J’ouvre les

yeux. Je ne veux pas dormir. Nous traversons une zone

de forêt brûlée. Sur le sol noirci se dressent des

squelettes d’arbres calcinés. Nashtash, sur la banquette

en face de moi, boit une grande goulée de cola. D’un

geste, elle m’invite à prendre une gorgée. Je fais non de

la tête, mais l’envie de parler revient. Quand je parle, les

serres lâchent prise. Un peu.

— Il y a beaucoup d’habitants, là-haut?

— Non, pas tellement, répond Nashtash, de sa voix

étale, en haussant légèrement les épaules. Avant, il y avait la

mine de fer, et beaucoup de travailleurs venus de loin. Main-

tenant,il y a encore quelques Blancs qui gèrent des commer-

ces et des pourvoiries. Nous autres, les Innus, on est restés.

— Moi, j’y vais à cause du carnet.
Commenter  J’apprécie          20
Delire2014   02 novembre 2018
Ophélie de Charlotte Gingras
Extrait de la rencontre entre un auteur et des jeunes :



"Et là, au milieu de ce vide, un gars trop gros, un nouveau, a levé la main.

- Moi, l'été passé, je me suis écrit des cartes postales quand je suis allé en vacances au bord de la mer.

Le troupeau s'est esclaffé. Étranglés de rire, ils étaient. Lui, il a rougi violemment. Il ne pouvait pas disparaître. Son corps prenait trop de place.

- Moi aussi, as-tu répondu, le regardant comme si vous étiez les deux seules personnes sur la planète Terre. Moi aussi je me suis déjà envoyé des cartes postales. Quand j'étais revenue à la maison, j'avais eu l'impression que quelqu'un avait pensé à moi.

La classe de débiles s'était figée. Moi, en arrière, je hurlais dans ma tête: Allez! Continue! Aide-le si tu en es capables. Es-tu capable, l'écrivaine?"
Commenter  J’apprécie          20
Nadael   13 février 2018
La petite écuyère de Charlotte Gingras
« Au réveil, Justine raconta ses peurs. Elle avait peur de tellement de choses. Peur de la maîtresse d’école, peur des lettres de l’alphabet qui s’emmêlaient dans sa tête, peur de la mère et de son autorité souveraine, peur des garçons qui lui tiraient les nattes et lui criaient des noms d’oiseau, peur des coups. Elle était née comme ça. Pleine de peurs. Juste des peurs. Dans les yeux noirs du poney, elle vit la dureté du maître, les coups de bâton, la caisse de bois qu’il transportait sur son dos, si lourde, et que ça durait depuis des années. Elle vit la cruauté des enfants, parfois. «
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   24 mars 2018
La disparition de Charlotte Gingras
Nous entrons dans un grand magasin, plein de

lumières et d’objets de convoitise. Dans mes chaussures,

soudain, j’ai les pieds qui frétillent, on dirait des poissons

rouges. Je détache ma main, m’élance vers les oursons de

peluche, les canards de plastique jaune vif, les poupées en

combinaison d’astronaute, les cubes de toutes les

couleurs.

Je me retourne et qu’est-ce que je vois?

Rien. Plus de maman.
Commenter  J’apprécie          21

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

La délicatesse

Que livrait Charlotte Baron lorsqu’elle a écrasé François avec sa camionnette ?

Des colis
Des fleurs
Des repas

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : La délicatesse de David FoenkinosCréer un quiz sur cet auteur