AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.65 /5 (sur 395 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Colmar , le 09/04/1940
Biographie :

Claudie Hunzinger est une artiste plasticienne et une romancière française.

De 1960 à 1963, elle suit des études supérieures au Lycée Claude-Bernard à Paris, pour le professorat de dessin. En 1964, Claudie rejoint Francis Hunzinger qui, après des études à la Bergerie nationale de Rambouillet, s’est installé dans une ferme des Vosges pour élever des brebis. Claudie, qui enseigne au Lycée Bartholdi à Colmar depuis 1964, donne sa démission à l’Éducation nationale en 1972. Ils ont deux enfants dont la réalisatrice Robin Hunzinger (1969). En 1973 Claudie publie un premier récit, "Bambois, la vie verte", dans la collection Stock.

Au début des années 1980, en collaboration avec Francis Hunzinger, elle s’oriente vers un itinéraire d’artiste plasticienne plus exigeant. Elle explore le concept du livre et de la violence faite au livre. En 1983, elle participe, avec le photographe Pierre Berdoy, à l’exposition "Images et création", où elle présente des rouleaux d’écritures calcinées face à de grands tirages en noir et blanc.

En 1985, elle commence la série des "Bibliothèques en cendre", et les expose à l’Hôtel Salomon de Rothschild de Paris, à la Biennale de Lausanne, au musée Bellerive à Zurich, au Barbican Center à Londres. Cette série est une réflexion noire sur l’Humanisme. Elle participe la même année à l’exposition "Livres d’artistes", BPI du Centre Pompidou. François Mathey, venu visiter son atelier, l’invite à plusieurs expositions au Musée des arts décoratifs de Paris.

En 1989, Claudie Hunzinger publie "Les enfants Grimm" chez Bernard Barrault. Elle obtient une bourse d’écriture du CNL en 1990.

Avec les années 2000, naît la série des pages d’herbe aux écritures géantes. Elles sont une exploration d'une linguistique de la nature. En 2003, elle coédite avec trois musées un catalogue d’artiste, "V’herbe", avec des photographies de Françoise Saur.

En 2006, avec une installation de quatre pages d’herbes monumentales, Claudie Hunzinger fait entrer l’écriture des herbes dans une bibliothèque.

Claudie Hunzinger a reçu le Prix Edmée de La Rochefoucauld 2011 pour "Elles vivaient d'espoir" (2010) et le prix Décembre 2019 pour "Les grands cerfs" (2019).

site officiel : http://www.claudie-hunzinger.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Claudie Hunzinger est lauréate du Prix Décembre pour son dernier roman, "Les grands cerfs" (Grasset, 2019), "le roman de notre époque", où elle fait résonner ce qu'elle nomme "la bigarrure du monde". La Grande table Culture d?Olivia Gesbert ? émission du 19 novembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020 Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (222) Voir plus Ajouter une citation
migdal   01 novembre 2019
Les grands cerfs de Claudie Hunzinger
Mais je n'imaginais absolument pas que le roman de nature qui commençait à m'habiter allait prendre le visage de la société elle-même, moi qui avais voulu lui fausser compagnie ; et que j'allais me retrouver dans un imbroglio consternant, avec partis opposés, propagande dans les journaux et jusque dans les écoles, et révélation finale sur le charnier du monde ; et que toute sa malfaisance, comme un catalyseur, allait mettre en question mon amitié avec Leo. Je ne savais pas que j allais me retrouver face à l'insoluble, moi qui m'étais retranchée dans ma parcelle de beauté et de refus, dans la radicalité de la solitude, sa simplicité, sa facilité ; moi qui avais relevé le défi de gagner ma vie à l'écart. Qui étais sortie du monde. Mais c'est quand on en est sorti qu'on s'aperçoit que le reste du monde a la peste. Ça crève les yeux. Le reste du monde et nous aussi, voilà ce que j'apprendrai. Nous aussi, nous avons la peste même si nous prétendons à l'innocence.



