AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.73 /5 (sur 48 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Saint-Mard , le 15 mai 1939
Biographie :

Claude Raucy fait ses humanités gréco-latines à l’Athénée Royal de Virton.

Après un passage à l’Université de Liège, au cours duquel il tombe amoureux de la Cité ardente, il choisit la carrière d’enseignant en s’inscrivant à l’École normale de Nivelles.

Diplômé en 1961, il retourne, comme professeur cette fois, dans son athénée lorrain pour y enseigner le français.

En 1996, il abandonne l'enseignement pour se consacrer entièrement à l'écriture.

S’il est né «la plume à la main», c’est en 1959 que Claude Raucy publie son premier recueil de vers intitulé Les poignets ouverts. Il va dès lors multiplier les publications : recueils de vers, contes, pièces, chansons, romans...

Par ailleurs longtemps homme de théâtre (metteur en scène, comédien...), Raucy ne quittera jamais tout à fait les planches, puisqu’il écrira plusieurs pièces qu’il retravaillera en suivant pas à pas les troupes qui les joueront.

Son blog : raucy.wordpress.com
+ Voir plus
Source : www.servicedulivre.be
Ajouter des informations
Bibliographie de Claude Raucy   (33)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Patrijob   03 avril 2019
Où es-tu Yazid ? de Claude Raucy
Papa déteste cette conjonction. "Mais", pour lui, c'est un obstacle idiot sur le parcours qu'il s'est tracé. Un parcours où tout est facile, programmé, presque désinfecté.
Commenter  J’apprécie          160
Symphonie   04 août 2018
Fous pas le camp, Nicolas ! de Claude Raucy
Les autres parlaient parfois de leur grand-mère. Tu te souviens que çà te faisait chaque fois un peu mal. Parce qu'ils en parlaient comme d'un beau rêve. Comme d'un conte de fées. Des grand-mères de comtesse de Ségur. Elles avaient toutes des gestes tendres et des indulgences sans limite. Elles ouvraient les bras à toutes les bêtises, à toutes les erreurs. Mentaient-ils tous ? Pourquoi te disaient-ils que les grand-mères n'avaient jamais que des mots d'amour pour leurs petits-enfants ?
Commenter  J’apprécie          120
DavidG75   17 mars 2019
Où es-tu Yazid ? de Claude Raucy
Si vous ne vous intéressez pas aux siècles qui nous ont précédés, vous ne comprendrez rien au nôtre
Commenter  J’apprécie          131
Symphonie   25 juillet 2018
Fous pas le camp, Nicolas ! de Claude Raucy
Tu n'es jamais parti Nicolas

Tu ne pourras jamais quitter nos rives

Les paquebots bleus des rêves ne font jamais naufrage

Ils font relâche sur des îles tranquilles

Voici pour toi les abricots rouges de l'amitié

Les oliviers timides de la tendresse

Voici pour toi Nicolas les collines mauves

Les soirs éblouis d'étoiles

Les escalades éternelles

Les goélands

La terre est si belle

Les yeux des filles sont tant de sources

Les mains des gars sont des barques

Reste avec nous

Fous pas le camp Nicolas
Commenter  J’apprécie          90
zellereb   24 février 2017
La sonatine de Clementi de Claude Raucy
Il éprouva un sentiment inconnu de liberté. Avant de grimper sur la bicyclette, il cueillit une graminée, qu'il glissa entre ses dents. La vie n'était pas si laide après tout. Et il ne pleuvait pas. C'était déjà ça.
Commenter  J’apprécie          80
Symphonie   22 juillet 2018
Fous pas le camp, Nicolas ! de Claude Raucy
Dans le bureau de la secrétaire, tu ne connaissais pas encore Nicolas. D'ailleurs tu ne connaissais personne qui s'appelle Nicolas, sauf le saint naturellement, ce saint auquel on ne t'avait jamais fait croire, au nom d'une laïcité qui méprisait les dogmes et les supercheries de la foi. Saint Nicolas, c'est papa et maman ensemble. Ou papa et maman séparés. Ou papa tout seul, quand maman était partie à un congrès. Ou maman toute seule, quand papa oubliait. Ou personne, quand les deux oubliaient.
Commenter  J’apprécie          60
c.brijs   01 février 2014
Le violon de la rue Lauriston de Claude Raucy
On te confie une mission difficile : remplacer les fausses notes de jadis par des accords mélodieux. Couvrir les cris de haine par des chants de fraternité.
Commenter  J’apprécie          50
luis1952   18 janvier 2021
Le doigt tendu de Claude Raucy
Six avril 1943.

J'étais assis sur un banc. Je regardais les pigeons. Je voulais que le soleil vienne en moi, me chauffe.

Elle venait de la rue Mayran. Elle avançait vite, un panier sous le bras gauche. Elle était belle. Sérieusement belle.

Elle avançait trop vite. Encore quelques minutes, quelques secondes même , et je ne la reverrais plus. Il fallait crier, un nom, son nom. Son nom ? Mon Dieu, faites qu'elle s'arrête, qu'elle vienne s'asseoir sur le banc. , près de moi. Elle ne s'est pas arrêtée. Les trottoirs parisiens ont des saillies imprévues que ne prévoit pas le pied mignon d'une jeune fille de quinze ans. Ce pied nu mignon heurte la bordure. La jeune fille se précipite violement en avant. Son panier va plus vite qu'elle, jette en l'air son contenu, les légumes s'éparpillent sur le trottoir.
Commenter  J’apprécie          30
c.brijs   01 février 2014
Le violon de la rue Lauriston de Claude Raucy
(...) difficile de vivre en Belgique quand on vient d'ailleurs avec l'espoir pour seul bagage et le sourire pour unique passeport.
Commenter  J’apprécie          40
Artiola   10 janvier 2021
Le violon de la rue Lauriston de Claude Raucy
Le chauffeur insiste :

- Si tu veux téléphoner à tes parents...

-Non, merci, dit Parwais, ils sont en vacances au Canada. Je leur enverrai un mail quand je serai chez mes cousins.

Ses cousins ? Il doit faire attention à ce qu'il dit. A-t-il vraiment parlé de cousins, tout à l'heure ? Il ne sait plus. A force de mentir, on ne sait plus où est la réalité.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur