AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 678 notes)

Nationalité : Chine
Né(e) à : Shanghaï , le 26/08/1936
Biographie :

Chow Ching Lie est écrivain, pianiste et femme d'affaires.

Née dans une famille modeste, en 1947, elle participe au concours de piano à l'école sino-occidentale Mac Intyre et remporte le Deuxième Prix. D'une exceptionnelle beauté, trop jeune pour se marier, elle est fiancée de force à 13 ans, fin 1949 et mariée en 1950. Son mari attentionné, lui permet de poursuivre dans la voie pianistique et elle entre au Conservatoire de Shanghai à l'âge de 18 ans où son professeur lui fait interpréter, en public, le concerto de Mendelsson. C'est le début du succès et d'une carrière de soliste.

Mère de deux enfants, nés en 1950 et 1955, elle devient veuve en 1962. Deux ans après le décès de son mari, Chow Ching Lie décide de parfaire sa formation auprès de Marguerite Long dont elle rejoint le cours à Paris en 1965. Elle remporte en huit mois le premier prix du concours de piano de l’Académie privée de Marguerite Long. Elle suit aussi les cours de l’Alliance Française pendant quelque temps.
En 1968, elle retourne chercher ses enfants chez ses beaux-parents à Hong Kong pour les amener à Paris.

Elle a commencé à écrire pour évacuer les souffrances accumulées. Les premiers éditeurs contactés à Hong Kong et aux États-Unis ont refusé son manuscrit. En 1973 elle interprète au Théâtre des Champs-Élysées à Paris le "Concerto du Fleuve Jaune". C’était la première fois qu’une pianiste chinoise se produisait sur cette scène. Elle fut rappelée 7 fois ! Beaucoup de journalistes étaient présents, notamment Georges Walter qui l'introduit auprès de Robert Laffont. Celui-ci accepta de publier ses écrits.
Son récit autobiographique, "Le Palanquin des larmes" (1975) (porté à l'écran en 1987), est un succès mondial à l'époque de sa parution. Vingt millions d’exemplaires de la version française ont été vendus, après plusieurs rééditions, et une vingtaine de traductions ont été réalisées.

Chow Ching Lie décide de se mettre au piano à titre professionnel à l'âge de 40 ans. Ses revenus de pianiste étant insuffisants, elle importait des articles de Hong Kong qu'elle revendait en faisant du porte à porte. Sa vie était toute entière consacrée à sa famille, et au travail. Partie de rien, elle fait également fortune dans l'import-export.

Chow Ching Lie a donné de nouveaux des concerts à partir de 1996 et, en décembre 2000, a reçu un accueil triomphal à l'Opéra de Shanghaï.
+ Voir plus
Source : www.presses-renaissance.fr, www.ambafrance-cn.org
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo

CHOW Ching Lie "Concerto du fleuve jaune"
CHOW Ching Lie joue au piano un extrait du "Concerto du fleuve jaune", oeuvre d'un compositeur chinois. Présentation de Georges WALTER.

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
diablotin0   17 mai 2018
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
Petite fille , j'ai souffert et pleuré de bonne heure. J'étais jolie : ce n'est pas un mérite, ce fut une malédiction. Laide et difforme, je n'aurais sans doute pas été mariée de force à l'âge de treize ans.
Commenter  J’apprécie          290
diablotin0   18 mai 2018
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
C'étaient des journées harassantes qui se suivaient sans répit, l'idée même de repos n'existait pas. On comprend que pour former de telles domestiques il était préférable de ne pas faire étudier les filles : instruites, elles se seraient mises à penser et peut-être même à se révolter. On ne leur demandait que d'être parfaitement soumises.
Commenter  J’apprécie          250
Margotmatou   02 octobre 2011
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
Cet objet noir et brillant, c'était tout simplement un piano à queue. Je me souviens comme je tordis le cou pour mieux voir et comme j'ouvris les yeux. Une gracieuse jeune fille parut sur la scène, salua le public en s'inclinant, et commença à jouer. Ses mains volaient sur le clavier comme des oiseaux enchantés. C'était la mélodie d'un autre monde, meilleur et plus beau que celui-ci, tantôt un ruissellement de perles, tantôt des chevaux galopants; c'était comme les vagues de la mer ou comme la pluie du ciel. Mon coeur battait à tout rompre, mon front se couvrit de sueur, réactions qui peuvent sembler excessives: ce furent les miennes pourtant. Mon être s'éveilla, je me sentis plongée dans la vérité de la vie, et je compris, ce jour-là que la musique nous mettait en contact avec notre âme.
Commenter  J’apprécie          210
diablotin0   19 mai 2018
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
Mon fils est un imbécile et un faible. Il en est au point de tenir compte de l'opinion de ses enfants ! Ce qui prouve qu'il n'a même pas la moindre autorité sur ses propres enfants !...
Commenter  J’apprécie          210
soukee   30 mars 2010
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
Dans la tradition chinoise, la femme était tenue à trois obéissances principales : envers son père, envers son mari, envers son fils quand celui-ci avait l'âge d'homme - et quatre morales : ne pas faire de dépenses inconsidérées, être travailleuse, ne pas chercher à séduire, être toujours prête à se sacrifier pour les autres.
Commenter  J’apprécie          150
Kawane   22 mars 2017
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
"Quand tu étudies, que ce soit pas l'ambition de gagner de l'argent qui te pousse, mais celle de devenir un savant et un saint. Le mandarin doit servir l’État."
Commenter  J’apprécie          150
Irisa   19 août 2015
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
Les bouddhistes très croyants avaient l'habitude d'organiser une cérémonie solennelle qui durait une semaine entière et qu'ils appelaient le rite "de la Terre et de l'eau". Ces grandes prières n'étaient accessibles qu'aux gens riches : elles avaient lieu dans un temple où l'on réunissait un grand nombre de moines, jusqu'à une centaine, à qui il fallait faire une offrande. Le but de ces journées impressionnantes état de prier pour les âmes de tous les êtres, hommes et animaux, qui, à cause de leurs fautes, souffraient sur la terre et dans les eaux.
Commenter  J’apprécie          130
bioki   09 novembre 2012
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
C'est ainsi qu'il faut également comprendre un autre épisode de la révolution que les circonstances m'ont permis de suivre de près: la libération des bonzes et des bonzesses. Les bonzes sont des moines qui, conformément à la règle bouddhiste, renoncent au mariage et à la consommation de la viande, du poisson et de toute créature vivante. mais tout le monde savait qu'il existait à côté des temples bouddhistes irréprochables, des établissements qui, sous le même nom, étaient des antres de corruption, de vice et de meurtres où des "bonzes" indignes de ce nom ne se contentaient pas de manger de la viande en cachette, mais violaient les femmes et n'hésitaient pas à les tuer pour cacher leur forfait. Ils élevaient, ou plutôt emprisonnaient des jeunes gens et des filles vendues comme prostituées.
Commenter  J’apprécie          120
Orphea   08 avril 2010
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
C'est pourquoi, à cause de la cupidité d'une partie de ma famille, j'ai été vendue, moi aussi, sous des apparences certes plus honorables, celles du mariage, et même avec un déploiement de faste comme on en vit peu dans mon pays. Comédie de grande alliance familiale qui augmenta, par sa dérision, ma tragédie personnelle : j'étais une écolière connaissant la légende de Liang et Tso qui meurent pour leur amour comme Roméo et Juliette et je me voyais condamnée à vivre sans amour. D'autres, par millions, ont connu la faim du corps alors que je n'ai manqué de rien, mais les malheurs de la Chine sont les enfants d'une même famille.
Commenter  J’apprécie          120
Orphea   30 janvier 2009
Le palanquin des larmes de Ching Lie Chow
Je suis née dans la Chine de la misère et des larmes. Petite fille, j'ai souffert et pleuré de bonne heure. J'étais jolie : ce n'est pas un mérite, ce fut une malédiction. Laide et difforme, je n'aurais sans doute pas été mariée de force à l'âge de treize ans. Mais mon malheur ne vint pas de ma seule beauté : il était à l'image d'un vaste pays, où il ne faisait pas bon vivre, où il n'était surtout pas bon de naître si l'on avait l'infortune d'être une fille.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Auteurs proches de Ching Lie Chow


Quiz Voir plus

Petit hommage au chanteur Christophe

Christophe, né ...

Lucien Ginsburg
Claude Moine
Daniel Bevilacqua
Hervé Forneri

8 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanteur , biographie , Chansons françaisesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..