AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.76 /5 (sur 107 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Barre-de-Monts, Vendée , le 01/05/1943
Mort(e) à : Nantes , le 20/01/1990
Biographie :

Claude Auclair est un dessinateur et scénariste de bandes dessinées.

À la suite de ses études aux Beaux-Arts de Nantes, il devient au milieu des années 1960 décorateur de théâtre. Lassé, il arrête en 1967 et part en voyage autour de la Méditerranée.

À son retour, il se lance dans l'illustration de science-fiction pour des revues des éditions OPTA (comme Galaxie-Bis ou Fiction). Redécouvrant la bande dessinée, il étudie Jijé, Alex Raymond ou Harold Foster afin de trouver son style. Il publie une histoire dans le journal "Pilote" en 1965, "Les disparus de Pol-Croac", et à "Phénix" en 1968.

En 1971, il crée dans Tintin "La Saga du Grizzly", western pro-indien, puis "Les Naufragés d'Arroyoka" (avec Greg).

En 1973, il entame dans Tintin la bande dessinée qui le fait connaître auprès du grand public : "Simon du Fleuve", une nouvelle série post-apocalyptique écologiste (Prix Saint-Michel du meilleur dessin réaliste, pour Maïlis (Simon du Fleuve, tome 3) en 1977). Il en réalise six histoires avant qu'un différend avec Le Lombard la lui fasse arrêter en 1978. "Cité N.W n°3", publiée dans Tintin en 1978, est la dernière bande dessinée qu'il scénarise lui-même.

Après avoir mis un terme à cette dernière, Auclair se concentre sur les sociétés d'avant l'ère moderne et consacre des albums entiers à l'esclavage du peuple africain ("Le Sang flamboyant", 1984) ou à l'histoire de la Bretagne ("Bran Ruz", 1978-1981).

Auclair décède prématurément en 1990, alors qu'il travaillait sur le dernier chapitre de "Celui-là" (1988-1989), magistrale trilogie que termineront ses amis Mézières et Tardi.
+ Voir plus
Source : http://lambiek.net/artists/a/auclair/auclair_foto.jpg
Ajouter des informations
Bibliographie de Claude Auclair   (28)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Claude Auclair


Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
gill   04 juin 2014
Simon du Fleuve, tome 4 : Les pélerins de Claude Auclair
Malade, dénué de tout, Maïlis perdue pour toujours, Simon est recueilli par des pèlerins en route pour Chartres.

Ceux-ci lui exposent leur philosophie, lui parlent de la cathédrale, de la statue de la vierge noire...Ils lui font partager leur vie simple, l'amènent chez leurs amis paysans et lui rendent la joie de vivre.

Mais ceux des cités et leurs sbires ne sont jamais très loin, avec leur technologie, leurs armes, leur violence et leur haine.

Ils tentent cette fois de récupérer le mouvement qui pousse les pèlerins vers Chartres, par le biais d'une religion fabriquée avec fausse vierge noire et faux illuminés.

(extrait de "l'année 1978-1979 de la science-fiction et du fantastique)
Commenter  J’apprécie          90
gill   27 décembre 2013
Simon du Fleuve - La ballade de cheveu rouge de Claude Auclair
Et cette violence, libératrice des opprimés, de ceux qui n'ont plus rien à perdre, cette violence si longtemps contenue allait éclater...

Ce furent d'abord les écuries...puis les salles, dortoirs des cavaliers et les caves gorgées de fûts d'alcool et de victuailles entreposées pour l'hiver.

Bientôt, partout, les flammes ronflantes se propageaient, faisant leur oeuvre de destruction...

Les chevaux épouvantés tiraient sur leurs longes, brisaient leurs stalles, se piétinaient, cherchant désespérément une sortie...

Seul, à une extrémité de l'enceinte, le bâtiment principal brillait dans la nuit de toutes ses fenêtres, le reste semblait vide de toute vie.

Ce calme, qui favorisait leur intrusion dans la place, les inquiétait malgré tout.

L'un après l'autre, ils se regroupèrent dans une cavité aménagée dans la muraille et c'est là qu'ils se distribuèrent les tâches, les bâtiments vitaux qu'il fallait frapper en priorité pour ébranler l'édifice de ceux qui s'érigeaient en maîtres absolus du pays.

Le destin avait choisi, cette nuit là, d'être avec ces hommes qui se libéraient du joug qui pesait sur leurs épaules.

Certain de leur "inviolabilité", les "Seigneurs" célébraient, selon leurs coutumes, la perte d'un des leurs, avant d'éliminer, dans un dernier assaut de violence, ceux qui contestaient leur autorité.

Qui gouverne par la violence, périra un jour par la violence....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gill   17 juin 2013
Tuan Mc Cairill de Claude Auclair
Cet album, qui se veut le champion de la cause irlandaise, fait le parallèle entre l'histoire dramatique et récente de Ruan Mac Cairill, mort par balle lors des troubles de Belfast, et celle de Catriona Mackillican qui dès, le milieu du dix-huitième siècle, combattait pour le retour d’Édouard Stuart sur le trône d’Écosse occupé alors par George V.

Ces deux récits témoignent de la résistance acharnée de deux minorités face à la toute puissante Angleterre.

Le dessin d'Auclair est habile et les deux récits réalisés avec dix années de distance permettent de juger des progrès effectués par un auteur qui s'est fait le champion des causes désespérées.

Quand au texte, je préfère celui de Jacques Acar, très coulant, à celui de Deschamps qui a tendance à mélanger bande-dessinée et roman.

