AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 379 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bordeaux , 1934
Biographie :

Claire Etcherelli est une écrivaine française.

Son père mort à la guerre, elle est élevée par sa mère et son grand-père paternel. Issue d’un milieu très modeste, elle obtient une bourse afin de poursuivre ses études.

Elle vient s’installer à Paris, mais le manque d’argent la contraint à travailler en usine à la chaîne, pendant deux ans.

De cette expérience Claire Etcherelli retient l’image d’un environnement éprouvant et obsédant, qu’elle décrit dans son premier roman "Élise ou la vraie vie" (1967).

Le roman, qui obtient le prix Femina en 1967, a été portée à l’écran par Michel Drach (1930-1990) en 1970 avec Marie-José Nat dans le rôle d’Élise.

Après avoir quitté l'usine, elle a travaillé dans une organisation de jeunesse et a publié un second roman, "À propos de Clémence" (1971).

En 1973, elle devient secrétaire de la revue "Les Temps modernes".

Auteur de plusieurs romans publiés chez Gallimard et Albin Michel, elle poursuit une carrière littéraire exigeante.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Trailer: Élise ou la Vraie Vie (1970) de Michel Drach. Une passion dans la France à peine sortie du traumatisme de la guerre d'Algérie. Elise, provinciale montée à Paris, rencontre dans son usine un Algérien, membre du FLN. Avec l'amour, elle découvre le racisme, l'injustice et l'incompréhension de sa propre famille. L'un des grands rôles de Marie-José Nat pour un film qui fit scandale, fut interdit, et provoqua les débats dans la France du début des années 70.
Podcasts (1)


Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
araucaria   05 novembre 2016
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
Surtout ne pas penser. Comme on dit "Surtout ne pas bouger" à un blessé aux jambes brisés. Ne pas penser. Repousser les images, toujours les mêmes, celles d'hier, du temps qui ne reviendra plus. Ne pas penser. Ne pas reprendre les dernières phrases de la dernière conversation, les mots que la séparation a rendus définitifs, se dire qu'il fait doux pour la saison, que les gens d'en face rentrent bien tard; s'éparpiller dans les détails, se pencher, s'intéresser au spectacle de la rue.
Commenter  J’apprécie          290
Krout   16 août 2016
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
... par les vitres de l'autobus, suivre la descente du brouillard. [...] J'avais cinquante minutes d'irréalité. Je m'enfermais pour cinquante minutes avec des phrases, des mots, des images. Un lambeau de brume, une déchirure du ciel les exhumaient de ma mémoire. Pendant cinquante minutes je me dérobais. La vraie vie, mon frère, je te retiens ! Cinquante minutes de bonheur qui n'est que rêve. Mortel réveil, porte de Choisy. Une odeur d'usine avant même d'y pénétrer. Trois minutes de vestiaires et des heures de chaîne. La chaîne, ô le mot juste...
Commenter  J’apprécie          260
Austral   06 octobre 2012
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
Je me sentais en sécurité chez moi. Sécurité. J'aimais ce mot et ce qu'il évoquait. J'en aimais la sonorité rude. Sécurité. Il commençait comme serrure. Il remplaçait le mot bonheur.
Commenter  J’apprécie          230
Krout   17 août 2016
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
Je gardai encore l'espoir de le trouver dans l'escalier, puis à la sortie et enfin à l'autobus. Mais je rentrai sans l'avoir vu, seule et malheureuse.

J'appris ce que signifiait toutes ces expressions : défaillir, avaler sa salive, avoir le cœur serré, dont j'avais ri jadis. Chaque fois qu'Arezki passait devant moi chuchotant tout juste "pardon", chaque fois qu'il laissait passer une occasion d'être seul avec moi, c'était tout mon corps qui avait mal.
Commenter  J’apprécie          224
araucaria   22 novembre 2016
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
J'avais enfin compris qu'il ne me rembourserait pas. Anna ne travaillait pas. Elle s'était procuré des livres; ensemble, ils apprenaient je ne sais trop quoi l'anglais, le journalisme, la photo, les civilisations orientales, tout un fatras qui leur laissait l'impression d'être des gens supérieurs.
Commenter  J’apprécie          200
araucaria   22 novembre 2016
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
Les machines, les marteaux, les outils, les moteurs de la chaîne, les scies mêlaient leurs bruits infernaux et ce vacarme insupportable, fait de grondements, de sifflements, de sons aigus, déchirants pour l'oreille, me sembla tellement inhumain que je crus qu'il s'agissait d'un accident, que, ces bruits ne s'accordant pas ensemble, certains allaient cesser. Gilles vit mon étonnement.

- C'est le bruit! cria-t-il dans mon oreille.

Il n'en paraissait pas gêné. L'atelier 76 était immense.
Commenter  J’apprécie          190
araucaria   25 novembre 2016
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
Là, dans ce plat paysage, avait fini l'aventure de sa vie. Vie manquée, mort dérisoire. Les jeunes héros du siècle mouraient au volant dans le fracas de leurs bolides et lui se tuait sur un solex. Il ne resterait donc de sa fin qu'une image caricaturale, sans romantisme aucun. Lui aussi il avait voulu être dans le coup; il avait cru que Paris gronderait, Paris n'avait qu'éternué.
Commenter  J’apprécie          180
Ambages   20 juillet 2016
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
Je me retire en moi mais je n'y mourrai pas.
Commenter  J’apprécie          200
Lea25   15 novembre 2012
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
J'étais comme un être enfermé dans une bulle de verre, et tout le monde me voyait, mais personne ne m'entendait. Et moi, ce que je voulais, c'était casser la bulle pour que quelqu'un m'écoute.
Commenter  J’apprécie          180
araucaria   21 novembre 2016
Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli
Lucien lisait de nombreux journaux. Je ramassais ceux qu'il laissait traîner, quelquefois aussi des livres qu'il oubliait dans la cuisine.

Je lisais et se levaient les voiles épais. C'était une impression pareille à la musique. Me délier, comprendre, pénétrer au milieu des mots, suivre la phrase et sa logique, savoir. Je ressentais une satisfaction physique, je fermais les yeux de plaisir. S'élever, j'en comprenais le sens. J'enviais Lucien de courir les bibliothèques.
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..