AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.84/5 (sur 1136 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Christel Petitcollin est conseillère et formatrice en communication, psychothérapeute, écrivaine et conférencière.

Formée à la PNL, à l’analyse Transactionnelle et à l’Hypnose éricksonnienne, elle reçoit en consultations, anime des conférences-débats et des stages de communication, organise des actions de réinsertions pour des publics en voie d’exclusion et écrit la rubrique “psycho” du magazine “Actives”.

Elle intervient régulièrement dans les médias : presse et radios.
Elle est l'auteur de nombreux livres et plusieurs de ses ouvrages ont été traduits dans près d'une dizaine de langues.

https://www.christelpetitcollin.com/

Source : http://christelpetitcollin.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Christel Petitcollin   (31)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Christel Petitcollin


Citations et extraits (268) Voir plus Ajouter une citation
Puisque eux savent si bien deviner les humains, ils pensent qu'on les devine en retour. L'indifférence des gens à leur égard leur paraît d'autant plus choquante et blessante qu'ils la croient délibérée.
Commenter  J’apprécie          460
Le syndrome de Cassandre : cette position bien connue des surefficients mentaux de savoir ce qui va se passer et de ne pouvoir prévenir ni empêcher le futur de se réaliser. Il peut y avoir différentes lectures de ce syndrome de Cassandre.
La première lecture est la souffrance et l’isolement que vivent ceux qui savent. Ils voudraient se rendre utiles et empêcher l’inéluctable, mais ils sont rabroués par leurs pairs comme étant des rabat-joie et des oiseaux de mauvaise augure. Quand la prédiction se réalise, il est impossible aux clairvoyants de rappeler aux autres qu’ils avaient prévenu. S’ils essaient seulement de dire : « Je vous avais bien dit ! », les réactions seront vives et peu amènes.
Commenter  J’apprécie          425
Ca va trop vite dans leur tête. Ils en bégayent pour suivre le flot ou ils se taisent, découragés devant la surabondance d'informations. Les mots sont réducteurs et ne peuvent pas restituer la finesse, la complexité de leur pensée.
Commenter  J’apprécie          400
La mentalité des normopensants choque régulièrement les cerveaux droits !
Effectivement, il peut y avoir de quoi, notamment dans leur valeur de partage.
La dominance du cerveau gauche incite à l'individualisme, voire à l'égocentrisme, quand le cerveau droit donne une pensée collective et altruiste.

(...) Cet individualisme est donc plus structurel que volontaire chez les normopensants. Lors d'un échange avec un interlocuteur, ils seront focalisés sur ce qui les différencie de cet interlocuteur alors qu'un cerveau droit aurait essentiellement cherché tout ce qui pouvait les rapprocher.

Pouvoir se différencier de l'autre est important pour avoir un ego bien structuré.
Parfois, les surefficients mentaux manquent tellement d'ego qu'ils n'ont plus d'identité personnelle. Ils ne savent que jouer collectif.
La solitude leur devient insupportable et les ruptures encore plus.
Commenter  J’apprécie          388
"Ce mec est too much, ce mec est trop…trop, trop, trop!" chantaient les coco girls dans les années 80. Cette ritournelle résume à elle seule la problématique de la surefficience .mentale. Tout est en trop: trop de pensées, trop de questions, trop d'émotions… et en superlatifs voir en hyperlatifs: hyperréactif, hypersensible, hyperaffectif… Les surefficients mentaux vivent les évènements de leur vie avec une intensité hors norme. Ce qui les touche, en positif comme en négatif, semble les faire résonner comme du cristal. Même des incidents mineurs peuvent prendre des proportions inédites, surtout s'ils touchent à leur système de valeur. Perceptions, émotions, sensibilité: tout est décuplé. En fait, c'est tout le système sensoriel et émotionnel qui est hypersensible. Cette finesse de perception est neurologique et commence par la perception de la réalité.
Commenter  J’apprécie          370
Peu à peu, vous saurez à nouveau ce que vous ne voulez pas, puis ce que vous voulez. Ensuite, vous vous autoriserez à l'exprimer sans crainte d'être rejeté. Seul l'enfant a besoin d'un amour inconditionnel pour se construire. L'adulte peut s'en passer. Vous n'avez plus besoin de plaire à tout le monde pour rester en vie.
Commenter  J’apprécie          290
Pour commencer, parlons du rythme.
Celui qui vous convient est un rythme soutenu.

Vous avez eu cent fois l'occasion de le remarquer, vous avez une énergie hors du commun. Vous en faites bien plus que les autres en une seule journée et vous avez de plus l'impression frustrante de n'avoir rien fait.

Le quotidien d'un normopensant vous exaspérerait par sa lenteur et son manque de contenu. Ne soyez plus sensible aux avis qui vous reprochent d'en faire trop et de ne pas tenir en place.

Oui, vous êtes hyperactif au sens d'hyper dynamique.
Alors, vivez au rythme qui vous convient à vous et ne vous souciez plus des critiques. Evidemment, ne demandez pas aux autres de vous suivre !
Commenter  J’apprécie          230
L'hyperesthésie jusqu'à un certain point est une sacrée chance. Elle est utile pour avoir beaucoup d'informations sur son environnement.
Elle induit un état d'éveil et une curiosité active pour le monde extérieur.

Cette multisensorialité exacerbée donne accès à une volupté sensorielle exceptionnelle.

Mais l'hyperesthésie peut devenir épuisante et très handicapante si les capteurs sont trop sensibles et les perceptions trop amplifiées.
Parfois, l'éclairage éblouit. Les décors trop colorés ou trop chargés agressent l'œil. Le son est trop fort ou le brouhaha insupportable.
Il fait trop chaud, trop moite. L'air est trop sec ou trop électrique (...)

De plus, le surefficient mental ne peut pas faire abstraction de ce qu'il perçoit et débrancher son système sensoriel. L'explication est une fois de plus neurologique. On parle de déficit de l'inhibition latente. (...)

Alors, même fatigué, même submergé d'informations sensorielles, l'hyperesthésique les endure en continu, jour et nuit.
Voilà pourquoi les surefficients mentaux rêvent de pouvoir débrancher.
Commenter  J’apprécie          220
Le cerveau gauche permet la matérialisation de ses rêves et la concrétisation des projets.

Pour développer le vôtre, vous pouvez vous livrer aux activités suivantes : lire et écrire, reprendre des études, effectuer des tâches nécessitant concentration et précision, comme le bricolage ou la couture.

Certains sports, notamment les arts martiaux peuvent vous aider à développer votre persévérance, votre endurance et améliorer votre maîtrise de l'équilibre.

Le cerveau droit est le siège de la créativité.

Pour développer la vôtre, adonnez-vous à une activité artistique :
peinture, dessin, collage, argile, danse, musique, etc.
Toutes stimulent l'hémisphère droit.

Certaines activités permettent au cerveau droit de canaliser son émotivité et d'apaiser le bouillonnement cérébral : méditation, relaxation, Qi Gong, tai-chi, yoga, etc. Ces pratiques vous feront le plus grand bien.
Commenter  J’apprécie          210
Le cerveau en arborescence est (...)
une usine à fabriquer du doute et des questions.
Commenter  J’apprécie          230

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Christel Petitcollin (1610)Voir plus

Quiz Voir plus

Le jeu des je, en chansons (1)

Qui chante : " J'ai 10 ans" ?

Jacques Brel
Thomas Dutronc
S. Gainsbourg/J. Birkin
Maxime Le Forestier
Renaud
Alain Souchon

13 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanteur , musique , chanson française , nostalgieCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}