AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.8 /5 (sur 41 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Clermont-Ferrand
Biographie :

Né à Clermont-Ferrand, Christophe Masson a voyagé à travers le monde, avec une prédilection pour l’Amérique et l’Asie.

Ses romans racontent des histoires d’amitié et de sentiments dans un monde en perpétuelle évolution. Influencé par la tradition des « travel-writers » anglais, il mêle journal intime, humour et carnet de voyage à ses explorations de civilisations à la fois si proches et si lointaines de nous.

Il est l’auteur de :

«Pascale et Christophe» (2009), « Le Manuel de Géographie » (2010), « Lost in Dubaï » (2011), « A l’ombre du banian » (2013), « Ombre Chinoise » ( 2014 ), "L'Etoile de Bombay" (2015), "L'Empereur de Macao" (2016), « Patagonia » (2017), "La Grande Vague" (2018) et "Le Dragon de Jade" (2019).

Source : http://www.livre-royat-chamalieres.com/auteurs/litterature-romans/masson-christophe
Ajouter des informations
Bibliographie de Christophe Masson   (12)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
Atasi   30 juillet 2021
Fièvre jaune de Christophe Masson
J'étais parti, la tête farcie de rêves d'aventures, avec l'espoir de devenir quelqu'un ici, quand je n'étais personne là-bas, et je m'imaginais alpiniste mutilé mais glorieux, comme Herzog, comme Terray. A mon retour, on m'attendrait avec ferveur au pied de la passerelle du Junker, et les jeunes filles insolentes m'aimeraient enfin
Commenter  J’apprécie          20
HermantM   12 mars 2014
Ombre chinoise de Christophe Masson
Le dortoir sans intimité, les lits en fer grinçant au moindre balancement, les douches communes, et la peau sur le lait du petit-déjeuner, le retour au pensionnant le dimanche soir, par une porte dérobée, rue du Commandant-Madeline. A se demander si toute ma vie d'adulte, je ne m'étais pas obstiné à m'affranchir de toutes contraintes de groupes et à fuir ainsi les pensionnats de l'existence.
Commenter  J’apprécie          160
Christophe Masson
ombrechinoise   04 juillet 2015
Christophe Masson
- Oui, dit Ashok.

- Ou alors cette rue-là ?

- Oui, répéta l’Indien, le regard fuyant.

Depuis notre arrivée à l’aéroport de Bombay, il semblait aussi perdu que moi au milieu de cette fourmilière de vingt millions d’habitants. Comble de malchance, notre taxi prépayé devait être le seul à la sortie de Chhatrapati Shivaji à ignorer où se situait le quartier touristique. En pantalon et dhoti blancs, la barbe et les cheveux blancs coupés court, il demanda trois fois son chemin et finit par avouer : « First day driving ! » avec la candeur réjouie du chauffeur débutant qui n’en revient pas de conduire une Hyundai neuve noire et jaune, le plastique encore sur les sièges claquant au vent quand la voiture prenait de la vitesse. Ram Singh pilotait le buste droit, tel le capitaine d’un boutre fendant les flots de la mer d’Oman qui miroitait par instants sur notre droite.

Commenter  J’apprécie          120
HermantM   03 octobre 2012
Lost in Dubaï de Christophe Masson
Une Inde propre, dit Esèbe en englobant d'un geste large les trottoirs d'Al Burj Street, les immeubles de quatre étages avec du linge à sécher et des paraboles sur les balcons, les boutiques proprettes aux enseignes arabes, indiennes, chinoises, les voitures au ralenti qui ne klaxonnent pas et même, miracle, s'arrêtent pour vous laisser passer. Une Inde propre, calme et ordonnée, avec ses odeurs de jasmin et d'encens mais sans les mauvaises. Quand je pense qu'à Dehli, on risque sa peau rien qu'en traversant une rue et que, si on en réchappe, ce sont la pollution, le bruit, la chaleur, les rabatteurs de tous poils qui vous lessivent et vous laissent sur le carreau.
Commenter  J’apprécie          110
ombrechinoise   19 mars 2014
Ombre chinoise de Christophe Masson
Je m’étais mis à la natation à l’époque où j’écrivais des romans et, très vite, un lien souterrain s’était tissé entre ces deux activités, qui tenait à la régularité et à la monotonie exigées par leur pratique. Nager en ligne avec élégance, écrire avec justesse et clarté. Nager cent kilomètres par an et, dans le même temps, composer et écrire un livre. Compter longueurs de bassin et pages noircies, se motiver en sachant que le résultat est dérisoire mais l’activité précieuse. Et puis recommencer avec le sentiment du devoir accompli, sans en tirer la moindre gloriole ou surcroît d’assurance – ce qui est derrière nous est derrière nous.
Commenter  J’apprécie          100
joellesence   20 décembre 2012
Pascale et Christophe de Christophe Masson
Lui en noir, elle en blanc qui s'est mise à fumer, ils picolent depuis trop longtemps au comptoir du Droit, l'atmosphère est tendue. Christophe a fait un passage éclair à une fête de l'Ecole, il a repéré deux filles, il aurait besoin d'air. Avec l'une, il fume son premier joint, mais la fumette n'arrive pas à la cheville de l'alcool, ce n'est pas son truc, pas assez convivial, il faut se cacher, là où l'ivresse lui apporte le mouvement, la vitesse, les autres, le monde entier.
Commenter  J’apprécie          80
ombrechinoise   20 août 2014
Ombre chinoise de Christophe Masson


Christophe Masson - Ombre chinoise



Publié le 19 août 2014 par Patrick Chabannes (sur Babelio : Pchabannes)







Christophe Masson - Ombre chinoise





"My Shangri-La beneath the summer moon, I will return again." Led Zeppelin



Un écrivain reste au chaud sans bouger. Il est encore jeune mais rien ne se rebelle en lui. L’animation du centre de Clermont-Ferrand suffit à sa peine, c’est dire combien il est atteint ! Son locataire, un des nombreux étudiant chinois de la ville, retourne au pays. Gao, un jeune homme à la beauté du Diable, le remplace. Peinture, piscine, plomberie, pinyin et idéogrammes, les occasions de rencontres entre l’Orient et Clermont-Ferrand se multiplient. Chacun progresse dans la compréhension de leur univers respectifs. Chuntian, sa professeur de chinois et Antonin, son plus vieux locataire, ajoute à l’ambiance délicieusement provinciale et à ce voyage immobile de solitudes citadines.



L’ouvrage se dévore lentement avec gourmandise. Le lecteur est plaisamment bercé par la plume de Christophe Masson.



Soudain, la mort d’Antonin et la soudaine disparition de Gao accélèrent le tempo. La recherche de Gao révèle le visage d’un inconnu : triche aux examens, trafic de cigarettes, faux passeport, argent liquide, paris sportifs truqués…





Christophe Masson - Ombre chinoise





Le vieil écrivain saisissant l’énergie renaissante se rebelle et part pour le Yunnan à Shangri-La à la recherche de Gao. Christophe Masson change de rythme et c’est au cœur de l’Empire du Milieu que…



L’écrivain voyageur arverne propose un excellent roman à l’érudition discrète mettant en scène des personnages mystérieux. Parfait pour tous les voyageurs en chaise longue et lunettes sur le nez dans mon genre.



Crédit photo : Thib in S'pore



Editions RevoiR, 2013, 350 pages, avec une belle maquette de Camille Flahault, une reliure très fragile et seulement 17€ pour un voyage au cœur de la Chine

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ombrechinoise   19 mars 2014
Ombre chinoise de Christophe Masson
On pouvait détester Lijiang et sa vieille ville devenue un barnum touristique, dans des décors de sous-Venise chinoisissime dupliqués à l’infini – rues pavées, petits ponts de pierre, lanternes rouges, toits torsadés, maisons traditionnelles rénovées sans souci de l’architecture naxi d’origine et transformées en boutiques vendant les mêmes produits, vêtements, galettes de thé, châles, viande de yack séchée, djembés, bijoux en jade, bibelots made in China. Le soir, le long de Jiubajie, la rue des bars, chaque établissement poussait la sono à fond et offrait à des Chinois pris de boisson le spectacle calamiteux de chanteurs de troisième zone éructant dans leur micro des airs de variété disco. Non loin de là, des touristes se pressaient comme des moutons devant une grosse pierre ovale pour être pris en photo devant l’inscription certifiant que la vieille ville était inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Mais on pouvait aussi aimer Lijiang pour l’ambiance d’éternel printemps qui régnait dans le lacis de ruelles et où, comme à Venise, il suffisait de s’éloigner des grands axes surpeuplés pour se retrouver seul, longer un ruisseau, s’asseoir sur le pont Wanzi, flâner au milieu des maisons de bois à deux étages et se perdre. En cette saison, les touristes étaient en majorité des jeunes filles, en couple ou entre copines, venues fêter la fin des examens et, au contact de cette Fontaine de Jouvence, la vieille ville rajeunissait, se teintait d’innocence et de légèreté rieuse.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ombrechinoise   19 mars 2014
Ombre chinoise de Christophe Masson
L’ascenseur nous propulsa au huitième étage. Une dégustation de vin blanc réunissait des expatriés dans une salle de restaurant et une serveuse nous conduisit à l’étage supérieur à l’Open Sky Bar installé sur une terrasse dominant Shanghai. Sur notre droite, le Bund et sa promenade en bois surélevée épousait le méandre du Huangpu, longeait la haie d’immeubles bâtis dans les années 1900-1930, dans des styles classique, Renaissance, Art déco, rappelant New York, mais sans la hauteur de l’Empire State, l’élégance du Chrysler Building, l’audace du Flatiron. En face s’élevaient les gratte-ciel modernes de Pudong dont les figures emblématiques relevaient plus du bizarre que de la réussite architecturale. Loin de l’effervescence créatrice de Dubaï, la Perle de l’Orient ressemblait à un bilboquet ou à un narguilé, le HSBC à un décapsuleur géant et son voisin étirait ses pattes d’insecte métallique dans le smog. Il n’empêche, j’étais content d’être enfin en Chine. Partir et prendre de la hauteur vous élèvent toujours un peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
joellesence   22 décembre 2012
Pascale et Christophe de Christophe Masson
L'âge n'y fait rien. Ils n'ont rien à dire aux adolescentes et tout à partager avec les parents, de satanés buveurs avec qui régler son compte à une 5è bouteille de blanc dans le jaccuzzi ou boire tout un dimanche, à Lagguna Beach puis dans les bars de Newport, du gin, de la bière , des pina coladas, en parlant de littérature américaine, d'amours, de ruptures et de vasectomie. Christophe est-il conscient qu'il ne retrouvera jamais plus une fille avec qui s'enivrer avec une telle désinvolture, une fille qui aime tout ce qui le passionne (... ) ?
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les romans de Christophe Masson (quiz un rien mégalo)

Son premier récit autobiographique s'intitule

Françoise et Christophe
Pascale et Christophe
Joelle et Christophe
Nadine et Christophe

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Christophe MassonCréer un quiz sur cet auteur