AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.91 /5 (sur 145 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bernières-sur-Mer, Calvados , le 30/12/1939
Biographie :

Claude Quétel est un historien français, spécialiste de la psychohistoire (étude, entre autres, des structures et des processus mentaux conduisant à la décision ou à l’événement).

Il a d’abord été instituteur dans la Manche et le Calvados, puis professeur d’Histoire avant de réussir en 1976 le concours d’entrée au CNRS où il a effectué l’essentiel de sa carrière comme chargé puis comme directeur de recherche (section Histoire moderne et contemporaine). Il s’y est spécialisé, entre autres, dans l’histoire de la psychiatrie, la psychohistoire et la recherche iconographique.

Il a été en outre, de 1992 à 2005, le directeur scientifique du Mémorial de Caen où il s’est familiarisé avec les métiers de la muséographie et de la scénographie, ainsi qu’avec les techniques d’expositions virtuelles. A ce titre il est membre actif du Conseil international des musées. Depuis 2005, il se consacre à deux types d’activités :
* une activité d’audit et d’historien consultant pour des projets d’expositions et d’événements à contenu historique, de création ou de réaménagement de musée ;
* une importante activité d’édition, à la fois comme auteur et comme directeur d’ouvrages et de collection.

Il est en outre commissaire du Centre national du Livre et collabore régulièrement à la revue Historia.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Claude Quétel   (49)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Storia Voce - 5 juin 2019 Une histoire incorrecte de la Révolution Plus qu’un simple objet d’histoire, la Révolution Française est pour certains un mythe, un fantasme, une idole. Un mythe aux contours flous qu’il faut sans cesse réinventer et adapter, un mythe populaire écrit par des intellectuels, un fantasme qui ensorcelle et qui fascine. Mais la Révolution française est aussi une idole, qui semble pourtant chanceler depuis 1789 dans son sanctuaire. Elle est une idole ébréchée mais dont les débris semblent toujours replacés dans le saint des saints du temple de l’histoire. L’historiographie semble le montrer : étudier la Révolution française ne peut-être qu’un pèlerinage ou une guerre sainte. Une chose est sûre, la salle capitulaire ne se désemplit pas même si tout le monde ne semble pas avoir le droit au chapitre. Mari-Gwenn Carichon reçoit au micro de Storiavoce, l’historien Claude Quétel, qui vient de publier aux éditions Tallandier et Perrin, l’ouvrage : Crois ou meurs, une histoire incorrecte de la Révolution française. L'invité: Claude Quétel est un historien tout d’abord spécialiste du 18ème siècle Directeur de recherche honoraire au CNRS, il est spécialiste de la folie et de la psychiatrie. On lui doit, entre autres une Histoire de la folie, de l’Antiquité à nos jours (624 pages, 12,5 euros) chez Tallandier et une Histoire des murs (320 pages, 9 euros) chez Perrin. Reconnu comme un fin connaisseur de la Seconde Guerre mondiale, il a également été directeur scientifique du mémorial de Caen avec La Seconde Guerre mondiale (Perrin, 480 pages, 24,9 euros), L’Impardonnable Défaite (Tempus, 480 pages, 11 euros). Son Crois ou meurs est le récit historique de la période la plus controversée de l’histoire de France et l’aboutissement d’un travail de plusieurs années. Il a été coédité par Perrin et Tallandier (512 pages, 21,90€).

+ Lire la suite

Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
Jeanmarc30   28 février 2021
Histoire des murs de Claude Quétel
Tout au long de son histoire (qui est loin d'être terminée), le mur "politique" apparaît donc en négatif, à quelques exceptions près. Le mur est contre ; il est anti ... Il n'est pas défensif au sens du château médiéval, mais, politiquement et philosophiquement parlant, offensif, agressif. On pourrait parler de "murs antipersonnel" comme des mines du même nom. On a vu à propos du mur anti-migration - celui qui émerge le plus sur la scène internationale - que sa nature n'était pas seulement matérielle, mais aussi symbolique, psychologique. quelle que soit sa fonction (souvent polyvalente), le mur d'interdiction prétend dissuader au-delà et rassurer en deçà.
Commenter  J’apprécie          110
SebastienCreo   08 décembre 2014
Femmes dans la guerre : 1939-1945 de Claude Quétel
Les femmes sont aussi les éternelles oubliées de l'histoire des guerres. La moitié de l'humanité (voire un peu plus, par le jeu des espérance de vie) paraît se dérober à l'examen et l'historien a le plus grand mal à ériger cette multitude en objet historique. Ni nation, ni classe social, ni parti politique, ni minorité agissante, les femmes voient leur histoire dissoute dans celle des hommes. C'est déjà vrai en temps de paix. Ce l'est plus que jamais en temps de guerre où les hommes occupent davantage encore le devant de la scène et par la suite écrivent l'histoire, leur histoire.
Commenter  J’apprécie          70
SebastienCreo   08 décembre 2014
Femmes dans la guerre : 1939-1945 de Claude Quétel
Mais surtout, dans les caves et les abris, ce sont elles, qui, comme toujours, ont fait le plus preuve de courage et d'abnégation, se préoccupant des autres, enfants, vieillards, hommes désemparés, avant de s'occuper d'elles-mêmes. Surtout aussi, et même sous les bombes, ce sont elles qui ont dû penser à tout.
Commenter  J’apprécie          70
SebastienCreo   08 décembre 2014
Femmes dans la guerre : 1939-1945 de Claude Quétel
La guerre venue et surtout la guerre continuant et mobilisant de plus en plus d'hommes, le Reich nazi pris dans un dilemme: comment concilier l'idéologie de la mère au foyer et génitrice de la race des seigneurs avec une logique de guerre ayant désormais besoin des femmes pour son appareil de production ?
Commenter  J’apprécie          70
SebastienCreo   08 décembre 2014
Femmes dans la guerre : 1939-1945 de Claude Quétel
Longtemps l'institution Lebensborn de haras nationaux destinés à la reproduction des SS et à leur multiplication, est resté mystérieuse, voire secrète. Pourtant 12 000 bébés réputés de "race supérieure" naquirent de ces "mariage biologique" . il y eut cet établissement jusqu'en France, où le premier "foyer" lebensborn (et finalement le seul) fut inauguré le 6 février 1944 à Lamorlaye près de Chantilly.
Commenter  J’apprécie          60
SebastienCreo   08 décembre 2014
Femmes dans la guerre : 1939-1945 de Claude Quétel
Quand les nazis (les Russes disent "les fascistes") envahissent une grande partie du territoire et commencent à massacrer les habitants par milliers, l'heure n'est plus aux réminiscences romantiques et prébolcheviques. Les femmes soviétiques sont également des combattantes qui vont rapidement faire leur preuves, forçant bientôt l'admiration d'hommes toujours réticents à voir les femmes au front.
Commenter  J’apprécie          60
SebastienCreo   08 décembre 2014
Femmes dans la guerre : 1939-1945 de Claude Quétel
D'autres métiers sont carrément nouveaux, tel celui de correspondant de guerre. Des femmes, presque toujours des Américaines mais aussi des Soviétiques, se lancent à l'assaut de cette nouvelle citadelle où, a priori, il ne peut y avoir que des hommes puisqu'il s'agit cette fois d'être au front et qu'en principe ce n'est pas la place d'une femme....
Commenter  J’apprécie          60
CharlesEdouard   05 juillet 2019
Histoire de la France en 365 dates de Claude Quétel
Le bon roi Dagobert

