AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.07 /5 (sur 59 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Chailles (Loir-et-Cher) , le 04/1943
Biographie :

Colette Beaune est une historienne française, professeur émérite à l'Université Paris X - Nanterre.

Colette Beaune se passionne pour le procès de Jeanne d'Arc (dont elle est devenue depuis l'une des meilleures spécialistes) en lisant l'intégralité de son procès, alors qu'elle est élève en khâgne au lycée Molière.

Devenue agrégée d'histoire en 1966, elle se spécialise dans l'histoire de la fin du Moyen Âge. Sa thèse d'Etat, soutenue en 1984 et publiée en 1985 sous le titre Naissance de la nation France, analyse l'imaginaire national ainsi que les différentes représentations symboliques du territoire et de la monarchie dans les derniers siècles du Moyen Âge.

D'abord maître de conférences à la Sorbonne (Paris I) de 1985 à 1992, Colette Beaune a délivré l'essentiel de ses enseignements à l'université de Paris X-Nanterre en tant que professeur (1992-2005).

En 2004, elle reçoit le prix du Sénat du Livre d'Histoire pour son ouvrage Jeanne d'Arc.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Colette Beaune - le Grand Ferré, premier héros paysan .
A l'occasion des Rendez-vous de l'Histoire de Blois, Colette Beaune vous présente son ouvrage "Le Grand Ferré, premier héros paysan" aux éditions Perrin. http://www.mollat.com/livres/beaune-colette-grand-ferre-premier-heros-paysan-9782262028916.html Notes de musique : Gnomone a Piacere by MAT64
Podcasts (1)

Citations et extraits (6) Ajouter une citation
Sarindar   28 septembre 2018
Naissance de la nation France de Colette Beaune
Sous Louis VII, la fleur de lys occupe la place centrale entourée de la légende: "Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ ordonne". Sous le règne de Philippe Auguste, une fleur de lys unique apparaît sur le contre-sceau. La bannière fleurdelisée conduit les chevaliers français à la croisade, elle est déployée à Bouvines [en 1214]. Les abbayes sous protection royale reçoivent des armoiries aux lys. Sous Louis VIII enfin, l'écu figure sur le contre-sceau et les vêtements du sacré sont semés de fleurs de lys. C'est l'époque où se fixe la forme du lys héraldique à trois pétales, sans pistil, avec une barrette transversale. Le pied est trilobé. Tout cela est acquis vers 1250. Il faut sans doute mettre cetre simplification du dessin en rapport [...] avec la valeur mystique du nombre trois. [...] Dès 1228 apparaît parfois un écu à trois fleurs, qui n'est que la simplification de l'écu semé [...] Cet usage n'est d'ailleurs pas particulier à la famille Capétienne. Charles V opère définitivement la réduction pour les armes royales, mais les branches cadettes (Anjou, Bourgogne) continuent à porter le semé jusque dans la deuxième moitié du XVème siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
dedanso   13 juin 2018
Jeanne d'Arc de Colette Beaune
La Pucelle était morte avant d'avoir eu vingt ans, laissant une mission inachevée et des partisans abasourdis. Certes, les Anglais avaient pris bien des précautions pour prouver sa mort : une exécution publique, un corps exhibé et des cendres jetées à la Seine pour éviter sorcellerie. Mais ces précautions même les desservirent. Il n'y eut ni cadavre ni tombeau. Jeanne semblait s'être évanouie dans le néant. Reviendrait-elle ? Bien d'autres, morts dans des circonstances tragiques, avaient suscité l'attente et l'espoir d'un retour. César, Charlemagne, Arthur et le Christ lui-même reviendraient.
Commenter  J’apprécie          120
dedanso   04 juin 2018
Jeanne d'Arc de Colette Beaune
Jeanne fut bergère non parce qu'elle l'était ou par référence à sa naissance théorique le jour de l'Épiphanie (le 5 janvier, les bergers et les rois adorent et reconnaissent l'enfant dans la crèche), elle fut bergère parce qu'il était nécessaire qu'elle le soit.

(...)

Qualifier Jeanne de bergère, c'était, en ce premier sens, la reconnaître humble, innocente, apte à entendre la voix de Dieu, et peut-être à conduire vers des temps qui marqueraient le retour de la justice et de l'abondance après les épreuves. Et si Jeanne était bergère, son roi devenait pasteur.
Commenter  J’apprécie          100
urbanbike   12 janvier 2009
Jeanne d'Arc : Vérités et légendes de Colette Beaune
Les minimalistes et les mythographes, en général, n'ont aucune sympathie pour l'époque médiévale, "un monde irrationnel fait d'un mélange de symboles, de magie, de religion, de secrets, de sorcellerie…". Il leur échappe totalement que l'époque fut très créative en matière politique — elle inventa l'État moderne — comme en matière de lien social. La nation est une invention médiévale.
Commenter  J’apprécie          80
dedanso   24 mai 2018
Jeanne d'Arc de Colette Beaune
La fonction prophétique et un imaginaire commun relient Marie Robine à Jeanne ou à la Pucelle du Mans. La seule différence - mais elle est d'importance - est que Jeanne voulut mettre en oeuvre elle-même le message, là où les autres confiaient au prince qu'elles venaient avertir la mission de le réaliser.
Commenter  J’apprécie          70
urbanbike   12 janvier 2009
Jeanne d'Arc : Vérités et légendes de Colette Beaune
Comment invalider tous ces témoignages ? Les clercs sont tous plus ou moins suspects aux mythographes. Ils ont participés au procès (c'est aussi pourquoi on les interroge !).

(…)

Les laïcs, eux sont récusés en fonction de l'humilité de leur condition : "il y a aussi parmi les témoins beaucoup de pauvres gens… qui n'ont pas bien compris ce qu'on leur demandait et qui ont signé (ils ne savaient pas signer !) sans hésiter le texte qu'on leur présentait." Il est vrai que, à Rouen comme à Domrémy, les juges, en fabriquant les questions, ont orienté les réponses. Y a-t-il un tribunal, hier ou aujourd'hui, où les accusés ou les témoins fabriquent les questions ? Non. C'est la limite normale des sources judiciaires. Chaudronniers ou paysans ne sont pas forcément des imbéciles. Les questions qu'on leur a posées sont factuelles ("Qu'avez-vous vu ce jour-là ?"), elles n'ont rien de théologique.
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur