AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.31 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Albi , le 03/09/1925
Biographie :

Claire Malroux, nom de plume de Josette Andrée Malroux, née à Albi (Tarn) le 3 septembre 1925, est une poétesse, essayiste et traductrice française. Enfant, elle quitte rapidement le sud de la France pour s’installer avec sa famille à Paris où son père a été élu député au moment du Front Populaire en 1936. Il fait partie des 86 sénateurs et députés qui refusèrent leur voix à Pétain. Entré dans la Résistance, il est arrêté et interné et meurt à Bergen-Belsen.
Claire fait ses études à l’École Normale Supérieure puis part pour un séjour en Angleterre qui sera à l’origine de sa connaissance de l’anglais et de la poésie anglaise. C’est en 1983 qu’elle découvre vraiment en profondeur l’œuvre d’Emily Dickinson ce qui aura pour double effet de l’engager dans la traduction de ses œuvres (chez l’éditeur José Corti) mais aussi de la confirmer dans sa vocation de poète, alors même qu’elle avait auparavant écrit trois recueils (sous le nom de Claire Sara Roux).
Elle mène aujourd’hui une double carrière de traductrice et de poète, vit à Paris et à Cabourg.
Elle est lauréate du Prix Maurice Edgar Coindreau, du Prix Laure Bataillon et du Grand Prix National de la Traduction en 1995.
Elle est membre du Comité de rédaction de la revue PO&SIE, du jury du prix Nelly Sachs (traduction de poésie) et du jury du Prix de la Vocation Bleustein Blanchet (poésie) .

" La traduction de la poésie m'a ouvert un énorme champ pour ma propre écriture, m'a informée, m'a enrichie. En même temps, elle me force à être moi-même pour ne pas imiter, parce que la tendance serait de tomber dans l'imitation pure et simple. "

+ Voir plus
Source : poezibao
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (2) Voir tous


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Piatka   26 novembre 2014
Chambre avec vue sur l'éternité : Emily Dickinson de Claire Malroux
Il arrive, plus souvent qu'on ne le pense, que des poètes d'égale stature aient en même temps ou à quelques années d'intervalle un même sujet de préoccupation et emploient des métaphores voisines pour le cerner. Leur dialogue, fût-il chronologiquement inversé, jette une vive lumière sur leurs ressemblances mais aussi leur spécificité.



Arthur Rimbaud ( mai 1872 )

" Elle est retrouvée. / Quoi ? - L'Eternité. / C'est la mer allée / Avec le soleil. "



Emily ( seconde moitié de 1863 )

" Comme si la Mer s'écartait / Pour révéler une Mer nouvelle - [...] et qu'Elles / Ne fussent que prémisses -

De cycles de Mers - / De Rivages ignorées - / Elles-mêmes Orées de Mers futures - / Telle est - l'Eternité - "



Ce duo par métaphore interposée, ces voix entrecroisées, expriment quelque chose de plus que chacune d'elles prise à part, quelque chose d'assez semblable malgré l'apparente différence.
Commenter  J’apprécie          200
Piatka   27 novembre 2014
Chambre avec vue sur l'éternité : Emily Dickinson de Claire Malroux
Qui mieux qu'un poète connaît la valeur du silence d'où les paroles naissent et où elles retournent, où les paroles se fondent comme dans le blanc toutes les couleurs ?
Commenter  J’apprécie          130
coco4649   26 mars 2020
Météo Miroir de Claire Malroux
INVISIBLE PROTÉE





Extrait 2



Le temps au miroir du marais s’arrête,

sourd aux bruits d’alarme, râles de l’herbe tranchée

par les vaches en exil entre les bras d’eau,

plongeons de rats musqués, lourds envols de grues,

grincement sur le sentier de monstres mécaniques

montrant les dents au promeneur échappé du piège

des ronces, orties, chardons, bouses d’autres saisons



Quadrilatères de l’angoisse, humides mouchoirs

dans l’immense main bleue, ras de terre

ramenant de tous côtés de l’horizon à la terre

Seul le tintinnabulement d’une haie de saules

brise par intervalles l’enchantement immobile

un son d’aucun monde comme l’envers du vent
Commenter  J’apprécie          70
Piatka   08 novembre 2014
Chambre avec vue sur l'éternité : Emily Dickinson de Claire Malroux
Emily a écrit 1789 poèmes en trente ans d'activité, dont la moitié environ en moins de dix ans.

Elle a rassemblé plus de 800 de ces poèmes dans 40 Cahiers en six ans, de 1858 à 1865, avec une interruption d'un an en 1860. La production atteint un point culminant en 1863 : près d'un poème par jour, composé ou transcrit dans les Cahiers. [...]

Emily n'a rien publié de son vivant.

Commenter  J’apprécie          50
coco4649   13 décembre 2015
Suspens de Claire Malroux
Deuil d'un amour

en mémoire d'Emily Dickinson





Haillon de vent, l'ombre à la fenêtre :

Une vie d'un bloc retournée à l'oubli

Avec elle un pan d'une autre, car rien

Plus incoerciblement ne lie

Que ce qui fit une fois se croiser des chemins

À jamais divergents

De ces chemins seule la croix subsiste

Le silex presque abstrait de la croix

We met as sparks, diverging flints



Epuisée comme un soleil la douleur

S'éparpille en nuageuses vergetures

Cendres sur la voûte où la mémoire

Traque des conjonctions d'astres

Et doute à présent au bord du gouffre

Le témoin disparu, de la vérité de cette croix

Le livre est désécrit, plus blanc que la nuit

Miettes, rien que miettes d'écriture

Crumbs for birds, ces lendemains affamés

Piaillant à qui mieux mieux

Commenter  J’apprécie          30
coco4649   14 décembre 2015
Suspens de Claire Malroux
Rendez-vous en juin

pour Marilyn Hacker





L’arc des roses autour du gazon, leurs joues pâles

Laissant à peine sourdre l’angoisse du sang

Et derrière l’arc des roses l’arc des bancs, loges

D’où contempler leur candeur offerte au soleil

Glissant sur elles comme sur une page

Où bientôt les mots ne compteront plus

Le soleil grille les mots superflus

Qui le tiennent à distance, il brûle

En bon jardinier ce qu’il a fait s’épanouir

Ainsi tu fus en juin ma première morte

Le suc de ton cerveau emporté par l’abeille

Vers les rayons d’une ruche étoilée

Mon premier vrai poème peut-être

La chair tiédit les bancs mais nul vide

Ne flotte après le départ du couple enlacé

Les enfants jouent à prendre la petite maison

Rouge en haut de l’escalier jaune vif

Pendus à la rampe comme des vieillards

Une fille en brodequins croque une pomme

De son bourdonnement le trafic rassure

Y aura-t-il toujours des hommes pour embrasser

L’espace de leurs bras même bruyants ?

Et de l’herbe, des roses pâles pour apaiser

Leur fuite en tumulte dans le néant ?

Y aura-t-il toujours une figure penchée

Pour déchiffrer l’écriture du mystère

Bienveillant d’un matin d’été ?

Quelqu’un quelque chose pour lui donner

Ailleurs un nouveau rendez-vous ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   26 mars 2020
Météo Miroir de Claire Malroux
INVISIBLE PROTÉE





Extrait 1



Jour après jour le jour s’absente, nous laisse

dans une double nuit

d’où nous pourrions ne jamais revenir

ni savoir si nous serons où nous étions, sans le fanal

qui dans l’espace envahi d’épisodes clandestins

nous guide, et tels qu’en nous-mêmes nous réveille



C’est que malgré les fleurs et les couronnes

que sur son lit nous empilons

le temps est à notre image, quelque chose de nu, sans gloire,

traversant notre sommeil en fleuve aveugle

vers nulle mer, comme nous-mêmes, étourdiment,

dévalons la pente de la vie …
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibri   23 octobre 2014
Chambre avec vue sur l'éternité : Emily Dickinson de Claire Malroux
"Chaque être spirituel se construit une demeure, au-delà de sa demeure, un monde, et au-delà de son monde, un ciel"

R.W. Emerson
Commenter  J’apprécie          20
de   09 octobre 2011
Traces, sillons de Claire Malroux
le geste d’une silhouette sans visage en haut d’un escalier, à l’instant de pénétrer dans l’oubli
Commenter  J’apprécie          00
de   09 octobre 2011
Traces, sillons de Claire Malroux
Les feuilles au bout des doigts tombent. Le livre est leur cercueil ou leur semence.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Labyrinthe: C'est le Pérou et ce n'est pas le Pérou!

La Maison verte

Julio Cortazar
Gabriel Garcia Marquez
Augusto Roa Bastos
Mario Vargas Llosa

15 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , bande dessinée , cinema , poésieCréer un quiz sur cet auteur