AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 293 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lagleygeolle, Corrèze , le 21/04/1935
Mort(e) à : Lille , le 22/03/2012
Biographie :

Claude Duneton est un écrivain, romancier et traducteur.

Il terminera major de sa promotion de l’École normale de Tulle et intégrera le prestigieux lycée Henri-IV à Paris. De culture occitane, il devient cependant enseignant d'anglais, durant une quinzaine d'années, puis abandonne la carrière.

Il souhaite une langue française ouverte aux apports populaires et dialectaux, comme l'est, à ses yeux, la langue anglaise ; il l'évoque en 1973 dans son ouvrage "Parler croquant", qui rencontre un immense succès.
Suite au succès de son ouvrage, le magazine "Elle" lui propose de tenir une rubrique de langage, au milieu des années 1970. Il y travaille durant presque quatre ans. Suite à ces chroniques, il s'attèle à la rédaction de "La Puce à l'oreille", publié en 1978.

À partir de 1981, aux côtés de Nicole Vimard, il devient directeur de collection de la nouvelle collection "Points Virgule" des éditions du Seuil. Depuis le milieu des années 1990, il est chroniqueur au Figaro Littéraire, dans la rubrique "Au plaisir des mots"; en 2004 sont publiées ses meilleures chroniques, dans l'ouvrage au même titre "Au plaisir des mots". Il écrit également pour L'Humanité.

Il écrit plusieurs romans, dont "Le Diable sans porte" en 1981, "L'Ouilla" en 1987, "Rires d'homme entre deux pluies" qui obtient en 1990 le Prix des libraires, ou "Marguerite devant les pourceaux" sélectionné pour le Prix Goncourt 1991.

Il fait aussi œuvre d'historien dans plusieurs ouvrages dont "Le Monument" (2004), sélectionné pour le Prix Renaudot, et récompensé du Prix Maurice-Genevoix.

Claude Duneton est également comédien. Il joue dans quelques téléfilms, et dans une quinzaine de longs-métrages. Il est aussi acteur de théâtre.

Père de quatre enfants, il reçoit le Prix d'Académie 2006 pour l'ensemble de son œuvre.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
POÉSIE-PENSÉE – Qu’est-ce que l’ALEXANDRIN ? (France Culture, 1992) Une compilation des émission des Chemins de la connaissance, par Françoise Lebrun, diffusées du 20 au 24 avril 1992. Présences : Claude Duneton, Jacques Roubaud, Jean-Loup Rivière, François Régnault, Gisèle Cassadesus, Christian Rist, Jean-Marie Villegier et Jacques Lassalle.
Podcasts (1)

Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
Claude Duneton
deuxquatredeux   22 mai 2017
Claude Duneton
Il y a, à mon avis, une lente érosion du sens des mots et des phrases que l'on peut attribuer à l'habitude qu'ont prise les gens normalement lettrés de ne plus chercher à comprendre dans le détail. Pourquoi ? Parce que depuis un demi-siècle on a trop abusé du charabia pseudo-scientifique, qui s'est propagé comme un chancre mou dans tous les domaines de la vie courante. L'individu de langue française subit depuis deux ou trois générations une mithridatisation au pédantisme. À force de ne comprendre qu'à moitié, il s'est empoisonné le cerveau !



Le Figaro, 19 mai 2017







Commenter  J’apprécie          130
gill   26 décembre 2012
La Puce à l'oreille : Anthologie des expressions populaires avec leur origine de Claude Duneton
Je dédie ce livre à l'inconnu qui, un soir de juillet 1977, à la cafétéria d'un supermarché de la banlieue-sud, alors que, les yeux un peu vagues, je rêvassais à la composition de ces pages, m'a pris pour un paumé, et avec beaucoup de délicatesse, m'a donné dix francs.

Je ne lui avais parlé ; j'avais simplement expliqué à son petit garçon que les corbeaux qui évoluaient au bord de la piste de l'aéroport étaient les petits du Boeing 707 qui venait d’atterrir.

Il faut toujours dire de jolies choses aux petits garçons.

(dédicace de l'auteur placé en début du volume paru aux éditions "Balland" en 1991)
Commenter  J’apprécie          120
okka   03 avril 2016
Les Origimots de Claude Duneton
(p.46-7.)