Avait un grand sabre de fer.

Le grand Saint Eloi lui dit :

"O mon Roi, Votre Majesté

Pourrait se blesser"

"C´est vrai, lui dit le roi,

Qu´on me donne un sabre de bois"

Chanson du roi Dagobert (écrite principalement sous le règne de Louis XVI), couplet 12.
Commenter  J’apprécie          60
Woland   30 juillet 2009
Une ombre sur le Roi-Soleil : L'affaire des Poisons de Claude Quétel
[...] ... (en cette chaude fin d'après-midi du 28 septembre 1677, un prêtre de l'église des Jésuites de la rue Saint-Antoine) ... se montre préoccupé. Une inconnue, qui ne s'est pas confessée, lui a glissé un billet alors qu'il s'en allait, disant qu'on le lui avait remis dans la galerie marchande du Palais de Justice et qu'elle ne savait qu'en faire. Puis elle s'est éclipsée aussitôt (...).



Ce billet, qui ne porte ni nom, ni adresse, ni signature, paraît bien mystérieux au prêtre, qui se garde bien de le lire et le remet au père supérieur. Celui-ci en prend connaissance, une fois retiré dans sa chambre : "Vous me faites confidence d'un secret que je voudrais bien ignorer pour mon repos, ou plutôt je voudrais que jamais il ne vous fût entré dans la pensée que pour vous donner autant d'horreur que j'en conçois. Est-il possible que vous ayez l'âme aussi barbare et que, croyant aimer un honnête homme, je ne vois en vous qu'un cruel et téméraire. Vous m'adressez une lettre capable de me perdre puisque vous adressez au papier indiscret ce que la discrétion d'un confesseur ne devrait pas faire. Souvenez-vous de ce prince infortuné que nous vîmes à la Bastille. Cet exemple est encore assez nouveau pour vous faire trembler. Cette poudre blanche que vous voulez mettre sur la serviette de celui que vous savez ne peut-elle pas être reconnue propre à l'effet auquel vous la destinez, et vous même être découvert ? Je vous laisse à juger ce qui en arriverait. [...] je crains extrêmement que nos lettres soient lues et qu'on ne me croie coupable, quoique je sois fort innocente ; car à tous les autres crimes, il faut être complice pour être puni ; mais à celui-ci, il ne faut qu'avoir su. Brûlez cette lettre aussitôt que vous l'aurez lue." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Woland   30 juillet 2009
Une ombre sur le Roi-Soleil : L'affaire des Poisons de Claude Quétel
[...] ... Louvois, pas plus que le Roi, ne souhaitent que des crimes aussi scandaleux soient jetés en pâture au public grâce à la publicité des audiences ordinaires, comme ce fut le cas notamment avec le procès de la Brinvilliers. Louvois propose alors au Roi la création d'une cour de justice extraordinaire, à l'exemple de celles qui ont été instituées en 1663 pour le Surintendant Foucquet ou encore en 1674 pour le chevalier de Rohan, accusé de conspiration contre le Roi et exécuté devant la Bastille avec ses complices.



Dès le 8 mars 1679, Louvois écrivait à La Reynie [lieutenant-général de Police] : "Monsieur, le Roi ayant résolu de donner des juges aux prisonniers dont vous avez instruit le procès, Sa Majesté a choisi MM. de Boucherat, Breteuil, Voisin, Bezons, Fieubet, Pelletier, Pommereuil et d'Argouges, conseillers d'Etat, et vous, MM. de Fortia, Turgot et d'Ormesson, maîtres des requêtes ; Sa Majesté a aussi nommé M. de Bezons et vous pour rapporteurs, et M. Robert pour procureur général de la commission ..."



Ces juges sont, à peu de choses près, ceux qui ont siégé au procès du chevalier de Rohan, cinq ans plus tôt. Le président en sera Louis Boucherat, dont les mauvaises langues disent qu'il obtint les aveux du chevalier en lui promettant la vie sauve. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..