AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.02 /5 (sur 610 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tananarive (Madagascar) , le 10/10/1913
Mort(e) à : Paris , le 06/07/2005
Biographie :

Claude Simon est un écrivain français.

Né d'un père capitaine d'infanterie de marine dans les troupes coloniales, Claude Simon est orphelin de père dès le début de la Première Guerre mondiale. A l'âge de onze ans, il perd aussi mère et vit alors sous la tutelle de parents éloignés.

Claude Simon est alors interne au lycée Stanislas, à Paris. Bachelier à seize ans, il prépare son entrée à l'Ecole Navale, mais, rapidement, il se désintéresse de ses études supérieures et les abandonne pour satisfaire sa passion pour la peinture et la photographie.

Lors de la guerre d'Espagne, Claude Simon aide à approvisionner les Républicains en armes. Puis, il rentre en France, déçu par les querelles affaiblissant le camp républicain, et commence à écrire. Son premier roman "Le Tricheur" est publié à la Libération. Durant la Seconde Guerre mondiale, il échappe à la mort et est fait prisonnier. Après son évasion, il rentre dans un réseau de renseignements de la Résistance.

Ses rencontres avec Alain Robbe-Grillet (1956) puis Michel Butor (1957) transforment son écriture. En 1957, il publie "Le Vent", puis participe à la rédaction du Manifeste du Nouveau Roman publié dans la revue Esprit en 1958. Dans son œuvre la plus connue, "La Route des Flandres" (1960), Claude Simon juxtapose les souvenirs des membres d'une famille aux prises avec la débâcle de 1940. En 1967, il obtient le prix Médicis pour l'un de ses romans les plus connus, "Histoire". En 1981, il publie "Les Géorgiques" qui constitue l'un de ses romans majeurs.

Patchwork d'émotions, de visions, de fragments du passé et de relations d'un présent chaotique, son œuvre appartient pleinement au courant du Nouveau Roman. D'abord artiste peintre, Claude Simon écrit des compositions plutôt que des récits linéaires. Il détruit la narration, l'illusion représentative et ne recherche pas à reproduire le temps, la durée mais la simultanéité d'événements et d'émotions disparates.

Alors qu'il a participé à la guerre d'Espagne aux côtés des Républicains, fait partie d'un régime de cavalerie décimé par les divisions blindées allemandes au cours de la Seconde Guerre mondiale et signé le Manifeste des 121 (déclaration sur le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie) ses productions littéraires ne sont ni moralisatrices ni engagées. Il considère en effet que l'art n'est pas destiné à véhiculer des messages idéologiques.

Le prix Nobel de littérature en 1985 est venu récompenser celui « qui, dans ses romans, com
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
LE FESTIVAL AUQUEL VOUS AVEZ [HÉLAS] ÉCHAPPÉ ! Arno Bertina était heureux de venir parler de L'Âge de la première passe (Verticales), paru juste avant le confinement, sans doute son livre le plus personnel, ni fiction, ni essai, ni récit de voyage : « un livre sur les filles des rues que j'ai rencontrées à Pointe-Noire et Brazzaville, dont j'ai voulu décrire la force et les blessures.» À Lire : Arno Bertina, L'Âge de la première passe, Verticales, 2020. Claude Simon, L'Herbe, Les éditions de Minuit, 1958.
Podcasts (13) Voir tous

Citations et extraits (165) Voir plus Ajouter une citation
Claude Simon
Piatka   07 mars 2019
Claude Simon
Il faut savoir abandonner le tableau que l’on voulait faire au profit de celui qui se fait.
Commenter  J’apprécie          561
LydiaB   26 février 2014
Archipel et Nord de Claude Simon
Franciscains moines fanatiques déchaux venus d'où construire ici un sanctuaire de blocs roses lilas bistre cyclamen au toit couvert d'écailles peindre le flagellé le juge en robe prune qui se lave les mains sculpter ces grappes de sang coagulé



treille aux flancs aux paumes aux pieds percés de clous où pendent des raisins
Commenter  J’apprécie          3310
patrick75   27 mai 2012
L'Acacia de Claude Simon
Il avait avec le même égal et docile étonnement, sans bien comprendre, vu d'abord la femme toujours vêtue de sombre qui était sa mère fondre peu à peu, se résorber, échanger son visage bourbonien contre celui d'un échassier, puis d'une momie, puis ( grâce aux bistouris qui taillaient et retaillaient dans le corps) même plus une momie: quelque chose comme un bistouri lui-même, une lame de couteau, une sorte d'épouvantail vivant, la tête d'oiseau décharné émergeant de châles qui recouvraient quelque chose de plat d'abord étendu sur des liseuses, puis des divans, puis dans un lit, de plus en plus plat, soulevant à peine le drap, puis disparaissant tout à fait, ne laissant plus rien d'elle qu'une boite de chêne verni sous un amoncellement de fleurs au violent parfum mêlé à l'odeur des cierges, et rien d'autre.
Commenter  J’apprécie          190
SZRAMOWO   10 décembre 2015
Le cheval de Claude Simon
– Qu’est-ce que tu préférerais, dit-il : mourir de faim ou mourir de cafard ?

– Mourir d’amour, dis-je.

– Déjà vu mourir quelqu’un comme ça ?

– Non, dis-je. Si, dans les livres : Tristan.

– Ce n’est pas d’amour qu’il est mort, c’est de ne pas pouvoir le faire. Et puis ne me parle pas de ce sale cochon de Nazi.

– Il y en a qui en meurent, dis-je.

– Du Nazisme ?

– Du Nazisme bien sûr, dis-je. Mais je parlais de l’amour.

– Ah ! dit-il. Qui ça ?

– Les vérolés.

– Tu en es sûr ? dit-il. Tu en as vu ?

– Non, dis-je. Mais je l’ai lu.

– De combien de choses es-tu sûr que tu n’aies pas lues ?

– D’être vivant.
Commenter  J’apprécie          170
patrick75   23 mai 2012
L'Acacia de Claude Simon
Quelque chose de comparable à ces ascèses monastiques et à ces inhumains exercices spirituels imposés aux novices des ordres religieux et au sortir desquels les élus (ou plutôt les survivants) peuvent s'enorgueillir d'une robustesse de mulets et d'une endurance de trappistes.
Commenter  J’apprécie          170
Lazlo23   20 mai 2017
Histoire de Claude Simon
… et alors tous ressurgissant monstrueux gigantesques ils seront là s'agitant parlant tous à la fois avec leurs orbites vides un trou noir à la place du nez leurs bouches édentées leurs mentons aigus cous de poulets noués d'un chiffon sanglant leurs combinaisons tabac flottant sur leurs squelettes leurs bras brandissant leurs armes rouillées farouches frustrés puis ils sombreront de nouveau s'enfonceront continuant encore un moment à gesticuler comme les passagers d'un navire lentement submergé disparaissant peu à peu dans les épaisseurs du temps et moi impuissant les regardant s'engloutir lentement s'effacer conservant l'image d'un dernier visage d'une dernière bouche ouverte sur un dernier cri un dernier geste un dernier bras s'agitant non pour saluer ou appeler au secours mais pour maudire et moi tout seul maintenant pensant comment ça devait être au même moment là-bas à Capri ou à Sorrente...
Commenter  J’apprécie          150
Claude Simon
Austral   18 décembre 2013
Claude Simon
J'aime Proust, je n'aime pas Henry James et cette emmerdeuse de Virginia Woolf.
Commenter  J’apprécie          1512
brigetoun   01 novembre 2009
Les Géorgiques de Claude Simon
lorsque l’entêtante odeur d’encens, les clignotements des cierges, la profusion de lumières, de chasubles et de surplis brodés, les choeurs des voix cristallines, le tonnerre des orgues s’interrompaient soudain et que, étirant le cou, et prêtant l’oreille, il parvenait à distinguer sur la gauche de l’autel, le vieil évêque couvert d’or….. en même temps qu’on entendait, à peine perceptible, la voix chevrotante, cassée, si faible, si ténue dans le monumental silence… parvenant pour ainsi dire en trébuchant au bout de la courte phrase modulée plutôt que chantée
Commenter  J’apprécie          130
solasub   26 janvier 2012
La Route des Flandres de Claude Simon
comme une tache d'encre aux multiples bavures se dénouant et se renouant, glissant sans laisser de traces sur les décombres, les morts
Commenter  J’apprécie          130
solasub   19 janvier 2012
La Route des Flandres de Claude Simon
la guerre pour ainsi dire étale pour ainsi dire paisible autour de nous, le canon sporadique frappant dans les vergers déserts avec un bruit sourd monumental et creux comme une porte en train de battre, agitée par le vent dans une maison vide, le paysage tout entier inhabité vide sous le ciel immobile, le monde arrêté figé s'effritant se dépiautant s'écroulant peu à peu par morceaux comme une bâtisse abandonnée, inutilisable, livrée à l'incohérent, nonchalant, impersonnel et destructeur travail du temps
Commenter  J’apprécie          110
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Claude Simon

Quel prix littéraire Claude Simon a-t-il reçu en 1985 ?

Prix Nobel de littérature
Prix Goncourt
Prix Femina
Prix Victor-Rossel

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Claude SimonCréer un quiz sur cet auteur
.. ..