AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.38 /5 (sur 628 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 04/07/1956
Biographie :

Christophe Donner ou Chris Donner, né Christophe Quiniou, est un écrivain, journaliste, critique littéraire et cinéaste français.

Il est l'auteur d'œuvres importantes et variées, il est notamment l'auteur de nombreux récits pour la jeunesse publiés, pour la plupart, à l'École des loisirs. Il écrit également sous le pseudonyme de Hélène Laurens.

Après une enfance en banlieue parisienne, il débute, sans diplôme, dans le cinéma comme acteur, puis comme monteur. Il réalise ensuite quelques courts-métrages.

Il se fait connaître par ses œuvres autobiographiques ou autofictionnelles. Proche du philosophe Paul Ricœur, il fut l'ami de son fils qui se suicida. Christophe Donner se brouilla avec Paul Ricœur après la sortie de son livre l'Esprit de vengeance (1992) ; il revient sur cette rupture dans Ma vie tropicale. Dans Mon oncle, il met en scène le personnage de son oncle, l'arbitre de football Joël Quiniou. Il règle ses comptes avec une mère psychanalyste et un père communiste avec l'Empire de la morale (2001).

Ses romans pour la jeunesse connaissent le succès sans susciter les polémiques de ses livres autobiographiques. Le désormais classique Les Lettres de mon petit frère (1992) a par exemple pour narrateur un petit garçon qui passe ses vacances en famille sans son grand frère, rejeté parce qu'homosexuel.

Christophe Donner revendique une approche autobiographique de la littérature, qu’il défend dans son essai Contre l'imagination (1998).

Passionné de courses de chevaux, il a été chroniqueur hippique à France-Soir avant de fonder le magazine Of course en 2003. Titulaire d’une chronique hebdomadaire dans le Monde 2, il fut aussi grand reporter pour le magazine Globe, ce qui l'a mené à beaucoup voyager, aux États-Unis, au Mexique, en Russie, en Afrique…

Le 7 novembre 2007, Christophe Donner a accusé Franz-Olivier Giesbert d’« avoir manipulé » les délibérations du jury du Prix Renaudot. Accusation qu’il a réitérée avec force le 14 novembre 2007 dans le cadre d’une émission diffusée sur France Inter. Selon une dépêche de l'Agence France-Presse, c’est « à la surprise générale que les jurés du Prix Renaudot ont attribué leur prix 2007 à Daniel Pennac, alors que le livre de ce dernier ne figurait pas sur la liste des ouvrages sélectionnés ».

Le 16 novembre 2007, Christophe Donner a refusé un prix attribué par Le Figaro Magazine (et accompagné d’un chèque de 8 000 euros).
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Christophe Donner   (75)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Christophe Donner vous présente son ouvrage "La France goy" aux éditions Grasset. Rentrée littéraire automne 2021. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2549013/christophe-donner-la-france-goy Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (195) Voir plus Ajouter une citation
evelynepapillard   19 janvier 2022
Les maisons de Christophe Donner
en réalité, ma tante ne soutenait pas du tout ma mère, elle pesait sur elle de tout son poids, oui, plutôt ça. j'étais derrière, je voyais tout, elle tirait ma mère vers le bas pour l'obliger à marcher le plus voûtée possible. bientôt la place de choix qu'elle avait fini par prendre au premier rang du cortège n'a plus suffi à ma tante, elle a continué d'être jalouse, et plus que jamais, parce qu'elle a regardé ma mère, tout le monde regardait ma mère, c'était un phénomène étrange au milieu de ce village, les gens étaient là au bord du trottoir, le chapeau à la main, et tous regardaient ma mère, simplement parce qu'elle était belle, presque aussi belle qu'une veuve, presque aussi tragique qu'une orpheline, et au bout d'un moment ma tante s'en est rendu compte, elle s'est rendue compte que malgré tout le noir qu'elle s'était mis sur le dos, car ils s'étaient tous habillés en noir, elle et son mari, et aussi ma cousine, toute la branche nivernaise en grand deuil, comme on dit, malgré tout ce noir elle n'avait aucune grâce, aucune vraie tristesse, elle n'avait même pas ce qu'on pourrait appeler une certaine noblesse, non aucune, dans ce cortège long d'une trentaine de personnes, seuls les vieilles dames du village avaient une certaine noblesse. On ne les connaissait pas, elles marchaient à petits pas, mais un noir usé, un noir qui avait servi déjà à d'autres chagrins, un noir vraiment terne, accablant et silencieux, pas ce noir éclatant qui, sur les épaules de ma tante, au lieu d'inspirer le respect, au lieu de lui conférer du prestige, ne faisait que poser sur ses épaules un soupçon terrible pourquoi tout ce noir, est-ce qu'elle veut se faire remarquer, se demandait on sur son passage. Ma tante avait beau s'accrocher à ma mère, le soupçon était sur elle, et elle l'a senti, elle a lu dans le regard des Badauds et c'est alors qu'elle s'est mise à pleurer. Quelle garce, ai je pensé aussitôt, mais pendant toute la procession elle a continué de pleurer à chaudes larmes entre le bras de ma mère, sans aucune dignité, à chaudes larmes, et sans le moindre chagrin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
evelynepapillard   19 janvier 2022
Les maisons de Christophe Donner
en réalité je n'en avais rien à foutre de revoir mon père avachi, si j'avais fait l'effort de reprendre contact avec lui après 18 ans de séparation total, c'était à cause de son fils, j'avais cette envie de connaître mon frère, sans raison précise, ça me semblait naturel, mais au bout d'un certain nombre de rencontres avec mon père, il a parlé de ci et de ça, il en est arrivé à me demander pourquoi j'écrivais des livres, pourquoi ces livres là, et sans me laisser le temps de répondre il a commencé à dire ce qu'il avait sur le cœur, sa crainte que j'écrive encore des livres, et des livres sur lui, des livres qui dénoncent, j'ai compris qu'il craignait ça par-dessus tout et qu'il ne désirait qu'une chose c'est me tuer, me supprimer en tant qu'écrivain, qu'on m' efface, moi et mon histoire avec lui, que ça disparaisse à ses yeux, et surtout aux yeux de son jeune fils. cette vie ancienne qu'il voulait rayer. qui est-ce qui fait ça. qui sont les types qui disparaissent pour fonder une autre vie, rayer tout le reste, ne plus vouloir entendre les coups du passé. faut-il qu'ils aient commis contre l'humanité des crimes imprescriptibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
evelynepapillard   19 janvier 2022
Les maisons de Christophe Donner
mon père était snob, communiste et snob, il allait souvent boire des verres à la coupole, il révait de faire partie de ce milieu des artistes, d'être reconnu en tant qu'un intellectuel communiste non sectaire, et pourquoi pas en tant qu'artiste. mon père faisait des discours sur le renouveau de l'art il adherait au surréalisme, au lettrisme, à la musique stochastique, tous les mouvements susceptibles de révolutionner l'art le passionn aient. En vérité derrière tout ce fatras, mon père dissimulait sa haine de l'art, j'ai toujours su qu'il voulait accéder à l'art à seule fin de le détruire, et dans sa stratégie de destruction la moissonneuse-batteuse est une pièce maîtresse, une pièce de musée, disait-il, comme si ce tas de ferraille menaçait déjà d'entrer au Louvre et d'écraser tout sur son passage, écrasé cet art bourgeois qu'il ne pourrait jamais atteindre autrement.
Commenter  J’apprécie          00
Jumax   10 septembre 2013
Mes débuts dans l'art de Christophe Donner
Est-ce que les dessins d'enfant appartiennent à leurs parents ? Est-ce qu'ils peuvent en faire ce que bon leur semble ? Est-ce qu'il y a une loi qui leur donne ce droit ? Franchement ça m'étonnerait.

C'est pourtant ce qui s'est passé.
Commenter  J’apprécie          170
viou1108_aka_voyagesaufildespages   12 décembre 2019
Quatre idiots en Syrie de Christophe Donner
[…] Notre-Dame a brûlé toute la nuit, la flèche s'est effondrée en direct et en mondiovision, la moitié du toit écroulée. Mais Notre-Dame sera bientôt reconstruite, c'est promis: en deux heures, miracle à la française, près d'un milliard d'euros défiscalisés se retrouvent sur la table… à ce rythme, il faudrait à peine trois semaines pour reconstruire la Syrie.
Commenter  J’apprécie          160
Bazart   03 octobre 2014
Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arrive de Christophe Donner
on a parfois du mal à distinguer les putains des thésardes tellement elles sont toutes belles, libérées, ou en voie de l’être
Commenter  J’apprécie          170
Malivriotheque   26 janvier 2015
Un roi sans lendemain de Christophe Donner
L'assiette de Martin était vide, carrément propre, il avait adoré cette crème, ce calva, ces champignons, tandis que Henri avait laissé refroidir son escalope sans y toucher, elle ressemblait à une de ces photographies sur les menus des restaurants chinois.
Commenter  J’apprécie          120
Rouletabille   17 décembre 2012
À quoi jouent les hommes de Christophe Donner
Il pensait que le public venait sur son hippodrome glacial pour la beauté du sport. Il avait calculé qu'en le privant de jeu, le public s'interesserait davantage aux chevaux. C'est évidemment le contraire qui se passe.
Commenter  J’apprécie          120
Cath_perrin   22 octobre 2021
La France goy de Christophe Donner
Le problème, c’est qu’il ne sait toujours pas vers quel bord, il penche. Un jour, son billet emprunte le méchant discours d’un anarchiste, aspirant à une “révolution totale”, un autre jour il ne parle que de démocratie, et entre-temps, il écrit un conte antisémite. Il faut dire qu’il change aussi très souvent d’alcool.
Commenter  J’apprécie          110
Fleitour   24 mars 2019
Au clair de la lune de Christophe Donner
Février 2008. Université de Berkeley Californie.

Les deux chercheurs du laboratoire empreinte le Phonautographe d'Édouard Scott de Martinville.

Ils procèdent à quelques réglages, ils ont la satisfaction d'entendre une voix sortir du haut-parleur de l'ordinateur comme de la nuit des temps, c'est la voix de Scott de Martinville qui chante au clair de la lune. P 268

Cette voix c'est le jeudi 26 novembre 1857 qu'Édouard Scott chante, "au clair de la lune mon ami Pierrot" devant un aéropage de savants français 50 membres de la société dite d'encouragement, quorum requit pour l'ouverture d'une séance de l'académie.

Toute l'élite française, célébrités, palmés, décorés, édités, réédités dont certains ont déjà leur nom dans les dictionnaires sont là présents.

P 222
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les lettres de mon petit frère

Est-ce que le grand frère est gentil avec son petit frère?

Non, il ne l'aime pas
Oui, il est même attentionné
Il ne le précise pas

10 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Les lettres de mon petit frère de Christophe DonnerCréer un quiz sur cet auteur

.. ..