AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.79 /5 (sur 200 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Disley (comté de Cheshire) , le 26/08/1904
Mort(e) à : Santa Monica (Californie) , le 04/01/1986
Biographie :

Christopher William Bradshaw-Isherwood est un écrivain britannique naturalisé américain en 1946.

Né dans une vieille famille anglaise, Christopher Isherwood entre au collège de Corpus Christi et y rencontre deux poètes qui resteront ses amis : Stephen Spender et Wystan Hugh Auden. Avec eux, il voyage en Europe, puis s'installe à Berlin jusqu'à l'arrivée au pouvoir du nazisme, en 1933. La publication de son premier roman, "Tous les conspirateurs" (1928), lui vaut un succès immédiat.

En 1938, Auden et Isherwood voyagent en Chine avant de s'établir aux États-Unis un an plus tard. Cet exil est diversement apprécié en des temps où la Grande-Bretagne s'apprête à déclarer la guerre à l'Allemagne. Isherwood s'établit néanmoins en Californie où il embrasse la religion hindouiste suite à sa rencontre avec Swami Prabhavananda. Le livre "Mon Gourou et son disciple" (1980) relate cette relation décisive dans l'inspiration de l'écrivain britannique.

A Hollywood en 1939, Isherwood continue ses rencontres spirituelles avec l'historien Gerald Heard, fondateur du monastère de Trabuco Canyon. Puis il adhère à la philosophie hindouiste Védanta partagée notamment par Aldous Huxley, Bertrand Russell, Chris Wood, John Yale et Jiddu Krishnamurti. Grâce à Huxley, Isherwood se lie d'amitié avec le compositeur russe Igor Stravinski.

Impressionné par l'Allemagne préhitlérienne, il publie des romans d'un réalisme quasi documentaire : "M. Norris change de train" (1935), "Adieux à Berlin", (1939), dont sera tiré le film "Cabaret" de Bob Fosse (1972), et écrit, avec W. H. Auden, des drames expressionnistes ("L'Ascension de F6", 1937). Scénariste à la MGM à partir de 1940, de L. Turner et I. Bergman, etc., il se partage entre la recherche spirituelle et le combat pour l'homosexualité ("Christopher et son monde", 1976).

De 1953 jusqu'à sa mort, Isherwood partage la vie du portraitiste américain Don Bachardy en Californie.

Son roman "Un homme au singulier" (1964) est adapté au cinéma ("A Single Man", 2009) par Tom Ford avec Colin Firth et Julianne Moore.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Christopher Isherwood   (21)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Christopher Isherwood : Le mémorial
Depuis St Brelade's Bay à Jersey, Olivier BARROT présente le livre de Christopher ISHERWOOD "Le mémorial", édité par Christian Bourgois. Images de paysage côtier.

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
Roggy   10 septembre 2018
Adieu à Berlin de Christopher Isherwood
Il y a des aveux qu’on hésite à se faire parce qu’il en coûte à l’estime qu’on a pour soi-même

Commenter  J’apprécie          380
Sachenka   12 juillet 2015
Adieu à Berlin de Christopher Isherwood
- [...] la guerre, cela peut être quelque chose de beau, vous savez! Pensez aux Grecs de l'Antiquité!

Je rétorque :

- Les Grecs de l'Antiquité ne se servaient pas de gaz asphyxiants.
Commenter  J’apprécie          250
Sachenka   31 décembre 2015
Mr. Norris change de train de Christopher Isherwood
"Toutes ces frontières... c'est si assommant!"
Commenter  J’apprécie          220
torpedo   13 novembre 2020
Un homme au singulier de Christopher Isherwood
Pour Dreyer, George restera toujours un universitaire amateur ; ses diplômes, sa formation sont britanniques, et par conséquent suspects.
Commenter  J’apprécie          203
Sachenka   01 janvier 2016
Mr. Norris change de train de Christopher Isherwood
- [...] Eh bien, je pense que vous vous apercevrez que les tendres aiment encore moins être dupés que les autres. Ils y sont d'autant plus sensibles qu'ils sentent bien qu'ils n'ont qu'à s'en prendre qu'à eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          180
Sachenka   13 septembre 2020
Rencontre au bord du fleuve de Christopher Isherwood
Les enfants sont d'une extraordinaire sagesse, à leur façon.
Commenter  J’apprécie          160
Mimeko   15 décembre 2018
Adieu à Berlin de Christopher Isherwood
Ce n'est pas la peine de tenter une explication ou de parler politique. La voici déjà en train de s'adapter, comme elle s'adaptera à n'importe quel régime. Ce matin je l'ai même entendue prononcer "der führer" en parlant avec la concierge. Si on lui rappelait qu'aux élections de novembre dernier elle a voté communiste, elle s'en défendrait sans doute énergiquement et avec une parfaite conviction.C'est tout simplement qu'elle s'acclimate, en vertu d'une loi naturelle, comme un animal qui change de pelage en hiver. Des milliers de gens pareils à Frl. Schroeder sont en voie d'acclimatation. Après tout, quel que soit le régime au pouvoir, ils sont bien obligés de vivre dans cette ville.
Commenter  J’apprécie          120
michelblaise   28 mai 2021
Un homme au singulier de Christopher Isherwood
...Les visages des gens deviennent caricaturaux ; je veux dire qu'on a l'impression de voir ce que chacun a derrière la tête... L'un est d'une vanité absurde ; l'autre, littéralement malade d'inquiétude ; un troisième cherche la bagarre. Et puis on en voit de très rares qui sont beaux, tout simplement, pour l'unique raison que rien ne les rend anxieux ni agressifs ; ils prennent la vie comme elle vient...
Commenter  J’apprécie          120
Sachenka   11 juillet 2015
Adieu à Berlin de Christopher Isherwood
- Mais vous ne pouvez pas être communiste! C'est impossible.

- Et pourquoi? demandai-je avec froideur, en reculant car son contact m'est odieux.

- Parce que le communisme, cela n'existe pas. Ce n'est qu'une hallucination. Une maladie mentale. Les gens s'imaginent être communistes. En réalité ils ne le sont pas.
Commenter  J’apprécie          110
michelblaise   25 mai 2021
Un homme au singulier de Christopher Isherwood
Georges suppose que Mr Strunk essaie de le clouer d'un mot. "Pédé"...



Mais Mrs Strunk... se permet avec douceur d'avoir une opinion différente de celle de son mari... La technique de l'anéantissement par la douceur. Elle brandit un manuel de psychologie... Et entreprend d'exorciser l'innommable qui est en Georges... Rien ici de volontairement mauvais. Tout cela provient de l'hérédité, du milieu environnant de l'enfance..., d'un arrêt de développement à la puberté, ou des glandes. Nous avons affaire à un inadapté, à jamais privé du meilleur de l'existence, plus à plaindre qu'à blâmer. Certains cas, pris suffisamment jeunes, peuvent parfois être guéris. Quant au reste...ah ! Quel dommage ! Surtout quand ça arrive... à des gens vraiment méritants, des gens qui auraient pu tellement apporter ! (Même quand ce sont des génies malgré ça, leur chef-d'œuvre en sont invariablement pervertis).



Il faut... nous rappelez qu'après tout il y a bien eu les Grecs (mais...il s'agissait de Païens plutôt que de névrosés).



Allons même plus loin : disons que ce type de relation peut quelquefois être presque beau - surtout si l'un des partenaires est déjà mort ; ou, mieux encore, les deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Christopher Isherwood (269)Voir plus


Quiz Voir plus

Star wars

Qui est le maître de Darth Sidious ?

Darth Tyrannus
Darth Malgus
Darth Plagueïs
Obi-Wan Kenobi

8 questions
20 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur