AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Chrystine Brouillet (364)


Kassuatheth   26 avril 2014
Préférez-vous les icebergs ? de Chrystine Brouillet
on lui avait dit si souvent que les femmes battues ou violées devaient aimer ça, au fond, être victimes, puisqu’elles ne se défendaient pas. Yves lui-même lui disait qu’elle était masochiste de faire le boulot qu’elle faisait avec sa sensibilité.
Page 133
Commenter  J’apprécie          200
bilodoh   29 juin 2016
Vrai ou faux de Chrystine Brouillet
C’est étrange. Nous ne sommes pas malades. La vieillesse n’est pas une maladie. Et pourtant si. Elle nous fragilise. Elle érode tout. Les os se brisent. Le cerveau fuit.

(Druide, p. 130)
Commenter  J’apprécie          180
iarsenea   26 avril 2010
Le Collectionneur de Chrystine Brouillet
On cherche un transsexuel taxidermiste fréquentant les clubs de sports ! Ce n'est pourtant pas courant...
Commenter  J’apprécie          171
Kassuatheth   21 septembre 2016
Indésirables de Chrystine Brouillet
Les enfants sont si cruels, ils se moqueraient sûrement d’un fils de dealer, d’un repris de justice. Maxime était un garçon solide, mais aucun enfant ne peut être insulté, ridiculisé sans en être blessé.
Commenter  J’apprécie          150
ladesiderienne   03 mai 2013
Le Collectionneur de Chrystine Brouillet
Tétanisés d'horreur, ils savaient maintenant que l'enfer était un endroit de villégiature en comparaison de cet hangar. Dante n'aurait pas imaginé pire. Les hommes s'attendaient à voir surgir d'immondes gargouilles, des rats pestiférés, des nuages d'insectes, des créatures d'outre-tombe aux plaies grouillantes de vers, des spectres mutilés venus récupérer leurs membres coupés ; toute une cohorte de femmes et d'hommes à demi pourris, lépreux d'un long séjour en terre réclamant leur bien.
Commenter  J’apprécie          141
ladesiderienne   01 mai 2013
Le Collectionneur de Chrystine Brouillet
Elle ouvrit la fenêtre pour appeler son chat, qui daigna enfin revenir. Son poil était frais, il sentait la nuit, son mystère. Graham enfouit son visage dans le ventre de Léo comme pour s'approprier son odeur fauve. Elle pensa à "La féline" et envia Nastassja Kinski de pouvoir se transformer en panthère. Les panthères ne doivent pas avoir peur très souvent.
Commenter  J’apprécie          140
ladesiderienne   23 janvier 2013
Chère voisine de Chrystine Brouillet
Tout ce qu'il y avait d'intéressant dans l'immeuble, c'était sans hésitation les chats. Il fallait reconnaitre que Balthazar était splendide. Voilà l'unique raison qui poussait Louise a être aimable avec Victor.. Le chat la fascinait. Elle ne comprenait pas comment on pouvait aimer les êtres humains, hommes ou femmes, quand on avait vu un chat. L'humain était si lourd, si maladroit, si peu subtil, si corrompu, si peu intéressant.
Commenter  J’apprécie          140
Kassuatheth   28 janvier 2017
Secrets d'Afrique de Chrystine Brouillet
Marie-Hélène a embrassé Arthur sur les deux joues et lui a dit qu'il avait encore grandi.

Est-ce que celà vous rappelle des souvenirs?
Commenter  J’apprécie          130
Kassuatheth   28 janvier 2017
La veuve noire de Chrystine Brouillet
Toutes (les araignées) sont venimeuses, mais toutes ne sont pas dangereuses pour l'être humain.
Commenter  J’apprécie          130
Kassuatheth   11 avril 2014
Le poison dans l'eau de Chrystine Brouillet
« Mes condoléances. Elle était si jeune.
- Oui.
- Vous n'avez rien pu faire?
- Non.»
Non, ils n'avaient rien pu faire; c'était assez évident, sinon Julie-Anne ne serait pas dans ce cercueil. Les gens étaient cons. Et leurs mains moites.
Page 89
Commenter  J’apprécie          130
ladesiderienne   02 mai 2013
Le Collectionneur de Chrystine Brouillet
Les policiers cherchaient la faille infime dans le système érigé par un meurtrier, ils cherchaient avec l'acharnement d'un pitbull et la patience des centaines de femmes qui avaient réalisé les tapisseries "La dame à la licorne" du musée de Cluny. Ils travaillaient comme elles en groupe et chaque nouvel élément permettait de cerner lentement le motif. Les contours se précisaient, des visages apparaissaient, la vérité se dessinait.
Commenter  J’apprécie          131
Kassuatheth   30 janvier 2017
Le ventre du serpent de Chrystine Brouillet
La mère d' Arthur, comme maman d'ailleurs, aime les dessins avec des ronds, des carrés et des lignes toutes croches. Pourtant, quand j'étais petite et que j'en avais dessiné sur les murs, maman m'avait disputée. Bizarre ...
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaoui   29 juin 2013
Saccages de Chrystine Brouillet
On tue les gens pour les mêmes motifs depuis deux mille ans: la passion, l’envie, la jalousie, la peur d’être dénoncé ou l’appât du gain. L’argent mène le monde…
Commenter  J’apprécie          120
bilodoh   19 mai 2015
Double disparition de Chrystine Brouillet
Personne ne l’aimera jamais comme elle. Il la hait et il l’aime, et ça change toutes les heures dans sa tête. Ça l’épuise. Ça le tue.
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienne   01 mai 2013
Le Collectionneur de Chrystine Brouillet
La pluie avait cessé. Plusieurs enfants sortiraient leurs bicyclettes du garage même s'il restait des îlots de neige, du sable et des graviers dans les rues. Il faudrait redoubler de prudence, car les petits, ivres de liberté, ne voyaient rien, n'entendaient rien. Ni lumières, ni klaxons, ni cris, ni panneaux. Le printemps leur appartenait, comme la ville. Des ailes leur avaient poussé durant l'hiver, ils l'auraient juré, des ailes qui s'étiraient comme celles des papillons à peine éclos, des ailes qu'ils rêvaient d'étrenner, qui les transformaient en kamikazes. Ils s’élançaient, un conducteur freinait brusquement, blêmissait, son cœur s'arrêtait de battre quand il comprenait qu'il avait heurté une fillette qui ressemblait au Petit Chaperon rouge, mais qui ne dégusterait plus jamais de galettes. Et le sang sur la chaussée dégoûterait à jamais le chauffeur des confitures.
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienne   01 mai 2013
Le Collectionneur de Chrystine Brouillet
Maud Graham serra le combiné ; il ne fallait pas que l'enfant lui échappe.
- On se rencontre quand tu veux.
- Non. Si Grégoire donne signe de vie, je vous rappelle.
Graham raccrocha en grimaçant ; elle détestait l'expression "signe de vie". De pareilles formules, si définitives, appelaient moins la vie que la mort.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaoui   29 juin 2013
Saccages de Chrystine Brouillet
Elle sait qui elle est, où elle est, mais elle ne se souvient pas de tout. Ce n’est pas inhabituel après un tel choc ou un accident. Les gens se rappellent ce qui s’est passé avant l’événement mais pas l’événement lui-même.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   29 juin 2013
Saccages de Chrystine Brouillet
Le temps est une notion étrange, élastique, à la limite de l’absurde.
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienne   02 mai 2013
Le Collectionneur de Chrystine Brouillet
Elle était lasse de sa solitude, lasse de regretter le temps où elle était amoureuse d'Yves. Elle avait entendu un séropositif déclarer que l'idée de ne plus pouvoir tomber amoureux, de ne plus aimer ou s'en reconnaître le droit l'irritait plus que la mort elle-même. "C'est comme mourir avant de mourir."
Commenter  J’apprécie          72
rkhettaoui   29 juin 2013
Saccages de Chrystine Brouillet
Rebecca était une résiliente. Forte, très forte. Passionnée. Mais l’art ne pouvait pas suffire à la sauver des spectres de son passé. Qui revenaient maintenant la hanter de manière trop tangible.
Commenter  J’apprécie          60



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien l'oeuvre de Chrystine Brouillet

Dans quel livre Maud Graham apparaît-elle pour la première fois?

Préférez-vous les icebergs?
Le collectionneur
Le poison dans l'eau
Le complot

14 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Chrystine BrouilletCréer un quiz sur cet auteur