(critique signée Henri Filippini et extraite du numéro 10 du journal "Vécu" - l'histoire c'est aussi l'aventure - paru aux éditions Glénat en décembre 1985)
Commenter  J’apprécie          60
gill   20 février 2012
Simon du Fleuve, tome 1 : Le clan des Centaures de Claude Auclair
Oh, il faut remonter assez loin pour cela. Ce que j'en sais, c'est que les symptômes ont commencé à se manifester vers les années 1967-1968, je crois. Les jeunes de différents pays du globe, inquiets ont demandé à se faire entendre vainement...

Deux grandes puissances d'alors se livraient une lutte économique sans merci et soit directement, soit par peuples interposés, s'engluaient dans des guerres sans fin, où les peuples agressés luttaient vaillamment pour leur dignité d'hommes libres.

Or pendant ce temps les ressources énergétiques de la planète s'amenuisaient. Des cris d'alarme s'élevaient de toutes parts. Des peuples comprirent alors qu'ils possédaient une arme de choix : un liquide qu'ils tiraient de la terre, le pétrole, et sur lequel était basée presque toute l'économie de ces autres pays hyper-consommateurs...

(début du récit des origines du monde surgi après l'apocalypse, que fait le père d'Estelle à Simon lorsqu'il arrive dans le clan des centaures)
Commenter  J’apprécie          50
gill   27 décembre 2013
Simon du Fleuve - La ballade de cheveu rouge de Claude Auclair
En cet endroit de sa course vers la mer le fleuve dépasse "la grande falaise", puis s'éparpille en une multitude d’îlots, où, ivre de vent libre, toute une faune vient reprendre des forces avant de se lancer de nouveau sur les chemins des migrations séculaires.

Un homme, aussi, a élu domicile au sein de ce navire.

Les femmes, le long du fleuve, en parlent en baissant la voix, le regard soudain languissant.

Plus d'un promis ou d'un mari aimerait volontiers à lui briser quelque gourdin sur les reins, mais on le craint, car on craint toujours un peu ce que l'on ne connait pas.

Il sait d'étranges contes, où de grandes cités fantastiques et des peuples étranges s'affrontaient en de titanesques batailles, qui tour à tour effrayent ou font rêver.

Comme il est aussi de bon conseil, on vient souvent le consulter de fort loin.

Il a nom Simon, Simon du Fleuve, et voici une de ses aventures qui est aussi celle des peuples de la terre en des temps qui n'ont maintenant plus d'âge....
Commenter  J’apprécie          30
gill   28 novembre 2013
La saga du grizzly de Claude Auclair
"La saga du grizzly" participe d'une dimension écologisante et pro-indienne. Auclair situe ses trappeurs, Yann et Main-longue, au début de la colonisation, s'offrant ainsi les immenses étendues vierges et les comportements amérindiens non encore génocidés dont il rêvait.

Et d'avouer plus tard : "J'ai opté pour la SF post-atomique pour être à même de retrouver les espaces vierges qui m'ont manqué lorsque je n'ai pas pu continuer "la saga du grizzly".

S'affirment aussi un humanisme naïf, fougueux et généreux, de même qu'une attirance certaine pour les "minorités" bafouées et le goût de faire se rencontrer des individualités de cultures et de races diverses....

(extrait de "la saga du grizzly" western écologisant (1971)", article du journal "Les cahiers de la bande-dessinée" paru en juin/juillet 1984)
Commenter  J’apprécie          30
pgremaud   22 avril 2013
Simon du Fleuve, tome 2 : Les esclaves de Claude Auclair
Et la caravane s'était ébranlée, d'abord très lentement, comme pour ne pas briser le fil, ce fil invisible qui la reliait maintenant à ceux qui restaient. Et quand ceux de tête avaient touché du front le vent libre qui court du fond de l'horizon, alors seulement la caravane avait-elle pris son allure... un rythme particulier, une respiration... Immuable conjugaison de ces forces invisibles venus des profondeurs de la terre et du cosmos et qui font l'homme à la fois un « atome et un dieu », c'était confus en eux

Commenter  J’apprécie          30
gill   31 mars 2022
Simon du Fleuve - Intégrale, tome 1 de Claude Auclair
Paru en 1970 dans le n° 0 d'Underground Comics, puis repris cinq ans plus tard dans l'album Jason Muller, "Après" préfigure l'univers de Simon du fleuve ...
Commenter  J’apprécie          40
gill   04 juin 2014
Simon du Fleuve, tome 3 : Maïlis de Claude Auclair
Sur fond de ballade accompagnée à la guitare, cet album des "chroniques des temps à venir" constitue une courte trêve dans les aventures pleines de violence de Simon du fleuve.

Une violence qui est séquelle d'un proche passé technocratique ayant conduit la civilisation à sa destruction presque totale.

Une violence que compense parfois la liberté retrouvée, l'air libéré de ses fumées.

Dans "Maïlis", tout commence par une rencontre, Simon et deux femmes isolées au fond d'un marais, et c'est pour Simon un retour à la terre, à l'amour, à la paix.

Une paix qui disparaîtra quand les restes de la civilisation haïe se rappelleront au souvenir de chacun.

(extrait de "l'année 1978-1979 de la science-fiction et du fantastique)
Commenter  J’apprécie          20
pgremaud   22 avril 2013
Simon du Fleuve, tome 2 : Les esclaves de Claude Auclair
« Un pays où il n'y a plus de nomades est un pays où il n'y a plus de liberté. » Alors il subsistait encore un espoir pour l'humanité tant que la terre porterait des gens comme ceux qu'il quittait, tant qu'il y aurait au travers du monde, ces fous de liberté pour entraver la marche du spectre qui a pour nom oppression.

Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur