AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.75/5 (sur 191 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 28/01/1944
Biographie :

Christian Poslaniec est né à Paris en 1944 et habite la Sarthe depuis 1959. Il a enseigné le français à divers niveaux, a créé Promolej (Promotion de la lecture et de l’écriture des jeunes), qui organise des stages, des colloques et des manifestations autour du livre. Il est l’auteur de nombreux essais et études pédagogiques, mais aussi de romans, albums, poèmes, nouvelles, documentaires, polars et pièces de théâtre. Il a dirigé pendant dix ans la collection « Zanzibar », aux éditions Milan. En 2003, il a été nommé président de la commission de choix des livres pour la jeunesse du ministère de l’Éducation nationale et consacre le plus clair de son temps à organiser des colloques et des formations et à donner des conférences sur la littérature de jeunesse.


Ajouter des informations
Bibliographie de Christian Poslaniec   (80)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Poésie - Mon arbre à moi - Christian POSLANIEC


Citations et extraits (111) Voir plus Ajouter une citation
CHAQUE VISAGE EST UN MIRACLE...

Un enfant noir, à la peau noire, aux yeux noirs, aux cheveux crépus ou frisés, est un enfant.
Un enfant blanc, à la peau rose, aux yeux bleus ou verts, aux cheveux blonds et raides, est un enfant.
L’un et l’autre, le noir et le blanc, ont le même sourire quand une main leur caresse le visage, quand on les regarde avec amour et leur parle avec tendresse. Ils verseront les mêmes larmes si on les contrarie, si on leur fait mal. [..]
Il n’existe pas deux visages absolument identiques. Chaque visage est un miracle. Parce qu’il est unique. Deux visages peuvent se ressembler ; ils ne seront jamais tout à fait les mêmes. La vie est justement ce miracle, ce mouvement permanent et changeant et qui ne reproduit jamais le même visage. [..]
Vivre ensemble est une aventure où l’amour, l’amitié est une belle rencontre avec ce qui n’est pas moi, avec ce qui est toujours différent de moi et qui m’enrichit.

TAHAR BEN JELLOUN - Mots et merveilles
11. Tous égaux
Commenter  J’apprécie          346
J'ÉCRIS POUR APAISER...

J'écris pour apaiser les scrupules de l'herbe,
Pour mettre un peu d'amour dans le foyer du vent,
Pour permettre à l'oiseau de s'éveiller proverbe,
Pour agrandir l'espace, éterniser l'enfant.

Pour opposer des faits d'écorce et de pelage
Aux dénis du lexique, aux gommes du savoir,
Si je dis que le hêtre est une vierge sage,
Je retarde d'un feu l'enchère et l'abattoir.

J'écris pour réchauffer blé neuf et jeune vigne
Dieu plus encor que l'homme à la merci du gel ;
J'écris pour rassurer, j'écris pour rendre digne,
Pour que la solitude ait un nom de famille,
Pour implanter un lieu qui ne soit pas mortel.


JEAN ROUSSELOT - Maille à partir, 1961
22. Dis ce que vouldras
Commenter  J’apprécie          290
LA MORT DOUCEMENT ( Extrait )

On meurt lentement à ne pas voyager, à ne pas lire, à ne pas écouter de la musique, à ne pas rire de soi.
On meurt lentement à détruire son amour-propre. C'est peut-être une dépression, maladie sérieuse qui requiert une aide professionnelle. Alors on dépérit jour après jour à ne pas vouloir être aidé.
On meurt lentement à ne pas travailler ni étudier, et la plupart du temps, ce n'est pas par choix mais plutôt le destin : alors un gouvernement négligent peut tuer lentement une bonne partie de la population.
On meurt lentement à se plaindre tous les jours de malchance ou de la pluie incessante, abandonnant un projet avant de l'avoir commencé, ne cherchant pas à se renseigner sur un sujet méconnu et refusant de répondre quand l'autre s'enquiert de ce que l'on sait.
Nombre de gens meurent lentement, et c'est la mort la plus ingrate et la plus traîtresse qui soit, car lorsqu'elle approche vraiment, on est alors beaucoup moins endurant pour parcourir le peu de temps qui reste. Puisqu'on ne peut éviter une fin soudaine, que l'on évite au moins une mort à petit feu, en se rappelant toujours qu'être vivant exige un effort bien plus grand que le simple fait de respirer.

MARTHA MEDEIROS - texte inédit 2014
Commenter  J’apprécie          280
SAISON DE NEIGE

l’aïeule taille mes draps
dans l’étoffe du ciel
remue mes rêves
avec la braise
et met le jour à lever
dans la cuisinière

tôt le matin
elle lave à grande eau
les ombres sur ses photos
en garde la paisible clarté
et l’énigme de ces noms
que j’égrène
avec des baies de sureau

sur son tablier
blotti contre le vieux chat tigré
le monde ronronne
entre ses doigts de lait

dehors
ivre de silence
la neige boit les collines
à perte de vue
et je cherche à mes pieds
où pourrait finir demain

je ne sais pas
que la neige brûle
au bout de ses gants troués

CÉCILE OUMHANI Poème inédit
Commenter  J’apprécie          240
CERTAINS JOURS…

Certains jours
Le jour est si bleu
Qu’on voit l’avenir
À sa porte
Il fait froid
Mais la sève éclate
Une fois encore
La terre gonfle ses jupes
Pour de nouveaux matins
Mille projets sont dans l’air
Et la vie s’active
Que vas-tu faire
De tes mains
Sans amour ?

Hélène CADOU - mise en musique par Martine Caplanne
Mise à jour, 1989
Commenter  J’apprécie          230
ADRESSE

En deçà et au-delà
De nos identités originales
De nos appartenances communautaires,

En deçà et au-delà
De nos langues détournées, transgressées,
De nos noms reconnus, ressourcés,
Des terres de nos îles morcelées, archipélagées, dispersées,

En deçà et au-delà
De nos ruptures, brisures, cassures,
Des clans guerriers, clans paroles, clans écritures,
Clans mémoire, clans histoire,

En deçà et au-delà
Des mélopées funèbres, désespérances de nos béances,
Manques dans nos corps, de l’âme et de l’esprit en nos sociétés
multiples,

En deçà et au-delà
De tout ça qui fonde et nourrit nos interventions et écritures
particulières,

Nous gardons et emporterons dans nos bagages quelque essence
qui est :

Sur nos chemins de partage,

L’apport par chacun de son brin de conscience,
De réflexion, d’humanité,
Pour commencer à dire ensemble,
Avec nos mots, nos sonorités, nos musiques intérieures,

La chose à transmettre,
L’esprit de juste mémoire :

Tailler, ajouter, renouer, rénover,
Aplanir, étendre et retresser la natte humaine.


Flora AURIMA DEVATINE - Littérama’ohi, n°5, 2004
Commenter  J’apprécie          200
S’ABSENTER

Partir est toujours une façon d’être là,
on le sait par les trains, les bateaux et les pas,
le coeur en alarme et le regard accroché
à ce port qui s’éloigne, à l’amarre d’un quai.

Mais rester à demeure est aussi ambigu :
demeurer en rêvant à des pays perdus
au fin fond de l’enfance et de la vie flouée
est un moyen naïf d’encore s’absenter.

On marche comme on s’arrime à la terre, on va
pour appartenir au chemin, trouver sa place
dans le paysage incertain. On tourne en rond

en quête de la présence, d’un gué, d’un pont.
Que l’on s’arrête alors le monde devient plat
Et soi-même on se perd en recouvrant ses traces.


Michel BAGLIN
Un présent qui s’absente, 2013
Commenter  J’apprécie          206
LEVÉE EN MASSE

Ne serait-ce qu’une fois, si tu parlas de liberté,
Tes lèvres, pour l’avoir connue, en ont gardé le goût du sel,
Je t’en prie,
Par tous les mots qui ont approché l’espoir et qui tressaillent,
Sois celui qui marche sur la mer.
Donne-nous l’orage de demain.

Les hommes meurent sans connaître la joie.
Les pierres au gré des routes
attendent la lévitation.

Si le bonheur n’est pas au monde
nous partirons à sa rencontre.
Nous avons pour l’apprivoiser
les merveilleux manteaux de l’incendie.

Si ta vie s’endort,
Risque-la.

JEAN MALRIEU, 1995
17. Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
Commenter  J’apprécie          190
Enfance de la nuit où rêve une syllabe
Enfance du ruisseau, des territoires bus (...)
Enfance des champs clairs, des sentes infinies
Enfance des soleils qui tournent comme un souffle
Enfance des maisons, des murets qui s'enflamment
Enfance des baisers, joues rougies sur la plage
Enfance du sureau, du chant des sarbacanes(...)

Jeanine Baude.
Commenter  J’apprécie          171
DÉRIVE EN ROUGE

Parce que chaque mot cache une fin du monde
et que l’ombre rend plus vive la lumière
la vie belle de sa blessure rouge
flamboie de tristesses éparpillées
Un rouge exubérant à en mourir
un rouge à aimer sans prendre souffle
à boire comme un merveilleux poison
Le rouge de mon amour me brûle si fort

Le flamboyant rouge au silence violent
feu de joie ou sacrifice sanglant
le flamboyant carnivore suce le sang de l’été
mon coeur en fait autant, j’en suis maculée
Nous sommes comme des amants voraces

Qui me dira qu’il n’est pas beau de pleurer
qui me dira de me livrer dans l’instant vermeil
et pourquoi le sang tenace de l’été renaît
dans l’orgasme du flamboyant

Un pétale deux pétales trois pétales
rouge sang rouge vulve rouge Ogou
Tu dérives ma fille, tu dérives et t’emmêles
point de garde fou dans la saison du flamboyant
La passion est rouge, rouge et mouvante
elle exulte au coeur de l’été en chute libre

Et mon désir sans aucune honte me colle au corps
omniprésent omnivore affamé d’instants multicolores
Le rouge flamboyant dans mes veines réclame son dû
comme les lèvres dévorantes d’un été scandaleux

KETTLY MARS ( née en Haïti en 1958 )
19. Que le corps exulte !
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Christian Poslaniec (368)Voir plus

Quiz Voir plus

De ville en ville

Le pèlerinage commence à la fin du 14e siècle avec Thomas CHAUCER et ses Contes de ...

Canterbury
Brigthon
Exceter
Londres

19 questions
148 lecteurs ont répondu
Thèmes : villesCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..