AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.13/5 (sur 300 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Besançon, Doubs , 1985
Biographie :

Diplômé de Sciences Po, Clément a fréquenté quelques temps les arcanes de la politique par passion pour la chose publique et la belle prose (interventions, discours, communiqués). Ce qu’il en a retenu : la seule fréquentation du pouvoir est sûrement le meilleur moyen de rendre inefficient toute velléité d’action pour la cité et le citoyen.
Ainsi, il a décidé d’être heureux et d’agir « pour de vrai » en s’engageant dans une action à forte valeur ajoutée d’éducation populaire. Clément est désormais Directeur de l’association Vitacolo qui organise des colonies de vacances à projets.
Il continue néanmoins à aimer l’écriture et va prochainement sortir son premier roman (en 2 tomes qui sera disponible à partir d’avril 2016 aux éditions Critic). Il prête également son talent et sa plume alerte à une autre action citoyenne en s’engageant dans la nouvelle mobilité urbaine en tant que Rédacteur en Chef du blog du site neomobility.com...
+ Voir plus
Source : http://neomobility.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Clément Bouhélier   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lecture du début du Tome 1 d'Olangar de Clément Bouhélier


Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
L’humain n’est pas rationnel. De petits démons s’agitent en lui et se complaisent à jouer de sinistres farces entre les parois de son crâne.
Commenter  J’apprécie          60
Silja resta silencieuse et observa Evyna qui se fondait dans le paysage, s'y engloutissait, s'y noyait.
Commenter  J’apprécie          172
La loi, quel vain mot. Elle n'existe que sous la dictée des puissants qui s'en servent pour punir les justes.
Commenter  J’apprécie          150
Je ne te demande pas de cesser de croire en ce en quoi tu crois, jeune fille. Juste de te poser la question.
Commenter  J’apprécie          141
Une reine des putes agenouillée auprès d’un ecclésiastique : en d’autres circonstances, la scène ferait ricaner.
Commenter  J’apprécie          130
Ransard d’Alverny justifiait sa politique de construction massive par la nécessité de la reprise économique. Un damné mirage puisque seules les dépenses du royaumes permettaient de préserver les emplois créés. Aucune grande compagnie n’emboîtait le pas à la puissance publique.
Commenter  J’apprécie          110
Par tous les démons, la politique qui se joue dans les quartiers coupe-gorge d’Olangar… Voilà que ça recommence.
Commenter  J’apprécie          110
Quand tu y auras vécu plusieurs jours, tu comprendras. Tu sauras dans quel antre tu as mis les pieds. Une ville à l’allure de putain crasseuse.
Pas besoin de plusieurs jours. Quelques minutes suffisent, Olangar ne produit rien de sain. Aucun verger ici, aucun champ de légumes. La capitale est le ventre du royaume. Un ventre qui se gave des denrées fournies par les provinces du Sud. Les bas quartiers sont ses boyaux.
Commenter  J’apprécie          90
Nombre d’artistes à Olangar et dans les provinces avaient peint ou chanté Frontenac, le plus souvent comme une antichambre du royaume de l’Enfant maudit. Mais sur les tableaux qui ornaient les murs des maisons nobles comme dans les ballades encore déclamées dans certaines tavernes des hauts quartiers, il manquait toujours un détail : le bruit des chutes.
De l’avis général des ouvriers de la Ville de Fer, il s’agissait pourtant du pire des maux à affronter, loin devant la chaleur et la poussière de métal. Une série de prouesses techniques avait permis de bâtir la cité de chaque côté de la gigantesque cascade. L’eau bondissait des hauteurs du pic de Khales. Chaque seconde, des milliers de litres s’écrasaient en bas de la montagne et s’ajoutaient au fleuve. Ceux qui revenaient de Frontenac parlaient d’un vacarme assourdissant et continu.
Tu l’entends quand tu te lèves. Tu l’entends quand tu te couches. Tu l’entends même quand tu dors. C’est ça qui provoque des troubles chez les gars. C’est ça qui les pousse à s’accrocher à leur machine en pleurant. C’est ça qui tue à Frontenac, bien plus que tout le reste.
Commenter  J’apprécie          80
On ne se sentait jamais autant à Olangar que lorsqu’on se trouvait dans ses boyaux.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Clément Bouhélier (217)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz - Claude Gueux

En quelle année a été publié " Claude Gueux " ?

1859
1903
1834

14 questions
1044 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}