Non, je ne savais pas que j'allais me retrouver face à la mine, au gâchis, aux dégâts. Et que tout ce que j'avais fui allait me revenir en plein dans la poitrine, en plein cœur, je ne le savais pas, allait me revenir comme un nuage chargé de neige et de derniers temps, chargé des préludes de la fin, durant les mois qui allaient suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Ellane92   28 octobre 2015
La Survivance de Claudie Hunzinger
Il faut vivre comme si on n'allait jamais mourir tout en vivant comme si on était déjà mort.
Commenter  J’apprécie          310
fanfanouche24   04 novembre 2014
La langue des oiseaux de Claudie Hunzinger
(....) sur ma table une carte postale du -Cauchemar- d'Heinrich Füssli (...)

Ce monstre tassé, grimaçant, affreux, à l'écoute, est pour moi la figure du romancier, celui qui se nourrit de la vie des autres, de leur innocence ou de leurs crimes, qu'importe, pourvu qu'il capte la frêle palpitation d'un être humain. (p.166)
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24   28 octobre 2014
La langue des oiseaux de Claudie Hunzinger
Sayo croyait que c'était moi qui possédais cette langue tellement désirée, parce que je la maniais mieux qu'elle. Moi, je savais que c'était elle qui s'en approchait le plus parce qu'elle la saisissait par éclats seulement et de façon plus inventive. Plus enfantine. J'enviais en effet ses brisures, comme si la langue était d'abord ce qui se cache sous les mots, entre les mots (...) (p.85)
Commenter  J’apprécie          240
fanfanouche24   30 octobre 2014
La langue des oiseaux de Claudie Hunzinger
Noter sur le vif, rêver, noter ses rêves, tendre l'oreille, observer, structurer, imaginer, tailler, aiguiser, c'était mon boulot de romancière. Sayo,ele, avait reçu un immense cadeau de naissance, sans les outils pour les façonner. Elle fabriquait de toutes petites choses, d'instinct. Seule. Lui avait manqué la lecture. J'écrirai pour elle, voilà ce que je m'étais dit. (p.135)
Commenter  J’apprécie          230
milado   20 juin 2013
La Survivance de Claudie Hunzinger
La fac est loin. Pour autant, on n'a pas perdu l'envie de lire. On l'a même davantage. Souvent, on descend faire la tournée des librairies. On s'appelle l'un l'autre, on chuchote, on se montre nos prises. On les empile sur le comptoir sans savoir ce qu'il y a dedans. Le contact de certains livres suffit à vous enflammer. On devine qu'ils contiennent la foudre. On les embarque comme du danger. On veut vivre avec eux comme avec le feu. Parfois on sait que le feu a déjà tout brûlé et que le monde s'y consume...
Commenter  J’apprécie          220
fanfanouche24   26 octobre 2014
La langue des oiseaux de Claudie Hunzinger
Elie , mon père, avait tenu à m'apprendre lui-même le chinois, en marge du lycée et de l'université. Il m'avait initiée à l'art, à l'étude, au savant bonheur. Il me manquait. Tout ce qu'il m'avait promis me manquait, me semblait mort avec lui. En traduisant, j'essayais de le rejoindre, lui et l'aube de la poésie. (p.46)
Commenter  J’apprécie          220
Pancrace   23 janvier 2020
La Survivance de Claudie Hunzinger
Face à la vie, il était l'insurgé, moi l'enchantée. Il en voyait surtout les rouages, moi, la beauté.
Commenter  J’apprécie          230
fanfanouche24   06 novembre 2014
La langue des oiseaux de Claudie Hunzinger
Dans la langue, il y a tout. Chaque soir je m'endors en me disant : dans la langue il y a tout. Il y a le sauvetage et il y a l'adieu. Surtout l'adieu.Dans la langue, il y a tout et le silence fait partie de la langue. (p.222)
Commenter  J’apprécie          212
Ellane92   20 octobre 2015
La Survivance de Claudie Hunzinger
Et je me disais, il y a dans le regard des bêtes quelque chose d'inconsolable et en même temps, dans leur présence, un grand pouvoir de consolation.
Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..