Un tunnel :



Le tunnel a beaucoup voyagé. En français du Moyen Âge la tonne est une grosse barrique, et le tonnel une « petite tonne ». Or, dans l’ancien français, beaucoup de mots changeaient de terminaison selon leur fonction dans la phrase, ou s’ils étaient au singulier ou au pluriel – vous connaissez journal et journaux. De cette façon le groupe de terminaison en el et eau représente le même mot infléchi différemment : bel et beau, le nouvel an et l’an nouveau, ainsi de suite avec des mots dont le sens a légèrement bifurqué comme appel et appeau, castel et château, ou encore bordel et bordeau […]

Commenter  J’apprécie          90
SZRAMOWO   13 décembre 2016
Le diable sans porte de Claude Duneton
Ainsi, toujours en décalage sur la mode, ces petites communautés sylvestres causaient encore le magdalénien sous les celtes, le celte sous les empereurs romains, le gallo-romain très couramment après tout le monde - et en tous cas l'occitan sous Poincaré, Philippe Pétain et Charles de Gaulle !
Commenter  J’apprécie          70
Lali   09 avril 2012
Les Origimots de Claude Duneton
Le pyjama est un vêtement d’autant plus agréable à porter qu’on ne l’emmène pas à l’école, ni au travail. Il est synonyme de sommeil, de repos et de rêves… Le mot et la chose ont été introduits en France à la fin du 19e siècle — d’abord sous la forme de pajama (1882) puis pyjama (1895). Il vient de l’anglais pyjamas, mot que les Britanniques ont adopté d’une langue de l’Inde, pâê-jama signifiant vêtement des jambes. Il s’agit, en Inde, d’un pantalon ample et léger porté par les femmes.
Commenter  J’apprécie          60
julienraynaud   11 décembre 2016
Anti-manuel de français de Claude Duneton
A première lecture on pourrait penser que Stendhal raconte la scène en simple témoin, en chroniqueur impartial puisqu'il décrit tour à tour les deux personnages en présence.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   01 juin 2015
La Puce à l'oreille : Anthologie des expressions populaires avec leur origine de Claude Duneton
Il y a le flirt verbal, tout en caquet et minauderie, et l’autre. L’autre, si l’on peut dire, met la main à la pâte, la bouche partout, et le cœur aux abois. Ce que l’on avait fini par appeler « flirt », avant que ce mot ne régresse quelque peu dans l’usage de la dernière décennie, c’était toutes les relations amoureuses entre un garçon et une fille, baisers et caresses inclus, qui n’allaient pas jusqu’à l’acte final, le coït.
Commenter  J’apprécie          50
andreepierrette   19 décembre 2013
La Puce à l'oreille : Anthologie des expressions populaires avec leur origine de Claude Duneton
Page 158. Prendre ombrage : Le cheval est un animal soupçonneux, qu'un rien inquiète. Il a fallu toute la persévérance et la ruse humaine pour le convaincre de participer, par exemple, aux batailles. Normalement le cheval est effrayé par tout ce qui bouge de façon soudaine, même si c'est une ombre, ce qui fait placer sur son harnais des oeillères, spécialement destinées à éviter qu'il ne "prenne ombrage", à tort et à travers.
Commenter  J’apprécie          50
Villoteau   03 novembre 2012
Bal à Korsör de Claude Duneton
Oh! ce n'est pas l'identité en soi qui importe, entendons-nous! Ni que celle des Français, bien composite ma foi, soit irremplaçable. Foutre! on s'en passera!... Ce qui est triste, dans la perte d'une identité, c'est qu'on est obligé d'endosser celle des autres. Et forcément avec un-je-ne-sais-quoi de retard dramatique qui fait une énorme différence dans la pratique du tout-venant. Ce qui est dommage, c'est qu'on devient alors un ballot qu'on ballotte, une marchandise pour le commerce ; avec la pauvreté au bout du quai, tôt ou tard. Voyez l'Afrique : c'est en perdant son identité qu'on devient esclave, depuis l'origine du monde, on n'y coupe jamais !
Commenter  J’apprécie          40
luocine   26 octobre 2011
Rires d'homme entre deux pluies de Claude Duneton
Carolina disait qu’il ne faut rien savoir des gens ; quand on sait tout, il ne reste plus rien. Ils sont mangés …. Souvent il n’y a palus qu’à les vomir ! Ce qui est une rude entreprise ? Parfois ça peut durer toute la vie.
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur