AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.67 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : Salvador
Né(e) : 1975
Biographie :

Claudia HERNÁNDEZ est née au Salvador en 1975. Elle a écrit six recueils de nouvelles qui ont remporté, entre autres, le prix Juan Rulfo-RFI et le prix Anna Seghers. Défriche coupe brûle est son premier roman.

Source : https://editions-metailie.com/auteur/claudia-hernandez-2/
Ajouter des informations
Bibliographie de Claudia Hernandez   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Stelphique   07 mars 2021
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
Le passé était un luxe que seuls pouvaient s’offrir ceux qui n’avaient pas été obligés de tirer.
Commenter  J’apprécie          70
Stelphique   06 mars 2021
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
Quand elles ressortirent, son cœur battait très fort.
Commenter  J’apprécie          60
Stelphique   03 mars 2021
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
Avec le temps, son cœur s’adoucira.
Commenter  J’apprécie          50
Cazaubon78   09 mai 2022
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
Elle le lui avait demandé d'abord parce que toutes les mères demandent la même chose pour leurs enfants, mais, surtout, parce que c'était ce que demandait l'organisme qui leur versait une bourse tous les mois. Ils exigeaient la preuve que ses quatre filles poursuivaient leurs études, mais aussi qu'elles assistaient aux services religieux que l'église dont dépendait cette institution organisait toutes les semaines dans la communauté.
Commenter  J’apprécie          20
Cazaubon78   09 mai 2022
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
S'ils restaient, ils devaient comprendre que les enfants du coin devaient être dérangés le moins possible parce que, indépendamment de ce qu'ils désiraient ou ce dont ils étaient capables, ils finiraient toujours par semer les champs cultivés par leurs parents et par surveiller le bétail à venir, si tant est qu'ils n'émigraient pas pour se retrouver à faire la cuisine, à peindre des bâtiments ou à s'occuper du jardin de gens qui ne leur poseraient jamais de questions sur les sciences sociales ou les groupes sanguins, si bien qu'il valait mieux ne pas non plus les embêter avec ça, ni les pousser à améliorer leur calligraphie.
Commenter  J’apprécie          10
Cazaubon78   09 mai 2022
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
Les filles cuiraient le pain, feraient le mélange quotidien et prépareraient des mélanges pour les grandes occasions. Elles auraient des enfants et passeraient leur vie entière au village à s'occuper d'eux, à moins qu'elles se marient ou se mettent en ménage avec un des soldats de la caserne ou avec un policier. Il leur faudrait alors déménager s'ils étaient mutés et s'occuper des enfants dans les différents lieux de garnison, avant de retourner au village, si c'était possible.
Commenter  J’apprécie          10
raton-liseur   25 avril 2021
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
Il n’y avait pas moyen de lui faire entendre que ce que sa sœur avait, elle l’avait obtenu avec ses propres ressources. Elle avait trouvé les jours, les gens, la manière. Et inventé un moyen d’obtenir les choses sans mendier – le cauchemar de sa mère – et sans rien faire d’indigne non plus – ce qui aurait été le cauchemar du grand-père.

(p. 107, Chapitre 16).
Commenter  J’apprécie          10
Cazaubon78   10 mai 2022
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
Elle avait acheté la fillette parce qu'elle avait toujours voulu avoir une fille. Les bonnes sœurs qui la lui avaient vendue et l'avaient amenée jusque dans sa ville le savaient. Ça, et que la femme payait bien : elle avait déjà acheté, en payant cash également, deux autres enfants - de trois à sept ans - pour former la famille qu'elle ne pouvait pas avoir.
Commenter  J’apprécie          10
raton-liseur   25 avril 2021
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
Elle et toutes celles qui avaient combattu auraient préféré que leurs filles n’aient à se battre pour rien, que leur combat ait suffi à changer le monde et à les libérer de cette nécessité, mais ce n’était pas quelques chose qu’on pouvait contrôler. Cela n’avait sans doute jamais été le cas.

(p. 163-164, Chapitre 25).
Commenter  J’apprécie          10
raton-liseur   25 avril 2021
Défriche coupe brûle de Claudia Hernandez
Si [les prfos] restaient [en poste], ils devaient comprendre que les enfants du coin devaient être dérangés le moins possible parce que, indépendamment de ce qu’ils désiraient ou de ce dont ils étaient capables, ils finiraient toujours par semer les champs cultivés par leurs parents et par surveiller le bétail à venir, si tant est qu’ils n’émigraient pas pour se retrouver à faire la cuisine, à peindre des bâtiments ou à s’occuper du jardin de gens qui ne leur poseraient jamais de questions sur les sciences sociales ou les groupes sanguins, si bien qu’il valait mieux ne pas non plus les embêter avec ça, ni les pousser à améliorer leur calligraphie.

(p. 8, Chapitre 1).
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Auteurs proches de Claudia Hernandez