AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Decazeville , le 13/07/1960
Biographie :

Très jeune, Christian Viguié a été touché par la pointe d'une plume, celle avec laquelle Rimbaud, Baudelaire, Steinbeck ou Dostoïevski tracèrent avec ardeur leurs pensées les plus folles. Et seul, il comprit que la poésie impliquait de ne pas perdre sa vie en vanités matérielles, et qu'il lui fallait donc s'éloigner, s'isoler, de son Aveyron natal pour s'en aller vagabonder. Il a passé ainsi trois ans, seul, dans un village abandonné, ainsi qu'un certain temps dans les rues de la capitale.

Et après moult rebondissements, c'est dans la peau d'un instituteur limougeaud qu'on le retrouve. Il a entre temps publié plusieurs recueils de ses poèmes, dont Le Vieux Maître, Guerres sur fond bleu et Un homme inutile aux éditions Au bruit des autres. Est également paru aux fameuses éditions Rougerie son ouvrage Juste le provisoire, qui est une méditation sur l'effleurement des désirs et des pensées par l'esprit de l'humain et celui du poète.

Christian Viguié a aussi travaillé avec des peintres et artistes plasticiens (La lutte avec l'ange, en collaboration avec Jean Revol), et a reçu de nombreux prix pour ses travaux et ouvrages.
+ Voir plus
Source : http://www.lebruitdesautres.com/bruitdesautres/index.php?sp=livAut&auteur_id=731
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Salon du Polar "Les Grands Espaces"


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Christian Viguié
wellibus2   21 juin 2015
Christian Viguié
Une clameur de pintades s'éleva en un bouquet sonore et désordonné, lui rappela des bribes d'enfance, le monde intime de sa chair où se renouvelait le foisonnement des couleurs et des êtres.

Les pas et les bruits allumaient la mémoire, menaient aux confins du rêve ou à la réalité lorsque celle-ci est plus un abandon que la conscience de soi-même.
Commenter  J’apprécie          250
Christian Viguié
coco4649   23 avril 2019
Christian Viguié
Le mythe de porter en soi…





Le mythe de porter en soi

une roue ou la lumière brisée d'un dieu

te fait sourire

comme lorsque tu étais enfant

et jetais dans la mare

une pierre

qui irisait et recomposait

le vitrail de l'eau.

Commenter  J’apprécie          220
Christian Viguié
wellibus2   02 septembre 2015
Christian Viguié
Mes personnages ne s’engloutissent pas dans les défaites. Ils ne parient pas sur l’espoir ou le désespoir, mesures trop fragiles et perméables à la religiosité du moment. Chaque mot compte. Chaque mot a compté. Ils savent que quelque chose a parlé chez Anaximandre, Rimbaud, Démocrite, Andreï Platonov… à travers la démocratie créatrice de l’amitié, à travers la commune de gens simples…
Commenter  J’apprécie          210
wellibus2   25 juin 2015
Un Homme Inutile de Christian Viguié
On est toujours en deçà d'une pensée qui n'ose se construire, d'un émoi dont on ne capte que la surprenante floraison : l'énigme est d'oublier ou de ne plus faire cas de ce qui nous a, une fois pour toute, ouverts au monde.
Commenter  J’apprécie          200
Christian Viguié
coco4649   22 avril 2019
Christian Viguié
Lorsque tu disais…





Lorsque tu disais

la source de l'homme c'est l'impossible

il y avait du ciel qui glissait

des mots qui s'ouvraient

sur des fenêtres

pour voir

simplement pour voir.

Commenter  J’apprécie          200
Christian Viguié
coco4649   21 avril 2019
Christian Viguié
Même si tu te taisais…





Même si tu te taisais

on continuerait à mourir

à jeter dans la cour

un seau plein d'étoiles

Voilà pourquoi tu dessines

des mains et des oiseaux

une brindille qui ne brûle pas

pour t'accoutumer à l'impossible

ou à son bégaiement.

Commenter  J’apprécie          170
wellibus2   20 juin 2015
Un Homme Inutile de Christian Viguié
Il savait que le voyage irait de la volupté à l'épuisement. Il plongea, replongea dans une eau noire comme si la nuit provenait des profondeurs du lac et tentait de se libérer de la pesanteur. A la surface régnait un cliquetis muet, les étincelles du miroir brisé.
Commenter  J’apprécie          150
wellibus2   19 janvier 2015
Le livre des transparences et des petites insoumissions de Christian Viguié
Tu voulais qu'elle frémisse encore au-dessus d'un mur, à l'intérieur d' une phrase, et qu'elle réduise à néant la suffisance des êtres et des paroles, des petites fatalités qui innocentent le monde.
Commenter  J’apprécie          140
wellibus2   17 janvier 2015
Le livre des transparences et des petites insoumissions de Christian Viguié
Le R de ta machine à écrire Olivetti tapait plus bas, amputait ton bonheur, enlevait au mots une fenêtre

D'autres lettres suivirent, pattes sales d'un corbeau. Elles dansaient dans un grenier de chagrin. elles auraient pu t'éloigner d'une destruction, déposer quelques graines sur la page, se soumettre au poignard de la bougie

Il fallait recommencer une douleur dont la raison était lointaine.
Commenter  J’apprécie          130
wellibus2   21 juin 2015
Un Homme Inutile de Christian Viguié
Il échangeait la nostalgie contre la violence rauque du tabac. Cela marchait presque tout le temps : transformer un sentiment en fumée.
Commenter  J’apprécie          142

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..