AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.03/5 (sur 47 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Decazeville , le 13/07/1960
Biographie :

Très jeune, Christian Viguié a été touché par la pointe d'une plume, celle avec laquelle Rimbaud, Baudelaire, Steinbeck ou Dostoïevski tracèrent avec ardeur leurs pensées les plus folles. Et seul, il comprit que la poésie impliquait de ne pas perdre sa vie en vanités matérielles, et qu'il lui fallait donc s'éloigner, s'isoler, de son Aveyron natal pour s'en aller vagabonder. Il a passé ainsi trois ans, seul, dans un village abandonné, ainsi qu'un certain temps dans les rues de la capitale.

Et après moults rebondissements, c'est dans la peau d'un instituteur limougeaud qu'on le retrouve. Il a entre temps publié plusieurs recueils de poèmes, dont "Le Vieux Maître", "Guerres sur fond bleu" et "Un homme inutile" aux Éditions Au bruit des autres. Il a également publié aux Éditions Rougerie son ouvrage "Juste le provisoire", une méditation sur l'effleurement des désirs et des pensées par l'esprit humain et celui du poète.

Christian Viguié a aussi travaillé avec des peintres et artistes plasticiens (La lutte avec l'ange, en collaboration avec Jean Revol), et a reçu de nombreux prix pour ses travaux et ouvrages.

Publié en 2021 aux Éditions Rougerie, "Damages" vaut à Christian Viguié d'être récompensé par le célèbre Prix Mallarmé.
+ Voir plus
Source : http://www.lebruitdesautres.com/bruitdesautres/index.php?sp=livAut&auteur_id=731
Ajouter des informations
Bibliographie de Christian Viguié   (29)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Salon du Polar "Les Grands Espaces"


Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
Lorsque je ne serai plus de ce monde
il y aura le même noyer que j'ai regardé
le grand bouquet de ciel au-dessus de lui
le même caillou que j'ai jeté au fond du pré
sans que je sache où il se trouve
Voilà pourquoi j'aime ce monde
parce qu'il n'a pas besoin de moi
de mes amours ou de mes pensées
de ma solitude que j'ai enfermée dans un vieux sac
de cette insondable tristesse
qui fut comme un feuillage
Il y a ce caillou perdu et ce noyer
et tous ces oiseaux que je n'arrive pas à compter (...)
Commenter  J’apprécie          453
Il y a bien sûr des choses
que je ne confonds pas
le ciel avec le ciel
une mort avec une mort
la douleur qui traverse la douleur
avec ses flèches d'oiseaux
Cependant depuis ta mort
il existe un grand silence
comme un dieu qui aurait tout éteint
un silence dans les mots
dans les pierres et les fleuves
dans les bruits mêmes
dans le jour qui se coupe en deux
imitant le son sec d'une branche
Il y a un grand silence
dans les choses
qui ne savent plus apparaître
et restent ce qu'elles sont :
un chemin un soleil
parfois un mouvement
comme celui d'une prune
lorsqu'elle tombe à terre
ou le simple vol d'un papillon
quand il passe au cœur de l'ombre
et se dissocie soudainement de sa couleur
Tout cela offrant au monde
une impassibilité triste et parfaite.
Commenter  J’apprécie          417
Il est possible que tu n'épuises
aucune raison du néant
que tu captes ni or
ni soleil
jusqu'à ce que te surprennent
l'ombre
et le tremblement d'une jonquille.
Commenter  J’apprécie          412
Pourquoi aurais-je besoin d'un maître?
À la femme ou à l'homme
qui parle sans cesse de sagesse
je préfère la placidité du lac.
Commenter  J’apprécie          400
Lorsque j'écris
je ne sais pas
ce que cela deviendra :
oiseau ou caillou
arbre ou nuage
la plupart du temps rien
je prends simplement conscience
de la table
sur laquelle repose ma feuille blanche

J'essaie toujours ce dialogue
entre l'oiseau et le caillou
entre l'arbre et le nuage
avec la feuille blanche et la table
jusqu'à mêler leur profond silence
que je conjugue avec le mien

Ainsi commence le chant
qui serait les notes
ou les ratures
d'un plus profond silence.
Commenter  J’apprécie          381
Christian Viguié
Une clameur de pintades s'éleva en un bouquet sonore et désordonné, lui rappela des bribes d'enfance, le monde intime de sa chair où se renouvelait le foisonnement des couleurs et des êtres.
Les pas et les bruits allumaient la mémoire, menaient aux confins du rêve ou à la réalité lorsque celle-ci est plus un abandon que la conscience de soi-même.
Commenter  J’apprécie          250
Christian Viguié
Le mythe de porter en soi…


Le mythe de porter en soi
une roue ou la lumière brisée d'un dieu
te fait sourire
comme lorsque tu étais enfant
et jetais dans la mare
une pierre
qui irisait et recomposait
le vitrail de l'eau.
Commenter  J’apprécie          230
Christian Viguié
Mes personnages ne s’engloutissent pas dans les défaites. Ils ne parient pas sur l’espoir ou le désespoir, mesures trop fragiles et perméables à la religiosité du moment. Chaque mot compte. Chaque mot a compté. Ils savent que quelque chose a parlé chez Anaximandre, Rimbaud, Démocrite, Andreï Platonov… à travers la démocratie créatrice de l’amitié, à travers la commune de gens simples…
Commenter  J’apprécie          210
On est toujours en deçà d'une pensée qui n'ose se construire, d'un émoi dont on ne capte que la surprenante floraison : l'énigme est d'oublier ou de ne plus faire cas de ce qui nous a, une fois pour toute, ouverts au monde.
Commenter  J’apprécie          210
Christian Viguié
Lorsque tu disais…


Lorsque tu disais
la source de l'homme c'est l'impossible
il y avait du ciel qui glissait
des mots qui s'ouvraient
sur des fenêtres
pour voir
simplement pour voir.
Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Christian Viguié (45)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz sur l´Etranger par Albert Camus

L´Etranger s´ouvre sur cet incipit célèbre : "Aujourd´hui maman est morte...

Et je n´ai pas versé de larmes
Un testament sans héritage
Tant pis
Ou peut-être hier je ne sais pas

9 questions
4758 lecteurs ont répondu
Thème : L'étranger de Albert CamusCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..