AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.39 /5 (sur 22 notes)

Biographie :

Christophe Fourvel est né en 1965, il vit non loin de Besançon. Animateur d’ateliers d’écriture, il est aussi auteur de livres pour enfants, de textes pour la scène, de chroniques dans la presse. Il a publié aux éditions La Fosse aux ours : Le mal que l’on se fait (2014), Bushi no nasake (2011), Des hommes (2002), Dumky (2000), Derniers paysages avant traversée (1999) ; aux éditions La Dragonne : Montevideo, Henri Calet et moi (2006), Anything for John (2005), Journal de la première année (2001) ; et au Chemin de fer : La dernière fois où j’ai vu un corps (2011).
------------------------------------------------------------------


"Je suis né en 1965 à Marseille. En 1991, j'abandonne une thèse en neurophysiologie et travaille (quelques mois) au Centre International de Poésie de Marseille avant de devenir libraire (quelques années) à Brignoles dans le Var. Je vis à présent dans le Doubs (depuis quinze ans), terre de compromis géographique entre le Vieux Port et l’île Gotland, dans la Baltique, que j'affectionne particulièrement. Jusqu’en octobre 2006, je travaille comme chargé de mission au Centre Régional du Livre de Franche-Comté, à Besançon. Je m'y suis plus particulièrement occupé de la création et de la rédaction d’une revue littéraire, Verrières, avant de tenir à jour le site Internet de la structure.
De septembre 2006 à juin 2008, je travaille en collaboration avec le théâtre Le Granit, Scène nationale de Belfort et ai en charge des ateliers d’écriture en milieu scolaire ainsi qu’au sein du théâtre, auprès d’un public adulte. Depuis, toujours en tant qu’écrivain-animateur d’ateliers d’écriture, j'interviens régulièrement dans d’autres théâtres (L’Allan, Scène Nationale de Montbéliard, Les Scènes du Jura-Scène nationale, Le Grand R-Scène nationale La Roche-sur-Yon...), de nombreux établissements scolaires (de la maternelle au supérieur), diverses structures comme les prisons (Maison d'arrêt de Besançon), les hôpitaux psychiatriques (C.H.S. Saint-Ylie), les musées (Musée des Beaux-arts de Besançon), les Centres de long séjour, les M.J.C…

Au printemps 2012, j'obtiens une bourse du Conseil Régional de Franche-Comté pour l’écriture d’un roman, intitulé « Le Mal que l’on se fait », paru en janvier 2014 aux éditions La Fosse aux Ours. Ce roman est sélectionné pour le Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle en Île-de-France 2014/2015 ainsi que pour le prix Marcel Aymé 2014.
Mars-octobre 2015 : Résidence
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Christophe Fourvel   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'exil comme un roman : Marion Muller-Colard dialogue avec Christophe Fourvel @Marion Muller-Colard entremêle dans Wanted Louise @Gallimard, 2020 le destin véridique d'une famille mulhousienne d'origine polonaise durant la Seconde Guerre mondiale et l'insoutenable disparition d'une jeune mère de famille de nos jours. Quant à Christophe Fourvel, il tisse dans Ce sont des bateaux que l'on regarde partir @Médiapop Editions 2020, les récits de ceux venus plein d'espérance de tous les continents pour fonder la diversité de la France.

+ Lire la suite

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Moglug   04 octobre 2017
Tant de silences de Christophe Fourvel
Les photographies sont toutes porteuses d'un mensonge. Aucun bruit n'émane du désordre des rues, aucun son ne sort des bouches ouvertes. Un bruissement de feuilles ne résonnent pas dans la forêt ventée. Les frondaisons, les boulevards, les opprimés sont muets. Le silence est le mensonge le plus sournois de l'image, nous y adhérons un instant, subjugués, prêtant sans aucun doute un calme et une harmonie plus grande aux motifs qui fixent nos yeux. Car le monde mutique est plus proche de nos rêveries que le vrai monde et il est plus tentant de croire à nos rêveries qu'au vrai monde.
Commenter  J’apprécie          50
edwige31   06 août 2012
La tendresse du guerrier/Bushi no nasake de Christophe Fourvel
Les mourants attendent de ceux qui restent l'autorisation de d'éteindre. Ils ne répondent plus aux questions parce que la parole n'a pas été pensé par les agonisants
Commenter  J’apprécie          30
fanfanouche24   09 décembre 2017
Anything for John de Christophe Fourvel
Il convient de remarquer que le pouvoir qu'exercent les films de John [Cassavetes] tient en grande partie au fait que la mise à nu opérée en permanence sur les personnages n'est jamais portée par la forme la plus évidente de mise à nu, jamais tout à fait convaincante mais tout de même évidente, c'est-à-dire la nudité. Dans les films de John, les personnages font souvent l'amour sans se toucher et c'est impossible sans amour.(p.18-19)
Commenter  J’apprécie          20
Virgil418   18 octobre 2017
Tant de silences de Christophe Fourvel
Le tableau le plus célèbre du monde s'intitule "Le cri".

"Le cri" le plus célèbre du monde est silencieux.

Commenter  J’apprécie          20
Virgil418   18 octobre 2017
Tant de silences de Christophe Fourvel
A l'inverse , Harpo Marx. Acteur qui choisit d’être muet à l'époque du parlant.
Commenter  J’apprécie          20
Virgil418   18 octobre 2017
Tant de silences de Christophe Fourvel
Nous ne sommes pas des détecteurs de l'armée américaine.

Pourtant des événements ordinaires de notre existence nous contraignent en permanence à prendre des décisions sur une base d'informations incomplètes.
Commenter  J’apprécie          10
Virgil418   18 octobre 2017
Tant de silences de Christophe Fourvel
Le silence, sur le visage de celui qui ne connaît pas la poésie et qui découvre avec stupeur, des mots précis pour nommer sa souffrance tue.
Commenter  J’apprécie          10
LaboratoriumCelunien   20 janvier 2021
Le mal que l'on se fait de Christophe Fourvel
Les phrases longtemps contenues finissent par s'aventurer au bord des lèvres. Lorsque cela arrive, quelque chose de grave se joue qui n'est rien d'autre que l'estime de soi. Il est possible qu'on ne se supporte plus taiseux. Comme il est possible que l'aveu fasse un pli dégoûtant sur notre miroir. L'un ou l'autre est assassin sans que l'on sache à l'avance lequel.
Commenter  J’apprécie          00
LaboratoriumCelunien   20 janvier 2021
Le mal que l'on se fait de Christophe Fourvel
Tu te sens "las", penses-tu, pour la première fois de ta vie. Tu connais cet adjectif depuis longtemps mais le sens t'est demeuré jusque la trop flou pour que tu puisses l'appliquer à une sensation. Il désigne, sans aucun doute, une fatigue différente de celle que tu as toujours éprouvée et doit tout à fait convenir à ce nouvel état d'épuisement.
Commenter  J’apprécie          00
19chantal   06 janvier 2016
Une vie d'ours de Christophe Fourvel
Car il en va toujours ainsi : un jour ou l'autre, les choses finissent par changer...
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les couples célèbres

Qui étaient "les amants du Flore" ?

Anaïs Nin et Henri Miller
Elsa Triolet et Aragon
Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Paul Verlaine et Arthur Rimbaud

9 questions
7813 lecteurs ont répondu
Thèmes : couple , roman d'amourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..